• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Ivanov » Tchekhov, Benedetti & Compagnie à L’Athénée

« Ivanov » Tchekhov, Benedetti & Compagnie à L’Athénée

Du Studio d’Alfortville jusqu’à Paris en passant par La Cartoucherie de Vincennes, Christian Benedetti poursuit, depuis sept années, le fabuleux projet de monter Tout Tchekhov :  

  

JPEG - 79.8 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

 

  

Cela a donc commencé avec « La Mouette », « Oncle Vania » et « Les Trois Sœurs » au Studio, par la suite ce fut « La Cerisaie », en villégiature au Théâtre du Soleil, hôte d’Ariane Mnouchkine et, actuellement, c’est donc « Ivanov » se tourmentant sur sa destinée au Théâtre de l’Athénée.

La prochaine étape sera pour « Platonov » géo localisable dans deux ans et précédant ainsi le point d’orgue forcément grandiose de l’ambitieux dessein, c’est-à-dire celui d’une pièce différente chaque soir de la semaine avec l’intégrale le dimanche.

 

JPEG - 81.9 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

  

Quelle formidable perspective, d’autant plus que le parti pris du chef de Troupe, dont les acteurs jouent de fait en alternance, impose un rythme particulièrement cadencé à la parole tchekhovienne se déversant sur les planches par vagues successives alors que, séquencée par des plages de silence avec arrêt sur image suspendant l’écoulement du temps, l’oralité elle-même semble s’interroger sur le sens des mots, sinon des maux endurés parce que sous-entendus ou implicites.

Alors, si la nostalgie est effectivement au rendez-vous attendu, c’est parce qu’elle nourrit, ici et maintenant, plus que jamais le cœur existentiel des protagonistes criant leur désarroi à leurs interlocuteurs eux-mêmes pris dans le filet des contradictions les reliant à un destin en impasse généralisée.

 

JPEG - 98 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

 

Certes la sincérité d’Ivanov pourrait être émouvante tant elle se refuse à jouer les faux- semblants quand il s’agit de prendre position face à l’essentiel :

Non, il n’aime plus Anna (Laure Wolf) ; d’ailleurs l’aurait-il jamais aimé ? Et ce n’est point parce que celle-ci est désormais gravement malade que celui-là obéirait aux injonctions du docteur (Yuriy Zavalnyouk) bien-pensant car se croyant autorisé à lui rappeler son devoir marital de protéger son épouse en l’emmenant en cure thérapeutique.

 

JPEG - 77.7 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

 

  

Mais Ivanov (Vincent Ozanon) préfère de loin cultiver son spleen infini et son mal-être insondable alors que couvert de dettes, il devient de surcroît la proie de Sacha (Alix Riemer), la propre fille de ses créanciers, tombant littéralement amoureuse de lui au point de vouloir précipiter leur mariage, quels que soient les obstacles sociétaux et la bienséance prévalant en telle circonstance pour le moins choquante.  

D’aucuns prétendraient qu’Ivanov est un salaud, le pire des prétendants assoiffés de se refaire une santé pécuniaire en épousant, à tour de rôle, ces dulcinées qui seraient à même de lui permettre de surfer au mieux des contraintes prosaïques grâce à leurs fortunes patrimoniales respectives.

 

JPEG - 55.9 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

  

Qu’importe l’amour et la dévotion que lui manifestent Sacha et auparavant Anna, finalement répudiée et déshéritée par sa famille, pourvu qu’Ivanov ait l’espérance ou l’illusion de ne plus être harcelé pour dettes et qu’ainsi, peut-être, il puisse sortir de la torpeur du mal de vivre, voire celle de mourir sans en comprendre néanmoins le pourquoi du comment.

D’ailleurs, peut-être ont-ils raison ceux-là de crier à l’assassin, au malfaiteur, au sans-cœur car, de fait, que ce soit d’une attaque ou d’un suicide (selon la version du drame remaniée par l’auteur), c’est bien dans les deux cas l’effet direct d’une auto-destruction qui emporte Ivanov loin de sa présence absente au monde.

 

JPEG - 68.5 ko
IVANOV
© Simon Gosselin

  

Dire que Christian Benedetti perçoit avec acuité cette vision pathétique retranscrite par Tchekhov avec l’intention solidaire et complice de la retourner comme un gant par l’humour au énième degré envisagé par l’esprit humain, c’est sans doute confirmer que l’auteur et le metteur en scène forment présentement un fameux tandem théâtral tellement drôle que nous ne pouvons qu’avoir hâte d’apprécier leur prochaine "Intégrale" ainsi annoncée.

    
photos 1 à 6 © Simon Gosselin
photo 7 © Theothea.com
  
IVANOV - ***. Theothea.com - de Anton Tchekhov - mise en scène Christian Benedetti - avec Vincent Ozanon, Laure Wolf, Philippe Lebas, Philippe Crubézy, Brigitte Barilley, Alix Riemer, Yuriy Zavalnyouk, Lise Quet, Nicolas Buchoux, Christian Benedetti, Antoine Amblard, Martine Vandeville & Alex Mesnil - Théâtre de l'Athénée 
  

  

JPEG - 67.7 ko
IVANOV
© Theothea.com

   
  


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès