• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dominique Pinon, Le « Roi Lear » au théâtre de Sartrouville

Dominique Pinon, Le « Roi Lear » au théâtre de Sartrouville

En endossant le poids de Lear, Dominique Pinon habille l’antihéros shakespearien d’une vacuité délirante où les lignes de force psychiques se confrontent, désespérément seules, avec l’éthique tourneboulée par des intentions contradictoires.

Et d’ailleurs qu’en savent-ils de la valeur de l’enjeu, tous ces personnages qui se disputent influences et pouvoir au détriment d’une affection battue en brèche par des velléités successives, le plus souvent destructrices ?

Laurent Fréchuret, directeur du théâtre de Sartrouville donne à la nouvelle traduction de Dorothée Zumstein, l’opportunité d’un parler-vrai où le destin tragique du roi Lear se conjugue avec une pédagogie libre de fioritures autour d’un château de sable sans lendemain qui chante.

Le dépouillement de la scène est a parité avec celle de la lande où vont se débattre Lear avec ses compagnons d’infortune, affrontant le désespoir au milieu de la folie que provoquent les éléments naturels.

Goneril (Odja Llorca) et Réjane (Sophie Cattani), ses deux filles parjures seront renvoyées dos à dos dans les affres du tourment éternel, si tant est qu’elles en prendraient la moindre conscience ; quant à Cordélia (Caroline Piette), c’est en pantin désarticulé qu’elle sera célébrée, post mortem, par son père ivre de remords.

Mais davantage qu’à la repentance, c’est à la lâcheté consubstantiellement humaine que se conjugue cette mise en scène où l’ensemble des protagonistes effectuent la danse du diable autour d’un corps abandonné par ce roi déserteur de lui-même.

La vieillesse n’expliquerait pas tout, surtout quand les preuves d’amour ne s’avéreraient pas à la hauteur d’une réciprocité filiale, digne de sincérité partagée.

La métaphore du suicide collectif serait donc à l’image d’une piètre considération que chacun aura porté, sa vie durant, à l’égard de lui-même alors que la reconstruction d’un royaume s’annonce en une utopie plus monstrueuse que jamais.

Photo © J-M. Lobbé

LE ROI LEAR - ** Theothea.com - de William Shakespeare - mise en scène : Laurent Frechuret - avec Thierry Blanc, Xavier Boulanger, Eric Challier, Philippe Duclos, Eric Frey, Thierry Gibault, Hervé Lassïnce, Vincent Nadal, Rémi Rauzier, Caroline Piette, Odja Llorca, Sophie Cattani, Dominique Pinon - Théâtre de Sartrouville -


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires