• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Il court, il court le petit Poulbot...

Il court, il court le petit Poulbot...

Il court, il court, le petit Poulbot ...sur la butte de Montmartre. Montmartre n’est pas tout-à-fait Paris. C’est le « village », c’est la butte, et puis Montmartre a été annexé à la capitale qu’en 1860. Lieu à part, lieu de bohème (« Montmartre en ce temps-là accrochait ses lilas jusque sous nos fenêtres... ») et d’artistes, Montmartre a été aussi le lieu mythique de la Commune de Paris en 1871. C’était surtout autrefois le quartier populaire, prolétaire, où l’on trouvait tous les métiers. C’est ainsi que naquit le gosse de Montmartre, le petit Poulbot, du nom de son créateur Francisque Poulbot.
 

 
 
Le gamin de Montmartre à la mine gouailleuse et aux cheveux emmêlés est l’héritier de Gavroche des Misérables de Victor Hugo. Francisque Poulbot (1879 - 1946) ne s’est pas contenté d’en créer un personnage mythique, il a dénoncé par ses dessins les misères faites au petit peuple des rues de Paris et fonda avec d’autres artistes dans les années 1920 "la République de Montmartre" puis le "Dispensaire des petits poulbots" pour améliorer le sort des enfants déshérités, au lendemain de la première guerre mondiale.
 
 
Longtemps longtemps après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues de Montmartre. Nombre de chansonniers ont chanté Montmartre ou y ont séjourné ou vécu leur vie : Aristide Bruant, Boris Vian, Claude Nougaro, Cora Vaucaire, Dalida dont la maison s’y trouve...

Les cabarets "Le Chat noir "et le "Lapin Agile" ont, au début du XXe siècle, produit beaucoup d’artistes et de chansons. Il faut dire que ce lieu est propice à l’inspiration et aux images qui marquent l’imagination. Ce n’est pas pour rien que le film "Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain", qui l’a pris pour décor, a eu un tel retentissement.

Quelques titres :
 
"Mont’ là-dessus (...et tu verras Montmartre)" écrit et interprété par Lucien Boyer et le chœur de la République de Montmartre en 1922. On peut écouter sur ce site la version de 1923 en son vinyle authentique !
 
"Retour à Montmartre" (paroles) de Cora Vaucaire qui interpréta aussi la célèbre "Complainte de la Butte" dans le film "French cancan" de Jean Renoir (elle doublait l’actrice). La chanson fut écrite par Jean Renoir lui-même : 

"Les escaliers de la butte sont durs aux miséreux
Les ailes des moulins protègent les amoureux
."

"Montmartre sous la lune" (1918), paroles d’Armand Foucher & Jéhan, musique de Vincent Scotto, interprète : Georgel
 
"Dédé de Montmartre" (1939), paroles de Gaston Montho et musique de Roger Dumas, interprète : Albert Préjean, "La valse à Dédé de Montmartre...".
 
"Montmartre" (1979), Georges Chelon
 
Voris Bian apporte aujourd’hui quelques chansons nouvelles au répertoire des chansons de Montmartre.
 
Le personnage du poulbot est bien présent dans "La romance du petit poulbot" et "le slam du petit poulbot". Il fallait un artiste, c’est "L’aquarelliste de la rue Voltaire", même s’il n’y a pas de rue Voltaire à Montmartre mais un boulevard Voltaire à Paris. Le zutiste est une fantaisie de l’auteur. Il traduit l’esprit révolutionnaire et impertinent du Montmartre historique. Il contient aussi une référence à l’actualité politique du moment. Deux titres sur le thème de la mort, l’un humoristique, l’autre en forme de contrepèterie (filou passe / pile ou face) mais néanmoins grave sur une composition à la guitare.
 
Il est probable que les titres seront réenregistrés lorsque Voris, moins pressé de multiplier ses nouvelles créations, se sera acheté une carte son de meilleure qualité pour son PC et un micro digne de ce nom... Il pourrait aussi en profiter pour les chanter un peu mieux ! En attendant, faute de meilleur interprète, il donne de sa personne. Bonne écoute quand même !
 
 
   
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 20 octobre 2009 10:30

    Ah Poulbot !!!

    Le degré Triple Zéro de l’illustration.

    Vous voir exhumer une telle iconographie navrante, horrible et ridicule, un tel piège à incultes, un modèle pour les crochets de nos grand-mères d’il y a cinquante ans, m’incite à penser que vous n’êtes pas très loin de la Biche aux abois et de l’angelus de Millet.
    Quelques images pieuses viendraient utilement compléter votre collection.


    • Paul Cosquer 20 octobre 2009 14:08

      Je vous fais un aveu. Quelquefois je fais exprès pour la voix ou pour la pochette. Cela énerve et quand cela énerve, cela fait réagir. Et puis c’est un genre. Cela dit, je ne fais pas toujours exprès...Vous n’en saurez pas plus, désolé.


    • Gazi BORAT 20 octobre 2009 13:30

      Les reproductions de « Poulbot » ainsi que celle du clown de Buffet... collées sur Isorel !!

      Le cauchemar de la décoration intérieure en zone pavillonaire dans les années soixante dix..

      Mais bon.. Tout ceci pour un pt’it coup de pub’ pour le dernier enregistrement du poête... Au fait : on peut télécharger gratos ??

      gAZi bORAt


      • Paul Cosquer 20 octobre 2009 14:09

        Oui, le téléchargement est toujours gratuit avec Voris.


      • gabrielle 20 octobre 2009 14:39

        toujours des grincheux, les traiter par le mépris, vive MONTMARTRE, vive la RESISTANCE, à bas les bobos qui ont envahi Montmartre et merci pour l’article


        • Mmarvinbear mmarvin 20 octobre 2009 16:37

          Vu que c’est la saison en ce moment c’est pas un peu pédophile ces images de petits garçons cul-nu ?


          • Paul Cosquer 20 octobre 2009 18:43

            Marvin Gay, c’est toi ?


          • Paul Cosquer 20 octobre 2009 18:47

            Alors hein, c’est qui le poulbot ?


            • Paul Cosquer 20 octobre 2009 21:05

              Les paroles du zutiste :

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut à l’azote,
              Aux haines wisigothes.
              Zut au mazout
              A Knot-le-Zout.
              Et puis un zut,
              Tiens j’en ra zout.

              Moi, moi, moi,
              Je dis un triple zut,
              Aux cinglés du bisute,
              Z’aux résultats
              Z’et aux quotas.
              T’es pas quota,
              Alors casse-toi !

              Moi, moi, moi,
              J’dis zut aux zélateurs
              Qu’on des cons zélateurs
              Qui t’mettent au froid
              Pendant des heures.
              Zut aux effrois
              Vive les zuteurs !

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut aux balaises,
              Qui s’font du fric à l’aise,
              Zut à leur péze,
              Ainsi qu’au flouze
              Des barbouzes.
              Z’et aux partouses.

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut aux égos,
              Zozos et zigotos
              Zetotou à l’égoût
              Z’en matière de bon goût.
              Zut à Zizou
              Et aux zazous !

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut au gazon
              Qui bouche notre horizon,
              Et puis zut aux zidoles,
              Zut au visage !
              Au dégazage
              Du gazole.

              Moi, moi, moi,
              J’dis zut aux résidus,
              De fioul jusq’au Vezoul,
              Zut aux zinzins
              D’Amazonie.
              Et zut aussi
              Aux zizanies !

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut au zapping,
              Aux zonards de camping,
              Zut aux clonards
              Homozygotes
              Qui fabriquent de zarbis
              Zombies.

              Moi, moi, moi,
              J’dis zut aux zoophiles
              Aux zentils pédophiles
              Aux frédophiles
              Qui se défilent.
              Honni soit le sarkozizi !

              Moi, moi, moi,
              Je dis zut aux réseaux
              Mais pas zut aux oiseaux.
              Pas zut à Za-
              Chille Zavatta
              Pas zut aux tics
              Zygomatiques.


              • Paul Cosquer 20 octobre 2009 21:15

                « Zetotou à l’égoût » : je l’avais écrit comme ça phonétiquement pour le chanter mais il faut lire :

                « Z’et aux tout-à-l’égoût »

                Y’en a p’t’être qu’un sur dix,
                Et pourtant ils existent : les zutistes !


              • L'enfoiré L’enfoiré 21 octobre 2009 10:25

                Salut Paul,
                 Il faudra que je te montre notre version, un jour.
                 Ah, il ne chante pas celui-là. Il ne bouge pas. Il s’habille à la volonté de ses sponsors.
                 Il a une garde robe qui ferait pâlir bien des envieux.
                 Il est vieux, très vieux, mais ne le parait pas. Il a parfois des envies volages. Il se fait voler. Mais il revient toujours à sa place.

                 Pas encore découvert ?

                 Il pisse. Il arrose au besoin le badaud.
                 Là, on se rapproche.

                 Manneken-pis, c’est tout cela.

                 Bien connu, il a aussi depuis quelques années une petite amie que l’on appelle Jeanneke Pis. Elle est très discrète. Il faut savoir où la trouver.


                • Iren-Nao 21 octobre 2009 15:24

                  Paul Cosquer

                  Je vous prefere decidement en Cosquer qu’en Taverneux.

                  C’est bien et sympa tout ca, et merde aux pisse vinaigres et autres bouffeurs d’espoir, que le cul leur pele.

                  Cordialement

                  Iren-Nao

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires