• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « GREASE » Bain de jouvence libérateur du glamour à Mogador

« GREASE » Bain de jouvence libérateur du glamour à Mogador

En faisant de Grease son étendard de réouverture, le Théâtre Mogador a voulu mettre toutes les chances de son côté après cette longue interruption d’une année pour cause d’incendie à la veille de la création du « Fantôme de l’Opéra », en septembre 2016, qu’il a donc définitivement annulé en perspective d’une réorganisation complète de sa programmation.

JPEG - 102.3 ko
GREASE
© Theothea.com

Le choix de Grease, comédie musicale à succès créée à Chicago en 71 et l’année suivante à New-York, ayant déjà fait les beaux jours du Comedia en 2008 ainsi que du Palais des Congrès en 2009, ne pourrait que satisfaire le public parisien convié à venir, en famille, redécouvrir la salle prestigieuse totalement réhabilitée à la suite du sinistre avec notamment le remplacement de la totalité de ses sièges.

A noter qu’au premier rang de l’orchestre, en lieu et place de la fosse traditionnelle est désormais installée une rangée amovible de fauteuils doubles permettant de se lover en duo face au spectacle.

En outre, la qualité acoustique a fait l’objet d’un réaménagement de l’espace sonore tel qu’il n’y a plus de zones exposées à la saturation des décibels.

JPEG - 93.7 ko
GREASE
© Theothea.com / lien showcase

 

Bref, tout est en place pour assister joyeusement à un show style « Broadway » agrémenté de sa cohorte de tubes célèbres pour lequel le cinéma hollywoodien a porté au pinacle ses deux jeunes héros de l’époque, John Travolta et Olivia Newton-John.

Et l’on se dit par conséquent que le défi va être titanesque pour, le temps de la représentation parisienne, effacer de la mémoire la prestation de ces deux stars internationales !

Eh bien ! que nenni, car le pari est superbement relevé par Alyzée Lalande et Alexis Loizon qui s’inscrivent avec simplicité et grâce confondantes dans la lignée de leurs prédécesseurs d’outre-Atlantique tellement renommés.

L’empathie que suscitent spontanément ces deux jeunes artistes français est d’autant plus troublante qu’ils excellent dans tous les compartiments de jeu relevant du Musical moderne top niveau. 

JPEG - 95.5 ko
GREASE
© Alessandro Pinna

  

De plus, l’équipe qui les entoure est entièrement raccord avec l’humour, la fraîcheur et le dynamisme directement liés à la thématique de ces années cinquante, projetées subitement dans l’après-guerre sous le contrôle effectif de la jeunesse lycéenne, en l’occurrence américaine, découvrant pêle-mêle l’amour libre, le rock et la mode kitsch.

Ainsi grisés à l’adolescence triomphante, spectateurs et artistes ont la ferme intention de passer une bonne soirée où les problèmes de cœur, d’inhibition refoulée, d’émulation entre danseurs, de rivalités entre bandes se confondent aujourd’hui en une magistrale nostalgie pour cette période où l’avenir radieux affichait tous ses possibles en rose bonbon.

Grease, c’est un peu comme la photo de classe que chacun garde en soi avec tous les émois et troubles relatifs aux camarades, garçons et filles, se découvrant à la vie en même temps que soi-même.  

JPEG - 92.3 ko
GREASE
© Theothea.com / lien showcase

  

Ce temps scolaire restera ainsi comme en suspend toute la vie adulte rappelant bons et mauvais souvenirs se mélangeant au sein d’un formidable appétit de vivre :

Ainsi « La Fureur de vivre », « West side story », « American Graffitis » participeront pareillement à ce culte des teenagers mais Grease sera un peu comme leur synthèse aboutie dans le cadre institutionnel de l’école bousculée aux entournures.  

En fait, Grease, c’est surtout l’évocation universelle du « bon vieux temps » où l’on avait tant de mal à obtenir satisfaction avec le télescopage de ses désirs contradictoires. 

JPEG - 100 ko
GREASE
© Theothea.com

 

Eh bien, au sein du Théâtre Mogador rénové sous l’égide de la production Stage Entertainment et l'impulsion d'un orchestre live de huit musiciens en mezzanine surplombant la scène, les pendules sont remises à l’heure du XXIème siècle conservant le meilleur suc de cette mémoire collective… pour que chant, danse et musique constituent le lien fédérateur d’une renaissance que chacun espère en son for intérieur et telle que tous puissent en imaginer la réalisation au niveau de ses rêves.

   
photos 1,2, 4, 5 & 6 © Theothea.com

photo 3 © Alessandro Pinna

vidéo présentation presse 29/09/17 © Theothea.com 
   

   
GREASE - ***. Theothea.com - de Jim Jacobs & Waren Casey - mise en scène Martin Michel - avec Alexis Loizon, Alyzée Lalande, Luna Chiquerille, Fanny Delaigue, Alexandre Faitrouni, Céline Groussard... - Théâtre Mogador   
    

JPEG - 143.6 ko
GREASE
© Theothea.com / lien showcase

  


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Montdragon Montdragon 16 novembre 13:18

    Quand on a demandé à Winston Churchill de couper dans le budget des arts pour l’effort de guerre, il a répondu : "Alors pourquoi nous battons-nous ?"


    • ysengrin ysengrin 16 novembre 15:14

      on dit plus Mogador ..depuis 56


      .mais 

      Essaouira.... smiley

      • ysengrin ysengrin 16 novembre 15:16

        on ne dit plus Mogador 


        depuis 56

        mais Essaouira.... smiley

        • Theothea.com Theothea.com 16 novembre 15:51

          Merci pour cette charmante info « touristique » smiley


          • ysengrin ysengrin 16 novembre 17:32

            au fait....

            libérateur du glamour ......

            je ne savais pas qu’il était aux fers...... smiley ?

            • Theothea.com Theothea.com 16 novembre 18:09

              Certes pas aux fers.... mais au feu !... 
              Le Théâtre Mogador ressuscite avec GREASE à la suite de son incendie en 2016 !!!

              • laertes laertes 17 novembre 17:16

                @Theothea.com : à lire votre « ponte franceculturocompatible » je n’ai pas de peine à imaginer qu’il y a eu plus de chaleur et de valeur symbolique dans cet incendie brûleur de planches que dans cette« pièce »......


              • Theothea.com Theothea.com 18 novembre 01:11

                @laertes La preuve du contraire par notre vidéo présentation presse  smiley


              • laertes laertes 21 novembre 14:28

                On s’en fout de votre vidéo !


                • Theothea.com Theothea.com 23 novembre 01:45

                  Et bien dansez maintenant !  smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires