• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Grease, ça marche en français !

Grease, ça marche en français !

Adaptation réussie de la comédie musicale, elle-même basée sur le célèbre film, on peut découvrir à Paris, une version francisée (à 90 %) de GREASE.
Bonne nouvelle : ça fonctionne !

Le pari ne me paraissant ni évident ni naturel, une vraie gageure : monter une comédie musicale à succès américaine, en version française. 

En français In ze text

Les textes des chansons doivent donc être traduits, adaptés, ne pas sonner trop ringards, faire rire, car il y a beaucoup de second degré. Evidemment, pas question de toucher à certaines chansons phare, qui ont fait les beaux jours du film et que, avouons-le, nous avons tous chanté en yaourt, ne comprenant pas les paroles : "aïe got chize zem not a blaiend, ando blou, nidde ye bèèè". Alors ces chansons-là ont été gardées dans leur version originale, et le résultat donne donc une succession efficace de titres traduits, et de hits intacts. Ce qui surprend, c’est que ça fonctionne très bien, qu’on rentre dedans, qu’on les suit, cette sympathique, chaleureuse et plaisante bande de jeunes excités, qui nous transportent, aussi bien qu’ils le peuvent dans l’époque Happy Days ("je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans..."). On y entend donc des noms magiques comme Elvis, Nathalie Wood... Même si une partie de la salle n’a aucune idée de qui sont ces mystérieuses stars de l’époque, ce n’est pas grave. On comprend que c’était important.

Les dialogues ont été écrits pour être plutôt drôles et percutants, et la personnalité des comédiens aide à passer le ringard, pour entrer dans le second degré. C’est déjà, en soi, une vraie réussite.

Une qualité musicale rare


D’abord, il faut dire qu’il y a un orchestre sur scène. Un vrai, avec des vraies gens dedans, vous voyez : des musiciens, qui jouent en direct (live, si vous préférez, pauvres consommateurs de Star Ac). C’est donc un moment unique chaque soir, puisque la musique est faite sur place ! Quel plaisir ! Comme ça change des bandes-son insipides et électroniques.

Ensuite, il y a une équipe jeune et vraiment talentueuse, menée par le couple phare Djamel Mehane (dans le rôle de Dany-John Travoltat) et Cecilia Cara (dont le rôle de Juliette semble encore un peu trop coller à la peau, même en Sandy-Olivia Newton-John). Certes, ce ne sont pas les deux meilleurs chanteurs de la troupe, Cécilia Cara (Sandy) est un petit peu fade, surtout quand elle est face à Amélie Munier (Rizzo) dont le « coffre » est impressionnant. Djamel Mehane a aussi fort à faire avec David Ban (Kenikie) qui, lui aussi, chante fort et puissant et a un charisme important. D’ailleurs, pour tout vous dire, les deux (Rizzo et Kenikie) sont aussi un couple. Mais, pourtant, Dany (Djamel Mehane) réussit, par son jeu amusant, décalé, son geste parfaitement au point pour regraisser sa banane (« grease »), son déhanché top moumoute, à nous emmener avec lui.

Lorsqu’ils chantent les versions francisées des chansons, ça passe parfaitement bien, on ne sent aucun décalage. Quand ils basculent sur un tube en version originale, ça nous fait plaisir, et on n’est pas surpris, surtout pour ceux qui connaissent le film, ça compense le côté (très) légèrement frustrant de ne pas retrouver les « vraies » paroles, pour les autres chansons, quand vous êtes un snob de la VO comme moi. Et pourtant, cela ne m’a même pas gêné plus que ça.
On est très, très loin du Roi Soleil (ouf), mais plutôt entre Starmania et Hair.
Alors que se plantent complètement au même moment d’autres spectacles plutôt ratés, celui-ci met du baume au cœur. Comme quoi, la qualité, ça paye.
 
Parce que, ce qui est important, c’est que c’est un show d’ensemble, une vraie comédie musicale à l’américaine, par des Français (miracle ?) et c’est donc le « tout », qui donne un spectacle vraiment très drôle, pêchu et enlevé. Danseurs, chorégraphie, mise en scène musclée et pas du tout vieillotte, couleurs et costumes, on ressort avec un sacré sourire, et on en prend pour plusieurs jours. Chapeau à toute la bande. La salle de bains n’a qu’à bien se tenir ! « You’re the one that I want »… !


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Alain Michel Robert Alain Michel Robert 25 octobre 2008 10:09

    Merci Davidlu pour votre article qui dit bien ce que j’ai ressenti en allant voir cette comédie musicale.
    J’adhère complètement à votre critique qui est juste et bien écrite.

    Permettez-moi juste d’en rajouter une couche en remerciant ici M. Frank Sitbon (le directeur musical) qui nous a montré à tous qu’il n’était pas seulement le talentueux pianiste de la Nouvelle Star, mais aussi un homme de coeur capable d’insuffler des valeurs humaines, un sens, ainsi qu’un climat à son équipe de musiciens et de chanteurs.
    C’est aussi ce qui fait la force, la puissance, la tendresse et la générosité de ce spectacle... on les sent empreintes en chaque acteur... et elles gagnent le public à tous les coups.

    Un spectacle à ne pas manquer !...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires