• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ennio Morricone, le Professionnel !

Ennio Morricone, le Professionnel !

« Me produire dans toutes ces villes devant un public si large, aux âges et aux cultures si variés, est une expérience des plus enrichissantes. Cette année, je fête soixante années d’une carrière durant laquelle j’ai composé plus de 600 musiques. » (Ennio Morricone, 2018).



Le compositeur de musiques de film Ennio Morricone s’est éteint à Rome ce lundi 6 juillet 2020 à l’âge de 91 ans. Il y a de quoi être ému car avec sa musique, il représentait non seulement des films mais bien plus. Une sorte de partie de soi-même. Sa musique n’était pas l’accompagnement d’un film mais c’était parfois presque l’inverse, le film pouvait devenir un accompagnement de sa musique (comme c’était le cas pour les plus grands compositeurs). Une œuvre dans une œuvre. Il faisait partie de ces musiciens qui ont donné ses lettres de noblesse à ce genre qu’est la musique de film, avec Maurice Jarre, Michel Legrand, Francis Lai, Vladimir Cosma, Éric Serra, Alexandre Desplat, etc.

Souvent, les chansons très connues de variétés marquent la mémoire d’une époque de la jeunesse, le temps où l’on aimait et l’on dansait sur cette musique. La musique d’Ennio Morricone va beaucoup plus loin chez moi. Quand j’écoute sa musique, j’ai souvent un frisson car j’ai parfois de l’enfance qui revient à la surface, comme une sorte de remontée dans le temps qui se perd dans les interstices de la mémoire. Cela ne tient pas à grand-chose, c’était simplement une cassette (un ustensile préhistorique pour les moins de trente ans) que j’avais dû acheter quand j’étais môme et que je me remettais en boucle lors de vacances au bord de la mer. Ce lieu si magique, plage de sable chaud, grands espaces, calme, soleil, ciel intensément bleu ou même de pluie (la Bretagne n’est pas ennuyeuse pour cela, elle est très changeante), est associé à cette musique qui n’y pouvait rien.





J’avais déjà assisté à un concert d’un musicien de musiques de film, c’était Alexandre Desplat (très populaire parmi la jeune génération en raison de sa contribution pour "Harry Potter"), je l’ai écouté à la Salle Pleyel sans a priori et j’ai beaucoup apprécié sa musique alors je ne connaissais pas les films associés. L’expérience était concluante et j’ai cherché à la renouveler.

_yartiMorriconeEnnioB02

Malgré son grand âge, compositeur mais aussi chef d’orchestre, Ennio Morricone adorait se produire en concert, si bien que j’ai eu la grande chance de pouvoir assister à l’un de ses derniers concerts. Il avait organisé une grande tournée mondiale pour son 90e anniversaire et j’étais donc présent à son concert à l’Arena Accor à Bercy, le 23 novembre 2018 au triste titre : "Concert d’adieu". J’avais peu l’habitude de me rendre dans ce genre de lieu où tant de monde était rassemblé, peut-être 20 000 personnes, voire plus, comme une sorte de stade, avec une acoustique en rapport, c’est-à-dire loin des salles feutrées de concert d’un millier de places que j’ai l’habitude de fréquenter (avant crise sanitaire).

La programmation était relativement prévisible, puisque la plupart des morceaux qu’il a interprétés m’étaient déjà connues (à une ou deux exceptions près), mais c’était étonnant de l’entendre dans un cadre de concert, sans image, sans film, et le génie, c’était que cela tenait la route, la musique à elle seule, mais je le savais déjà. Je pense que c’est un critère. Certaines musiques de film sont très pauvres sans le film, écoutées hors contexte, ce n’était pas le cas de celles d’Ennio Morricone pour qui c’est vraiment l’inverse.

J’ai par exemple revu récemment le film "Le Marginal" avec Jean-Paul Belmondo, et à mon grand étonnement, j’ai trouvé que le film avait très vieilli et était devenu très ennuyeux, seule la musique d’Ennio Morricone le sauvait du naufrage. Mais quand le film est en plus intéressant, cela peut devenir des pépites, c’est le cas de "Frantic", de "Le Professionnel" (encore que le scénario soit finalement assez ennuyeux), et bien sûr, tous les "westerns spaghettis" avec son compère Sergio Leone, un véritable trésor cinématographique.





Lors de ce concert mémorable du 23 novembre 2018, Ennio Morricone semblait être d’une forme exceptionnelle, même s’il dirigeait l’orchestre assis. Amusant aussi de voir l’une de ses cantatrices pieds nus dans cette fosse sonore gigantesque. Assurément, quoique l’entrée à ces concerts fût très chère (il est des choix budgétaires réfléchis !), je doute que ce fût l’argent le principal moteur qui a incité ce nonagénaire accompli et reconnu depuis des décennies à continuer à faire ces tournées démentes et épuisantes. Un peu comme avec le compositeur de musique électroacoustique Pierre Henry, il y avait un petit côté (sinon grand côté) cabotin chez Ennio Morricone qui avait besoin de voir, de sentir ses auditeurs comme un romancier a parfois besoin de voir, d’écouter ses lecteurs.

_yartiMorriconeEnnioB04

Il y avait aussi à la même époque une rétrospective de ses musiques de film, du 22 au 26 novembre 2018, à la Cinémathèque française (qui rouvre ses portes le 15 juillet 2020 après le début du confinement).

Maintenant nulle part et partout, Ennio Morricone est en fait déjà dans le panthéon du cinéma mondial, bien placé pour que sa musique hante encore longtemps l’esprit de ses anciens contemporains…






Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 juillet 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Ennio Morricone, le Professionnel !
L'infatigable Ennio Morricone.
Yves Robert.
Suzanne Flon.
Michel Piccoli.
Jacques François.
Alfred Hitchcock.
Brigitte Bardot.
Charlie Chaplin.

_yartiMorriconeEnnioB03

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 14:56

    La team Rakoto a vraiment un temps d’avance sur les futurs décès. Tel le croque-mort chez Lucky Luke.


    • Laconique Laconique 6 juillet 2020 15:13

      So many memories… For a few dollars more, my favourite :

      https://www.youtube.com/watch?v=mLXQltR7vUQ


      • Jeekes Jeekes 6 juillet 2020 19:54

        Tu veux bien nous expliquer pourquoi tu te crois obligé de nous balancer tes conneries en rosbif ?

         

        Ne dit pas que c’est pour étaler ton improbable culture.

        Alors quoi, pour faire le malin ?

         

        Raté, t’as juste l’air d’un guignol prétentieux.

        C’est con hein ?

         

        Faut dire que dans laconique, ben justement y’a...

        Je te laisse chercher, mais un indice, c’est pas ’’nique’’ la réponse.

         


      • Samson Samson 6 juillet 2020 19:55

        Lee Van Cliff y est éblouissant !

        De fait, mon préféré avec « Il était une fois la révolution »


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 20:28

        @Jeekes

        Du dandysme 2.0


      • amiaplacidus amiaplacidus 6 juillet 2020 15:43

        Deux articles de Rakoto le même jour, c’est trop, on atteint la dose létale.

        La chloroquine est-elle efficace contre le Rakoto ?


        • Samson Samson 6 juillet 2020 19:37

          Et ce n’est pas le dernier de la journée : il voudra sûrement être le premier à cirer les pompes du nouveau gouvernement ! smiley

          Bande de veinard(-e)s !!!

          Bachelot est à la culture : sûr que çà va faire remonter le niveau !   

          Et maintenant, c’est Darmanin au ministère des LBD. 


        • Samson Samson 6 juillet 2020 19:39

          Il y a clairement de l’abus ! Va falloir aviser le contrôle anti-dopage d’Agoravox ! smiley smiley smiley


        • Samson Samson 6 juillet 2020 20:02

          « Bachelot est à la culture : sûr que çà va faire remonter le niveau ! »

          Mais ne nous plaignons pas, ils auraient pu débaucher Morano ! smiley


        • amiaplacidus amiaplacidus 7 juillet 2020 10:03

          Il semble que Sibeth a été pressentie, mais elle a décliné, estimant que ce poste n’était pas à la hauteur de ses grandes capacités.


        • devphil30 devphil30 6 juillet 2020 17:17

          Faut passer à l’arsenic c’est plus sûr

          Les décès attendent mais pas les articles


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 20:12

            L’auteur parle de tout sauf de musique.


            • devphil30 devphil30 7 juillet 2020 06:59

              Il parle de rien mais il met ça en musique pour intéresser


            • The White Rabbit The White Rabbit 6 juillet 2020 21:58

              La musique de Once Upon A Time In America est selon moi son véritable chef d’œuvre, l’apogée de sa carrière.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 22:14

                @The White Rabbit

                Voui mais son utilisation de sons hors « classique » ...


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 22:32

                Ennio nous interpelle sur ce qu’est le son et ce qu’est la musique...


                • François Vesin François Vesin 6 juillet 2020 23:24

                  Et de nouveau 4 articles de Monsieur ROKOTOARISON

                  dans l’édition du 6 juillet 2020 = combien de contributeurs

                  doivent-ils se taire pour que nous subissions les infamies

                  de cet éructeur précoce ? 

                  Trop c’est trop — bon vent AGORAKOTOARISON, mais sans moi !!!

                  1— 

                  De la théocratie à la démocratie laïque

                  2— 

                  Ennio Morricone, le Professionnel !Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron

                  3— 

                  Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron

                  4— 

                  Vladimir Poutine se prépare à un avenir confortable

                  ____________________________________________

                  Pour mémoire :

                  Quatre « articles » de S. ROKOTOARISON dans l’édition du 2 juillet

                  Ce sont au minimum 3 de trop = bon vent à la « presse libre »

                  1)

                  Les trois sources d’amélioration du système de santé selon Pr Karine Lacombe

                  2)

                  Ils sont tombés parterre, c’est la faute à Colbert !

                  3)

                  Municipales 2020 (5) : la prime aux… écolos ?

                  4) 

                  Après-covid-19 : « écologie citoyenne », retraites, PMA, assurance-chômage ?


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 juillet 2020 23:36

                    @François Vesin

                    Bahhhh au moins il nous aura parlé de Ennio ...


                  • ETTORE ETTORE 7 juillet 2020 11:55

                    Ben moi...moi...moi......J’ai eu le privilège d’entendre la voix de Rakoto  !

                    Ben voui.... !!!!

                    C’était le mec à .....l’harmonica !

                    Et Ennio l’avait déjà tellement pris en grippe, le Rakoto, qu’il lui serait le cou, à l’étrangler !

                    C’est ce qui à donné, cette sonorité plaintive, qui depuis reste la marque de fabrique de Rakoto, cet auteur prolixe, en pendaisons courtes !


                    • ZenZoe ZenZoe 7 juillet 2020 14:31

                      Franchement, au lieu de cracher sur l’auteur, personne pour dire que Morricone était un très grand compositeur, et que sans lui, les western-spaghetti de Leone n’auraient peur-être pas eu le même impact ?

                      Faudrait pas confondre le messager et l’objet du message.

                      Allez les râleurs, oubliez un peu Rakoto et allez réécouter un petit coup de cet harmonica magique qui donne la chair de poule smiley


                      • Samson Samson 7 juillet 2020 15:18

                        Les films de Sergio Leone sont en tous points (psychologie, jeux d’acteurs, image, dialogues, langage non-verbal, souci du détail, ...) des chefs d’œuvre du 7ème art que je ne me lasse jamais de voir et revoir. Et la musique sublime de ce tout grand compositeur qu’était Ennio Moriconne les magnifie encore.

                        Une grande perte, tant pour la musique que pour le cinéma !

                        RIP


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 juillet 2020 18:42

                        @Samson

                        Tout à fait. Qu’il repose en paix ce grand bonhomme. Et dans cent ans encore deux notes de lui seront reconnaissables.


                      • troletbuse troletbuse 7 juillet 2020 17:32

                        Je me demande si Ratoto a déjà écrit l’éloge funèbre de Micron


                        • Samson Samson 7 juillet 2020 19:07

                          ... et de toute l’actuelle classe politique !

                          Il complète au fur et à mesure ses bios et ses fiches, histoire de ne jamais se trouver pris au dépourvu en cas de mort subite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité