• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hereditary (vos Affreux Démons)

Hereditary (vos Affreux Démons)

Les démons sont là. Leur fonction ne se résume pas aux cas d'apparition et de possession. Les démons, de toute évidence, par-delà l'être ou le non-être, sont les signes avant-coureurs d'un désastre. Qu'on ressente ces signes, cela suffit-il à dire que ces mauvais génies « existent » (au sens usuel du terme) ?

Hereditary, d'Ari Aster, sorti sur grand écran en 2018, est un film d'horreur dans lequel le symbolisme prime (dans la veine de The WitchIt comes at night... and so on – des films adorés par la critique mais quasi ignorés du grand public). 

Ça n'est pas neuf : la plupart des films d'horreur sont nervurés par le symbole. Reste, néanmoins, que tous ne valent pas la peine d'être analysés, déjà à cause de la forme, qui peut être minable, mais aussi à cause du fond, qui peut être nullissime. Or, à rebours de ces mauvais films, il y a Hereditary (Hérédité, en France, Héréditaire au Québec). 

Rapidement, ce film raconte l'histoire d'une famille en deuil après la mort de sa matriarche. Pendant cette phase déjà douloureuse, de laquelle surgisse des névroses, les choses vont de mal en pis (spoiler) :

La grand-mère était apparemment une adepte d'une forme de satanisme, d'une secte, qui, par le biais de la donation d'un fragile garçon, veut faire « venir au monde » le huitième roi des enfers Paimon, grâce auquel ils obtiendront de la richesse et du pouvoir. Pour ce faire, la grand-mère consacre, en secret, son petit-fils à être offert au démon. Une fois la matriarche trépassée, les membres de la secte s'assurent que l'adolescent soit psychologiquement détruit, tout en usant (à son insu) de sa mère – laquelle ignore faire partie d'un tel plan diabolique... Enfin, la mère meurt, le père meurt, la sœur de l'adolescent malheureusement élu meurt, et, lors d'un rituel sordide, le démon investit le corps du pubère. Le film se termine par la prosternation des adeptes devant le possédé.

Le film permet, plus généralement, l'analyse de « l'utilisation » des démons, et leur présence en général dans les films. Cependant, il faut revenir momentanément aux fantômes – entités spectrales qui s'assimilent aux démons, succubes et incubes consorts...

Qu'est-ce qu'un fantôme ? Pourquoi les fantômes apparaissent-ils ici ou là ? Y a-t-il une « raison d'être » du fantôme ? De quoi la présence fantomatique est-elle le signe ?

Dans toutes les cultures, le thème du spectre touche au domaine des esprits – desquels les Ancêtres font partie intégrante. 

Par exemple, dans les sociétés au culte des Ancêtres, la présence d'un mauvais esprit peut être due à la mauvaise célébration (ou à l'oubli tout court) de l'Ancêtre. Les Ancêtres se présentent sous une forme méchante du moment où, sans le savoir, les membres d'un tel village ne les commémorent plus.

Ainsi, on voit que le fantôme se manifeste dans une situation « déréglée ». En vérité, c'est même un leitmotiv : le démon, le spectre, le fantôme, le mauvais esprit adviennent dès lors que quelque chose ne va plus.

Dans le cas du culte des Ancêtres, c'est parce que l'Ancêtre n'est plus vénéré. Sous l'angle anthropo-philosophique – en dehors de toutes intentions réductionnistes – la présence menaçante d'un Ancêtre oublié est très simple : le culte des Ancêtres donne du sens à l'existence. Lors même qu'on ne vénère plus les Ancêtres, on donne le mauvais exemple, car les enfants qui, au hasard, observeront une attitude de cette espèce, en déduiront à leur tour que le culte des Ancêtres est inutile. De là, l'importance symbolique de la communauté est en jeu, puisque la vénération de la postérité s'avère, au total, la seule récompense de la société pratiquant ce culte-ci. Et la menace des Ancêtres mécontents maintient, dans l'imaginaire, la crainte qu'un jour le culte des Ancêtres finisse. Car, si le culte se termine, alors toutes les existences, passées, présentes et futures de la société en question perdront leur valeur, leur signifiance. Toute la mémoire de la société sombrera. 

Par conséquent, le mauvais Ancêtre est là pour dire : « Ne m'oubliez pas ! Puisque, si l'envie vous en prend à cause de votre paresse, alors, à votre tour, votre postérité vous oubliera ! Ainsi, votre existence sera meaningless. »

On a affaire à l'expectation d'une solution de continuité dans la tradition. En somme, il y a une rupture anthropologique – rupture de laquelle jaillit une multitude de dangers. 

Aussi peut-on songer que l'esprit malveillant de l'Ancêtre oublié est une mise en garde qui, opportunément, avertit d'un bouleversement hypothétique dans la société.

Le parallèle avec Hereditary devient clair.

Et pour cause : si l'apparition d'un spectre signifie l'émergence probable d'un trouble d'ordre anthropologique, alors la présence soudaine d'un (ou plusieurs) démon(s) signifie la même chose, à savoir l'approche petit à petit d'un gros problème. Si bien que la présence d'une entité démoniaque signifie également qu'il y a « anguille sous roche ». Dès lors, si la venue des monstres spectraux converge autour d'un phénomène de rupture, il est normal, partant, que les maisons hantées soient celles où des meurtres violents ont eu lieu. De fait, de tels endroits symbolisent un lieu de « non-droit », c'est-à-dire un bâtiment dans lequel la nature humaine a connu un dérèglement, une anomalie.

Dans Hereditary, les satanistes souhaitent augmenter leur richesse et leur pouvoir. Ce faisant, ils contactent Paimon. Le caractère angoissant de la présence démoniaque qui s'ensuit tient, précisément, au fait que le démon symbolise, en lui-même, une dérogation à la nature de l'homme. 

Paimon, comme on l'a dit, donne la richesse « en trichant ». 

Jésus, d'ailleurs, développe le concept pendant sa Tentation (Matthieu 4:8-9) : « Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire et lui dit : "Je te donnerai tout cela, si tu te prosternes pour m'adorer." »

Quel est le problème ?

Ici, Satan enjoint à enfreindre les règles de la nature – à savoir celles qui consistent à être probe, à gagner son pain honnêtement. 

Or, en sous-texte, l'horreur d'Hereditary accuse la rupture anthropologique ci-avant présenté. Le film prévient d'avance tous ceux qui ont des velléités de tricherie, et montre comment les tricheurs (c'est-à-dire ceux, une fois encore, qui accaparent des gains malhonnêtement) s'y prennent : en détruisant une famille de l'intérieure. D'où vient que ce soit horrible. Les démons sont des quasi allégories de la destruction guettant les tricheurs et ceux fermant les yeux sur leurs tricheries.

Reste cependant à se demander : est-ce que l'existence des spectres s'épuisent sous l'angle symbolique ?

Peut-on vraiment dire que les fantômes n'existent pas, quand leur présence nervure les sociétés traditionnelles, ne serait-ce que de manière symbolique ?

Les esprits rationnalistes diront oui. Les autres, plus subtils, ne trancheront pas, car ils savent que le problème de l'existence des fantômes se posent « par-delà l'être ».


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 août 2018 16:28

    Honorer ses ancêtres, c’est simplement nous rappeler qu’ils nous ont donné la vie. Nous avons juste cette dette envers eux. Le reste, consiste à nettoyer les scories du karma et les passer au filtre. Ils nous remercierons de ce nettoyage qu’ils n’ont pu accomplir eux-mêmes. Tout est dans KABALEB. Ala mère de mon compagnon morte cette nuit dans un accident de voiture,...en 1965,...Je n’en dirai plus, portant le même prénom.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 août 2018 16:35

      Morte le jour de la saint-Hermes. et j’ai passé toute mon enfance à côté de l’église Saint-Hermès. Conçue le jour de la naissance de ma mère. Effectivement, je connais le cas d’une personne décédée trop jeune habitant dans la maison d’un pendu. Ouf, ce n’est pas le cas de ma précédente proprio qui en plus à laissé un superbe lustre en fer forge art déco en forme de GUY


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 août 2018 16:53

        et la personne se prénommait Guy. Lui qui avait pourtant écrit un livre pour refaire le parcours de son père emmené à AUSCHWITZ. UN noeud.....Son père serait-il pendu et n’aurait pas été déporté à Auschwitz.... Le secret de famille demeure (si je puis dire,....).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès