• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Guerre de Sécession : la bataille de… Cherbourg

Guerre de Sécession : la bataille de… Cherbourg

La plupart des Français connaissent, au moins de nom, la bataille de Gettysburg. Mais nettement moins les nombreux autres affrontements qui ont émaillé le cours de cette sanglante guerre civile ayant, durant quatre ans, opposé les Nordistes des États de l’Union aux Sudistes des États Confédérés. Rien là de très étonnant. Ce qui l’est plus est que la bataille de Cherbourg est quasiment inconnue de nos compatriotes, y compris dans le port du Cotentin. Elle a pourtant eu lieu à portée de vue des côtes en juin 1864 sous les regards d’une foule de spectateurs massés sur les digues et les collines environnantes…

JPEG - 132 ko
Tableau de Tom Freeman

Comme cela s’était déjà produit à de nombreuses reprises dans l’histoire des pays de tradition maritime en guerre, les belligérants de la Guerre de Sécession eurent recours à des navires dédiés à ce que l’on nommait en France la « guerre de course ». En l’occurrence, des sortes de bateaux corsaires dont l’objectif n’était pas de faire main basse sur des cargaisons appartenant au camp adverse ou destinées à son ravitaillement, mais de détruire ces navires commerciaux dans le but d’affaiblir l’ennemi. Les Confédérés ont disposé de quatre bateaux destinés à cette « guerre de course », des navires transformés ou construits dans ce but : le vapeur Semter, le sloop mixte Florida, le sloop mixte Alabama et le trois-mâts carré mixte Shenandoah. En l’occurrence, c’est du 3e nommé qu’il est question dans cet étonnant et méconnu épisode de la Guerre de Sécession auquel de nombreux Normands ont pu assister aux premières loges.

L’Alabama fut construit sur le chantier naval britannique Laird Brothers à Birkenhead, un port de la Mersey situé face à Liverpool. Initialement baptisé Enrica pour des raisons de confidentialité, ce navire fut discrètement muni de tous les équipements permettant de le transformer en un redoutable croiseur, et notamment d’un pont renforcé destiné à recevoir des canons. Pas question en effet de l’armer dans les eaux anglaises : les conventions de neutralité passées par la Couronne britannique avec les belligérants l’interdisaient formellement. Lancé le 29 juiillet 1862, l’Enrica mit donc le cap sur les Açores, et plus particulièrement sur l’île de Tercera. C’est là que le navire reçut tous ses équipements de guerre, et notamment ses canons de fabrication… britannique, tout droit venus d’Alabama. Le 24 août 1862, sous les ordres du commandant Raphaël Semmes, transfuge du Semter, l’Enrica fut rebaptisé Confederate States Steamer Alabama. La « guerre de course » pouvait commencer…

En 22 mois et sept raids sur les mers du globe – qui le conduisirent de la Nouvelle-Angleterre à l’océan Indien en passant par le golfe du Mexique et les côtes africaines –, l’Alabama arraisonna et coula 65 bateaux de l’Union, principalement des navires de commerce auquel s’ajoutait le navire de guerre USS Hatteras. Et cela, fait remarquable, sans jamais faire de victime, ni sur les bateaux yankees, ni à son propre bord : les équipages étaient faits prisonniers, puis remis à des navires neutres ou débarqués dans des ports. Très vite, l’Alabama devint la bête noire des autorités nordistes. Et cela d’autant plus que les pertes subies faisaient grimper les primes d’assurance des navires battant pavillon fédéré. Dès lors, tout fut mis en œuvre pour détruire ce redoutable « coureur » des mers, si pénalisant pour l’économie des États de l’Union. En vain : plusieurs fois repéré, le sloop réussit toujours à échapper aux croiseurs de l’US Navy.

La fin d’une odyssée

Malheureusement pour Semmes et ses officiers, courir les océans par tous les temps n’était pas sans occasionner usures et avaries. Il arriva un moment où le passage par un port était devenu indispensable pour panser les plaies du navire. Le 11 juin 1864, le CSS Alabama fit son entrée dans le port de Cherbourg à la mi-journée, avec l’accord du préfet maritime, le vice-amiral Augustin Dupouy, afin d’effectuer des réparations en cale sèche à l’arsenal. Au même moment, le sloop de guerre unioniste USS Kearsarge naviguait dans les eaux de la Mer du Nord à l’embouchure de l’Escaut. Prévenu le 12 juin par un télégramme de l’arrivée dans le Cotentin de l’insaisissable croiseur confédéré, John Ancrum Winslow, le commandant du Kearsarge, fit aussitôt mettre le cap sur Cherbourg pour positionner son navire à la sortie du port normand. Cela fut fait le 14 juin aux environs de 12 h 30. Prévenu à son tour de l’arrivée du bâtiment de l’US Navy, Semmes, par le truchement du consul américain Edward Liais, fit savoir le 18 juin à Winslow qu’il accepterait le combat, devenu de facto inévitable, dès le lendemain. La nouvelle se répandit très vite dans la ville et ses environs, et la sortie de l’Alabama fut attendue avec beaucoup d’impatience par les Cherbourgeois, tout excités à l’idée d’assister à une bataille navale entre les deux navires ennemis.

Le 19 juin, peu avant 10 heures du matin, le CSS Alabama quittait, par beau temps et mer calme, le port de Cherbourg via le chenal ouest, escorté par le yacht anglais Deerhound et par la frégate cuirassée de la Marine impériale La Couronne, dont le commandant, Jérôme-Hyacinthe Penhoët, avait été chargé par les autorités de s’assurer que le navire confédéré sortait des eaux territoriales. L’USS Kearsarge était, quant à lui, positionné dans les eaux internationales à la sortie du chenal est du port. Entretemps, près de 15 000 personnes – délaissant le tout nouveau Casino des Bains de Mer inauguré quatre jours plus tôt – avaient envahi les impressionnantes digues de Cherbourg ainsi que les collines environnantes, de Querqueville au cap Lévi, afin de ne rien perdre du spectacle espéré. On dit même qu’il en était monté au sommet des clochers et sur les gréements des bateaux amarrés dans le port ! De nombreux Normands avaient également pris place à bord d’embarcations en tous genres pour être aux premières loges. L’excitation était à son comble.

Le combat naval, engagé à 11 heures, dura moins d’une heure et vit les deux bâtiments effectuer différentes manœuvres pour tenter de prendre l’avantage. C’est le navire confédéré qui avait ouvert le feu le premier. Au cours de cet affrontement, l’Alabama tira 370 boulets et obus ; le Kearsarge, seulement 173. Hélas pour les Sudistes, la précision n’était pas de leur côté : seuls 28 projectiles touchèrent le navire yankee en n’occasionnant que des dégâts mineurs à ses structures, en grande partie grâce à un renfort camouflé de chaînes métalliques posées en toute discrétion sur sa coque un an auparavant dans un port des Açores, ce que Semmes ignorait. A contrario, de nombreux obus des Unionistes frappèrent le croiseur confédéré en provoquant d’importantes avaries, l’un d’eux ayant notamment éventré le sloop sous la ligne de flottaison en noyant les machines à vapeur.

Ces avaries furent fatales à l’Alabama : la voie d’eau, aggravée par d’autres dommages, causa la perte du navire, devenu de surcroît nettement moins manœuvrant du fait de la perte de ses machines et d’un sérieux dommage à son gouvernail. Le « coureur » confédéré coula vers 12 h 30, peu de temps après que Semmes ait fait hisser le drapeau blanc. Au plan humain, la bataille navale de Cherbourg se solda par 29 tués ou noyés et 21 blessés du côté des Sudistes contre 3 blessés du côté des Nordistes (l’un d’eux décéda ultérieurement). La plupart des survivants de l’Alabama furent faits prisonniers par le Kearsarge ou secourus par des embarcations normandes. Mais au grand dam de Winslow, Semmes et 13 de ses officiers réussirent à prendre place à bord du yacht anglais Deerhound appartenant au député britannique John Lancaster. Celui-ci s’empressa, sitôt secourus les officiers de l’Alabama, de filer en lieu sûr vers Southampton pour soustraire les rescapés à une capture par l’équipage du Kearsarge.

La Grande-Bretagne condamnée

Ainsi acheva la Bataille de Cherbourg. L’épave de l’Alabama fut découverte par des plongeurs du chasseurs de mines Circé le 30 octobre 1984 par 60 m de fond à 7 milles nautiques devant Querqueville. Bien qu’elle se soit trouvée dans les eaux territoriales françaises*, la propriété de cette épave fut actée comme américaine par un accord bilatéral de 1989. Quant au nom de Cherbourg, il figure comme seul site officiel de la Guerre de Sécession extérieur au territoire américain. Un statut confirmé par une stèle du Civil War Preservation Trust, inaugurée en 2004 à la Cité de la Mer. À ce jour, environ 200 objets de l’Alabama ont été remontés dont le fameux canon Blakely qui armait le navire sur son châssis pivotant.

À noter que, la guerre de Sécession terminée, les États-Unis accusèrent la Grande-Bretagne d’avoir délibérément violé les lois de la neutralité en autorisant sur son territoire la construction ou la transformation de navires confédérés à vocation militaire. En conséquence de quoi, les autorités américaines demandèrent une compensation des pertes subies par sa marine marchande. Le litige fut jugé en 1872 par un tribunal arbitral international siégeant à Genève. La Grande-Bretagne fut condamnée à verser une indemnité de 15,5 millions de dollars-or aux États-Unis. Les choses n’en restèrent pas là : cette sentence judiciaire fit jurisprudence et fut à l’origine de profondes modifications du droit maritime international sur les devoirs des nations neutres relativement aux belligérants.

Plusieurs peintres et graveurs ont, à différentes époques, immortalisé ce combat naval resté célèbre dans la culture américaine. Parmi ces artistes, Édouard Manet qui, quelques mois après cet événement, livrait une toile sur laquelle, étonnamment, des deux navires protagonistes, seul l’Alabama en détresse est clairement visible alors qu’au premier plan, le bateau-pilote Le Lutin se porte au secours des probables naufragés (ce tableau appartient au Musée d’Art de Philadelphie). Parmi les autres artistes réputés qui se sont intéressés à ce sujet figurent notamment Jean-Baptiste Durand-Brager et Louis Lebreton. Mais c’est sans doute au peintre de marine américain Tom Freeman (mort en 1962), spécialisé dans les reconstitutions picturales, que l’on doit la représentation picturale probablement le plus fidèle de cette bataille navale.

Au 19e siècle, la limite des eaux territoriales n’était qu’à 3 milles nautiques des côtes. Ce n’est qu’en 1958 que cette limite a été portée à 12 milles nautiques par la Convention de Genève sur le droit maritime.

 

JPEG - 182.6 ko
Tableau de Manet
JPEG - 69.6 ko
Raphaël Semmes et les officiers de l’Alabama

Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 août 09:28

    D’où la doctrine Monroe :

    • l’Amérique du Nord et du Sud ne sont plus ouvertes à la colonisation ;
    • toute intervention européenne dans les affaires du continent sera perçue comme une menace pour la sécurité et la paix ;
    • en contrepartie, les États-Unis n’interviendront jamais dans les affaires européennes.

    Doctrine rapidement coiffée par le corollaire Roosevelt qui ne prône plus une neutralité absolue, en affirmant que le pays ne tolérerait pas que l’on s’oppose frontalement à ses intérêts et permet de justifier les désirs d’expansion nord-américaine vers l’Amérique latine, entre autres.

    La doctrine et le corollaire ont provoqué l’indignation des dirigeants européens, notamment l’Empereur allemand, Guillaume IIet sont à l’origine de bien des situations géopolitiques actuelles.


    • Fergus Fergus 21 août 09:50

      Bonjour, Séraphin Lampion

      Merci pour ces précisions qui illustrent bien le changement de positionnement des Etats-Unis relativement au reste du monde. 

      Encore ne parle-t-on là que de géopolitique officielle, et pas des agissements souterrains.


    • baldis30 22 août 09:05

      @Fergus
      bonjour,
      "Encore ne parle-t-on là que de géopolitique officielle, et pas des agissements souterrains.

      "
       Mais qu’allez-vous donc supposer !
      Les américains sont purs c’est une vérité d’évangile ! Mécréant !


    • Fergus Fergus 22 août 09:12

      Bonjour, baldis30

      C’est mon côté malveillant. Les Américains sont d’ailleurs les champions de la morale.  smiley


    • alexis42 alexis42 21 août 09:31

      Si l’article ne mentionne pas la symphonie composée en l’honneur de cette bataille – alors qu’elle tutoie le sublime –, inutile de le lire.


      • Fergus Fergus 21 août 09:43

        Bonjour, alexis42

        Nulle symphonie n’a évidemment illustré cet épisode de la Guerre de Sécession. Mais quelques chants ont salué l’Alabama en divers lieux. Le plus connu  et le plus étonnant  étant l’afrikaaner « Daar Kom Die Alabama » (lien), encore très populaire en Afrique du Sud où le navire confédéré avait effectué une escale durant son périple sur les océans.


      • pemile pemile 21 août 09:40

        @Fergus « les pertes subies faisaient grimper les primes d’assurance des navires battant pavillon fédéré »

        de L’union ?


        • Fergus Fergus 21 août 09:48

          Bonjour, pemile

          Les « fédérés » étaient les combattants de l’Union, les « confédérés’ » ceux des Etats sécessionnistes du Sud.


        • pemile pemile 21 août 13:11

          @Fergus « Les « fédérés » étaient les combattants de l’Union, les « confédérés’ » ceux des Etats sécessionnistes du Sud. »

          Ok, merci, le préfixe pour faire la différence me plait bien ! smiley


        • Fergus Fergus 21 août 13:41

          @ pemile

          Disons que la majorité des Sudistes étaient victimes de la culture de ségrégation qui leur avait été inculquée dès leur plus jeune âge.


        • Stratediplo 22 août 14:00

          @pemile
          En effet. On est fédéré par une puissance centrale supérieure (empire d’Autriche-Hongrie par exemple), on se confédère volontairement entre Etats égaux (Provinces-Unies du Rio de la Plata par exemple). Les Etats-Unis d’alors et d’aujourd’hui étaient une fédération par la force, les Etats Confédérés étaient une confédération volontaire. Sauf erreur de ma part il y avait même parmi eux l’ancienne république indépendante du Texas et l’Etat indigène d’Oklahoma.


        • San Jose 21 août 09:49

          La France toujours généreuse prête son concours aux Etats-Unis en guerre et en est récompensée six ans plus tard par l’absence de tout envoi de troupes américaines face au déferlement teuton. 


          • Fergus Fergus 21 août 09:56

            Bonjour, San Jose

            Il n’y a pas eu de « concours » apporté ni à l’Alabama ni au Kearsarge, mais une autorisation de réparations à Cherbourg donné par le vice-amiral Dupouy avec l’accord du gouvernement impérial pour le premier nommé ; et il ne fait aucun doute qu’il en serait allé de même pour le Kearsarge, et sans plus facilement encore.

            Quant à inetrvenir en soutien des Français en 1870, les Américains  encore en phase de reconstruction et de restructuration  en auraient été bien incapables. Et comme l’a souligné plus haut Séraphin Lampion, leur doctrine était alors au repli sur leur territoire.


          • San Jose 21 août 11:29

            @Fergus
            .
            Il n’y a pas eu de « concours »
            .
            Mais bien entendu. C’est comme si on accusait l’Uruguay d’avoir prêté son concours au Graf Spee. 


          • Fergus Fergus 21 août 12:02

            @ San Jose

            Désolé, mais votre opinion est dictée par un a priori : pendant la Guerre de Sécession, les Français étaient plutôt partisans des Nordistes que des Sudistes, et c’est pour cela que l’accord d’entrée dans le port de l’Alabama n’a été donné par le préfét maritime Dupouy qu’après approbation des autorités impériales. 

            A contrario des Français, les Britanniques étaient, eux, nettement favorables aux Sudistes. Et ce n’est pas un hasard si l’Alabama a été construit sur la Mersey alors que les autorités savaient qui en étaient les commanditaires. De même, la soustraction des officiers vaincus de l’Alabama aux officiers vainqueurs du Kearsarge par le député Lancaster a ouvert une polémique sur la possible  et probable aux yeux de beaucoup  entorse aux règles de neutralité.


          • Lemir Lemir 21 août 13:52

            @Fergus

            De mémoire, ce n’est pas tout à fait ça ; si la Grande-Bretagne et la France restent neutre, les deux sont plutôt pro-sudistes. Mais comme Napoléon III refusent de s’engager sans l’aide des Britanniques, et que les Anglais n’y ont finalement pas d’intérêt immédiat, ça n’a pas été beaucoup plus loin...


          • Fergus Fergus 21 août 14:02

            Bonjour, Lemir

            « les deux sont plutôt pro-sudistes »

            J’ai lu des sources contradictoires sur ce sujet concernant la France. Et le fait que, dans le sillage de la Grande-Bretagne, les pays d’Europe de l’Ouest ayant une façade maritime comme la France ont adhéré à déclaration de neutralité dès le début de la Guerre. Quant à l’autorisation d’accès au port de Cherbourg de l’Alabama, elle était de droit pour 24 heures, mais possible pour une plus longue durée en cas d’avaries sérieuses. En réalité, il semble qu’il y ait eu beaucoup de flou entre les textes et leur interprétation par les autorités des pays concernés.


          • Lemir Lemir 21 août 14:08

            Bonjour Fergus.

            Je ne l’ai pas précisé plus haut, mais merci pour l’article sur un épisode dont j’avais entendu parler grâce à la BD des Tuniques Bleus...  smiley


          • Fergus Fergus 21 août 16:48

            @ Lemir

            Merci à vous.

            Je ne connais cette série de BD que pour en avoir vu des couvertures ici et là. Je vais tenter de corriger cette lacune dans la bibliothèque de ma ville. smiley 


          • generation désenchantée 21 août 16:50

            @Lemir
            A toi aussi , tu as appris cette histoire en lisant cette bd

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Duel_dans_la_Manche


          • baldis30 22 août 09:11

            @San Jose
            bonjour
             "l’absence de tout envoi de troupes américaines face au déferlement teuton. 

            "
             Contrairement à l’Italie qui envoya un détachement conduit par Garibaldi .. ( au sujet des obsèques de ce dernier la consultation de la presse et autres archives liées aux A.D. de Nice est éloquente .... entre une adhésion certaine .... et des réticences diverses ). Le bataillon italien s’illustra du côté de Dijon ...


          • Fergus Fergus 22 août 09:25

            @ baldis30

            C’est parfaitement exact. Et en plusieurs lieux  notamment Nuits-Saint-Georges —, l’on garde le souvenir de l’affrontement entre les Allemands et les troupes de Garibaldi. Le musée de Nuits possède d’ailleurs une toile qui montre cette bataille. J’ai été amené à m’intéresser à ces événements lorsque j’ai fait mon service militaire au 21e RI de Dijon.


          • San Jose 22 août 16:45

            @baldis30
            .
            un détachement conduit par Garibaldi....
            .
            .....mais cependant armé de Winchester ! 


          • titi 25 août 17:22

            @San Jose

            Garibaldi était là « à titres personnel ».

            L’Italie s’est empressé de rentrer dans Rome une fois que les troupes francaises qui assuraient la sécurité des états pontificaux ont été rappelés en France.
            On peut pas vraiment dire que l’Italie soutenait la France. Bien au contraire.



            • Fergus Fergus 21 août 12:03

              Bonjour, Ilan Tavor aka Massada

              Merci !


            • troletbuse troletbuse 21 août 11:03

              Tiens, Fergus, je vois que vous avez abandonné la politique pour faire de l’histoire, du sport, etc.., un peu comme Morice nous parlait des navions et de la drogue quand le gouvernement était de sa couleur politique.

              Il est vrai qu’aujourd’hui, tout baigne.

              Heureusement que notre ami Grounichou va nous sortir un narticle brûlant sur l’actualité smiley


              • Fergus Fergus 21 août 12:05

                Bonjour, troletbuse

                La politique n’a jamais été mon pôle central d’intérêt, et je n’y ai consacré qu’environ 10 % de mes articles depuis que je suis présent sur ce site. Un peu plus si j’ajoute à ce pourcentage mes textes parodiques.


              • Surya Surya 21 août 11:55

                Bonjour Fergus, 

                Je ne connaissais pas du tout cette bataille de Cherbourg. Jamais je n’aurais pensé que la Guerre de Sécession était arrivée jusqu’à nos côtes ! 

                Une remarque n’ayant rien à voir avec votre article : parmi les quatre bateaux des Confédérés, vous citez le Shenandoah. Je me souviens qu’il y a un bon paquet d’années (j’ai retrouvé en grattant la toile quelques infos ici, si ça vous intéresse, c’était en 1990), une famille a construit de ses propres mains un grand voilier qu’ils ont baptisé Shenandoah, et ils ont levé l’ancre avec lui. Le reportage est passé sur Thalassa. Je m’en souviens parce que Shenandoah, c’est un joli nom qu’on n’oublie pas... Et pourtant, je n’avais jamais eu la curiosité de chercher d’où ce nom pouvait bien venir. Ma lacune est désormais comblée.


                • Fergus Fergus 21 août 12:20

                  Bonjour, Surya

                  J’ignorais moi aussi cet épisode de la Guerre de Sécession jusqu’à un séjour dans la Cotentin il y a quelques années. C’est d’’ailleurs à cette occasion que j’ai pu constater que beaucoup de Cherbourgeois eux-mêmes n’avaient pas connaissance de cette bataille navale.

                  Elle m’a été remise en mémoire il y a quelques semaines au Festival du Chant de Marin de Paimpol où un groupe granvillais nommé Strand Hugg a interprété une chanson, récemment composée par son leader qui relate précisément ce duel naval. J’ai pensé que cela pourrait intéresser des lecteurs d’AgoraVox.

                  Pour ce qui est de Shenandoah, il s’agit d’un nom indien en général attribué aux Algonquins ou aux Iroquois. J’en ignore la signification. Ce nom a été donné à plusieurs villes des Etats-Unis dans le sud. Pour ce qui est du navire confédéré Shenandoah, ses officiers ont refusé de se rendre aux Nordistes à la fin de la guerre et ont fait route vers Liverpool où ils ont cédé le croiseur à la Royal Navy.
                   


                • Surya Surya 21 août 14:13

                  @Fergus

                  «  J’en ignore la signification. »
                  Rêve éveillé, selon cet article, que je trouve pas très valorisant pour certains membres de la famille de cet aventurier navigateur.

                  Ps : j’espère que vous vous êtes bien amusé au festival de Paimpol.  smiley


                • Surya Surya 21 août 14:16

                  A moins que ce soit le reportage de Thalassa lui même qui montrait les mauvais côtés de l’aventure, mais je ne m’en rappelle plus. J’arrive pas à le retrouver sur le site de l’INA, et puis il faut souvent payer pour voir les vidéos en totalité.


                • Fergus Fergus 21 août 17:04

                  @ Surya

                  Merci pour ce lien. J’avais entendu parler de cette famille, mais je n’ai pas vu ce reportage de Thalassa. Et j’ignorais que leur bateau était devenu le « Shenandoah ».


                • Fergus Fergus 22 août 09:06

                  Bonjour, Surya

                  « j’espère que vous vous êtes bien amusé au festival de Paimpol »

                  J’avais oublié de répondre sur ce point : oui, mon épouse et moi avons été ravis par cette édition du Festival du Chant de Marin, tant par la qualité de la programmation musicale que par l’ambiance générale et le soleil, comme toujours présent à Paimpol pour rendez-vous biennal. smiley


                • Raymond75 21 août 13:16

                  Merci pour cet article très intéressant sur un épisode méconnu de la guerre de sécession ... et de l’histoire de Cherbourg.

                  J’avais lu un article sur ce sujet il y a assez longtemps. Cette bataille s’est déroulée devant des milliers de spectateurs français neutres ; spectacle étonnant en effet.

                  Il y a eu une bataille navale comparable en 1939 dans le Rio de la Plata, estuaire qu sépare l’Argentine de l’Uruguay, qui vit la fin, là aussi devant des milliers de spectateurs, du cuirassé allemand ’Amiral Graf Spee’ :

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_du_Rio_de_la_Plata


                  • Fergus Fergus 21 août 13:39

                    Bonjour, Raymond75

                    « un épisode méconnu de la guerre de sécession ... et de l’histoire de Cherbourg »

                    Pour ne pas alourdir le texte, je n’ai pas précisé que le Casino de Cherbourg, inauguré le 15 juin, était dirigé par le frère d’Alexis de Tocqueville, et que son ouverture a été suivie, dès les jours suivants, de l’arrivée des premiers « trains de plaisir » à destination de la ville normande.

                    Cette semaine a été exceptionnelle à bien des égards pour les habitants de Cherbourg. smiley

                    Merci pour le lien sur la fin du Graf Spee, un épisode dont la mémoire se perd, là aussi, bien que beaucoup plus récent.


                  • Stratediplo 22 août 14:14

                    @Fergus
                    La mémoire du Graf Spee est encore bien vivante en Argentine, puisque ses rescapés ont été invités à s’établir à Villa General Belgrano, village de culture allemande dans les montagnes de Cordoba, devenu depuis une quinzaine d’années un (petit) centre touristique basé sur le folklore germain (fête de la bière...) et où l’on peut voir des images du Graf Spee dans de nombreuses boutiques tenues par des descendants de rescapés.


                  • San Jose 22 août 14:54

                    @Stratediplo
                    .
                    ses rescapés [du Graf Spee] on été invités à s’établir à Villa General Belgrano

                    Du Graf Spee au General Belgrano, il y en a qui n’ont jamais de chance ! 


                  • San Jose 22 août 17:15

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/USS_Phoenix_(CL-46)

                    .
                    Quelle étonnante similitude entre le sort du Graf Spee et du navire sudiste !
                    Entre la fin du Graf Spee et celle du Belgrano, un point commun : l’Anglais ! A nous, Jean Bart ! 


                  • Fergus Fergus 22 août 17:16

                    Bonjour, Stratediplo

                    La Villa General Belgrano, célèbre également pour sa « Fête de la BIère » directement importée de Munich. On doit y chanter « Rosamunde Polka » et autres tubes au parfum de houblon, indissociables de ce genre d’événement. Ah ! l« Oktober Fest ». Prosit !


                  • Stratediplo 24 août 02:56

                    @San Jose
                    Bien vu, dans l’humour.


                  • Stratediplo 24 août 03:03

                    @Fergus

                    En effet on y chante et on y danse dans des tas de langues, car des groupes folkloriques de descendants de divers peuples buveurs de cervoise viennent s’y produire, et l’Argentine étant le pays le plus européen d’Amérique il y a du choix. On y chante donc dans divers patois allemands, autrichiens et nord-italiens, mais on y danse aussi en kilt, on y fait virevolter des sabres à la cosaque etc. (photos sur www.villageneralbelgrano.com/oktoberfest.html ou encore
                    www.lawebdelvalle.com/fiesta-de-la-cerveza-oktoberfest-villa-general-belgrano/).

                  • Fergus Fergus 24 août 08:27

                    Bonjour, Stratediplo

                    Merci pour ces liens colorés.
                    Il n’y a pas que la tradition bavaroise, en effet, mais sa présence est saisissante en ce lieu du sous-continent américain.


                  • marmor 21 août 15:45

                    https://www.youtube.com/watch?v=KTM7E4-DN0o

                    Maître, ceci vous reconciliera avec Wagner, c’est autre chose que Satie !!!


                    • Fergus Fergus 21 août 17:00

                      @ marmor

                      Rassurez-vous, je connais et j’apprécie beaucoup cette « ouverture de Tannhaüser », déjà entendue à différentes reprises en concert.

                      De même que la célébrissime « Chevauchée des Walkyries ». Et pas seulement dans ses versions orchestrales conventionnelles ou en soutien des images d’« Apocalypse Now ». Par exemple dans la version cinématographique du film « Mon nom est personne » où l’on entend cet air à chaque fois qu’apparaissent les « 50 fils de pute » de « La horde sauvage » : liensmiley


                    • San Jose 21 août 23:00

                      C’est quand même scandaleux qu’on ait toléré tout près de la côte une bataille avec ce qu’elle suppose de pollution, la fumée, les particules fines et le CO² de la poudre, le plomb des projectiles, le mazout du bateau coulé... 


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 août 23:08

                        @San Jose

                        Tout à fait. Et je pense que les artichauts aux alentours auraient dû porter plaintes .


                      • Fergus Fergus 22 août 09:30

                        Bonjour, Aita Pea Pea

                        Toute plaisanterie mise à part, n’oublions pas que les bateaux à vapeur du 19e siècle fonctionnaient au charbon et pas au mazout !


                      • gruni gruni 22 août 07:01

                        Bonjour Fergus

                        Merci pour cet article documentaire de qualité sur un épisode de la Guerre de Sécession que je ne connaissais absolument pas. 


                        • Fergus Fergus 22 août 09:08

                          Bonjour, gruni

                          Merci à toi pour ce détour par le Cotentin en pleine Guerre de Sécession.


                        • Stratediplo 22 août 14:28

                          @exol
                          « Petit détail » de droit international et de polémologie, cette guerre opposant des Etats constitués, sujets reconnus de droit international répondant aux critères de la convention de Montevideo, disposant qui plus est de gouvernements, parlements et constitutions (bien que ce ne soit pas une condition pour la souveraineté), et surtout alignant des armées régulières en uniforme (c’est un critère important), n’était pas une guerre civile, n’en déplaise à la propagande diffusée par le pays victorieux qui écrit depuis lors l’histoire. On excuse l’erreur de Fergus dans son introduction compte tenu de l’excellence de son exposé sur cette bataille, mais il s’agissait évidemment bien d’un conflit interétatique, pas d’une guerre civile.


                        • Fergus Fergus 22 août 09:54

                          Bonjour, exol

                          Un beau temps pour aller se balader, même pour les trolls. Vous devriez essayer !  smiley


                          • Fergus Fergus 22 août 17:19

                            @ exol

                            Sincèrement désolé pour vos ennuis de santé. J’espère pour vous qu’ils seront le plus rapidement possible un mauvais souvenir.


                          • San Jose 22 août 10:49

                            C’et évidemment une bataille décisive de la guerre de Sécession puisque Cherbourg rime avec Gettysbourg. 


                            • Fergus Fergus 22 août 11:28

                              @ San Jose

                              Et Sudistes avec Nudistes. Et c’est ainsi que les Confédérés se sont retrouvés à poil.


                            • San Jose 22 août 15:00

                              La dernière survivante en 2019 de la guerre de Sécession :

                              .

                              https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivia_de_Havilland


                              • San Jose 22 août 16:50

                                @Gracchus
                                .
                                C’est possible mais pour voler il faut 2 « L » et elle est de la famille des avions du même nom, et votre personnage ne vit plus aujourd’hui. 


                              • goal ken 23 août 08:45

                                I will have to follow you, the information you bring is very real, reflecting correctly and objectively, it is very useful for society to grow together happy wheels 


                                • Fergus Fergus 23 août 09:10

                                  Hi ! goal ken

                                  Sorry, the links to online games are not welcome on this website !


                                • Abou Antoun Abou Antoun 23 août 14:41

                                  A quoi bon remuer le passé et ces vieilles querelles.

                                  La guerre de sécession a cessé .(c’est sûr)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès