• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jane Austen et Joe Wright : Orgueil et préjugés

Jane Austen et Joe Wright : Orgueil et préjugés

Je m’apprêtais à écrire une note pour dire tout le bien que je pensais de la nouvelle version cinématographique du roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, actuellement proposée sur nos écrans, quand j’ai découvert avec retard l’article de Philippe Chevilley dans Les Echos week-end des 27-28 janvier derniers , "Le jardin secret des Midlands".
Ce texte, auquel je vous invite à vous reporter, fournit, dans une page particulièrement dense, une initiation subtile et délicate à l’univers de Jane Austen, cette romancière, morte à quarante et un ans, en 1817, après avoir écrit cinq chefs-d’œuvre immortels. Philippe Chevilley décrit également les lieux, entre Lincolnshire et Derbyshire, qui ont servi de décors au film, et fournit une série de renseignements pratiques pour visiter notamment les châteaux que les vicissitudes de l’histoire, contrairement à ce qui s’est passé dans notre pays, ont laissé intacts, et pour accéder à l’œuvre de l’écrivain.
Nombreuses ont été les adaptations d’ Orgueil et préjugés. L’avant-dernière a été celle de la BBC en 1995, qui avait atteint un tel degré de qualité qu’on pouvait imaginer que, pour une longue période, ce serait la dernière. Mais, dans l’univers anglo-saxon, beaucoup plus que chez nous, les artistes ont le respect et le goût des œuvres classiques, et ne sentent pas blâmés de les servir avec scrupule et fidélité en y appliquant toute leur intelligence et tout leur talent sans les travestir ou les caricaturer ou les « adapter librement », démarche insupportable qui est à l’origine des pires productions de la télévision française.
Tous les amateurs de Jane Austen retrouveront donc avec plaisir, dans ce film, les cinq demoiselles Bennet, leur mère et leur père, l’honnête, mais influençable, Bingley, l’odieux Wickham, le sombre et romantique Darcy, sans oublier le pasteur Collins et l’ineffable lady de Bourgh. Humblement, Judi Dench, Donald Sutherland, Keyra Knightley et Mathew MacFadyen mettent leur talent exceptionnel au service de ces personnages éternels. Mathew MacFadyen, dans le rôle de Darcy, réussit à faire oublier Colin Firth qui le jouait dans la version de la BBC de 1995, et ce n’est pas peu dire. La composition de Donald Sutherland en Mr. Bennet restera aussi dans les mémoires, comme celle de Keyra Knightley qui incarne magnifiquement Elisabeth.
Joe Wright, comme le dit fort justement Philippe Chevilley, évite tout académisme et restitue une Angleterre à la fois romantique et réaliste. Il le fait sans complaisance, mais aussi sans le parti pris réducteur que beaucoup d’adaptateurs ou de metteurs en scène contemporains pratiquent en appliquant au passé les jugements et les comportements d’aujourd’hui. Paradoxalement, cette démarche de fidélité permet de mettre en lumière le caractère universel et permanent des situations et des sentiments, imaginés il y a deux siècles par Jane Austen, et peut toucher, à mon avis, du même coup, plus profondément les cœurs et les esprits du XXIe siècle.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • passouline (---.---.185.21) 4 février 2006 09:18

    Vous dites : « Nombreuses ont été les adaptations d’Orgueil et Préjugés ». Vous pouvez les citer ?


    • ocoj (---.---.36.113) 26 février 2006 10:44

      Sans rien enlever au mérite de l’adaptation de 2005, je trouve l’adaptation de 1995 bien plus fidèle au chef d’oeuvre original mais elle avait un défaut comme d’ailleurs toutes les adaptations cinématographiques de Pride and prejudice, y compris celle de 2005, le roman n’est pas illustré jusqu’au bout.Ces adaptations sont donc toutes inachevées (celle de 1940, celle du début des années 1980 par la BBC, celle de 1995 et celle de 2005).

      Ocoj


      • Patricia (---.---.11.21) 4 avril 2006 14:41

        Je n’ai pas vu le dernier « pride and prejudice » avec Donald Sutherland que j’affectionne particulièrement mais j’ai eu la chance de me voir offrir la version BBC 1995 avec Colin Firth très récemment pour mon anniversaire et c’est un vrai régal. J’avais lu auparavant les oeuvres de Jane Austen et maintenant il m’est bien difficile d’imaginer un autre Mark Darcy que celui brun aux yeux d’encre de chine qui joue son rôle à merveille.L’exactitude des expressions de son visage, sans en faire trop ni pas assez nous revoient à Valmont. J’ai peur que la barre soit un peu haute pour Mathew MacFadyen et partir par avance avec dans la tête quelques « prejudices ».


        • gaiaol (---.---.215.93) 4 avril 2006 17:00

          Beau sujet. j’aime beaucoup l’« univers de jane austen » et pourtant...

          Vous dites que Joe Wright restitue une Angleterre à la fois romantique et réaliste. Il le fait sans complaisance, mais aussi sans le parti pris réducteur que beaucoup d’adaptateurs ou de metteurs en scène contemporains pratiquent en appliquant au passé les jugements et les comportements d’aujourd’hui.

          Réaliste ? Pas tant que ça. Dans une Angleterre à l’apogée et impériale dans tous les sens du terme, les réalités sociales sont limitées par des frontières invisibles. Comme dans l’oeuvre littéraire, Il a laissé des murs qui divisent l’espace social. Jane Austen est fondamentalement liée à la société bourgeoise. Ses romans comme beaucoup de ceux de l’époque « sont » le bras de l’autorité et du pouvoir ou règne la morale et l’énergie de la bourgeoisie entreprenante. Ils constituent une sorte de valorisation d’une certaine société anglaise qui faussent la réalité de l’époque et ne parlent que du « dedans » laissant le « dehors » de côté comme s’il n’avait aucune incidence dans ce « at home » de repos et de volupté. En dehors de ça, l’oeuvre est originale et on est sous le charme des sentiments de la grande Jane. Evidemment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires