• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Entretiens d’embauche » Pantomime existentielle fort loquace au (...)

« Entretiens d’embauche » Pantomime existentielle fort loquace au Déjazet

Dans le titre, se trouvent donc les mots « entretiens », « embauche » qui doivent être complétés, selon l’autrice, par « et autres demandes excessives ».

Bien entendu, ce supplément d’exigence est imputable en partie au demandeur d’emploi mais surtout à son questionneur et, de manière générale, à tous ceux qui pourraient abuser du pouvoir qu’ils détiennent face à la vulnérabilité humaine.

 

JPEG - 51.5 ko
ENTRETIENS D’EMBAUCHE
© LOT

 

Une sorte de vade mecum informel va apparaître au fur et à mesure des rencontres professionnelles engageant le postulant à appliquer quelques règles comportementales : « être soi-même », « aimer son interlocuteur », « s’habiller sans ostentation » etc… bref, maintenir le bon sens et la simplicité en ligne directrice.

Mais le texte et la mise en scène d’Anne Bourgeois échappent rapidement à ce cadre convenu, en installant la comédienne Laurence Fabre en situation d’instabilité existentielle, c’est-à-dire que celle-ci, au-delà de sa recherche ponctuelle du gagne-pain indispensable, se retrouve face à la vie, démunie comme l’enfant qui vient de naître… à ceci près qu’il s’agit d’une jeune femme contemporaine en mal de repères sociaux, psychologiques, affectifs voire métaphysiques.

 

JPEG - 59.2 ko
ENTRETIENS D’EMBAUCHE
© LOT

 

Et Dieu dans tout cela, qu’en penserait-il, en effet, si la croyance devait être également au rendez-vous ?

Flirtant ainsi sur le domaine, ô combien spéculatif, d’Eric-Emmanuel Schmitt, Anne Bourgeois, en totale complémentarité et complicité avec son « actrice », effectue alors un virage de traverse et l’engage sur le terrain de la pantomime facétieuse où l’art du clown peut être considéré comme une réponse au stress sociétal en adoptant des comportements décalés mais significatifs du mal être, ainsi qu’en exprimant des mimiques, des gestes, des phrases en apparence peu conformes à la maîtrise de soi mais en définitive fort libérateurs d’énergie et d’affect, bref en laissant le corps et l’esprit trouver une adéquation constructive devant l’incompréhension formatée du monde environnant.

Pour parvenir à cette perspective scénographique, Laurence Fabre dispose de ressources fort appropriées, à la fois naturelles mais également acquises, en dialectique synchrone avec la voix off questionnante de Fabrice Drouelle.

 

JPEG - 52.6 ko
ENTRETIENS D’EMBAUCHE
© LOT

 

Selon un visage d’apparence différenciée, pouvant évoluer, par exemple, d’ « Agnès Soral » à « Céline Dion » (ou « Véronic Di Caire » son imitatrice) en passant par « Virginie Lemoine » dont sa composition de demandeuse d’emploi, à la fois gentille, naïve et pétulante, serait la plus proche, l’artiste endosse à part entière son rôle de one-woman-show, capable par exemple, de se dédoubler dans l’instant en Solange son interrogatrice burlesque de pôle emploi.

Dans ce légendaire Théâtre Dejazet, dirigé depuis quarante décennies par Jean Bouquin totalement passionné par la cause du spectacle vivant tout en ne fonctionnant que par instinct et « coups de coeur », Laurence Fabre & Anne Bourgeois trouvent en ce « mécène » de l’art théâtral l’opportunité de « toucher » les spectateurs durant deux mois que « tous ensemble » devraient estimer à sa plus haute intensité.

 

JPEG - 62.5 ko
ENTRETIENS D’EMBAUCHE
© LOT

 

Apprécions, par conséquent, cette création du Festival off d’Avignon 2015 à hauteur de conte tragi-comique, telle une quête globalisante impliquant l’invite et la démarche initiatique à (re)prendre possession de sa véritable personnalité, ce qui, à terme, devrait permettre pour tout un chacun d’être réellement présent au monde selon des compétences spécifiques et, ainsi, de pouvoir interpréter, penser et, en définitive, assumer une relation « sereinement subjective » face à la société.

 

photos © LOT

 

ENTRETIENS D'EMBAUCHE - **.. Theothea.com - de & mise en scène Anne Bourgeois - avec Laurence Fabre - Théâtre Déjazet

 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 27 février 19:10

    Être une femme libérée, c’est pas si facile.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires