• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Fred Junck, dit l’homme au cigare

Fred Junck, dit l’homme au cigare

Connu pour son taux de chômage incroyablement bas (3%) et son niveau de vie incroyablement élevé (PIB le plus élevé du monde et PNB parmi les plus élevés), le Grand duché du Luxembourg n’est pas qu’une pompe à argent. Il y a dans ce petit pays, grand (2586 km²) comme La Réunion, peuplé (448 300 habitants) comme la Drôme et abritant 38% d’étrangers, un intérêt pour la culture en général et pour une culture du tabac en particulier, qui en fait un petit paradis pas seulement fiscal.

Fred Junck (1942-1996) en est un personnage clef. Amateur de cigares et cinéphile, il est le créateur de la Cinémathèque du Luxembourg (1) qui est l’une des plus importantes d’Europe pour ses archives cinématographiques (13 000 films). Il a fait ses études de journaliste à Paris avec Barbet Schroeder et Bertrand Tavernier. Passionné de cinéma dès cette époque, il a tourné avec Eric Rohmer aux côtés de Schroeder La boulangère de Monceau, le premier des Six contes moraux (1962-1963-1967-1969-1970-1972). A partir de 1969 il a animé une émission de cinéma hebdomadaire sur RTL et parallèlement, sans craindre le scandale, a tourné More avec Barbet Schroeder. Début 1970, il a réalisé un court métrage documentaire intitulé A man, a legend : George S. Patton commandé par la Century Fox en vue de lancer Patton de Franklin Schaeffner.

Personnage très contesté, il ne s’est pas fait que des amis en créant la cinémathèque. Ne tolérant personne à ses côtés, il dirigeait seul son entreprise, collectionnant préférentiellement les films rares et se les procurant de façon pas toujours très orthodoxe. Un film documentaire d’Andy Bausch intitulé L’homme au cigare (2003) lui rend hommagee et par ailleurs lui a valu à titre posthume le Prix d’honneur de la Ville de Luxembourg.

Inséparable de sa « havana », comme on dit au Grand Duché, il avait des allures d’Orson Welles ou d’Alfred Hitchkock et, dirait-on maintenant, de Philippe Noiret. Le habano occupe au Grand Duché une place de choix dans les civettes autrefois un peu frileuses envers les autres terroirs. Il est d’ailleurs quelques adresses incontournables, tant pour les touristes amateurs de puros que pour les résidents. Au centre de la capitale, ville où il est possible de circuler en voiture sans mourir de stress, se trouve « La Civette » (2), une magnifique boutique à l’ancienne, à Esch-sur-Alzette « La Tabathèque » (3) présentant également un choix intéressant de cigares dominicains et à Rombach-Martelange « La Vinothèque » (4) particulièrement bien fournie en vins et cigares de tous les terroirs.

Le fonds documentaire de la Cinémathèque de la ville de Luxembourg provient de collections particulières, d’échanges avec d’autres cinémathèques et de copies fournies par les distributeurs. Mais ce qui en fait l’originalité est la collection de films rares, dont il n’existe plus qu’une ou deux copies d’époque. Ainsi les filmographies de Fritz Lang, d’Howard Hawks, d’Alfred Hitchcock, de Raoul Walsh, de Jean Renoir, d’Orson Welles, de Samuel Fuller et de Max Ophuls y sont quasiment complètes. On y trouve aussi des collections orientées vers certains genres ou certaines époques comme celles de films français des années trente, dont ceux tournés durant l’Occupation, de films des cinéastes européens exilés à Hollywood ou alors lde films américains indépendants des majors.

S’il ne peut se prévaloir d’une grande et riche tradition en matière de production cinématographique, le Grand Duché a néanmoins su au cours des dernières années tirer son épingle du jeu. De nombreux films produits ou coproduits au Luxembourg ont été primés et des acteurs comme Nathalie Baye, Gérard Depardieu, Philippe Noiret ou Al Pacino ont tourné pour des sociétés de production luxembourgeoises qui sont aujourd’hui au nombre d’une quarantaine ! Actuellement, entre huit et quinze longs métrages sont annuellement tournés par des sociétés du Grand Duché.

Le virage s’est opéré en 1989, quand le gouvernement a investi quinze milliards de francs luxembourgeois dans Schako Klak, un film tourné pour le 150e anniversaire de l’indépendance du pays. L’idée de professionnaliser les structures de production faisant très rapidement son chemin, le Grand Duché a mis en œuvre, dès 1990, une politique de promotion de la production audiovisuelle. Du coup, d’une réalisation de 110 films entre 1899 et 1989, la production est passée à 120 films entre 1990 et 1999 ! En 1992 Hochzäitsnuecht de Pol Cruchten a été le premier long métrage 100% luxembourgeois présenté à Cannes. Conscient de l’utilité des alliances pour tenir face à la concurrence étasunienne, le gouvernement luxembourgeois a passé des accords avec le Québec (1994), le Canada (1996), la France (2001) et l’Allemagne (2002).

Une génération de réalisateurs luxembourgeois a donc émergé, et des noms comme Andy Bausc, Pol Cruchten, Paul Scheuer, Geneviève Mersch, Laurent Brandenbourger et Louis Galvão Teles feront encore parler d’eux. Pour la petite histoire, seuls deux longs métrages ont été tournés en langue luxembourgeoise, ce sont Back in trouble (1997) et Le Club des chômeurs (2002) qui connut un succès immédiat. Tout cela ferait, s’il pouvait encore le voir, très certainement plaisir à l’homme au cigaren car d’une manière ou d’une autren il y est pour quelque chose...

Azür

1. 10, rue Eugène Ruppert 2453 Luxembourg dans http://www.luxembourg-ville.lu/ 2. 22b, avenue Porte Neuve 2227 Luxembourg www.la-civette.lu 3. 1, rue J. B. Bausch 4023 Esch-sur-Alzette www.tabatheque.com 4. 4, route de Bigonville 8832 Rombach-Martelange

Photo : http://www.bnl.lu/new/nos_select/media/images/cigare.jpg

Documents joints à cet article

Fred Junck, dit l'homme au cigare

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Roues Libres Claude DP 5 décembre 2006 16:25

    Très interessante contribution, sur le côté inattendu d’un petit pays, finalement bien peu connu de son gros et arrogant voisin smiley


    • Azür 13 décembre 2006 00:22

      J’espère que le « gros et arrogant voisin » est bien la France et non Le Royaume de belgique ou la République Fédérale d’Allemagne !!!


      • (---.---.135.17) 7 février 2007 08:28

        il devait parler de la ville d’Apach

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Azür


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires