• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Et encore je m’retiens » sic Isabelle Alonso à Hébertot

« Et encore je m’retiens » sic Isabelle Alonso à Hébertot

« Alonso » bien entendu, comme Fernando, le champion de F1 dont Isabelle se gausse de ne pas comprendre l’engouement pour tourner en rond, fût-ce à grande vitesse sur un circuit automobile, mais « Alonso » surtout la chroniqueuse venue sur les planches avec la mission artistique d’y illustrer, par l’humour, son point de vue féministe… et le nôtre, par la même occasion… si affinités.

Son one woman show pourrait avoir des allures de conférence « ex cathedra » mais comme par un effet de trompe-l’œil, il s’apparente davantage au format « stand up », à ceci près que le public sollicité pour acquiescement, dès les premières secondes du spectacle, préférera rester tout ouïe, à la suite de ce consentement initial.

Mettant donc d’emblée les rieurs de son côté, constitués incontestablement d’une grande majorité féminine, la comédienne va monter en puissance, d’abord anecdotique, puis médiatique et enfin politique.

Soixante-quinze minutes de sourires et de réflexions souvent pertinentes où il faudrait franchement être « mauvais coucheur » (2ème sexe à l’identique !) pour ne pas apprécier, à sa juste valeur, le message de parité.

Globalement, la thèse démontrée fustige le pouvoir traditionnellement dominant du mâle en ses recoins les plus quotidiens à l’instar des plus pernicieusement idéologiques.

C’est drôle, bien vu et souvent sans appel.

Ceci dit, en mettant le concept du pouvoir à la clef de l’aliénation universelle du féminin par le masculin, Isabelle Alonso néglige, sans doute, la puissance atavique de jouissance drainée par la soumission latente de l’une à l’autre, ou vice versa, bien sûr !

Cependant comme la dialectique du « freudiennement incorrect » n’aurait guère sa place dans une telle démonstration rhétorique au second degré, c’est avec grande satisfaction qu’un nouveau couplet de « La Marseillaise » sera dédié à l’hommage pérenne de la « matrie », en reconnaisance de son enfantement conjugué sous l’auspice de tous les féminins pluriels du monde.

photo © Sandrine Roudeix

ET ENCORE JE M'RETIENS - **.. Theothea.com - de Isabelle Alonso - mise en scène : Caroline Loeb - avec Isabelle Alonso - Théâtre du Petit Hébertot

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.19/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 7 octobre 2011 11:08

    Ceci n’est pas un article mais le copié/collé du texte de promo du dossier de presse qu’on peut lire sur le site dont le lien est donné à la fin.

    Bref un détournement du concept de média citoyen pour s’offrir de de la pub gratuite à des fins commerciales.

    Ca n’a rien à faire ici.

    Payez vous donc un encart ou une bandeau au lieu de polluer...


    • Kalki Kalki 7 octobre 2011 12:35

      Elle doit avoir des problèmes gastriques


    • Theothea.com Theothea.com 7 octobre 2011 14:12

      En réponse à votre déclaration suivante du 07/10/11, signée ALDOUS :

      Ceci n’est pas un article mais le copié/collé du texte de promo du dossier de presse qu’on peut lire sur le site dont le lien est donné à la fin.
      Bref un détournement du concept de média citoyen pour s’offrir de de la pub gratuite à des fins commerciales.
      Ca n’a rien à faire ici.
      Payez vous donc un encart ou une bandeau au lieu de polluer...

      Cher Aldous,

      Avant de vous emporter bêtement dans de la diffamation sans vérifier vos sources, je vous informe que cet article concernant Isabelle Alonso est le 1482 ème écrit sur EN COULISSE Theothea.com depuis 16 ans de critiques théâtrale. ( www.theothea.com )
      Ce que vous dénoncez comme un copier-coller du dossier de presse n’est donc que la publication sur Agoravox de mon propre article signé « Theothea ».
      Donc, il ne s’agit ni d’une promo d’Isabelle Alonso dont le spectacle se termine d’ailleurs à l’Hébertot dans une semaine, ni donc d’un extrait du dossier de presse mais bel et bien d’une critique théâtrale complètement indépendante publiée sur Theothea.com
      A ce titre, je vous informe également que cette critique est la 573ème publiée sur Agoravox depuis notre inscription à ce support citoyen en juin 2005.
      Soyez plus attentif à la véracité de vos dénonciations ; elles en auront d’autant plus d’impact. Et donc n’accusez pas à tort ; cela ne peut que se retourner contre votre crédibilité. 
      Bien à vous
      J.M. / Theothea.com


      • Theothea.com Theothea.com 7 octobre 2011 14:42

        A la suite de cette rectification par l’auteur de l’article, merci d’avance à ceux qui par leurs votes ou ,leurs commentaires sauront apprécier cette critique théâtrale concernant Isabelle Alonso.... à sa juste valeur.

        JM / Theothea.com


      • JahRaph JahRaph 7 octobre 2011 15:20

        Alonso, beaucoup de gens ici (et ailleurs) ne peuvent pas la supporter, non pas vis à vis de son travail d’actrice, mais vis à vis de son engagement quelque peu outrancier comme « chienne de garde »

        http://forum.aufeminin.com/forum/actu1/__f12408_actu1-Isabelle-alonso.html

        Je ne suis pas pour une société « patriarcale », mais le féminisme a peut être servi de paravent à des causes beaucoup moins avouables (dissolution de la cellule familiale dans la société par exemple) :

        http://www.youtube.com/watch?v=lyRCMyFLDOI

        (le passage concernant l’origine du féminisme se situe à partir de 07:15)


        • 1984 7 octobre 2011 15:34

          J’ai « plussé » mais je m’en veux un peu car sur Agoravox tout article vaguement féministe voit sa valeur justifié par le nombre de « moinssage ».


          • efarista efarista 7 octobre 2011 20:29

            c’est sympa de rappeler que le spectacle d’Isabelle Alonso se termine a l’Hébertot dans une semaine !
            Cela corrobore ce que dit Aldous somme toute. Vous faites de la pub ce qui n’est pas le lieu.
            A y être veuillez donner les infos « itinéraires conseillé » pour s’y rendre !
            Donc si je suis bien, je peux déposer ici l’adresse du restau d’un pote et me faire critique gastronomique le temps d’un billet ??


            • Kalki Kalki 7 octobre 2011 21:31

              oui ...

              surtout si c’est pour manger du président aux cookies


            • Theothea.com Theothea.com 8 octobre 2011 02:43

              Cher Efarista
               
              Si vous pensez qu’analyser chaque spectacle théâtral avec un a priori positif, relève de la valorisation du spectacle vivant en général, je suis prêt à souscrire à ce point de vue.
               
              Pour le reste, n’étant pas plus pote avec vous qu’ avec Isabelle Alonso, j’attends avec impatiente votre critique gastronomique, en me réjouissant à l’avance de la satisfaction qu’elle va apporter à vos lecteurs.... au moins aussi forte que le spectacle d’Isabelle Alonso, à n’en pas douter !....
               
              Bien à vous
              JM / Theothea.com 
               


            • jujubes 7 octobre 2011 22:08

              marre de ces personnalités auto- estampillées du label « féministe » ! madame alonso, parlez en votre nom et prenez vos poses « féministes » jusqu’à la caricature, pour ma part je n’ai pas besoin de vous comme porte-parole, et comme bien d’autres vous desservez la cause que vous avez l’arrogance de vouloir incarner .


              • trobador 7 octobre 2011 22:23

                Visiblement être féministe c’est pas encore facile !
                Moi, Alonso, je l’apprécie beaucoup !


                • Antoine 7 octobre 2011 23:34

                   Alonso est le type (!) même de personnage qu’il est inutile d’écouter ou de lire : c’est une totale perte de temps puisque l’on sait d’avance et exactement le contenu de sa charia.


                  • mateo 7 octobre 2011 23:39

                    Ah ah Mme Alonso qui fustige dans une émission la femme-objet ; objet de convoitise de tous les hommes, viandards à ses yeux. Et qui 5 minutes plus tard fait les yeux doux à des hommes peu vêtus mimant même un coup de griffe... Comment perdre toute crédibilité en quelques instants.


                    • jujubes 8 octobre 2011 09:57

                      mateo, je plusse plusse plusse .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires