• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Jersey Boys », le film rafraîchissant de Clint Eastwood

« Jersey Boys », le film rafraîchissant de Clint Eastwood

L’histoire :

Jersey boys, c’est l’histoire de Frankie Valli et des Four Seasons, groupe pop des années 60 dont on connait certaines chansons sans très bien savoir de qui elles sont. Le film nous parle des débuts difficiles, les problèmes avec la mafia,les heures de gloire, puis de la séparation de ces garçons d’origine modeste venus du New Jersey.

Ce biopic n’est en rien l’adaptation de la comédie musicale de Broadway. Cependant on retrouve de nombreuses séquences chantées ou l’on reconnait les chansons de toute une génération.

La première partie du film, traitée de façon légère, nous présente des gamins qui auraient pu mal tourner en fréquentant la mafia. Elle nous montre aussi le parcours de ce groupe pour accéder au succès, tout cela traité avec beaucoup d’humour. La suite nous fait pénétrer dans l’univers privé de nos 4 héros, et plus particulièrement dans celle de Frankie Valli. A partir ce ce moment Jersey Boys entre dans un univers plus dramatique.

Au niveau du casting, Clint Eastwood a refusé d’engager des stars hollywoodiennes, préférant recruter trois des artistes qui créèrent les rôles sur scène à Broadway en 2005. J’avoue qu’il m’a fallu quelques bonnes minutes pour me laisser prendre à leur jeu.

On retrouve également au générique un Christopher Walken parfait en mafieux paternaliste. On ne peut que regretter que son personnage ne soit pas plus important.

On peut regretter aussi le manque de personnage fort féminin. On aurait aimé voir un peu plus à l’écran l’épouse et la fille de Frankie Valli.

Avec "Jersey Boys" , on est dans un registre différent, plus léger , de ce qu’a pu faire jusqu’ici Clint Eastwood. Comme si le célèbre réalisateur avait voulu se faire plaisir.

Les dialogues sont bien écrits, de plus accompagnés d’une bonne dose d’humour.

L’image est très soignée, la reconstitution de l’époque, les décors, et les couleurs très sixties sont d’une réussite totale, la bande son est impeccable.

Bref, si vous voulez passer un bon moment, tout en sachant que vous n’assisterez pas à un chef-d’oeuvre, allez voir Jersey Boys. C’est à la fois distrayant, nostalgique, mélancolique, drôle, pétillant et émouvant.

Et surtout, ne ratez pas la scène finale.

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • asterix asterix 25 juin 2014 12:10

    Célèbre réalisateur et comédien hors pair, soit !
    Mais le talentueux Clint Easwood est également un fer de lance de la National Riffle Organisation.
    Qu’il réalise donc un film sur les dégâts causés par la vente libre des armes aux States. Et ses résultantes dans une école, par exemple.
    Mais bon, un réalisateur est libre de son thème, n’est-ce pas !


    • Fergus Fergus 25 juin 2014 13:02

      Bonjour, Astérix.

      Clint Eastwood, un personnage effectivement contestable sur certains plans. Et un metteur en scène qui a réalisé de superbes films (tel « Gran Torino ») et en a complètement raté d’autres, l’un des pires étant le débile « La sanction ».


    • fatizo fatizo 25 juin 2014 17:46

      On connait les opinions politiques d’Eastwood, d’ailleurs parfois en contradiction avec certains de ses films.


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 juin 2014 21:19

      Exact, Asterix.

      Clint Eastwood est un républicain convaincu.et la NRA est souvent leur cheval de bataille.
      Charlton Heston en était un autre tout aussi connu.
      On se rappelle encore de intervention de Clint plus ou moins ratée avec une chaise vide pour dénigrer l’action de la représentation d’Obama.
      Le cinéma c’est comme le théâtre, une occasion d’être autre chose que soi-même. smiley
       

    • Fergus Fergus 25 juin 2014 13:09

      Bonjour, Fatizo.

      Je ne sais pas encore si j’irai voir ce film, notamment parce que le groupe « Four Seasons » n’a jamais rien laissé d’intéressant dans la musique pop-rock. Mais c’est peut-être la force de ce film : l’histoire de ces gars étant très largement restée dans l’ombre, le film peut avoir la force d’une fiction réussie.

      Je ne sais pas ce que vaut ce dernier opus de Clint Eastwood. Puisse-t-il être aussi réussi que le « I walk the line » de James Mangold avec un Joaquin Phoenix excellent dans la peau de Johnny Cash. 


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 juin 2014 13:31

        Ajouter « Bird » et Honkytonk man " .


      • fatizo fatizo 25 juin 2014 17:41

        Bonjour Fergus,

        A vrai dire je suis allé voir ce film avec quelques réserves. Je connaissais mal les « Four Seasons » et de plus ce n’est pas vraiment ce que je préfère comme style musical.
        Mais je me suis laissé prendre au jeu. Je suis rentré dans cette salle de bonne humeur, et j’en suis sorti de meilleure humeur encore.
        Un agréable moment sans prise de tête. 
        Ca fait du bien aussi de temps en temps.

      • LE CHAT LE CHAT 25 juin 2014 13:51

        ce sont eux aussi qui chantent big girls don’t cry au début du film Dirty dancing ! smiley

        j’ai hâte d’aller voir ce film on est rarement déçus par les productions de Clint


        • fatizo fatizo 25 juin 2014 17:44

          Ce film peut surprendre les habitués de Clint Eastwood. Il est beaucoup plus léger que ce qu’il fait d’habitude.


        • Pierre Pierre 26 juin 2014 06:35

          La musique américaine du début des années 60 a été zappée en France à cause de la vague yéyé qui l’a adaptée en français. C’est dommage parce que c’est une des périodes les plus riches de la musique aux États-Unis. 
          Les Four Seasons ont malgré tout fait une percée en France grâce à Sherry, une chansons plus difficile à interpréter.
          Clint Eastwood ne laisse personne indifférent, c’est sûr. Je suis d’accord avec le commentaire faisant la distinction entre l’homme Clint Eastwood et les impressions qu’on retient en regardant ses films.
          C’est un grand, un énorme réalisateur. Avec Lettres d’Iwo Jima, je retiens surtout Million Dollar Baby.
          J’irai sans aucun doute voir Jersey Boys.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès