• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Faut-il aller voir l’expo Marvel sur les super-héros ?

Faut-il aller voir l’expo Marvel sur les super-héros ?

Pour savoir quoi penser de la première grande exposition consacrée en France à « L’art des super-héros Marvel », nous avons demandé son avis à un spécialiste : Bruce Lit qui anime le site dédié aux Comics.

Nous l'avons rencontré à sa sortie de l'exposition qui se tient à Paris au Musée Art ludique jusqu’au 31 août 2014. 

Question (Q) : Le Comics entre au musée pour la première fois en France dans le cadre d’une exposition sur les super-héros Marvel. Qu’est ce que l’on ressent, quand on est un amateur de longue date, de voir son art préféré mis au grand jour et célébré dans un musée ?
 
Bruce Lit (BL) : Pour moi, c’est à la fois un aboutissement et quelque chose de normal. Pour un gosse qui a grandi en lisant les Special Strange, Spiderman, les X-men, c’est tout à fait cohérent que cette forme d’art populaire se retrouve dans un musée.
 
Je pense d’ailleurs aux couvertures des Strange qui étaient des peintures originales - faites spécialement pour les éditions françaises - qui ne sont malheureusement pas présentes à l’exposition.
 
C’est la sortie du ghetto pour le Comics book. Depuis une dizaine d’année, avec les premiers films X-men, les comics et leurs héros touchent un nouveau public et atteignent une certaine forme de respectabilité. 
 
Cette exposition est donc l’aboutissement logique de cette évolution. Il est vrai que le chemin aura été long si on repense aux années 80. Il faut se souvenir que les éditions Lug, par exemple, étaient soumises à la censure. Des séries comme Daredevil étaient interrompues sans préavis car la censure les jugeait trop violentes. 
 
Je remarque que le Comics book entre au musée la même année que le punk ! (rires).
 
Q : N’y-a-t-il pas un risque pour le Comics d’être muséifié, c'est-à-dire d’appartenir finalement au passé ? 
 
BL : Attention, on n’est pas au Louvre quand même (rires). Non je ne crois pas. Le Comics reste une industrie bien vivante ! Ce qui est difficile, pour un amateur de longue date, c’est de constater que cette exposition est aussi un lieu de passage de génération... 
 
Beaucoup d’enfants, de jeunes sont attirés dans cette exposition par les films Marvel que je ne trouve personnellement pas toujours très bons. Cette modernisation du super-héros est inévitable… Mais si sur dix enfants qui viennent, trois ou quatre finissent par découvrir le travail de Franck Miller ou Chris Claremont, alors cela en vaut la peine...
 
Q : Que penser de l’exposition et de la façon dont elle est conçue ? 
 
BL : La scénographie est pas mal. Elle est conçue pour plaire au public qui a aimé les films sur les Avengers, Iron man et Captain America. L’expo de ce point de vue est presque la continuité de la promotion des ces derniers films. 
 
L’exposition présente des planches originales de dessinateurs, des story-boards et des objets issus des films (marteau de Thor, bouclier de Captain America, armes, costumes…) qui permettent d’apprécier le travail des artistes même si les films ne sont pas toujours excellents. J’ai fait un peu l’impasse sur ces objets pour me concentrer sur les planches originales.
 
L’exposition fait le grand écart entre des planches originales de Jack Kirby des années 1960 et celles de Carlos Pacheco, d’Olivier Coipel des années 2000.
 
Quelle émotion devant le travail de John Byrne, Franck Miller, Jack Kirby, John Buscema ! De les voir en N&B, en grand format, avec le lettrage ajouté à la main au dernier moment, de découvrir des annotations dans les marges. Il y a aussi quelques crayonnés. Bref tout cela est susceptible d’attirer l’amateur de comics old school.
 
Q : Donc Bruce Lit recommande cette exposition ?
 
BL : Oui tout à fait. Cette exposition brasse habilement plusieurs générations de lecteurs ou de nouveaux lecteurs, un peu comme le rock. Toutes les générations se retrouvent. 
 
Seul bémol, c’est une exposition essentiellement axée sur le dessin. Il n’y a pas d’espaces pour de grands scénaristes comme Chris Claremont, Ann Nocenti ou Franck Miller même s’ils peuvent être présents à travers des planches inoubliables : John Byrne avec la saga du Phénix, Franck Miller avec Daredevil.
 
L’exposition est à l’image du Comics d’aujourd’hui. Elle arrive à faire le grand écart entre le néophyte qui découvre cet univers et le puriste qui va y découvrir des trésors de guerre. 
Il y a peut-être un peu trop de planches sur Captain America - qui est en réalité un personnage assez secondaire - contre deux ou trois de Daredevil ou du Punisher. Alors que ces histoires ont changé à jamais l’histoire du Comics book. Ma vie de lecteur en tout cas !
 
Q : Pour finir, la plus belle planche de l’exposition selon Bruce Lit ? 
 
BL : Trop dur (rires). Trois m’ont particulièrement touchée : 
 
  1. Un ou deux Pin-up sur les 4 fantastiques par Jack Kirby
  2. Une planche où Magnéto fait régresser les X-men à l’état de bébés par John Byrne et Terry Austin qui fait partie de la mythologie des mutants !
  3. Et puis enfin, une planche que j’apprécie particulièrement. La fameuse planche par Franck Miller où Daredevil joue à la roulette russe. Un trésor inoubliable et qui justifie à elle seule la visite de cette exposition. 
 
Et si j’ai droit à un bonus, la couverture de John Romita jr avec Daredevil et Typhoid Mary. Le N&B permet d’admirer le travail des artistes, le travail de Romita Jr sur la chevelure de Mary !
 
Q : Le dernier mot de Bruce Lit ?
 
BL : Venez nombreux sur notre site tenu par 3 rédacteurs passionnés qui vivent le Comics, quelque soit l’époque, l’éditeur… réalisé de manière bénévole et totalement passionné !
 
L'art des super-héros Marvel - Musée Art ludique - Cité du Design et de la Mode - 34 quai d'Austerlitz - Paris - Jusqu'au 31 Août.
 
JPEG - 222.3 ko
Spidey en visite à Paris
Plusieurs planches et montages sont consacrés à Spiderman
JPEG - 239.6 ko
Le fameux Daredevil de Franck Miller
Bruce Lit commente la fameuse planche avec beaucoup d’émotions...
JPEG - 210.1 ko
Le marteau de Thor sous vitrine
Un des objets présentés dans l’exposition. Il y a également une moto, un bouclier, des armes...

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 26 avril 2014 08:11
    Marvel...c’est typiquement américain..pas Français...Nous sommes déjà envahis par les McDo..et la propagande des USA a longueur d’année...C’est pour les veaux décérébrés ce genre de truc.. !

    • Matt Maticien Matt Maticien 26 avril 2014 09:11

      Cette exposition présente un élément issu de la culture populaire américaine des années 40. Le Comics est un peu à la BD ce que le rock est à la musique : la nationalité finit par ne plus avoir d’importance. 

      Il faut signaler que cette exposition présente aussi le travail de français : Olivier Coipel par exemple. Ce dessinateur formé à l’école des Gobelins dessine aujourd’hui pour Marvel la série Thor... qui s’inspire de la mythologie nordique. CQFD ?

      Il ne faut pas bouder son plaisir smiley


    • claude-michel claude-michel 26 avril 2014 10:11

      Par Matt Maticien...La culture américaine je connais étant half and half...Les comics commencent avant les années 40 il me semble.. ?

      L’histoire de la bande dessinée américaine commence en 1842 avec la traduction d’une œuvre de Rodolphe Töpffer ... !


    • Matt Maticien Matt Maticien 26 avril 2014 10:23

      Effectivement. J’ai mis 1940 car c’est approximativement la date de création des super-héros et c’est aussi celle de la création de la maison d’édition Marvel (1939). Mais je ne suis pas un spécialiste... Il faudrait en parler avec Bruce Lit.


    • Scual 26 avril 2014 13:07

      Personnellement je ne crois pas qu’il s’agisse d’un art.

      Je suis moi même un spécialiste de l’univers X-men. Je connais très bien cet univers ayant quasiment tout lu à part quelques rares mini séries et je sais de quoi je parle quand je dis : le pognon prime sur la qualité et la propagande sur le message de l’auteur choisi d’ailleurs plus pour ses orientations idéologiques que pour son talent...

      Ce n’est donc clairement pas un art, en tout cas pas plus qu’une publicité, les emballages de nos produits de supermarché ou une chanson d’un boys band préfabriquée par une major... ça veut pas dire que c’est nul ou forcément déplaisant, sinon je ne serais pas devenu un spécialiste. Cela dit il y a du pourri et même du très pourri. Par exemple le dernier x-men legacy centré sur le personnage de Légion était très bon même si il fallait bien connaitre son histoire, mais alors le tout nouveau x-force avec une Psylocke droguée aux meurtres qui se sert de ce groupe comme excuse pour assouvir sa soif de tuerie ! soit ça en dit long sur la culture américaine, soit ça en dit long sur ce qu’ils veulent qu’elle devienne. En plus ça remplace Cable and X-force qui avait pris ses marques et avait énormément de potentiel. 

      Bref les comics Marvel sont évidement plus un mélange entre propagande et divertissement et très peu de l’art. C’est une industrie faisant travailler des d’artisans propagandistes.


      • claude-michel claude-michel 26 avril 2014 13:49

        La définition de l’art est...« L’expression par des créations humaines dun idéal esthétique.  »


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 avril 2014 16:22

        « Peut-on qualifier un objet destiné à récurer un four d’oeuvre d’art ? » ( Woody Allen . Il me semble...)


      • Matt Maticien Matt Maticien 26 avril 2014 19:30

        Merci pour ce commentaire. Il me semble que l’art contient une vision du monde dans lequel il a été crée. De nombreuses œuvres sont liées par exemple à l’histoire religieuse ou politique d’un pays (cf. les toiles du Louvre). En ce sens, les héros Marvel sont le reflet de la société qui les a vus naître... S’agit-il de propagande ?


      • Matt Maticien Matt Maticien 26 avril 2014 19:34

        Selon moi, depuis les ready-made de Marcel Duchamp, tout ce qui est dans un musée est de l’art smiley Non ?


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 avril 2014 03:19

        En ce sens, les héros Marvel sont le reflet de la société qui les a vus naître... S’agit-il de propagande ?


        Si la réponse est « oui », alors il faut aussi considérer Jean Valjean comme parti prenante d’un mouvement de propagande. Même chose pour tous les autres héros et héroïnes de l’écrit ou du visuel.

        S’il est vrai que les personnages de Marvel ( comme de tout autre éditeur d’ailleurs ) sont un reflet, il faut admettre qu’ils ont su évoluer avec leur public et aussi les modes du moment.

        Quoi de comparable entre Parker, le lycéen timide de ses débuts, et le jeune homme qui finit par épouser Mary-Jane ?

        Sans parler du chemin parcouru par Steve Rogers. Le patriotique Captain America sans failles du début qui a laissé la place à un homme tourmenté par le doute dans les années 70 quand à sa valeur intrinsèque et son influence, pour finir par tenir une partie des rênes de la politique sécuritaire en acceptant l’idée qu’il faille parfois se salir les mains pour préserver l’ équilibre du monde.

        C’est ce que j’apprécie le plus chez cet éditeur. Personne n’est tout blanc ou tout noir. Même le pire salaud peut agir pour le bien commun et le héros peut se perdre dans son idéologie.

      • Scual 27 avril 2014 08:13

        Oui... ça c’est la version qu’ils ont réussit à imposer. Que le mal n’est pas si mal, que pour faire le bien il faut faire le mal etc... bref c’est exactement ce que je disais. Ils sont le fer de lance de la préparation des esprits à ce que l’Amérique allait devenir : le nouvel empire du mal.

        Aujourd’hui les « super héros » sont au diapason de la lutte contre le terrorisme qui n’est rien de plus que le basculement des USA incontestablement du coté du « mal » et leur transformation en barbares qui envahissent, détruisent et pillent tout... Au lieu de rester des super-héros et donc combattre l’Amérique et ce qu’elle devenait, et ils auraient peut-être pu le faire, ils ont décidé de s’adapter à la barbarie et de devenir soit des super abrutis, genre mercenaires à la Deadpool, soit des super villains parce que personne n’a obligé Marvel a faire de Magneto un super héros et que les groupes genre X-force disent en gros que si parfois ça a l’air d’une simple boucherie au fond les gars qui font ça le font surement pour « the greater good »... sinon des égoïstes qui se battent pour leur famille, leur communauté, leur race etc

        Officiellement Marvel tient votre discours sur l’ambiguïté et tout ça, mais officieusement si l’amérique devient super-villaine, il fallait que les gens aiment les super-villains, et effectivement c’est super ambigu.

        Je crois que la plus parfaite illustration du bourrage de crane idéologique c’est quand les Phoenix five ont eu le pouvoir de sauver le monde... et qu’ils l’ont fait ! Le résultat c’est que les « super-héros » Avengers leur ont fait la guerre du début à la fin jusqu’à ce qu’ils perdent le contrôle du Phoenix, c’est à dire qu’ils sont allé jusqu’à mettre la terre en danger d’annihilation juste pour empêcher les phoenix five de sauver le monde ! Merci Captain América. C’est un peu comme si pour empêcher un pays de donner le brevet de l’énergie gratuite à tout les peuples les USA mettaient le feu à ce pays et à sont stock d’armes nucléaires en espérant qu’elle pèteront histoire de bien prouver à tout le monde que ce pays est dangereux... En d’autres termes pour Marvel, il vaut mieux la misère, la guerre, la famine et la pauvreté que d’éliminer tout ces problèmes tant que l’ordre américain perdure... à coté de ça le captain américa lui aussi propagande des années 40 fait un peu rire, mais lui au moins c’était la propagande de ceux qui se battaient du bon coté.

        Le fait est que ça va systématiquement et progressivement du coté du mal. par exemple, dix ans avant quand c’est Cable qui voulait sauver le monde, certes Shield l’a empêché de nuire mais Cable restait quand même le héro et le gentil de l’affaire.

        Les comics Marvel ont toujours préparé les esprits en suivant l’idéologie politique du moment. Ils ne sont pas vraiment pluriels dans leurs idées selon les séries et leurs auteurs, et ils ne défendent pas leurs idées contre l’adversité. C’est clairement de la propagande au service du pouvoir en place.

        Comme je l’ai dit ça ne veut pas dire que c’est systématiquement déplaisant, que c’est toujours malintentionné et tout ça. Sinon jamais je n’aurais lu tout les comics qui tournent autour de l’univers x-men. Seulement il est très important que les lecteurs sachent le caractère propagandiste de ce qu’ils lisent... ça change un peu la manière dont on aborde le truc et à vrai dire ça devient même plus intéressant en rajoutant un degré de lecture en plus.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 avril 2014 14:59

        Oui... ça c’est la version qu’ils ont réussit à imposer. Que le mal n’est pas si mal, que pour faire le bien il faut faire le mal etc... bref c’est exactement ce que je disais. Ils sont le fer de lance de la préparation des esprits à ce que l’Amérique allait devenir : le nouvel empire du mal.


        Oh, pas besoin des américains pour comprendre que pour avoir la paix, il faut parfois être prêt à casser la gueule au voisin. Si vis pacem, para bellum. Rien de nouveau sous le soleil.



        Aujourd’hui les « super héros » sont au diapason de la lutte contre le terrorisme qui n’est rien de plus que le basculement des USA incontestablement du coté du « mal » et leur transformation en barbares qui envahissent, détruisent et pillent tout...

        Je ne veux pas dire, mais poser des bombes, faire exploser des bus remplis d’enfants avec un pauvre gars ceinturé d’explosifs ou détourner des avions, cela me semble « mal » quand même... J’ai du mal à considérer cela comme étant un comportement acceptable.



        Je crois que la plus parfaite illustration du bourrage de crane idéologique c’est quand les Phoenix five ont eu le pouvoir de sauver le monde... et qu’ils l’ont fait ! Le résultat c’est que les « super-héros » Avengers leur ont fait la guerre du début à la fin jusqu’à ce qu’ils perdent le contrôle du Phoenix, c’est à dire qu’ils sont allé jusqu’à mettre la terre en danger d’annihilation juste pour empêcher les phoenix five de sauver le monde ! 

        Soyons plus précis : l’arrivée du Phoenix a toujours été source de catastrophe. C’est une force de création mais tout comme l’anarchie, elle détruit d’abord pour recréer ensuite. Pas étonnant que que les Avengers aient tenté de stopper l’Oiseau de Feu. 


        Ils avaient tort, mais ils ont eu raison ensuite car l’utopie créée par le Phoenix ne supportait pas l’existence du libre-arbitre et de la contestation. Le Paradis au prix de la liberté ? Même la majorité des mutants ont refusé de payer ce prix et ont aidé à briser l’ hégémonie des Cinq.


        Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que cela arrive : à chaque fois qu’une entité externe offre plus ou moins volontairement d’améliorer le sort de l’humanité, cela a un prix exorbitant.


        La morale est claire : la seule liberté vient de nous-mêmes. Si nous voulons vivre dans un Paradis, ce sera à nous de le construire, pas en l’obtenant par des moyens extérieurs.




      • Scual 28 avril 2014 09:06

        Bon pour le début au moins les choses sont claires... c’est parceqeu vous êtes d’accord avec l’idéologie et la propagande américaine que vous n’êtes pas d’accord. Vous avez le droit de croire ça mais c’est précisément quand on n’est pas de cet avis là qu’on se rend compte du caractère purement idéologique et propagandiste de la chose, sinon on trouve ça normal.

        La question que je me pose c’est aviez vous cet avis naturellement ou n’est ce pas le fruit de la combinaison de tout les médias américanisés qui ont fini par encrer en vous cette idéologie... Parce que les exemple que vous dites dans les faits ne pèsent pas grands choses faces aux millions de morts des guerres américaines, que les histoires de libertés semblent curieuses puisqu’ils n’ont jamais imposé la démocratie où que ce soit depuis 2001 etc... vous voyez concrètement on peut légitimement se demander si c’est vraiment une opinion ou un point de vue ou de la propagande que les faits démontent comme factuellement absurde.

        L’utopie du Phoenix tolérait l’opposition, mais des gens qui vous font la guerre ne sont pas une opposition, c’est des ennemis ! Les avengers ne se sont pas réunis pour créer un parti politique défendant leur opinions, ils ont directement fait une guerilla. La seule liberté que les Avengers défendaient c’était la leur et celle des puissances précédentes... au prix de toutes les autres et de la prospérité de la quasi totalité de l’humanité. Bref ils voulaient récupérer le pouvoir.

        La morale est claire : n’essayez surtout pas d’améliorer les choses et si vous essayez,Captain America fera de vous un terroriste, et si vous ne l’êtes pas il vous obligera à en devenir un par la force. On ne touche pas à l’ordre actuel avec la misère la guerre la famine etc... si pour cela Captain America doit aller jusqu’à prendre le risque de détruire le monde, puisque c’est ça d’aller titiller le Phoenix, il le fera : la destruction du monde monde plutôt que son amélioration.

        Si le Phoenix était si dangereux que les Avengers le prétendaient (et il l’est), jamais ils ne lui auraient déclaré la guerre une fois divisé et manifestement sous controle. Ils l’ont reconstitué et amené à devenir fou pour empêcher l’utopie dans laquelle ils n’avaient plus de rôle à jouer de se constituer. 

        En plus mais là c’est plus de l’idéologie et de la morale, le plan des X-men était de laisser le Phoenix s’incarner en Hope puisque de toute façon il était inarrêtable et espérer qu’elle réussira à empêcher la catastrophe, ils l’ont préparée mentalement à ça depuis qu’elle est née de toute façon... les Avengers après toute cette guerre ont mis au point un plan : laisser le Phoenix s’incarner en Hope et espérer qu’elle réussira à empêcher la catastrophe en laissant Spiderman, le plus mature « super » de l’univers, préparer Hope à ça pendant une semaine... Des vraies flèches !

        Bref sur cette affaire, les Avengers ont été les bad guys du début à la fin et en tant que vainqueurs ils ont réécrit l’Histoire... pourtant la vérité c’est qu’on ne sait pas du tout ce qu’il en serait si les phoenix five étaient encore là, alors qu’on sait que leur guerre à abouti à la destruction de Wakanda, Utopia et a fait le phoenix devenir Dark Phoenix et tuer Xavier...


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 avril 2014 12:04

        Parce que les exemple que vous dites dans les faits ne pèsent pas grands choses faces aux millions de morts des guerres américaines, que les histoires de libertés semblent curieuses puisqu’ils n’ont jamais imposé la démocratie où que ce soit depuis 2001 etc.


        La démocratie ne s’impose jamais par la guerre. Un conflit permet de briser une ancienne dictature mais ensuite, c’est au Peuple de se construire son propre monde.


        Mais il faudrait aussi parler des guerres soviétiques et des millions de victimes que les russes ont fait, sur le plan intérieur avec la chasse systématique aux opposants, les déportations massives de minorités trop turbulentes ou l’ organisation de génocides quand les peuples sont trop nombreux pour une simple élimination par transportation. Il faudrait aussi parler des guerres extérieures, en Afrique par exemple pour imposer des régimes communistes.

        En matière de crimes et de conneries, il ’y a pas l’un pour racheter l’autre.



        Les avengers ne se sont pas réunis pour créer un parti politique défendant leur opinions, ils ont directement fait une guerilla. 

        Bah à la base, les Vengeurs sont un groupe de héros dont le travail consiste à casser du Vilain, pas des énarques ou des fondateurs de partis. Ils ne fondent pas de partis ( je sais pas mais le récit du XIVè Congrès général du parti des Vengeurs, ou la Motion Hulk tente d’obtenir la majorité face à l’alliance Guêpe-Sorcière Rouge pour orienter le parti vers un féminisme sociétal me semble moins sexy. Mais c’est juste mon opinion...), mais agissent de façon à ce que les autres puissent s’exprimer librement. Chacun son boulot.



        Si le Phoenix était si dangereux que les Avengers le prétendaient (et il l’est), jamais ils ne lui auraient déclaré la guerre une fois divisé et manifestement sous contrôle. 

        Allons, tous les porteurs du Phoenix ont fini par péter un câble et à se mettre à génocider des planètes. De plus, ni Namor, ni Ilyana n’étaient des modèles de stabilité mentale...


        Bref sur cette affaire, les Avengers ont été les bad guys du début à la fin et en tant que vainqueurs ils ont réécrit l’Histoire... pourtant la vérité c’est qu’on ne sait pas du tout ce qu’il en serait si les phoenix five étaient encore là, alors qu’on sait que leur guerre à abouti à la destruction de Wakanda, Utopia et a fait le phoenix devenir Dark Phoenix et tuer Xavier...


        La disparition de Xavier était inévitable selon moi. Regrettable mais inévitable : son rêve était de plus en plus utopique avec la multiplication des groupes hostiles aux mutants et meurtriers. Son refus d’évoluer ( un comble ! ) face aux nouvelles situations le mettait de plus en plus en porte-à-faux face à tous les groupes mutants, y compris les plus pacifistes. Sa mort, de la part de son propre fils spirituel, est très symbolique et très forte : l’évolution se fait malgré tout et plus on tente d’y résister, plus elle emporte tout sur son passage.




      • Bruce Baron Bruce Baron 27 avril 2014 01:13

        Reedman nous casse un peu les burnes avec son revival.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Matt Maticien

Matt Maticien
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires