• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Il y a un an, Paul Villach nous quittait

Il y a un an, Paul Villach nous quittait

Paul Villach n'aimait pas la soumission. Il l'a montré toute sa vie.

Ecrivain, contributeur de talent comme rédacteur d'AGORAVOX, Paul est mort brutalement il y a un an.

Il nous manque...

Pour lui rendre hommage je publie le premier compte rendu de lecture que j'ai écrit, il y a dix ans alors que je ne le connaissais pas

JPEG

 

« Les infortunes du Savoir
sous la cravache du Pouvoir »
« une tragicomédie jouée
et mise en scène par l'Education nationale »

de Paul Villac'h
Editions Lacour
mai 2003


Non à la soumission !


C'est un livre que j'ai découvert il y a peu de temps.
L'auteur ne choisit ni la dentelle, ni le politiquement correct pour s'exprimer et le titre accrocheur n'est pas usurpé.
Les adeptes de la hiérarchie et de la soumission n'auraient pas aimé ce livre que d'ailleurs ils ne liront jamais !

L'appareil de domination implacable est analysé, décortiqué et de nombreux passages sont savoureux comme celui où l'auteur s'en prend à ceux qui se trouvent au sommet ou presque.
« ...Le premier médiocre venu acquiert soudain sur ses anciens collègues un ascendant miraculeux, une fois chef d'établissement devenu, dispensateur de judicieux conseils pédagogiques qu'il était lui même incapable d'appliquer quand il était simple professeur. »
L'auteur revient sur plusieurs « affaires » judiciaires opposant par exemple des parents à des professeurs pour montrer comment ceux qui devraient défendre les enseignants malmenés décident par veulerie ou par calcul de se taire ou même d'enfoncer leurs anciens pairs.
Ces conduites sont scandaleuses mais pas étonnantes puisqu'il est clair que : « Nul ne peut servir deux maïtres » : le Pouvoir et le Savoir.

Ah l'inspection quelle drôle de petite bête ! Comme le chantaient les instituteurs refusant l'inspection-notation en 1979. Dommage que ce livre n'ait pas été écrit à cette époque là, il aurait été un outil d'analyse et de combat formidable pour expliquer au grand public la fonction répressive et avalissante de ce couperet...

Mais il est là, aujourd'hui et il démonte un mécanisme et dénonce le système qui frappe l'indocile ou le timide au portefeuille mais qui reste encore accepté voire plébiscité par une majorité de professeurs et leur syndicat majoritaire, même si d'ailleurs ce syndicat n'a jamais réellement organisé un débat sur la question.

Paul Villach s'appuie sur plusieurs cas pour étayer son argumentation C'est ainsi que J.D à Martigues restera le seul Adjoint d'Enseignement « indigne de devenir professeur certifié » : « Vingt-cinq ans d'appréciations élogieuses formulées sur un professeur par tous les chefs d'établissement successifs ne peuvent rivaliser...avec la parole d'un inspecteur...qui ne le connaît même pas. » ... Mais il est vrai que J.D a été en 1978 à la naissance d'un mouvement contestant les modalités de l'inspection !

Il y a encore beaucoup de Bastille(s) à faire tomber mais ce combat là n'est pas accessoire car comme l'indique l'auteur à la fin de sa quatrième de couverture : « ... des maîtres asservis ne sauraient former des esprits libres ».

C'est un livre qui vaut le déplacement, commandez le à votre libraire ou connectez vous à www.Editions-LACOUR.COM

Jean-François CHALOT


 


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • FERAUD 16 avril 2013 17:33

    Paul Villach avait une plume acerbe et il frappait juste en respectant l’interlocuteur.


    • Abou Antoun Abou Antoun 16 avril 2013 20:12

      J"ai beaucoup apprécié cet auteur et c’est bien qu’on se souvienne de lui. Je m’associe à cet hommage, merci de le rappeler à notre souvenir.


      • médy... médy... 16 avril 2013 22:01

        Les meilleurs partent les premiers, comme on dit. J’ai apprécié comment Paul Villach démontait la perverse et parfois burlesque communication publicitaire. C’est un vrai érudit, et je vais relire ses articles.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 avril 2013 22:10

          Depuis Villach l’ intériconicité n’ est plus un leurre .


          • Constant danslayreur 17 avril 2013 13:41

            Les mises en abyme non plus. Salut Capitaine.

            Il a aussi publié sous son vrai nom Pierre-Yves Chereul, l’auteur aurait peut-être du le préciser pour être complet, d’autant qu’il a lui même rendu un hommage vibrant à l’une des publications en question le fameux Béa de Capri à Carnon... un moment d’anthologie.

            Ma connexion n’est pas bonne alors si quelqu’un avait la patience de remonter dans l’historique jusqu’au premier billet de Chalot pour en poster un lien ici même, ce serait sympa.

            Merci pour l’hommage



          • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2013 15:11

            Merci Cevennevive , 


            je suis allé relire l’ article  du lien  c ’est rigolo .

            Si on pouvait ôter quelque méchanceté ce serait parfait .

          • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2013 10:16

            Bonjour Captain,

             Enlever les méchancetés ? 
             Pas d’accord. Il faut rester responsable de ses écrits.
             Verba volant, scripta manent.
             Les méchancetés ont existé depuis la nuit des temps.
             Il y a un art de la méchanceté et un art de la recevoir et d’y répondre.
             Là, Popol n’était pas l’as des as, dans ce domaine. Ecrire un article est plus simple que de répondre à un commentaire qui s’oppose à toute déclaration.
             Renvoyer les autres dans le bac à sable, les rejeter comme des trolls, n’est certes pas la meilleure des solutions. Un peu trop vite dit sans chercher à remonter jusqu’aux sources, aux raisons plus intimes.
             Rappelez vous la tirade du nez dans Cyrano et vous comprendrez ce qu’est un renvoi à la case départ avec panache.
             Mais pour cela, il faut un peu plus de temps qu’une réplique à l’emporte-pièce.
             smiley

          • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2013 13:23

            Cher Poilvache,

            Un an sans trouver chez toi de commentaires vaches
            La haut, avec ta carte de visite prestigieuse
            Ton savoir a dû élever ton pouvoir
            Tu n’y as plus le temps de t’asseoir
            Tu avais bien à toi une foule de concepts
            Que tu entrais alors qu’ils n’étaient que des préceptes
            Que évidemment, tu espérais le plus fumeux
            Alors que parfois ils viraient dans le pompeux
            Avec ton marteau à répétition tu enfonçais le clou
            Alors que les lecteurs se perdaient de partout
            Parmi eux, certains te suivaient, t’aimaient
            D’autres dans leur coins sombres te haïssaient
            A ton insu, comme un enfoiré, je t’analysais
            Et dans le fond de mes pensées, je souriais
            Le plus grave aurait été l’indifférence
            Ce n’est qu’elle qui fait la différence
            Dans ce bas monde, entre mourir et exister
            Dans le fond, aussi entre sourire et pleurer
            A chercher pour découvrir l’intériconicité
            N’était-ce pas, en bout de course, un leurre
            Que l’on trouve au fond du tunnel en pleine chaleur
            Et qui n’est que comprendre le monde et sa complexité
            Adieu l’artiste qui se voulait celui des mots
            Bonjour les autres qui n’étaient que des sots.
            Que l’on rejette par erreur dans le bac à sable 
            Que l’on estime à tort comme minables
            Quand on sort de la grande scène
            Et qu’il faut respecter sous forme d’un modeste poème. 

            L’enfoiré


          • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2013 16:21

            Il y a un an, en effet, j’ajoutais à un article qui avait pour philosophie « Carpe diem » : « Hier, une triste nouvelle sur Agoravox confirme la justesse de l’état d’esprit »Carpe diem« . Paul Villach, pilier d’Agoravox, lui qui s’entourait de leurres dans ses écrits, a rejoint le Cénacle des écrivains des temps perdus de la Comédie humaine. Devant la mort, on oublie tout, joies et querelles. ».


            C’est toujours aussi vrai.
             

          • Hieronymus Hieronymus 17 avril 2013 04:30

            je ne l’appréciais pas particulièrement comme auteur
            mais Respect pour l’homme de conviction, son travail, son courage
            et merci à Chalot d’avoir produit ce rappel, à la fois nécessaire et mérité


            • Gasty Gasty 17 avril 2013 09:36

              Merci Chalot pour ce sympathique hommage.

              Les adeptes de la hiérarchie et de la soumission ne le liront pas, c’est sûr !


              • Gabriel Gabriel 17 avril 2013 09:49

                Merci Chalot et hommage à Paul Villach qui, comme la plupart des Agoravoxiens, a contribué au débat démocratique en partageant ses idées tout en respectant celles des autres.


                • slipenfer 17 avril 2013 13:26

                  j’en profite pour remercier tout les auteurs,et le trou qu il laisse dans la page avox est là pour
                  nous rappeler l’importance des médias libre.


                  • docdory docdory 17 avril 2013 14:25

                    Bonjour Chalot

                    Merci de cet hommage à Paul Villach, avec qui je correspondais régulièrement, il était même venu un soir à Rouen, nous avions eu une amusante et intéressante conversation en terrasse d’une brasserie ou nous avions dîné ensemble.
                    Nous avions beaucoup d’idées en commun, ses idées sur la théorie de l’information étaient particulièrement lumineuses, et j’aime à imaginer les articles qu’il aurait pu faire sur certains événements récents : il aurait certainement fait son miel de l’affaire Cahuzac, entre autres choses.
                    Sa disparition a laissé un grand vide sur Agoravox.

                    • cevennevive cevennevive 17 avril 2013 14:34

                      Bonjour Chalot,


                      Merci de nous rappeler ce triste anniversaire.

                      Une pensée d’amitié pour Paul (qui, j’espère, peut nous lire, de là où il est...)

                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 17 avril 2013 18:12

                        Merci de rafraîchir la mémoire de ceux qui restent. Je pense justement à un ami qui nous a quittés en avril 2007, il s’appelait Jean-François Knecht, était enseignant et mettait tout son honneur et son intégrité à faire de la politique (opposant notoire à Peyrat, le maire de Nice qui promut Estrosi... ).
                        Quelqu’un a dit de JFK : « les mains dans le cambouis, la tête dans les étoiles »... de son vivant, j’espère.  


                        • lemoncitron lemoncitron 17 avril 2013 18:42

                          Je n’ai plus trop suivi AV ces derniers mois et j’apprend, à travers cet article, que Paul Villach nous a quitté ! 

                          C’est bien triste, j’ai lu nombre de ses articles et que l’on soit d’accord ou pas avec ce qu’ils exprimaient, c’est l’impression de perdre un copain (être un ami c’est autre chose) qui prédomine... 
                          Merci à lui d’avoir été un des notres, un Agoravoxien.

                           smiley


                          • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2013 09:13

                            Bonjour à tous et bonjour à vous Chalot,

                             Merci d’avoir relancé cet auteur prolifique dans nos mémoires.
                             J’ai eu l’occasion de dialoguer par mail avec Paul quand il m’en a envoyé un donc bien en dehors d’Agoravox.
                             Pour moi, il y a eu deux époque Villach avec entre les deux l’interview de Fogiel qui l’a chahuté. Popol n’aimait pas être chahuté. Oh, il n’est pas le seul. Mais c’est la règle du jeu, la règle de la vie. 
                             Ce n’est pas être chahuté qui est important, mais comment on y répond.
                             Là, Popol n’est pas à la bonne mesure. On s’enfonce très vite dans ces cas-là.
                             Mon dernier billet, lui servirait peut-être aussi.
                             A sa mort tout à fait inattendue. Bien que quelques soupçons d’un problème quelque part, vu son arrêt subit de publier, c’est Carlo qui en a fait un article. 
                             Carlo ne se réveille plus que pour le genre de nouvelle extraordinaire. 
                             Faudra s’y faire. Une bonne plume, c’est peut-être celle qui attend un peu plus de temps pour inspirer avant d’expirer.
                             Merci à Popol, comme dit lemoncitron, d’avoir été un Agoravoxien

                            • morice morice 21 avril 2013 10:36

                              on y pense régulièrement, à Paul, et surtout en ce moment où le site se fait bouffer par les fachos de tous poils.


                              • loxias loxias 24 juillet 2013 06:01

                                J’ai aussi lu du Villac’h ici même et tiens à m’associer à la communauté Agoravoxienne en cet hommage justifié. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires