• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Je me souviens des « Molières 2018 » 30ème Cérémonie en Salle (...)

Je me souviens des « Molières 2018 » 30ème Cérémonie en Salle Pleyel

La trentième Cérémonie des Molières débutait ce lundi 28 mai 2018 vers 20h15 pour la première fois en Salle Pleyel totalement rénovée depuis peu.

Zabou Breitman était en charge de l’animer à sa manière, c’est-à-dire d’une façon décalée et intuitive avec le souci essentiel de respecter un timing serré et dynamique.

  

JPEG - 88.7 ko
Molières 2018
Le Gros Diamant du Prince Ludwig © Theothea.com

  

Pour les invités présents à ce rendez-vous annuel réhabilité par Jean-Marc Dumontet quatre ans auparavant, la remise des prix se clôturait aux alentours de 22h20 avant que de se rencontrer dans le hall central de Pleyel et, éventuellement, rejoindre le cocktail organisé aux salons Hoche à quelques encablures de là.

A l’autre bout du spectre médiatique, les téléspectateurs, eux, ont dû patienter devant leur poste jusqu’à près de 23h pour avoir enfin le droit d’être conviés à cette soirée des Molières qui, en définitive, jusqu’à cet instant, n’avait finalement été fêtée qu’entre professionnels de la profession.

Quel que soit le bien ou mal fondé de ce différé de trois heures, il est impératif de rappeler que toutes les grandes cérémonies équivalentes (Césars, Oscars, Victoires de la musique etc…) ont majoritairement lieu en direct ; ce qui permet une réelle osmose à suspens, par-delà les ondes, entre les artistes récompensés et leurs publics.

 

JPEG - 98.7 ko
Molières 2018
Raphaël Personnaz © Theothea.com

  

Le principal atout de ces évènements festifs réside, effectivement, dans ces moments partagés ensemble.

Substituer cet attrait fondamental en le remplaçant par la diffusion d’une pièce enregistrée est en soi une erreur de stratégie mais surtout représente une invite à perte inexorable d’audience car, en l’occurrence, ce différé total est significatif d’un manque de considération vis-à-vis du spectateur de théâtre potentiel ou actif.

Si l’on a en perspective ce porte-à-faux subsistant depuis la reprise des Molières en 2014, il est apparu néanmoins fort encourageant, en fin de trentième édition, d’entendre Jean-Marc Dumontet clamer que son principal objectif serait désormais de viser le retour au « prime time » et, en conséquence, au « direct télévisé »… devant être négocié l’année prochaine avec la présidence de France 2. A suivre donc…

De fait, l’animation de Zabou aura été de grande tenue et le déroulé de la soirée rarement ennuyeux bien qu’aucune grande envolée oratoire n’ait marqué, à jamais, cette édition que l’on pourrait qualifier de digne et sobre… à lire entre les lignes de l’humour au second et autre degré.

  

JPEG - 88 ko
Molières 2018
Laure Calamy © Theothea.com

  

Evoquons à ce titre, un moment d’anthologie lors de la présentation du Molière de La Comédie Musicale où Judith Chemla et Serge Bagdassarian, sociétaire de La Comédie Française, ont interprété et parodié la chanson « L’Envie d’aimer » extraite de « Les 10 commandements » dans un geste chorégraphique pleinement jubilatoire.

A juste titre, « Adieu Monsieur Haffmann » aura pris nettement la tête de la reconnaissance des votants et marque, s’il le fallait, une pacification symbolique entre l’ancienne direction des Molières (Myriam Feune de Colombi) et celle qui, actuellement, œuvre pour une reconquête populaire et pleinement démocratique.

Si donc le grand public est appelé à rejoindre les Molières, il faudra maintenir une impartialité agissante entre toutes les formes de Théâtre, telles que Laurent Terzieff les défendait : « Le Théâtre n’est pas ceci ou cela, il est à la fois ceci et cela ! ».

Pourquoi, d’ailleurs, cette formule ne deviendrait-elle pas la judicieuse et superbe devise des Molières à l’avenir … si prometteurs ?

