• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > J’ai dû chevaucher la tempête

J’ai dû chevaucher la tempête

« J'ai dû chevaucher

La tempête

Les tribulations d'un bipolaire »

livre de Yann Layma

Editions fr La Martinière

284 pages

septembre 2012

 

La maladie du bipolaire est encore peu connue, même si aujourd'hui des traitements efficaces permettent aux malades suivis de pouvoir vivre en espaçant ou en « contrôlant » les « sommets d'euphorie » et les gouffres de « léthargie ».

Il y aurait des centaines de milliers de bipolaires, voire un million en France.

Certains sont soignés et disposent d'un double accompagnement, médical et familial, d'autres souffrent énormément en ignorant leur situation exacte.

Il y a encore beaucoup à faire.

Ce livre que je viens de découvrir est écrit par Yann Layma qui est un grand photographe et notamment une référence en ce qui concerne la connaissance de la Chine.

Il raconte comment il a découvert sa maladie et revient dans son récit sur ses crises graves, qu'il s'agisse de projets délirants ou de moments de relâchements complets quand il dormait dans sa baignoire sans se lever... ou presque.

Seule une observation lente de plusieurs années, en l'absence d'une phase maniaque franche peut permettre de diagnostiquer cette maladie.

« La bipolarité « est une maladie grave », si grave qu'elle peut être considérée comme l'une des dix plus graves pathologies dans le monde. »

L'auteur raconte son itinéraire, ses crises, ses inquiétudes, ses désespoirs et ses phases de grande créativité avec ses « avantages » tout relatifs et ses risques.

Beaucoup de malades bipolaires ont des talents réels, parfois cachés dans la photographie, la peinture, la musique et même la littérature....

Des géants de la culture ont été certainement bipolaires...

Quand on en rencontre et qu'on les fréquente, on s'aperçoit qu'ils sont des personnes extraordinaires dans leur domaine et apportent beaucoup à l'humanité.

Mais comme l'explique l'auteur, il est indispensable que le malade connaisse bien sa maladie « maniaco-dépressive » afin qu'il « l'apprivoise » et apprenne à vivre avec et à suivre le traitement.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vesjem vesjem 23 décembre 2019 15:10

    layma est passé sur Radio Catholique Française (RCF pour les habitués) ; c’est là que tu l’a écouté, ?

    d’où ta bipolarité laïcard/catho ?


    • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 23 décembre 2019 21:11

      Il est tout à fait positif de citer, dévoiler, préciser, décrire cette maladie, tout simplement pour... sauver des vies.

      Elle est multi factorielle, dont la génétique. Elle est dure, dure pour tous, (et dure, dure ... !) entourage compris. J’en connais un, très proche, qui l’a surmontée, après « errance thérapeutique », et un autre, tellement proche, qui en est mort à 24 ans.


      • CHALOT CHALOT 24 décembre 2019 18:55

        Vesjem !

        Tout auteur accepte un entretien avec les proposants …..


        • vesjem vesjem 25 décembre 2019 22:38

          t’énerve pas chalot

          on a beaucoup de points de vue identiques, mais non identitaires

          rocard a dit : on ne peut accueillir toute la misère du monde ; çà ne signifie pas qu’on doive être odieux avec les migrants, mais juste essayer de les freiner, pour que ici, ce ne soit pas ailleurs (pour la diversité des peuples)

          d’autant plus que cette mixité forcée, on la doit à des forces maléfiques, dont je suis certain tu en connais l’origine ; mais ta bien pensence et ton engagement t’interdisent d’en faire mention auprès de tes proches

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès