• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jacques Tati ou le burlesque revisité

Jacques Tati ou le burlesque revisité

Pour terminer le cycle des metteurs en scène de l’après-guerre, voici l’un des plus attachants, celui qui a remis le burlesque à l’ordre du jour : Jacques Tati.

Les Films de Mon Oncle

Voilà qu’apparaît dans ce cinéma des années 50/60 qui tend à se scléroser un franc-tireur, un inventeur, un acteur comique formé à l’école du mime et du music-hall, admiré de Colette dès 1931, dont le nom est Jacques Tatischeff dit Tati, réalisateur de plusieurs courts métrages et que Jour de fête , en 1947, va révéler au public de façon éclatante.

Jacques Tati. Les Films de Mon Oncle

VIDEO

Jour de fête est son premier long métrage, tourné en extérieur à Sainte-Sévère dans l’Indre. Bien entendu, les producteurs avaient refusé le projet et le film dut être monté en coopérative, grâce à l’appui financier de Fred Orain. L’histoire est toute simple : un village se prépare à sa fête annuelle et les forains commencent à installer leurs stands et leurs manèges. François, le facteur, moustachu et dégingandé, fait sa tournée habituelle sur son vieux vélo - modèle Peugeot 1911. Mais celui-ci, après avoir assisté à la projection d’un documentaire sur le service postal aux Etats-Unis, s’est laissé convaincre par quelques farceurs de mettre à profit, pour lui-même, l’efficacité de ces méthodes modernes. Le facteur, qui ne doute de rien, va donc s’y employer dans la mesure de ses moyens et exécuter une tournée-distribution de courrier ultra rapide à l’américaine, hilarante, bourrée de gags inattendus et d’une efficacité remarquable - créant des situations comiques du meilleur effet, cela dans une atmosphère sonore qui souligne l’image sans la perturber, l’auteur sachant utiliser au mieux un cinéma visuel et non bavard, comme le faisait si bien Charlie Chaplin au temps du muet.

Le film terminé, Jacques Tati ne trouve pas de distributeur et lorsque celui-ci sort enfin en 1949, l’accueil enthousiaste qu’il recueille fait prendre conscience aux producteurs français que le public a mis moins de temps qu’eux à reconnaître le génie du cinéaste et de l’acteur. Jour de fête sera d’ailleurs couronné par le Prix du meilleur scénario à la Mostra de Venise et l’année suivante du Grand Prix du Cinéma français. Ce n’est pas le moindre paradoxe.

Portrait de Jacques Tati. Collection Christophe L.

VIDEO

Fort de ce succès, Tati va créer le personnage de M. Hulot, autre silhouette dégingandée, mais, cette fois, sans moustache, personnage qui pourrait être le cousin citadin du facteur François, silhouette qui deviendra familière avec son pantalon de toile blanche, son chapeau cabossé, ses chaussettes rayées et ses chaussures de tennis, auxquels s’ajoutera assez fréquemment une pipe. M. Hulot est entré dans notre paysage de cinéphile à bord de sa voiture pétaradante et n’en sortira plus. Dans ce second film Les Vacances de M. Hulot (1953), on partage avec cet ami extravagant deux semaines de vacances sur une plage bretonne proche de Saint-Nazaire, où nous le voyons semer le trouble par ses maladresses, ses fantaisies, ses manières d’hurluberlu parmi la clientèle de l’hôtel où il séjourne, avec un irrésistible plaisir. Tati a su saisir le rituel des vacanciers et les attitudes estivales de la classe moyenne, à l’heure où notre société entre dans l’ère de la consommation de masse. De cette observation aiguë va naître une poésie du quotidien profondément intelligente, servie par une grande liberté d’écriture qui préfigure déjà ce que sera, quelques années plus tard, la Nouvelle Vague, soucieuse de filmer en temps réel et sur le vif le monde contemporain. Hulot, l’innocent, l’optimiste, le fantaisiste, l’incorrigible gaffeur affirme son individualité à l’égard d’une société dont le conformisme est décapé sans méchanceté par des gags inénarrables.

Les Films de Mon Oncle

VIDEO

Aux Vacances de M. Hulot succède Mon oncle (1958), tourné en couleur. Hulot habite alors une maison tarabiscotée dans la banlieue parisienne en pleine rénovation, envahie de grues et de pelleteuses dans un bruit assourdissant. Célibataire, il est très attaché à son neveu qui habite avec ses parents une villa coquette d’un quartier résidentiel pourvue des derniers équipements et gadgets à la mode. Hulot vient souvent lui rendre visite et se plaît à emmener l’enfant se promener et se distraire. Il en profite pour lui faire découvrir un monde inhabituel, celui des terrains vagues, des jeux où entre une grande part d’imagination. Pour l’enfant, c’est tout bonnement l’apparition d’un univers inconnu où l’on s’accorde quelques permissions et quelques débordements et dont on revient avec les mains sales et les genoux écorchés, au grand dam des parents. En 1958, la France est à l’orée de ce que l’on appellera la société de consommation. Aussi, pour créer un habitat plus conforme aux normes exigées par la vie moderne, commence-t-on à raser les immeubles insalubres. Mon oncle a été tourné à Saint-Maur et son comique naît principalement du contraste entre le quartier huppé des nouveaux riches (auxquels appartiennent la soeur et le beau-frère de M. Hulot ) et les quartiers anciens, faits de bric et de broc, mais qui ont conservé leur chaleur villageoise. Au conformisme de la modernité s’oppose la poésie des terrains vagues, des chiens errants et du petit peuple de la France profonde. L’utilisation remarquable des sons, du langage, des gags empruntés à la réalité la plus immédiate font de Mon oncle, comme des Vacances de M. Hulot, des chefs-d’oeuvre où se tissent étroitement satire du présent et nostalgie du passé. Du progrès, Tati prévoyait en visionnaire les effets déshumanisants et affirmait pour lui-même son inadaptation à une modernité sans âme, dont la jeunesse est la première à souffrir aujourd’hui. Le cinéaste défendait ainsi une certaine idée d’un bonheur paisible, fondé sur des relations humaines harmonieuses et faisait, pour nous en convaincre, exister un univers conforme au rythme de l’homme.

Après Mon oncle, il va travailler pendant des années à Playtime, qui coûtera 15 millions de francs et construira, en studio, pour les besoins du film, le décor d’une ville ultra-moderne avec gratte-ciel et buildings industriels en verre et acier. Présenté pour les fêtes de fin d’année 1967, ce long métrage, sorte d’oeuvre testament, après un certain succès de curiosité, va être une catastrophe commerciale dont Tati ne se remettra jamais. Le public ne le suit guère dans les dédales de cette ville où les touristes cherchent vainement le Paris folklorique d’antan. Ce monde kafkaïen les égare, seul Hulot reste Hulot avec son imperméable, son parapluie et son chapeau, mais les disproportions entre ce nouveau monde et l’ancien désorientent complètement les spectateurs pas encore prêts à une anticipation qui les prend de court. Décidément cette satire mécanique, uniforme et glaciale déplaît aux Français qui entendent, d’une part, goûter aux bienfaits de l’industrialisation et, d’autre part, ne comprennent pas que le cinéaste se soit à ce point endetté pour un film qui n’avait d’autre objectif que celui de les distraire. Tati s’en expliquera par la suite et procédera à des coupures, mais cela ne suffira pas à sauver ce monument incompris qui le ruinera. Truffaut lui écrira à ce propos : "C’est un film qui vient d’une autre planète où l’on tourne les films différemment. Playtime, c’est peut-être l’Europe de 1968 filmée par le premier cinéaste martien, "leur" Louis Lumière ! Alors il voit ce que l’on ne voit plus et il entend ce que l’on n’entend plus et filme autrement que nous".

Les soucis pécuniaires et les désagréments qu’engendrera cette oeuvre titanesque, si mal perçue, assombriront les dernières années de vie de celui qui avait cru possible de faire entrer la parodie sur le grand écran pour contrefaire la réalité tragique de la vie, de façon à ce que le rire l’emporte sur l’inquiétude. Tati tournera encore Trafic en 1970 et Parade en 1974, mais le coeur n’y sera plus. Souvenons-nous que les génies ont toujours tort avant les autres et toujours raison après eux... Il meurt à Paris le 5 novembre 1982.


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 5 août 2008 13:07

    Les soucis pécuniaires de Tati, le manque de reconnaissance des Français, la destruction de "Tativille", ont eu raison de ce grand génie. Hélas ! aujourd’hui encore mal compris. Sa vision, son intelligence, en font, pour moi, l’un des plus grands réalisateurs du monde. Les scènes et décors soignés jusqu’au perfectionnisme élèvent le 7ème art à ses sommets. Je lui ai consacré un hommage dans un article. Je ne me lasse pas de ses films.


    • Fergus fergus 5 août 2008 13:10

      Intéressante rétrospective. J’en retiens la formule "poésie du quotidien" qui colle comme un gant au mode du Tati de Hulot.


      • Surya Surya 5 août 2008 13:28

        "Est ce que le cinéma est magique ?"
        C’est une question qu’on aurait pu entendre dans "La Nuit Américaine" de François Truffaut. Quand on voit les films de Jacques Tati (sans oublier bien sûr d’autres génies comme Truffaut, Hitchcock...), on répond sans hésitation "oui, le cinéma est magique"...
        Merci pour cet article très intéressant sur un magicien du grand écran.


        • DJ.PESSOA DJ.PESSOA 5 août 2008 22:39

          Dommage que Tati ait eu autant de peine à se consacrer à sa passion :
          un créateur de plus qui a eu du mal à rejoindre son public !

          Dont je ne suis pas : si j’apprécie la post-synchronisation et quelques trouvailles ça et là, en général je m’ennuie, je trouve le burlesque trop prévisible et trop longuet (contrairement à celui de Chaplin rudement efficace, même un siècle après !), enfin je ne veux pas développer, ce n’est pas de mon goût, point.

          Il y a "Parade" quand même qui m’est très sympathique car plein de fraîcheur (même si sa drôlerie... ne me fait pas rire) : j’ai préféré "Parade" au film de Fellini sur les clowns, c’est dire !

          Pour terminer, grand merci à l’auteur : qu’on aime ou qu’on aime pas, Tati fait partie de ces réalisateurs toujours cités... Donc autant passer un peu de temps à comprendre :)



            • herbe herbe 8 août 2008 08:51

              Au fait vioxx ma brute ( http://herbeor.labrute.fr ) a écrasé ta brute smiley
              tu peux revoir le combat ici : http://herbeor.labrute.fr/fight/44181268


            • herbe herbe 8 août 2008 08:53

              désolé à l’auteur pour le trollage, je ne le pratique qu’avec une extrême modération...


            • lejardindesdelices lejardindesdelices 13 septembre 2008 18:37

              tres interessant votre site

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires