• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dresde de mille feux

Dresde de mille feux

image

Voici une anthologie contenant le matériau de l’ère Pisendel (1687-1755) à Dresde reposant dans une énorme « armoire II » (Shranck II) à l’église de la cour. En 1867, elle sort de l’oubli pour être versé à la « Bibliothèque publique royale », ancêtre de l’actuelle SLUB (Biblitohèque régionale de Saxe).

L’anthologie rassemble la musique gravitant autour du grand chef de pupitre Johann Georg Pisendel comme collectionneur d’oeuvres exemplaires. La musique de Dresde est unique dans le paysage musical allemand du 18è et il faut compter à partir de 1718 le début de la grande époque de l’orchestre. On y retrouve le flûtiste Joachim Quantz (1697-1773), les frères Graun sous la direction de Johann David Heinichen (1683-1729). Lorsque celui-ci meurt, c’est Johann Adolf Hasse (1699-1783) qui est pourvu au poste de maître de chapelle. Et dès 1728, on voit Albinoni (1671-1751) et Vivaldi diriger l’orchestre en qualité de premier violon quand ce n’est pas Pisendel (1678-1741) qui est à la tête de l’orchestre en tant que chef de pupitre.

Lorsque Jean-Jacques Rousseau fait l’éloge en 1758 de l’orchestre dans son « Dictionnaire de Musique, l’âge d’or vient tout juste de s’éteindre avec la mort de Pisendel :

« Le premier orchestre de l’Europe concernant le nombre de ses exécutants et leur musicalité est celui de Naples ; mais celui possédant les meilleurs emplacements et le jeu d’ensemble le plus parfait est l’orchestre de l’opéra du roi de Pologne à Dresde, dirigé par le célèbre Hasse ».

image

Le programme présenté par le Dresdner Barockorchester parcoure toutes les sensibilités rencontrées lors de ces décennies de faste à Dresde : de l’esthétique pré-classique de la Sinfonia de Giuseppe Brescianello (c.1690-1758) à l’Ouverture en forme de suite de Johann Friedrich Fasch (1688-1758), en passant par Giovanni Battista Sammartini (1700/01-1755) ou l’envoutante sonate en do mineur de Pisendel lui-même. Certains remarqueront peut-être l’emprunt à la Tafelmusik de Telemann (1681-1767) dans l’Ouverture du « Occasional Oratorio » de Georg Friederich Händel (1685-1759).

Quoiqu’il en soit, c’est une musique instrumentale vivifiante, interprétée avec la vivacité qu’elle demande par un orchestre chamarré rompu à ce répertoire. L’occasion de rappeler les choix intelligents du label CPO, lui qui n’hésite pas à s’aventurer dans des projets bien moins vendeurs et dont je parlerai plus tard.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, un disque à chaudement recommander et qui vieillit aussi bien qu’un bon vin est le « Oboe Concerti at the Dresden Court » paru chez Accent en 2008 avec Xenia Löffler et la Batzdorfer Hofkapelle.

___________________________________________

Trésors de la Chapelle de la Cour de Dresde (Shranck N°II) :

I. Giuseppe Brescianello (c.1690-1758) : Sinfonia D-Dur - (Ohne Bezeichnung)
II. Johann Adolph Hasse (1699-1783) : Sinfonia D-Dur zu “Demofoonte” - Andantino
III. Giovanni Battista Sammartini (1700/01-1775) : Sinfonia A-Dur zu “Memet” - Presto ma non tanto

Dresdner Barockorchester

2014 CPO


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • brieli67 3 mars 2014 10:42

    heureusement qu’il a Findus 


    pardon FERGUS

    depuis quand der SHRANK

    • claude-michel claude-michel 3 mars 2014 14:05

      Merci d’apprendre l’histoire de la « MUSIQUE » (cachée) par les écoles de musique (moi c’était l’école normale « piano » avec Cortot)..et hélas l’histoire était très courte a cette époque 1954... !


      • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 6 mars 2014 11:01

        Oui en effet. Mais merci surtout à vous de commenter et d’apprécier.
        Au plaisir !


      • Fergus Fergus 3 mars 2014 15:43

        Bonjour, Frédéric.

        Hasse, Fasch, Brescianello, Pisendel, GB Sammartini, Haendel : que des bons, à l’image de Quantz (superbes concertos pour flûte) et des frères Graun ! Une chance que ce matériau ait pu sortir de l’armoire. Et sans doute y a-t-il encore, ici et là, des trésors enfouis sous des piles de documents poussiéreux dans les bibliothèques anciennes. Merci d’’attirer notre attention sur ce CD, enregistré de surcroît par l’excellent Dresdner Barockorchester.


        • Fergus Fergus 3 mars 2014 15:47

          Merci égelement pour la référence au CD de concertos pour hautbois où Pisendel est, à juste titre, mis en valeur.


        • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 6 mars 2014 11:05

          Il y a encore bien des trésors enfouis, et je ne doute pas que certains ensemble auront à coeur de les exposer. Bien que le principal souci soit l’argent et que ce genre de projet ne rentre pas forcément pas dans les prévisions marketing de certains labels.

          Merci pour votre mot et à très vite !


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 3 mars 2014 18:11

          @ l’auteur


          Un grand merci pour ces pièces aussi belles que cette Dresde magnifiquement restaurée !
          Ceci pour vous remercier :
          J.G. Pisendel - Sonata for violin & continuo in E minor

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires