• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jean-Claude Casadesus, jeune démocrate de la musique classique

Jean-Claude Casadesus, jeune démocrate de la musique classique

« Je ne suis pas spécialiste de la vie intra-utérine, mais il n’est sans doute pas absurde de penser que là, bien au chaud dans le ventre de ma chère maman, mon univers embryonnaire se soit imprégné de la poésie des notes et de la musique des mots. » (Jean-Claude Casadesus, 1997).

_yartiCasadesusJeanClaude01

Oui, parler famille pour le grand chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus qui fête son 85e anniversaire ce lundi 7 décembre 2020, cela a évidemment un sens. Très heureuse ascendance (et descendance), très impressionnante. D’origine russe et catalane.

La famille Casadesus est une grande famille d’artistes depuis le XIXe siècle qui a connu un nombre impressionnant de musiciens et de comédiens, et plus généralement d’artistes.

L’arrière-arrière-grand-mère de Jean-Claude Casadesus, Francesca, fut comédienne. Son arrière-grand-père Luis (1850-1919) fut chef d’orchestre de café-concert et auteur d’une méthode d’enseignement de la guitare. Son grand-père Henri (1879-1947) fut compositeur et violoniste, fondateur de l’orchestre baroque dont Camille Saint-Saëns fut le président d’honneur. Sa mère Gisèle (1914-2017) fut une comédienne de théâtre (sociétaire de la Comédie-Française) et de cinéma très connue. Son père Lucien Probs alias Lucien Pascal (1906-2006) fut comédien.

Parmi ses frères et sœurs : Martine (1939), comédienne, Béatrice (1942), peintre et sculptrice, Dominique (1954), compositeur et percussionniste. Dans sa descendance, ses enfants : Caroline (1962), chanteuse d’opéra, Sébastien (1964), photographe, Olivier (1970), comédien. Ses petits-enfants : David (1986) et Thomas (1988), joueurs de jazz, Mathilde (1995), musicienne. Sans compter les grands-oncles, oncles, cousins, neveux et petits-neveux (pris dans le sens générique homme/femme)…

_yartiCasadesusJeanClaude02

Y a-t-il un gène de la musique ? de la comédie ? C’est vrai qu’il existe d’autres dynasties de la comédie (Seigner, Vasseur, Depardieu, etc.) mais comme il existe des dynasties de politiques (très nombreuses, Debré, Jeanneney, Joxe, Barrot, Baudis, Cot, etc.), des dynasties d’écrivains (Mauriac, etc.), des dynasties de physiciens (Curie, Langevin, Perrin, Friedel, Rocard, etc.), etc. On peut tenter une explication plus par l’acquis que l’inné, plus par le contexte familial, l’environnement favorable à l’acquisition de la passion des parents qu’à une prédisposition purement génétique qui prédéterminerait, avant la conception, les passions personnelles. C’est sans doute le sens de cette petite phrase de Jean-Claude Casadesus sur son apprentissage intra-utérin !

Ce qui est extraordinaire, c’est que la multiplicité familiale n’a pas empêché l’excellence individuelle. Ainsi, Jean-Claude Casadesus compte parmi les grands chefs d’orchestre en France, formé à "bonne école", celle de Pierre Boulez notamment.

Sa carrière de chef d’orchestre pourrait presque s’apparenter à l’histoire de l’Orchestre national de Lille qu’il a créé en avril 1975 avec les encouragements de Pierre Mauroy (maire de Lille depuis 1973 qui le nomma conseiller à Matignon lorsqu’il fut nommé Premier Ministre). Il l’a dirigé pendant plus de quarante ans, jusqu’en septembre 2016. En fait, il venait de reprendre un orchestre voué à la disparition après l’éclatement de l’ORTF et il l’a sauvé avec des financements publics de l’État et surtout de la région.

De son orchestre symphonique (passant de 30 à 90 musiciens), Jean-Claude Casadesus a beaucoup tenu à rendre la musique classique accessible aux enfants et au grand public. Il a commencé avec un répertoire russe aidé de Rostropovitch. Chefs invités, compositeurs en résidence (dont Thierry Escaich et Bruno Mantovani), cet orchestre a enregistré des dizaines de disques très largement salués par la critique et par des récompenses institutionnelles (grand prix de l’Académie Charles-Cros, prix de l’Académie du disque, prix de la Sacem, etc.). Jean-Claude Casadesus lui-même est lauréat d’une Victoire d’honneur aux Victoires de la Musique classique 2004. Parmi ses enregistrements : Bizet, Berlioz, Prokofiev, Wagner, Darius Milhaud, Mahler, etc.

Avant la longue aventure de l’Orchestre national de Lille, longue et internationale, Jean-Claude Casadesus avait été le directeur musical du Théâtre du Chatelet de 1965 à 1969, puis chef permanent de l’Opéra de Paris et directeur de l’Orchestre national des Pays de la Loire. Il avait commencé avec le piano, l’orgue, le violon, ainsi que les percussions, ce qui lui avait fait côtoyer quelques grands noms de la chanson française (Édith Piaf, Charles Trenet, Georges Brassens, Charles Aznavour, etc.).

Depuis toujours, Jean-Claude Casadesus milite pour la démocratisation de la musique classique. Dans l’hebdomadaire "Le Point" du 10 juillet 2016, il a confié, fier de ses initiatives : « Je revendique avec fierté d’avoir porté la musique dans les lieux les plus improbables, comme l’hôpital, l’entreprise ou la prison, mais aussi d’avoir joué dans une trentaine de pays, en Asie, en Russie, aux États-Unis, au Canada. ».

Autre sujet de "militantisme", la province : en effet, né à Paris d’une famille d’artistes parisiens, Jean-Claude Casadesus, qui aurait pu faire carrière à Paris dans des lieux prestigieux, a préféré se "régionaliser" pour se rapprocher des gens. C’est aussi une facette de ce combat de démocratisation : il veut que l’excellence soit également installée en province, pas seulement à Paris.

Inutile de dire que les habitants du Nord-Pas-de-Calais en général (maintenant des Hauts-de-France) et les Lillois en particulier sont très fiers de compter parmi les leurs un chef d’orchestre d’un si grand talent qui, semble-t-il, est encore bien loin de sa retraite dans ses activités musicales, malgré un âge devenu canonique (il dirige une école, un festival, etc.). Avec un bon anniversaire, on peut donc lui souhaiter de les poursuivre encore pour longtemps. Après tout, ses deux parents ont bien été centenaires…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 décembre 2020)
http://www.rakotoarison.eu



Pour aller plus loin :
Gisèle Casadesus.
Jean-Claude Casadesus.
Ennio Morricone.
Michel Legrand.
Francis Poulenc.
Francis Lai.
Georges Bizet.
George Gershwin.
Maurice Chevalier.
Leonard Bernstein.
Jean-Michel Jarre.
Pierre Henry.
Barbara Hannigan.
György Ligeti.
Claude Debussy.
Binet compositeur.
Pierre Boulez.
Karlheinz Stockhausen.


 


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 8 décembre 2020 06:03

    M. Cacadessus a dû bien souffrir durant ses années écolières... Periode ingrate !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité