• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jacques Perrin, artisan génial du cinéma français

Jacques Perrin, artisan génial du cinéma français

« Une des singularités de Jacques [Perrin] est d’avoir été le partenaire des meilleurs et des plus grands, dès les origines. Le talent d’avoir de la chance peut-être. Ou, plus certainement… la chance d’avoir du talent. » (Jean-Jacques Annaud, le 6 février 2019).



C’était il y a trois ans seulement. L’acteur Jacques Perrin venait d’être reçu, le 6 février 2019, par Jean-Jacques Annaud à l’Académie des Beaux-arts dans la section "Créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel", au fauteuil numéro 5, celui du réalisateur Francis Girod. Jacques Perrin y a été élu le 7 décembre 2016, il avait fallu dix ans pour trouver un remplaçant. Hélas, ce fauteuil est de nouveau vacant, car Jacques Perrin vient de s’éteindre ce jeudi 21 avril 2022 à Paris. Il allait avoir 81 ans dans trois mois, né le 13 juillet 1941 à Paris. Nous retrouverons plus loin Jean-Jacques Annaud dans l’évocation de Jacques Perrin qui a produit son premier film "La Victoire en chantant" (sorti le 22 septembre 1976), récompensé par un Oscar.

Évidemment (et c’est justice), sa disparition n’est pas passée inaperçue dans les médias qui soulignent généralement le caractère "monumental" de l’acteur. Les téléspectateurs auront peut-être la chance de revoir quelques-uns de ses environ cent trente films ou téléfilms qu’il a tournés comme acteur. Acteur très jeune, il a commencé très tôt, d’abord au théâtre (à l’âge de 15 ans), et au cinéma à la même époque (il a même tourné un film à l’âge de 5 ans), très vite avec des grands réalisateurs : Valerio Zurlini, Pierre Schoendoerffer, Costa-Gavras, Claude Chabrol, etc.

On peut en particulier retenir ces deux films très célèbres qui ont façonné sa légende, tous les deux réalisés par Jacques Demy avec une musique de Michel Legrand et une partenaire éblouissante, Catherine Deneuve : "Les Demoiselles de Rochefort" (sorti le 8 mars 1967) où Jacques Perrin joue le rôle du matelot Maxence, et "Peau d’Âne" (sorti le 16 décembre 1970) où il joue le rôle du Prince charmant. Autre grand film dont il est l’acteur principal, "Le Crabe-Tambour" de Pierre Schoendoerffer (sorti le 9 novembre 1977) avec Jean Rochefort, Claude Rich et Jacques Dufilho (qui vient d’être rediffusé sur France 5 ce vendredi 22 avril 2022).

Valerio Zurlini, qui lui a transmis la passion du cinéma et qui l’a recruté pour "La Fille à la valise" (sorti le 11 mai 1962) aux côté de Claudia Cardinal, l’a pris aussi pour un autre grand succès, "Journal intime" (sorti le 6 septembre 1962), où Jacques Perrin joue aux côtés de Marcelle Mastroianni : « Marcello reste l’acteur qui a le plus impressionné. [Jacques Perrin] découvre que ses célèbres et flamboyantes improvisations résultent d’une studieuse préparation, que sa légendaire désinvolture a pour but de masquer une formidable rigueur. » (Jean-Jacques Annaud).

_yartiPerrinJacques04

On aurait pu imaginer pour Jacques Perrin une longue carrière d’acteur, à l’égal d’Alain Delon, par exemple, ou de Jean Marais, Jean-Claude Brialy ou encore Jean-Louis Trintignant. Mais sa passion du cinéma lui a fait changer de perspective. Bien avant ses 30 ans, il a créé une boîte de production et il s’est mis à produire des films. En particulier, des films engagés, ceux de Costa-Gavras.

Sa motivation, c’était l’impossibilité de trouver un producteur pour "Z" : « Jacques refuse d’y croire, propose à Costa de l’aider. Il avoue ne pas savoir comment. Il n’a aucune expérience de la production, zéro. (…) Il a comme seul bagage son enthousiasme et son charme. Qui est considérable. » (Jean-Jacques Annaud). Son premier film produit fut donc "Z" (sorti le 26 février 1969), qui fut un grand succès (avec deux Oscars et deux prix au Festival de Cannes), il y joue le rôle d’un photoreporter. Il a produit aussi "État de siège" (sorti en France le 8 février 1973) et "Section spéciale" (sort le 23 avril 1975) où il est un avocat. Jean-Jacques Annaud : « Un basculement s’opère en silence. L’acteur vedette Jacques Perrin, aussi producteur, devient, tout en restant acteur, le producteur-vedette Jacques Perrin. ».

Et puis, sa rencontre avec le réalisateur Gérard Vienne lui a ouvert un nouvel horizon, celui des documentaires (en particulier animaliers). Jacques Perrin a produit le film documentaire de Gérard Vienne "Le Peuple singe" (sorti le 14 juin 1989), scénarisé notamment par Jacques Lanzmann et Yves Coppens. Non seulement Jacques Perrin a produit, parfois réalisé ces documentaires, mais souvent, il prêtait sa voix très agréable pour la narration, et cette voix off est aussi l’un des talents mémorables de Jacques Perrin, et pas seulement dans des documentaires (aussi dans "Le Parfum", par exemple, de Tom Tykwer, sorti le 4 octobre 2006).

Jean-Jacques Annaud : « Depuis le début des années 90, l’acteur-producteur devenu producteur-acteur a de nouveau muté, ajoutant à son bicorne une troisième pointe : il est désormais et avant tout réalisateur-producteur. Il se spécialise dans un genre qu’il est le seul à oser affronter : le documentaire naturaliste à budget de blockbuster. Des films pharaoniques qui demandent des années de préparation en recherches scientifiques, en repérages aux quatre coins du globe, en imprégnation des animaux, en construction de matériel… et… des dizaines, et des dizaines, et des dizaines et des dizaines et des dizaines de millions d’euros. (…) Chaque film rappelle à Jacques les dangers qui menacent la survie de notre planète. Il s’engage, ses caméras deviennent militantes. ».

_yartiPerrinJacques02

Ainsi, il a produit notamment ces documentaires : "Les Enfants de Lumière" (sorti le 28 juin 1995), documentaire de près de deux heures sur les pépites du cinéma, qu’il a réalisé aussi ; le fameux "Microcosmos : le Peuple de l’herbe" (sorti en France le 20 novembre 1996), ce qui lui a valu le César du meilleur producteur (le film a remporté cinq César) ; "Le Peuple migrateur" (sorti le 12 décembre 2001), qu’il a réalisé aussi ; "Océans" (sorti en France le 27 janvier 2010), qu’il a réalisé mais pas produit, récompensé par le César du meilleur film documentaire ; etc. "Océans", entre autres, est un documentaire qui a mis longtemps à se faire (plus de cinq ans), et qui s’attache à montrer les dangers de la pollution de l’homme, de la pêche abusive, du réchauffement climatique, etc. (Lorsque j’écris que Jacques Perrin a produit ou a réalisé, il a souvent, en fait, coproduit ou coréalisé, c’était souvent un travail d’équipe, en particulier avec le réalisateur Jacques Cluzaud).

Autre très grand succès populaire, Jacques Perrin a produit "Les Choristes" de son neveu Christophe Barratier (sorti le 17 mars 2004), où, aux côtés de Gérard Jugnot et François Berléand, jouent son fils Maxence Perrin (Pépinot) et lui-même (Pierre Morhange adulte). Auparavant, il a joué aux côtés de Philippe Noiret dans "Cinema Paradiso" de Giuseppe Tornatore (sorti le 17 novembre 1988), avec la musique d’Ennio Morricone, qui fut beaucoup récompensé (Grand prix du Festival de Cannes, un Oscar, un César, etc.).

L’acteur Jacques Perrin a aussi beaucoup travaillé pour la télévision, dans des téléfilms dont il avait le premier rôle, jouant notamment Victor Schœlcher (en fin novembre 1998), Louis XI (le 6 décembre 2011), Richelieu (le 11 mars 2014), etc. Il était célèbre aussi pour avoir présenté, avec son épouse Valentine, l’émission passionnée du cinéma "La 25e heure", diffusée très tard dans la nuit sur Antenne 2 devenue France 2 de 1991 à 2000, émission qui fut récompensée en 1997 par le Sept d’or de la meilleure émission culturelle.

La dernière participation de Jacques Perrin à un film était très récente puisqu’il a joué le rôle d’un scientifique dans "Goliath" de Frédéric Tellier (sorti le 9 mars 2022), avec Gilles Lellouche, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot et Laurent Stocker ; c’est un thriller autour d’un scandale sur les OGM et les pesticides. Toujours ce cinéma engagé… Salut l’artiste.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 avril 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jacques Perrin.
Michel Blanc.
Michel Bouquet.
Patrick Chesnais.
Jean Roucas.
Z.
Michel Sardou.
Michel Jonasz.
Jane Birkin.
Philippe Noiret.
Jean Amadou.
Shailene Woodley.
Gérard Jugnot.
Alain Delon.
Alfred Hitchcock.
Brigitte Bardot.
Charlie Chaplin.

_yartiPerrinJacques03


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    



    • Clocel Clocel 23 avril 09:48

      Même pas le temps de laisser des consignes pour le deuxième tour !?

      Macron -1

      Fatalitas...



        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 avril 13:43

          Faut faire voir aux gosses Microcosmos ,Le peuple migrateur...


          • Mirlababo 23 avril 19:32

            Il y connaît quoi en cinéma ce trouffion virtuel ? Keudal comme le reste, il copie colle des extraits de lecture + Wikipedia. Quel pauvre type.

            Jacques Perrin n’est pas le cinéma, il n’est qu’un homme parmi tant d’autres.

            Le cinéma est mort depuis la fin du code hays allez va dormir minable... la suggestion fut remplacée par l’exhibitionnisme outrancier.

            Le jugement qui t’attends là-haut est bien plus terrible que le mien car souviens toi mon petit : le mensonge est un fléau (pêché).


            • Perrin ,

              C’est la 317 section ,

              Le sous lieutenant,

              L’adjudant Willsdorff .......

              Un doc exceptionnel « Les Saisons »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité