• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Donner du sens

Quand l’exemple vient d’en haut

Les derniers tests l’affirment, les jeunes français ne donnent pas sens à ce qu’ils lisent. La chose est regrettable,la lecture est sans nul doute la porte d’entrée de la liberté de pensée, de l’accès à l'imaginaire, de la réflexion et de l’esprit critique, mais il convient de reconnaître que ces chers élèves ne sont en rien aidés dans cette vaste quête du sens par les adultes qui les entourent.

En premier lieu, il apparaît que la question du lexique se pose de plus en plus gravement dans une nation qui brade sa langue pour des raccourcis anglophones. L’art de la complexité est essentiel pour manier les concepts, aborder les nuances, comprendre plus finement et chercher toujours à parfaire son expression. Comment nos chers chérubins pourraient-ils seuls, échapper au rouleau compresseur d’une pensée limitée à des mots qui claquent, à des slogans, à des raccourcis sémantiques ?

L’art oratoire se perd dans les instances qui devraient montrer l’exemple, seule la petite phrase qui fait mouche est retenue. Le développement de l’argumentation n’a plus aucune importance, le discours relève désormais de la réclame publicitaire. Fort de ces exemples navrants, les élèves mangent les mots, avalent les conjonctions, nient les subordinations, effacent la syntaxe. Il convient d’être efficace, concis, rapide, tout le contraire de ce qui est utile à l’expression d’une pensée et à l’épanouissement du sens.

Mais pire encore, les valeurs sont nivelées, l’important est mis au niveau du futile, l’essentiel est perdu de vue au profit de la surface des choses. La dernière hystérie collective autour de l’idole des jeunes a démontré combien l’échelle des valeurs ressemble de plus en plus à une corde lisse. Tout glisse, tout est mis au même niveau à moins hélas, que seule la vacuité ait droit au chapitre.

Le représentation nationale n’est plus là pour donner de la distance, fixer des grands objectifs, déterminer un cap ambitieux. Elle se contente de flatter le derrière des vaches, d’honorer les amuseurs publics, de reprendre à son compte les saillies d’humoristes sans idéaux. L’argent, les paillettes, les êtres sans consistance sont mis au premier plan. Tout passe sous la toise du nivellement par le bas, par l’absence totale d’ambition intellectuelle.

Et c’est dans un tel contexte - où Mac Donald et Coca Cola ont gagné la partie et bien d’autres encore, tous plus immanquablement et irrémédiablement attirés par le vide - qu’il faudrait par la magie d’une dictée quotidienne, remettre nos têtes blondes, brunes ou rousses sur le chemin de la compréhension.

Quand le premier d’entre-nous fait d’un rockeur énervé un héros national, on imagine aisément que l’ambition des jeunes générations se limitera à se hisser au palmarès du top cinquante, à figurer dans les grandes équipes de football, à faire la couverture de la presse caniveau. C’est certainement comme ça que nous aurons des prix Nobel, des grands philosophes, des poètes ou bien des savants capable de changer le monde.

Tout est à revoir et pas seulement le nombre de dictées par semaine. C’est d’abord à nos élites de montrer la voie, de cesser de se compromettre dans les stades, sur les plateaux télé, en compagnie de pantins dérisoires. Tous les députés qui ont fait ovation à la mémoire de Johnny ont à ce titre une énorme responsabilité. Ils ont démontré que la représentation nationale est dénuée de toute hauteur de vue, de toute raison.

La bataille du sens passe par une totale transformation du paradigme sociétal. La course à la vacuité n’a que trop duré. Le vide nous menace, les abysses de la pensée sont à nos portes. Le pays est en marche forcée vers la décadence intellectuelle et a pour ce faire, un chef exemplaire. Nous ne pouvions rêver tête de gondole aussi parfaite !

Sensément vôtre.

Documents joints à cet article

Donner du sens

Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 décembre 2017 10:14

    les êtres sans consistance sont mis au premier plan. Tout passe sous la toise du nivellement par le bas, par l’absence totale d’ambition intellectuelle.

    Venant de la part du presque premier contributeur du site, cela ne manque pas de sel...
    Business as usual !


    • #Shawford Shawford 14 décembre 2017 10:40

      @Robert Lavigue

      Venant de l’inspirateur de ce site qui a perdu depuis bien longtemps les clés du camion et tout honneur, ça manque pas de merde.

      Le créateur vient de me dire merci pour ce moment, je viens de refiler ta part ! ^^

      Ah quand tu seras que soi(e), la Figue, le pied que ça sera, n’est-ce pas ?

      Il s’appelle comment le chat qui culmine en toi sinon ?

      A moins que ce soit une hyène et rien d’autre ? smiley smiley smiley

      Gnaaarf !


    • #Shawford Shawford 14 décembre 2017 11:04

      @Tic & Tac

      Je rêve où mon post sur le Chaussette qui culmine en moi et qui s’invente pas a été coupé au montage ?

      Vous pouvez l’éliminer le greffier, à la kalachnikov même, ça repoussera comme du chiendent !

      N’est ce pas ?

      @Na Boom

      On ne fait que passer, JdR, CR (vos hôtes en dernier ressort) et moi.

      Gageons que les 3 ( ^^ smiley / f... y... le (AK)4(7)eme ) fantastiques de Furtif-Vox, quant à eux, puissent/daignent eux/elle encore hanter vos fils, comme à l’habitude pour certains, par illumination soudaine et/ou bien réfléchie pour d’autres désormais.


    • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 11:06

      @Robert Lavigue

       !


    • foufouille foufouille 14 décembre 2017 11:00

      on dirait une rosemar qui découvre l’eau chaude .................


      • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 11:07

        @foufouille
        Au moins vous y mettez un peu d’humour


      • #Shawford Shawford 14 décembre 2017 11:11

        @C’est Nabum

        C’est sa (de sa majesté l’Empireur des chats ^^ ) version chiendent ! smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 11:30

        @Shawford

        Tant que ce n’est pas celle des mouches


      • foufouille foufouille 14 décembre 2017 13:02

        @C’est Nabum

        c’est ironique.


      • foufouille foufouille 14 décembre 2017 13:21

        @C’est Nabum

        pour info, ça fait bien vingt ans que la plupart des jeunes ont pour ambition le foot, la télé réalité, chanteur mais assez nul, ou encore jouer de poker pro, jouer pro de jeux vidéos, et plus récent de devenir blogueur. j’oublie certainement quelques métiers nuls.

        les bureaucrates sont tous aussi nul.


      • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 17:36

        @foufouille

        Donc ?


      • Spartacus Spartacus 14 décembre 2017 11:44

        Vous comprenez bonne gens il faut que vous changiez de « paradisme ».

        Quelle honte les talents, la réussite, les gens qui réussissent alors qu’ils font des fautes aux dictées.
        Quelle horreur ces paillettes et ces réussites horribles.

        Il faut une « bataille du sens » parce que « nous les intello-gauchistes » avions toutes les cartes en main et c’est pas nous qui aujourd’hui sommes en haut des affiches...

        Bref un beau résumé de la gauche bobo qui considère tous les autres comme des « beaufs, des ratés et n’admettent pas que ces gens passent devant eux...
        Cette gauche qui se gargarise de social mais dans la réalité n’aime qu’elle même et déteste tous les autres.

        Bref le monde des jaloux et aigris unis dans dans le déni des talents et de la réussite individuelle.

        Pire, ce qui les complexe le plus ce sont les humbles de la société civile qui réussissent et qui passent devant eux sans leurs conseils. 

        Un »rockeur stigmatisé en « énervé » est un héros national", les choque mais eux préfèrent des Staline, Pol Pot ou Maduro comme héros.
        Avec eux au moins ils savent que les têtes qui dépassent sont exécutés...
        Ça leur fait moins de concurrence...

        Triste France gauchiste !

        • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 12:11

          @Spartacus

          Et la droite est sans doute bien mieux


        • Spartacus Spartacus 14 décembre 2017 13:42

          @C’est Nabum


          Droite je ne sais pas...
          Mais libéraux je sais dans la globalité, quand quelqu’un réussit on dit « tant mieux pour toi et félicitation »....
          On est ni jaloux, ni méprisant de sa réussite.

          Là ou le gauchiste n’exprime que la jalousie et la stigmatisation, d’autres voient la contribution sociale positive que la personne a apporté a des milliers de gens sans même les connaitre.

          Un « énervé chanteur » par exemple a permis de vivre à des marchand de disques, des émissions de TV les ouvreurs au concerts, les gens de l’industrie du disque, de l’industrie médiatique, les techniciens, les commerçants, les agents immobiliers les poseurs de matériel concerts etc ...

          Sans compter les gens qui ont payé volontairement pour un grand plaisir musical et les amoureux qui se sont rencontrés....

        • Xenozoid Xenozoid 14 décembre 2017 13:44

          @Spartacus
          c’est toi le jaloux, tu parles tout le temps « des privileges des autres »


        • Spartacus Spartacus 14 décembre 2017 17:23

          @Xenozoid 

          Vous me ferez une dissertation entre iniquité et inégalité...

          Les privilèges sont des discriminations de « droits » entre individus.
          La lutte contre la discrimination n’est pas de la jalousie mais de la justice.

          Les différences de revenus ou de réussite sont inégalité.
          La lutte contre les inégalité c’est de la jalousie et de la morale mais certainement pas de la justice. 

          Il faut distinguer la discrimination de la jalousie.
          Il faut différencier la morale de la justice.
          Il faut différencier l’inégalité et l’iniquité.

          Ne pas accepter l’inégalité c’est être de gauche et jaloux.
          Ne pas accepter l’iniquité c’est ne pas être de gauche et être juste.

        • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 17:35

          @Spartacus

          Vous avez réussi à tuer la société, son équilibre et à faire du travail une valeur sans intérêt
          Quelle belle réussite, le Dieu argent pour unique Totem et l’inhumanité au bout du compte

          Ni droite ni gauche, ni Dieu ni maître pour moi


        • L'enfoiré L’enfoiré 14 décembre 2017 18:31

          @Spartacus

           Eddy Mitchell (dont je préfère la personnalité à son grand copain Johnny) a cette très belle chanson dans son répertoire


        • Pere Plexe Pere Plexe 14 décembre 2017 18:52

          @Spartacus
          Ce que vous appelez réussir c’est gagner beaucoup d’argent.

          En dehors de tout autre considération.

          A ce titre Escobar Bokassa et peut être Poutine ont bien réussi...
          Staline à fait beaucoup mieux que Johnny : il serait dans le top 10 de tout les temps !
          En revanche Denis Papin ou l’abbé pierre...
          Pouvez vous imaginer que certains , j’en suis, puissent mettre quelques conditions supplémentaires à ce qu’est la réussite ?


        • Eric F Eric F 14 décembre 2017 18:58

          @Pere Plexe
          Voilà une pensée bien conçue et clairement énoncée.


        • L'enfoiré L’enfoiré 14 décembre 2017 18:58

          @Pere Plexe

          "Les français ont horreur des inégalités mais ils adorent les privilèges. Pourtant les inégalités, c’est le nom que tu donnes aux privilèges des autres.", Anne Roumanov


        • Xenozoid Xenozoid 14 décembre 2017 19:32

          @Spartacus

          tu vas me donner une leçon ?

          on commence ou ?


        • marmor 14 décembre 2017 15:11
          en compagnie de pantins dérisoires
          Vous n’êtes pas gentil envers vos confrères du monde du spectacle ! Condescendance ou jalousie ? Stetson ou beret ? Sonora ou sabots ? Jeans ou chausses de bure ?
          Ah l’introspection, art difficile pour ceux qui ont peur du vide !!

          • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 17:35

            @marmor

            Nul je suis en tout point


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 décembre 2017 17:58

            @C’est Nabum

            Nul je suis en tout point

            Y’aura pas grand monde pour vous contredire !



            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 décembre 2017 15:46

              L’Oiseau bleu est la pièce la plus jeune, la plus familière de Maeterlinck et sans doute celle qui lui procura le plus vif bonheur d’écriture. La quête de l’Oiseau bleu tient lieu de fil directeur à des scènes de fantaisie aux décors lumineux, pleins de couleurs et de poésie. Le récit prend l’allure d’un songe enfantin dans lequel l’auteur réussit à rendre sensibles des abstractions, des sentiments ; cette quête de l’oiseau qui détient le secret du monde, c’est-à-dire le bonheur, marque l’inutilité d’aller chercher ailleurs ce que l’on a à portée de main. En s’adressant aux enfants, les seuls à savoir reconnaître que le bonheur est dans la maison, Maeterlinck parle aux adultes et leur montre que le monde du visible est trompeur. L’homme doit apprendre à éduquer son imaginaire, à retrouver son esprit d’enfance pour accéder au monde spirituel.


              • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 17:36

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Cet oiseau bleu me fait du bien


              • Bernie 2 Bernie 2 14 décembre 2017 23:00

                @C’est Nabum

                Problème, c’est que shawford a encore une fois arrêté ces pilules, et multiplie de nouveau les pseudos, donc mélusine va se tarir un peu. Désolé.

                On peut pas tenir 10 pseudos 24/24


              • #Shawford Shawford 14 décembre 2017 23:05

                @Bernie 2


                Trois, pas un de plus, pas un de moins.


                Mais tqt, au plus tard au 1er janvier il n’y en aura plus qu’un pour le meilleur et pour le pire.

                Bon toi n’existeras alors peut-être plus, mais c’est -tu es, un détail dans les rouages, Ducontel !

              • velosolex velosolex 14 décembre 2017 18:07

                Sujet grave, traité déjà par Rosemar, c’est dire. 

                 Inutile de se cacher la tête dans le casier ou la corbeille à papier, le livre fout le camp, et le lecteur avec.
                 Cela date de bien avant la mort de nos derniers géants, je veux parler de D’Ormesson et de Johnny. 
                Larousse sème à tous vents ses dictionnaires que personne ne lit plus. 
                Quand je pense que je mettais les sens à l’envers, rien qu’en regardant les reproductions du déjeuner sur l’herbe.... 
                La libido donc n’est pas folichonne non plus...L’addiction ajoutée à la transgression centrifugée par youporn les amène à 15 piges à être plus désabusés qu’une performeur-s, euses... C’est comme ça qu’on appelle ces sportifs de haut niveau, assaisonnés à la dernière mode féministe. L’orthographe sera aux ordres pour ce qui en reste ou ne sera pas. 
                Que faire ? Bon...Je veux bien apporter ma pierre à l’édifice, sans idée de lynchage...
                - Mettre toute cette belle jeunesse dans une machine à laver, avec un baril de lessive daesh, lave plus noir.
                - Interdire le livre , en faire de belles autodafés.
                -Imposer l’image de femmes déguisées en boites à lettres, ou en apicultrices..
                -Interdire l’hérésie des jeux video, et autres iconographie distribuées à la mitraillette. 
                En moins de deux les tableaux de Manet feront fureur...Bien sûr vendus à prix d’or sous le manteau. Et vous verrez des gamins se remettre à rêver en lisant Jane Austen, et même Jules Vernes ; Un livre pour les filles, un autres pour les gars. Retour au ying, au yang, version jules Ferry. Non mais !.

                • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 18:09

                  @velosolex

                  Voilà d’excellentes pistes

                  Organiser la restriction, faire de la lecture un délit et fermer les yeux ensuite sur les transgressions


                • velosolex velosolex 14 décembre 2017 18:24

                  @C’est Nabum
                  Quelque part c’’est vrai. Gamin j’enviais mon copain le fils du patissier. Qui ne mangeait plus pourtant de gâteaux. 

                  Mais j’avais un peu de mal à comprendre la cause à effet. 
                  C’est en ce sens que les gamins doivent être protégés un bon moment. 
                  Mais le consumérisme décline ses propres valeurs culturelles, dans cette inversion des paradigmes. 
                  Nos intuitions et nos mises en garde sont ridiculisées et brocardées, jusqu’au moment ou les sciences cognitives les valident. 
                  Dans le temps, on appelait simplement cela le simple bon sens. 
                  Mais j’avoue que cette appellation est hautement suspecte. 
                  Sans doute suis je formaté moi aussi par les temps modernes. 
                  Qui se sont furieusement emballés avec l’apparition du portable. 
                  Plus un endroit au monde pour se cacher !
                  L’enfer, ce n’est plus les autres, mais la connexion. 
                  Le haut débit des fleuves impossibles où il n"y a plus que des bateaux marchands

                • C'est Nabum C’est Nabum 14 décembre 2017 18:38

                  @velosolex

                  L’hyper activité numérique nuit gravement à l’intelligence


                • baldis30 15 décembre 2017 09:08

                  @C’est Nabum
                  bonjour,

                  « L’hyper activité numérique nuit gravement à l’intelligence »’

                  Tout dépend de ce que l’on en fait .... car vous pouvez affubler le préfixe « hyper » à bien des activités même les plus nobles .... ( bachique, mathématique, littéraire, philosophique,.....)

                  Si vous n’en tirez pas la substantifique moelle vous perdez tout !


                • Jean-Marc B 14 décembre 2017 18:17

                   Bonjour C’est Nabum...
                  Le titre que vous avez choisi : « Donner du sens » a attiré mon attention. Et j’ai regardé de près ce que cela signifiait pour vous.
                  Vous partez du sens que les élèves ont bien du mal à donner aux textes qu’ils abordent en classe. Leur niveau de lecture, c’est vrai, n’est pas convaincant.
                  Vous évoquez ensuite les personnes en vue (celles que l’on voit à la télé, parce qu’elles gouvernent le pays et que vous nommez « les élites » ) . Elles ont , elles aussi du mal à vous convaincre parce que leur vocabulaire et et leurs centres d’intérêts vous paraissent inappropriés et futiles, indignes de personnes sensées. Leur lecture du monde vous semble bien faible et ne correspond pas à votre attente.
                  Je partage votre analyse jusque là.
                  Vous parlez aussi de représentation . De représentation nationale pour être précis et là encore vous parlez des élus. Vous dîtes que cette représentation nationale vous a déçu quand elle s’affichait , d’une façon indécente ou plutôt irraisonnée, lors des obsèques de l’idole des jeunes (ceux qui étaient jeunes dans les années 60).
                  C’est là que je ne vous suis plus.
                  Je trouve que ce à quoi nous avons assisté dans et autour de l’église de la Madeleine était une représentation parfaite et savamment pensée de notre société.
                  A l’intérieur trônaient les privilégiés ; ceux qui incarnent le Clergé et la Noblesse de notre époque. Le clergé bien identifiable, en grande pompe et nombreux (elles sont souvent rares les soutanes lors des enterrements de nos voisins), et la « noblesse » actuelle, masquée sous les fards des politiciens et des vedettes du showbiz (artistes et journalistes) , ceux qui gagnent plus de 10 000 euros par mois.
                  A l’extérieur , dans le froid, patientait, le Tiers État. Le peuple méprisé, la foule des admirateurs béats , des idolâtres et des gens sensibles aux croyances les plus déraisonnables.
                  Tout cela rappelle l’ancien régime monarchiste et ses trois ordres dont on pensait s’être libérés.
                  Vous ne pensez pas que ceux qui , aujourd’hui,cherchent à régner sur les corps et les esprits des plus faibles avaient parfaitement réussi leur mise en scène ?
                  Vous pensez toujours qu’ils ne donnaient pas de sens à ce spectacle des hiérarchies sociales dont ils veulent s’assurer de la maîtrise  ?...
                  Peut-être nous faut-il apprendre à lire les représentations, toutes les représentations, et à leur attribuer le sens qu’elles peuvent cacher.
                  Je vous accorderai que cette lecture est peut-être très personnelle, celle d’un athée profondément républicain. Mais après tout, donner du sens, donner du sens à la vie , relève du point de vue très personnel . Surtout quand on constate l’absurdité de la condition humaine et que l’on se met dans les pas d’un Camus .... et de tant d’autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès




Partenaires