Alors félicitations pour l’ « Histoire du soldat » créée sous forme de Théâtre musical sur la scène du merveilleux Théâtre de Poche dirigé par Philippe Tesson mais, de grâce, n’oublions pas que « Priscilla » aurait, également, largement mérité la récompense suprême, tant l’ensemble des qualités ad hoc y étaient réunies de façon pleinement appropriée à ce genre dédié.

  

JPEG - 79.9 ko
Molières 2018
Blanche Gardin © Theothea.com

  

En outre, il serait nécessaire de prendre conscience qu’il faudrait récompenser la bonne pièce au bon moment et non à retardement préjudiciable.

Pourquoi ne pas se demander si l’absence d’Ariane Mnouchkine à cette 30ème cérémonie, alors même qu’ « Une chambre en Inde » nominée par trois fois allait y obtenir 2 Molières dont celui de la mise en scène, ne serait pas essentiellement due au sentiment d’« éviction » illégitime, au sein de la Sélection, l’année précédente ?

En effet, comment nier la différence d’enjeu entre l’année de création et celle de l’exploitation ?

Si ces 2 Molières 2018 avaient couronné de préférence l’année 2017, il apparaît évident que cette formidable création aurait rempli le Théâtre du Soleil pour la saison en cours.

Au lieu de cela, la pièce est contrainte de terminer sa carrière au moment où, paradoxalement, les Molières viennent finalement la consacrer. Bizarre et étrange coïncidence, n’est-ce pas ?

  

JPEG - 89.8 ko
Molières 2018
Christine Murillo © Theothea.com

  

D’ailleurs, la preuve que l’impact escompté n’est pas le fruit d’une élucubration virtuelle, c’est l'empressement de Myriam Feune de Colombi, lors de ses remerciements, à préciser que «  Adieu Monsieur Haffmann », auréolé de ses quatre Molières, serait de nouveau à l’affiche du Petit Montparnasse lors de la saison 18-19. A bon entendeur…

Blanche Gardin nous aura franchement réjoui avec son auto dénigrement en trompe-l’œil, l’entraînant à se remettre elle-même son propre Molière d’humour au nom des minorités dévalorisées.

Du grand Art dont il faudrait convier tous les lauréats à prendre modèle pour les éditions prochaines… en affinant au mieux leur humilité artistique retrouvée au prorata d’un épanchement verbal toujours mieux cadré.

  

photos © Theothea.com

  

Les Molières 2018 sur Theothea.com

- 30ème cérémonie en Salle Pleyel

- Nominations, Palmarès, point de vue, galerie de photos...

 www.theothea.com/molieres.htm

   

  

JPEG - 122 ko
Molières 2018
Adieu Monsieur Haffmann © Theothea.com

  


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 4 juin 09:24

    Les Molières c’est l’eurovision de la chanson à la française.. smiley


    • Paul Leleu 4 juin 21:14

      @bob14

      La Salle Pleyel est un exemple récent de génocide culturel en France. L’occultation de la musique classique ne suffisait plus : il faut maintenant l’interdire. Ca ne choque personne, mais une décision bureaucratique a interdit l’expression de l’art vrai, ancestral et populaire, au profit de la merde américaine légale (Eisenhower : « le jazz est le meilleur ambassadeur de l’Amérique »). 


      Pourquoi pas vider le Louvre, et y exposer les guitares, les blousons et les motos de Johnny à la place ? Ou bien des croûtes de plasticiens aussi officiels que prétentieux ? Je suis sûr que ça drainerait beaucoup plus de monde. La peinture c’est ringard ! 

      D’aileurs, on a vidé l’Elysée de son Président, pour y mettre un pantin, et tout le monde est satisfait. 

      Je me demande combien des « actrices » présentes à cette cérémonie étaient déjà venue à Pleyel du temps où c’était un lieu artistique ? Juste pour savoir, et mesurer le niveau... D’ailleurs, savent-elles seulement d’où vient le nom de Pleyel ? 

      L’oligarchie aime les actrices écervelées, la musique dévirilisée et mièvre (rock, rap, techno, electro, chanson, etc.), et les peuples soumis. Le jazz en musique équivaut à Cohn-Bendit en politique... 

    • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 4 juin 11:21
      Molière...
      Dur demain
       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès