• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hellboy II : Les Légions d’or maudites

Hellboy II : Les Légions d’or maudites

Freak Show
Tous deux gargantuesques, rouges, talentueux dans leur domaine respectif, passionnés par les monstres en tout genre, Guillermo Del Toro et son Hellboy reviennent marquer au fer grenat l’univers Dark Horse au cinéma. Après un premier volet fun et léger, Les Légions d’or maudites font-elles honneur au plus attachant de tous les demi-démons écornés ?

Il y a bien longtemps, humains et créatures mythiques ont scellé l’arrêt de la guerre par la destruction symbolique d’une couronne permettant de diriger la fameuse Légion d’or. Mais un prince revanchard brise la paix et s’apprête à déverser sur terre une armée de créatures issues des royaumes invisibles...
Hellboy, grand gamin râleur, frimeur, mais incompris, a la particularité d’être surpuissant et increvable (et d’adorer les cigares). Lorsque les joyaux de la couronne sont subtilisés et plusieurs personnes littéralement dévorées, le Bureau de recherche et de défense sur le paranormal (BRDP) est sollicité. L’affaire est confiée à Hellboy, sa petite amie Liz Sherman, pyrokinésiste (ça veut dire qu’elle joue avec le feu...), son délicat pote Abe Sapiens, amphibien aux multiples dons. Arrivé fraîchement de Washington, le médium Johann Kraus rejoint la joyeuse bande, au grand dam d’un Hellboy aux méthodes moins subtiles.

Choisis ton camp, l’ami

Hellboy, créature créée de long en large par l’auteur américain Mike Mignola, est une œuvre vraiment à part dans le paysage dessiné. Originale et indispensable. Poétiques, spirituelles, évidemment glauques, les aventures de ce “bâtard” des enfers font revivre quelques ambiances d’Edgar Allan Poe tout en interrogeant sur la notion d’appartenance à un camp et de conviction.
Ainsi, Les Légions d’or traite de cette gêne d’Hellboy, son hésitation ambiguë à se rallier aux extrêmes : les humains ou les créatures fantastiques ? Sa volonté de se montrer, son besoin d’amour, de reconnaissance, de popularité est un revers du pouvoir et de son attirance pour la médiatisation.
Dans le monde des créatures invisibles, le garçon peut être lui-même, mais semble vouloir plus. Del Toro insiste sur ce malaise en filigrane même si la richesse d’Hellboy réside dans sa qualité visuelle et son humour ravageur.



Monstres & Cie

Nul besoin d’être fin observateur pour remarquer que le Mexicain Guillermo Del Toro, ancien spécialiste du maquillage monstrueux, affectionne les bêtes étranges et inédites. On avait pu le remarquer dans Blade II et surtout dans Le Labyrinthe de Pan, mais dans Hellboy II, il se lâche complètement en recréant pour l’occasion la moitié du bestiaire de la BD, mais en imaginant d’autres créatures spécialement conçues pour l’occasion. La scène du marché des trolls est particulièrement délirante et d’une fraîcheur bienvenue. Un véritable moment de dépaysement visuel total et qui justifie à lui seul de se laisser tenter par l’homme à la queue toute rouge plutôt que l’homme au costard cette semaine...
Cette richesse visuelle, à chaque plan, comme si Del Toro risquait de perdre toute crédibilité auprès de Mignola, est l’un des deux atouts majeurs du film.



Romance gothique

L’autre qualité du film, indéniablement, sont les protagonistes. Del Toro les a mis en scène de manière à réhabiliter le vrai sens du mot “bizarre”. Fantasques dans leur gestuel, dans leur accoutrement et leur physique, les quatre gus du BRDP sont diablement attachants et rigolos.
Attachant, chacun est intrinsèquement sensible, fragile et comique parce que leur physique ne coïncide pas avec leur mentalité, très “humaine”. Tel Tim Burton, Del Toro a fait de son amour pour la beauté chimérique, sa spécialité. La force du réalisateur est de faire aimer ses bêtes ; et le moins que l’on puisse dire est que son amour pour elles est plus que communicatif. Et cela rattrape largement un scénario des plus convenus.



Si la première demi-heure inquiète, l’arrivée du nouveau personnage permet au film de trouver son “ souffle ” : Hellboy II dévoile son côté “bestiaire” démonstratif, culotté et volontairement kitsch ; visuellement très heroic-fantasy (le merveilleux marché des trolls !), burlesque, bourré d’humour (noir), ce second opus ne s’embarrasse pas de fond et laisse planer une poésie incongrue. Loin de se prendre la tête comme certains de ses collègues, ce super-geek cynique et soupe-au-lait fait un (énorme) bras d’honneur à la morosité automnale.


Légendomètre : 4/5


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • jamesdu75 jamesdu75 5 novembre 2008 14:19

    Tout a fait d’accord avec vous. Hellboy 2 est genial et largement supérieur au 1er ne serait-ce que pour le bestiaire.

    Les amoureux de RPG, veront un petit clin d’oeil a Sephiroth dans le role du grand méchant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires