• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ecrivain (en dix leçons) de Philippe Ségur

Ecrivain (en dix leçons) de Philippe Ségur

Ecrivain_S__gur.jpg
Il n’est pas né celui qui écrira Devenir écrivain pour les nuls. Par contre en dix leçons, c’est plus faisable. Dix cela sonne juste comme une phrase ciselée, patinée par le temps de la réflexion. Dix, comme la note que l’on donnait aux chanteurs à la petite croix de bois, croix de fer, s’ils mentent ils iront en enfer dans feue L’Ecole des fans qui, pour se référer à Molière, n’en n’était pas moins pleine de fourberies et peu avare à en juger l’amoncellement de cadeaux qui se profilaient derrière les jeunes candidats, dont Vanessa Paradis, rappelez-vous, moi qui croyais que Joe Le Taxi « il va pas partout » (1). Vous voyez, cette dernière phrase n’est pas une phrase d’écrivain. En tout cas, pas d’un écrivain qui veut être lu de son vivant. Parce que les écrivains morts, je vais vous dire, il y en a plein les cimetières et les bibliothèques. Bref, cette dernière phrase, enfin pas la dernière, mais celle sus-mentionnée la dernière, vous me remplirez ce formulaire en triple exemplaire, n’est pas une phrase d’écrivain nous ferait remarquer Philippe (Ségur).

Cher P

Je dis Philippe, car j’aime bien appeler les gens par leur prénom. Cela fait américain. Et je ne laisserai personne dire que c’est la seule chose de bien en provenance des Etats-Unis avec le milk-shake à la vanille et le puritanisme. Point besoin de démonstration pour le milk-shake vanille. Goûtez-en, préparé avec amour, et vous m’en direz des nouvelles. Concernant le puritanisme cela mériterait plus d’explications, il n’y en aura qu’une : le puritanisme cela émoustille les filles. Pour les puritains sans sens de l’humour, par le mot « filles », j’entends « souris », « donzelles », « demoiselles », « dames ». Philippe donc car je suis un intime. Depuis la lecture d’Ecrivain (en dix leçons), j’ai acheté tous ses livres. Je dis tous, Philippe n’est pas Honoré mais tout de même. Métaphysique du chien, Autoportrait à l’ouvre-boîte, Poétique de l’égorgeur, Seulement l’amour, Le Pouvoir et le Temps. Prenez une copie, vous avez quatre heures. Rien que des titres de roman d’écrivain. Le prochain pourrait s’appeler Massacre à l’agrafeuse. Cela se sent, ce gars-là sait écrire. Normal quand on est « graphiste professionnel ».

De l’art de la citation

Un jeune de 17/18 ans se reconnaît facilement au fait qu’il truffe sa copie du bac de philo de citations. Cela « en-ri-chit ». Soit. Alors je suis en mesure de vous révéler un terrible secret : Philippe Ségur a eu 18 ans un jour et peut-être même bien son bac de philo. Ecoutez-voir. « Le maquillage est le linceul de la beauté », de Tahar Ben Jelloun. « Rien de ce qui est humain ne m’est étranger », de Térence, rien à voir avec l’acteur. « Everybody keeps cool, it’s a robbery  », dans Pulp Fiction. (En passant, il me semble que Tim dit plutôt "Everybody be cool but I’m not sure so what, Brian is in the kitchen). Et puis, Méga-Condom, son nom de super-héros de quand il n’était pas grand, s’auto-cite aussi avec une sentence proche de l’anthologie : « (... j’attache la plus grande importance à ce premier contact avec les jeunes générations. Il ne faut pas oublier que les analphabètes d’aujourd’hui sont les illettrés (NDB (2) : deux l, deux t) de demain ». Monsieur Phil Déchine, ou quel que soit votre nom, j’aime beaucoup de ce que vous...

(1). En fait, c’est cela la nostalgie, quand tu regrettes L’Ecole des fans alors que tu ne regardais même pas quand cela passait à la télévision. Ou quand on écoute Joe Le Taxi, en se disant que quand même avant on savait écrire des musiques de jazz.

(2). NDB : Note du blogueur.





Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • alberto alberto 11 juillet 2007 11:29

    Bon, moi je ferais bien une petite sieste...


    • ExSam 11 juillet 2007 11:33

      Je sais pas trop quoi en penser, finalement, de ce bouquin. Le commentateur se regarde un peu faire des bons mots, pendant ce temps il nous dit pas vraiment qu’est-ce qui est bon dans ce qu’il conseille.

      J’ai pêché deux extraits sur Evene. Ca m’a pas décidé non plus. C’est à vous de voir...

      Morceau choisi

      Les premiers temps, avec mon répondeur, j’étais le roi du monde. Un Philips TD 9360 interrogeable à distance, télécommandable par fréquences vocales et protégé par code d’accès confidentiel. Je l’appelais Gordon. Gordon veillait à ma tranquillité d’esprit avec un professionnalisme irréprochable. Il se chargeait du sale boulot. Il répondait aux importuns, il prenait courtoisement leurs messages. Quand c’étaient des fâcheux, du genre intarissable, il leur claquait le beignet avec élégance sous prétexte que leur temps de parole était épuisé. Il m’avertissait ensuite d’une manière feutrée sans jamais me déranger par un clignotement silencieux de sa diode rouge.

      Morceau choisi

      Après George-Patrick Stendhal, j’ai fait trois télés locales, la bande-annonce du vidéoclub de Millau et un site d’amis des bêtes sur Internet. Eh bien, côté presse people, ça a été très calme, très respectueux de mon intimité. A croire que les gens de la profession s’étaient donné le mot. Ils savaient qu’un génie de la littérature préfère se tenir éloigné des feux de la rampe. Ils étaient conscients que j’avais besoin de solitude et de recueillement pour composer mon oeuvre. Après tout, mes livres parlaient pour moi. J’étais un homme de l’écrit. Une âme sensible peu disposée à la prise de parole en public. Un graphiste professionnel, ne l’oublions pas.


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 juillet 2007 16:55

        @EsSam,

        L’article laisse sur sa faim. D’après tes extraits, cela laisse également en rade. (merci)

        Seul le titre parraissait intéressant. Dommage. smiley


      • ExSam 11 juillet 2007 20:43

        L’Enfoiré

        Salut et merci.

        Dans la famille des dix, je te recommanderais - sans préjuger de la qualité d’Ecrivain de P.Ségur - Le post-exostime en dix leçons : leçon onze, d’Antoine Volodine. C’est une leçon d’écriture, à mon humble avis. Mais tu connais peut-être déjà...

        A la prochaine smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 11 juillet 2007 13:27

        Ouais, moi non plus, je ne suis pas convaincu, le style ne me botte pas trop. Merci pour les extraits.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires