• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Genre et migrations féminines à l’ère du numérique

Genre et migrations féminines à l’ère du numérique

« Genre et migrations féminines

à l'ère du numérique »

essai collectif sous la direction de

Brice Arsène Mankou

éditions L'Harmattan

154 pages

mai 2019

 

Apports originaux et très utiles

 

Ces technologies de l'Information et de la communication, appelées les TIC sont utilisées dans tous les pays du monde par de plus en plus de personnes, de milieux différents.

Elles jouent un rôle essentiel dans les projets de migration portés par des hommes et ici dans le cadre de cette étude réalisée par des femmes.

Brice Arsène Mankou qui dirige cette étude établie par cinq spécialistes et chercheuses explique le phénomène de société au Cameroun qui consiste pour des femmes à « chercher son blanc » afin d'effectuer une migration vers l'Europe et notamment la France.

 

Il montre, comme le montreront pour d'autres migration, les cinq contributrices à la réflexion, que le cyberespace devient un outil permettant de se projeter, de prendre des contacts mais ausse de garder et de développer des liens avec son pays d'origine.

 

Ces migrations qui vont de l'Afrique en Europe, d'un département d'outremer à la France, « hexagonale » sont de moins en moins liées à des regroupements familiaux.... Elles se généralisent, c'est ainsi que l'étude s'appuie sur d'autres expériences comme celle d'une française partie au Canada,

Les réseaux sociaux, dans leur diversité sont au cœur de cette migration féminine, souvent faite par des femmes instruites et qualifiées.

« Les réseaux sociaux en tant que capital social et relationnel des migrantes influencent considérablement l'acte de migrer et d'émigrer. »

 

La femme migrante est une « actrice à part entière des mobilités du 21ème siècle ».

Elle s'insère de plus en plus dans le champ associatif et professionnel apportant un plus grâce à sa qualification et au double apport de son histoire, des liens qu'elle garde et du pays d'accueil.

Les migrantes ont une nouvelle visibilité : elles sont connectées, « branchées » et, recherchent à devenir des actrices ouvertes sur le l'environnement proche et le monde.

L'intégration n'est pas acquise, il faut la construire et c'est difficile ….

« Mon accent nigérian, m'a valu des remarques malveillantes au téléphone. Nigériane et française, un double handicap sur cette île ( l'Angleterre) pour laquelle la France se trouve « outermer »

 

L'acceptation de l'autre, l'abandon de l'entre-soi constituent des comportements sociaux du vivre ensemble à co-construire.... Ce n'est pas facile aussi cette œuvre collective contribue à comprendre celles qui viennent d'arriver …. Il ne suffit par d'être branché pour rester ou devenir un être humain et social tourné vers les autres si l'on ne cherche pas à mieux connaître et côtoyer son voisin, venu d'un ailleurs pourtant bien proche.

 

Jean-François Chalot

 

Brice Arsène MANKOU dédicacera son livre à l'issue de la conférence qu'il tiendra le jeudi 13 juin à 18 heures à la maison des associations de Melun ( salle Jean 23) lors de l'ouverture de l'AG des Familles laïques de Melun


Moyenne des avis sur cet article :  1.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Julien30 Julien30 11 juin 16:38

    « L’intégration n’est pas acquise, il faut la construire et c’est difficile ….« Mon accent nigérian, m’a valu des remarques malveillantes au téléphone. Nigériane et française, un double handicap sur cette île ( l’Angleterre) pour laquelle la France se trouve « outermer » »

    « si l’on ne cherche pas à mieux connaître et côtoyer son voisin, venu d’un ailleurs pourtant bien proche.  »

    Voilà bien la conception de l’intégration selon Chalot et ses compères, tous les devoirs sont pour les autochtones, aucuns pour les nouveaux arrivants, qu’il faut en plus selon eux accueillir en masse. La recette pour un désastre, déjà en cours.


    • Julien S 12 juin 08:14

      Puis-je reprendre cet article sur le blog des catholiques divorcés de Jouy-sur-Yvette ? 


      • armand 12 juin 20:52

        Mdr : «  »Melun ( salle Jean 23) lors de l’ouverture de l’AG des Familles laïques de Melun

        , voilà un accueil bien maik....


        • Julien S 13 juin 22:33

          @armand
          .
          En plus les familles laïques ne comprennent pas : XXIII. 
          Anecdote : cherchant mon chemin dans Cahors je passe fortuitement dans la rue Jean XXII. Mon passager me dit alors : « Vous avez vu ? Ils ont oublié un bâton ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès