• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Deux siècles de Brueghel pour encore quelques jours

Deux siècles de Brueghel pour encore quelques jours

L’exposition "La dynastie Brueghel" à la Pinacothèque de Paris, à la Madeleine, se termine à la fin de ce week-end. L’occasion de savourer les scènes de vie quotidienne et les paysages d’il y a quelques siècles.



Réunir dans un même musée, pour quelques mois, une sélection (forcément limitée) d’œuvres de la famille Brueghel est un moyen de prendre conscience d’une évidence, qu’aux XVIe et XVIIe siècles, il n’y avait ni appareil photo, ni caméra, ni téléphone, ni radio, ni télévision, ni Internet… et pour savoir ce qu’il se passait, pour laissait une trace de l’histoire pour les siècles suivants, seules la peinture et l’écriture étaient possibles : « Ce rôle revenait au peintre : lui seul pouvait reproduire une réalité et la partager. », explique Marc Restellini, directeur de la Pinacothèque.

Cette évidence est éclatante lorsqu’on visite cette exposition temporaire "La dynastie Brueghel" à la Pinacothèque de Paris, un musée privé qui n’a pas de collection permanente et qui s’est agrandi il y a quelques années. L’un de ses atouts est d’exposer certaines œuvres provenant de collections privées qui ne sont généralement pas visibles dans les musées.

Comprendre la famille Brueghel, dynastie de peintres régnante à Anvers, ville commerciale en plein essor avec ses trois millions d’habitants, n’est pas très aisé. L’exposition commence d’ailleurs par un arbre généalogique très succinct (qui laisse le visiteur sur sa faim) pour présenter les douze peintres exposés à cette occasion (sans prendre en compte quelques autres peintres comme Jérôme Bosch et Rubens).

Il y a Pieter Brueghel l’Ancien (1520-1569) avec son beau-père Pieter Coeck d’Alost (1502-1550) auprès de qui il a appris la peinture, puis ses deux fils Pieter Brueghel le Jeune (1564-1638) et Jan Brueghel l’Ancien, dit de Velours (1568-1625). Puis, les deux fils de ce dernier Brueghel de Velours, tous les deux demi-frères, Jan Brueghel le Jeune (1601-1678) et Ambrosius Brueghel (1617-1675). La famille continue avec deux branches : les deux fils de Jan Brueghel le Jeune, à savoir Jan Pieter Brueghel (1628-1680) et Abraham Brueghel (1631-1697) et un neveu de Jan Brueghel le Jeune, petit-fils de Jan Brieghel l’Ancien, Jean Van Kessel l’Ancien (1626-1679) ainsi que les deux fils de ce dernier, Jan Van Kessel le Jeune (1641-1680) et Ferdinand Van Kessel l’Ancien (1647-1696). Enfin, des œuvres de David Teniers le Jeune (1610-1690) sont également exposées, il est le beau-frère d’Ambrosius Brueghel et le gendre de Jan Brueghel l’Ancien.

On voit vite que l’art des Brueghel porte essentiellement sur la vie quotidienne, sur des aspects dérisoires de la vie quotidienne essentiellement des paysans, sur de nombreux détails, sur des paysages aussi. L’ensemble de ces œuvres constitue une précieuse encyclopédie des temps anciens.

Un véritable travail de composition comme l’on peut en voir chez de grands photographes. Il y a parfois des petits détails qui reviennent souvent, comme un perroquet sur la branche d’un arbre etc. Les visages sont peints de manière très expressive, presque caricaturale. Souvent, d’ailleurs, les tableaux sont des œuvres coopératives de deux peintres, voire d’un atelier. Plusieurs œuvres exposées de Pieter Brueghel le Jeune sont le fait d’une coopération avec un autre peintre, comme Rubens, mais en général, les tableaux exposés de Pieter Brueghel le Jeune seul interpellent plus le visiteur, mobilisent plus l’attention et l’émotion, que le fruit d’une coopération qui dilue les styles.

Pour ceux qui n’auront pas la possibilité d’aller à cette exposition et pour le plaisir sans cesse renouvelé des yeux, je me permets de faire ici mon petit tour personnel et très incomplet.

yartizBrueghel002

Dans "Le Voyage à Emmaüs" (1555) de Pieter Brueghel l’Ancien, on peut avoir une idée du paysage et de la vie des villageois. Il y a les chasseurs qui reviennent de la forêt, les vaches dans le pré, la petite église au loin, un voilier sans doute pour la pêche, le soleil qui se couche, la journée qui se termine. À part les vêtements des chasseurs, on pourrait presque se croire au XXIe siècle dans une paisible campagne environnante qui est finalement assez familier au visiteur.

yartizBrueghel003

"Le Piège à oiseaux" (1605) de Pieter Brueghel le Jeune (qui a fourni beaucoup d’œuvres à cette exposition) donne un aspect dynamique de la vie quotidienne. Des villageois qui profitent du gel pour patiner sur la rivière glacée, mis en parallèle avec un piège à oiseaux sur la droite, comme pour signaler que la glace pourrait aussi craquer et piéger les patineurs.

yartizBrueghel004

Pièce maîtresse de l’exposition puisqu’un détail a été choisi pour en faire l’affiche commerciale, "Danse de mariage en extérieur" (1610) de Pieter Brueghel le Jeune donne toute la mesure du talent du peintre pour se mettre dans l’ambiance des fêtes villageoises. Cela grouille de monde. Les gens dansent, boivent, rient : une autre vision des soirées en boîte de nuit. Les personnages sont souvent gros, bien nourris, les visages caricaturaux et le sexe des hommes presque voyant.

yartizBrueghel005

"Les Sept œuvres de miséricorde" (1616-1618) de Pieter Brueghel le Jeune donne un autre aperçu de la vie quotidienne dans un village. On voit certains qui donnent du pain, de la soupe, du vin ou des vêtements à des malheureux. La composition laisse apparaître toute la noirceur de certaines existences, et donne même quelques aperçus de nudité.

yartizBrueghel006

Jan Brueghel l’Ancien (son frère donc) a peint "Paysage fluvial avec baigneurs" (1595-1600) qui donne une idée de certains loisirs au bord de la rivière quand le temps est plus chaud. Les hommes s’y baignent nus et apparemment, il n’y a pas de femme parmi eux.

yartizBrueghel007

"En route pour le marché en hiver" (1625) de Jan Brueghel le Jeune apporte au visiteur, là encore, une vision assez émouvante de la vie quotidienne dans des conditions parfois difficiles (sous la neige). Les personnages (nombreux) se fondent dans le paysage général, enneigé et vallonné.

yartizBrueghel008

Jan Brueghel le Jeune a réalisé beaucoup d’œuvres sur le thème de la création du monde ou sur des allégories. "L’Expulsion du Paradis" (1650) montre Adam et Ève, tous les deux nus, mis à la porte du Paradis à cause de la fameuse pomme de la connaissance qu’a croquée la première femme. Ève est guidée par la mort alors qu’Adam semble assez passif et suiveur. Dans un autre tableau ("La Tentation du serpent" en 1650), il refuse la pomme tendue par Ève tentatrice qui lui reste en travers de la gorge. La conscience d’être rend malheureux, le concept de pêché originel ferait de la connaissance la cause du malheur.

yartizBrueghel12

Victimes collatérales, tous les animaux de la création doivent également fuir le Paradis. On y voit un chien, un lapin, un coq, un renard, une oie, une pie, un canard etc. Dans les tableaux précédents de la même série, on peut aussi y voir une autruche, un lion, un tigre, un cerf, un singe, un blaireau, et même un phoque hors de l’eau, etc. Tout ce bestiaire fait étrangement penser à la Grande Galerie de l’Évolution du Jardin des Plantes. Le phoque sorti hors de l’eau (dans "Dieu au Paradis" en 1650) laisse entendre que les animaux terrestres viendraient des animaux marins (avec deux cents ans d’avance sur Darwin !).

yartizBrueghel009

Dans son "Allégorie de la Guerre" (1640), Jan Brueghel le Jeune met sur le même plan les guerres et la prédation naturelle des animaux. Les victimes sont montrées et sont presque les héros du tableau. On voit des enfants fuir, des habitants gisant sur terre. Même dans les airs, l’aigle dévore sa proie.

yartizBrueghel010

Plus rassurante, son "Allégorie de la Paix" (1640) donne l’occasion à Jean Brueghel le Jeune de brosser un instantané de la vie villageoise avec une vision assez bisounours de la situation. À table, des amoureux s’embrassent. Plus loin, des habitants dansent et font la fête. Les petits anges chevauchent gaiement des cygnes en signe de concorde. Au loin, la Paix, toute rayonnante, dans son char tiré par les oiseaux qui ne ressemblent pourtant pas à des colombes. On distingue aussi le symbole de la justice et bien sûr, celui de l’amour.

Bien entendu, ce petit tour trop court n’est pas suffisant pour se faire une bonne idée de cette très riche exposition. Il y a par exemple un tableau de Jérôme Bosch (1450-1516), "Les Sept péchés capitaux" (1515) qui représente à merveille l’idée d’une croûte terrestre (ronde) suspendue entre le salut et l’enfer (l’hésitation de la destinée en chaque humain), et un autre du même peintre, "L’Escamoteur" (1475-1480) présentant une scène de foire avec un charlatan qui fait des tours de magie et un chaland médusé qui crache une grenouille, symbole de la crédulité.

Informations pratiques : la Pinacothèque de Paris est ouverte tous les jours de 10h30 à 18h30 et les nocturnes ont lieu les mercredis et vendredis de 10h30 à 21h00. L’exposition "La dynastie Brueghel" se termine le dimanche 16 mars 2014. L’entrée se fait au 8 rue vignon, à Paris 9e.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (13 mars 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Goya à Paris.
Chagall à Paris.
Dali à Paris.
Van Gogh à Paris.
Hiroshige à Paris.
Manet à Paris.
Rembrandt à Paris.

yartizBrueghel011 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 13 mars 2014 16:00

    Très bel article. Belles reproductions.

    Bravo à l’auteur.

    • Taverne Taverne 13 mars 2014 16:26

      Merci Sylvain.

      Je vous recommande ce lien qui établit une comparaison entre les deux versions du Piège à oiseaux : celle de Bruegel père et celle du fils.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mars 2014 17:55

        Merci , super lien de Taverne .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires