• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > John Wayne, la légende de l’Ouest

John Wayne, la légende de l’Ouest

« République. C’est un nom qui sonne bien, cela veut dire qu’on peut vivre libre, dire ce que l’on veut, aller et venir où l’on veut, boire et prendre une cuite si cela vous chante. Il y a des mots qui font de l’effet. République est un de ces mots, qui me donne des picotements dans les yeux, un serrement de gorge comme quand on voit son premier-né commencer à marcher, quand la barbe le pousse à s’enhardir et à prendre le rasoir de son père. Ces mots-là, quand on les prononce, cela vous réchauffe le cœur. République est un de ces mots. » (John Wayne dans "Alamo", 24 octobre 1960).

_yartiWayneJohn01

Il est parti il y a quarante ans, le 11 juin 1979, à Los Angeles, emporté à 72 ans par une sale maladie, probablement venue de ce qu’il fumait six paquets par jour. Celui qui a prononcé cette apologie de la République, c’est John Wayne, à la fois acteur et réalisateur du film "Alamo" qui retrace les derniers moments de David Crockett dans son combat pour l’indépendance de la République du Texas contre les Mexicains. C’était pour le cinéma mais cela correspondait aussi à un sentiment très profond chez l’homme qui se sentait patriote au sens viril du terme : l’amour des États-Unis, pour celui qui incarnait le mieux l’Amérique de la conquête de l’Ouest, cela se traduisait nécessairement par un engagement au Parti républicain.

John Wayne, la star du cinéma américain. Sa carrière a été longue, cinquante ans, il a commencé en 1926, il n’avait même pas 20 ans (il est né le 26 mai 1907) et il est mort quasiment les bottes aux pieds (son dernier film est sorti en 1976, mais il était malade depuis près d’une dizaine d’années). Parmi ses réalisateurs fétiches, John Ford (qui a cru en lui) et Howard Hawks. Une vraie star internationale malgré son unique Oscar du meilleur acteur (obtenu en 1970 pour "Cent dollars pour un shérif" de Henry Hathaway) et ses deux autres nominations (en 1950 pour "Iwo Jima" et en 1961 pour "Alamo").

Quand j’étais gosse, c’était le seul acteur américain dont je connaissais le nom sans me tromper. Le cow-boy était reconnaissable : pas seulement son visage, pas seulement sa silhouette, mais son allure, ses positions, tout du héros "frimeur". On est loin des westerns spaghettis de Serge Leone avec la musique d’Ennio Morricone. Là, c’est du sérieux, on ne plaisante pas. Les bandits, les Indiens, etc. Les films du mardi soir sur FR3, c’était Tarzan ou western. J’évitais d’en louper un.

Aujourd’hui, un western, généralement, cela m’ennuie, et je me demande bien pourquoi ce changement : pourquoi j’en étais friand dans une période de la vie qui s’appelle l’apprentissage et pourquoi cela m’ennuie ensuite. Peut-être parce qu’avant d’apprendre la subtilité, il faut apprendre le basique ? Je ne dis pas cela pour dévaluer les films où a joué John Wayne, parce que justement, il a excellé dans le genre, et il n’y a pas à faire d’intellectualisme : même Raymond Barre adorait ce genre cinématographique.

John Wayne incarnait excellemment la virilité. Faut-il ajouter : la virilité américaine ? Je ne sais pas. Ce que j’imagine, c’est qu’aujourd’hui, il n’aurait plus sa place. Il se ferait détruire par toutes les ligues qui rejettent, probablement avec raison sur le fond (moins sur la forme), le machisme, le sexisme, et plus généralement, la suprématie du héros américain sur le monde.



Il faut revoir un film comme "Le Grand MacLintock" d’Andrew V. MacLaglen (sorti le 13 novembre 1963). En acteurs principaux, il y a John Wayne et la (encore) très belle Maureen O’Hara (1920-2015) qui fut souvent sa compagne au cinéma (depuis "Rio Grande"). Les scènes machistes sont nombreuses, jusqu’à la fessée que donne John Wayne à Maureen O’Hara, mais heureusement, il ne fallait y voir qu’une parodie (tout n’était donc pas sérieux avec John Wayne) où un couple qui veut divorcer se chamaille en public avec des effets comiques que n'auraient pas reniés Bourvil ni Louis de Funès. Gare à ceux qui prendraient tout cela au premier degré !

John Wayne aimait bien participer à de belles histoires américaines, bien rangées, bien ordonnées, bien moralisatrices et aussi, bien engagées. Ainsi, parmi les rares films qu’il a réalisés (avec "Alamo"), il y a cet ovni, même dans le cinéma américain, "Les Bérets verts" coréalisé avec Ray Kellogg (sorti le 4 juin 1968) où il justifie l’engagement américain au Vietnam. Cela a provoqué des polémiques avec les mouvements pacifistes aux États-Unis. Il a joué dans beaucoup de grandes fresques historiques qui contiennent, pour la plupart, beaucoup d’erreurs factuelles, toujours dans le but d’embellir la contribution des États-Unis. L’exemple le plus flagrant est sans doute "Le Jour le plus long" (sorti le 25 septembre 1962), dont la lecture du script avait tellement mis en colère De Gaulle qu’il a failli interdire le tournage sur les plages normandes.

Cet engagement au sein du Parti républicain avait même encouragé sa direction à lui proposer d’être son candidat aux élections présidentielles de 1968, les considérant comme probablement battues après le succès de Bob Kennedy aux primaires démocrates. Ce n’était pas une proposition à la légère puisque ce fut le candidat républicain qui fut élu à la Maison-blanche, c’est-à-dire Richard Nixon. John Wayne était cependant un homme raisonnable et il se disait que les citoyens américains n’éliraient jamais un acteur de cinéma, aussi connu et populaire fût-il.

_yartiWayneJohn03

C’était sans compter avec Ronald Reagan. John Wayne n’a pas eu le temps de connaître le succès électoral de son collègue d’Hollywood, mais il le soutenait déjà lors de précédentes primaires républicaines (et Ronald Reagan n’était pas un perdreau en politique, il avait été élu gouverneur de Californie). John Wayne aurait-il été un grand Président des États-Unis, ou du moins, un bon Président des États-Unis ? C’est l’inconnue totale.

Savoir réciter un bon texte, y mettre son cœur pour convaincre le spectateur qu’il est sincère et spontané, oui. Mais quel texte ? Un bon acteur est rarement un bon scénariste. L’expérience de Ronald Reagan montre qu’il a su redonner confiance au peuple américain après une série d’humiliations diplomatiques dont la pire fut la prise d’otages à Téhéran lors de la révolution iranienne. Ronald Reagan avait su s’entourer de personnalités aux compétences indiscutables.

Après tout, même un mauvais animateur de téléréalité peut maintenant se faire élire à la Maison-blanche. Et le "comble", c’est que Donald Trump, qui démarre sa campagne électorale le 18 juin 2019 en Floride, a de grandes chances d’être réélu en novembre 2020. Tout compte fait, John Wayne aurait probablement tenu le rôle correctement. Comme un vrai cow-boy qui "en a". Mais sans les excès de langage et de tweets.

Les parlementaires américains ont en tout cas su reconnaître la contribution de John Wayne au prestige des États-Unis puisque le jour de son dernier anniversaire, le 26 mai 1979, le Congrès américain lui a décerné la Médaille d’or du Congrès (qui est la récompense la plus honorable), pour la première fois attribuée à un acteur (et suivie seulement une fois par la gratification de Frank Sinatra le 14 mai 1997). Faute de mandat présidentiel, il nous reste les très nombreux films de John Wayne, de qualité inégale, dont je propose ici quelques vidéos…


1. "La Chevauchée fantastique" (1939)






2. "La Rivière rouge" (1948)






3. "Rio Bravo" (1959)






4. "L’Homme qui tua Liberty Valance" (1962)






5. "Le Jour le plus long" (1962)






6. "Le Grand MacLintock" (1963)






7. "El Dorado" (1966)






8. "Rio Lobo" (1970)






Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (09 juin 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
John Wayne.
Kirk Douglas.
Élie Kakou.
Jean Bouise.
Pierre Desproges.
Anémone.
Gérard Oury.
Zizi Jeanmaire.
Jean-Pierre Marielle.
"Les Éternels".
Jacques Rouxel.
François Berléand.
Niels Arestrup.
"Acting".
"Quai d’Orsay".
Michel Legrand.
Gérard Depardieu.
Maria Pacôme.
Ennio Morricone.
Francis Lai.
Bernadette Lafont.
Pauline Lafont.
Marthe Mercadier.
Jean Piat.
Jacques Brel.
Charles Aznavour.
Charlie Chaplin.
Maurice Chevalier.

_yartiWayneJohn04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.3/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 11 juin 13:19

    Ce vieux John... La preuve incontestable qu’on peut faire du cheval avec un gros balai dans le cul, les talons à fond d’étrier, ce qui, pour tout bon cavalier, est un signe de grand raffinement.

    Je lui dois beaucoup néanmoins.

    Gamin, je voyais les bimbos vaporeuses qui tombaient à la renverse devant ce bovin à haleine de coyote, j’ai compris que le cinéma américain c’était du carton, qu’on nous prenait pour des jambons.

    So long John !


    • filo... 11 juin 13:32

      John Wayne est « Alain Delon »américain ; il n’a fait que des films navets.

      Propulsé sur le devant de la scène hollywoodienne pas pour ses talents d’acteur, car il les avaient point, mais certainement par CIA ou une autre organisation similaire.

      On lui a attribué, dans sa vie public, le rôle d’un farouche anticommuniste primaire tout en restant un défenseur d’un américanisme aveugle.

      Le contrat qu’il a remplit envers ses géniteurs marketing jusqu’au bout, sans fléchissement.

      Et dans sa vie d’acteur tout autant, en s’obligeant à monter tout le temps sur le cheval, la chose qu’il détesté le plus au monde. 


      • Allan Thompson Allan Thompson 11 juin 16:12

        J’aime bien John Wayne.


        • OMAR 11 juin 20:33

          Omar9

          .

          @S. Rako-etc-etc... :« ..emporté à 72 ans par une sale maladie, probablement venue de ce qu’il fumait six paquets par jour.. ».

          .

          Vous connaissez de Marion Mitchell Morrison ce que Hollywood a bien voulu vous servir : que du faux, de l’artificiel et de la propagande.

          .

          C’est kif kif Rambo, Tarzan, ou Superman : des héros de plateaux de cinéma, spécialistes de la gonflette, de l’immortalité et des pistolets qui ne se vident jamais..

          Car, J. Wayne en tant que planqué, n’a jamais combattu dans la moindre petite guerre, mais a soutenu le massacre des vietnamiens et la destruction du Vietnam.

          Il a aussi ostentatoirement qualifié les indiens d’Amérique de « sauvages », qu’il méprisait totalement, alors qu’il est descendant de ces colons qui ont massacré ce peuple de Cheyenne, de Sioux, d’Apaches et de Comanches.

          .

          Et son racisme est avéré dans la mesure où dans la majorité des films qu’il a joué, rares sont les noirs qui apparaissent, et quand on y voit, ils sont relégués au rang d’esclaves, serveurs ou figurants insignifiants.

          .

          Rako, à défaut de Sitting Bull ou Géronimo, pensez à Steve Mc Queen, Marlon Brando ou Humphrey Bogart, ça c’est du lourd, du bon.

          .

          Quant à son cancer, même là vous avez faux, car le responsable était le site nucléaire de Yucca Flat, proche du plateau de cinéma lors du tournage du film Le Conquérant



          • JBL1960 JBL1960 12 juin 11:47

            @OMAR = Wright ! Y compris pour le cancer...
            D’ailleurs même le Téléstar de 2016 est plus au fait sur le sujet ICI
            JBL


          • bob de lyon 13 juin 15:04

            @OMAR

            Pendant la période McCarthy, Wayne désirait que tous les scénariste, écrivains et acteurs plus ou moins crypto communistes soient balayés de l’industrie du cinéma et emprisonnés sauf que, pour la plupart, ils avaient participé comme militaires ou couverts comme correspondants de guerre les conflits en Europe ou dans le Pacifique. Ce qui lui valut une question : « Et vous, où étiez-vous pendant cette période ? ».

            Mais, néanmoins, quand je regarde L’homme tranquille, Rio Bravo, La Chevauchée fantastique, La Charge héroïque, ou L’Homme qui tua Liberty Valence j’y prends plaisir.

            Je n’ai aucuns scrupules.


          • JBL1960 JBL1960 12 juin 11:40

            Aujourd’hui, un western, généralement, cela m’ennuie, et je me demande bien pourquoi ce changement : pourquoi j’en étais friand dans une période de la vie qui s’appelle l’apprentissage et pourquoi cela m’ennuie ensuite. Peut-être parce qu’avant d’apprendre la subtilité, il faut apprendre le basique ? Je ne dis pas cela pour dévaluer les films où a joué John Wayne, parce que justement, il a excellé dans le genre, et il n’y a pas à faire d’intellectualisme : même Raymond Barre adorait ce genre cinématographique.

            John Wayne incarnait excellemment la virilité. Faut-il ajouter : la virilité américaine ? Je ne sais pas. Ce que j’imagine, c’est qu’aujourd’hui, il n’aurait plus sa place. Il se ferait détruire par toutes les ligues qui rejettent, probablement avec raison sur le fond (moins sur la forme), le machisme, le sexisme, et plus généralement, la suprématie du héros américain sur le monde.

            =*=

            Il n’aurait plus sa place, tout simplement, parce que ce gars incarnait l’Amérique messianique, suprémaciste, celle qui a choisi son Klan et qui se balade sur une terre volée aux Natifs, terre encore rouge des près de 120 millions d’indigènes/autochtones/aborigènes exterminés depuis 1492... Et en chapeaux pointus, turluttu, on l’a dans le ulc...

            Enfin, pas tout à fait, parce que précisément, même nous, les descendants des colons envahisseurs/exterminateurs (et j’en fais partie) avons lu une autre histoire américaine, celle non pas contée par les vainqueurs, mais par les vaincus... ICI

            Les Sioux, les Lakotas, les Onondagas, les Iroquois, Mohawk, Cree, les Paiutes nations Premières de l’Oregon, et notamment sur Fort Alamo, avec la Voie Lakota et la folle aventure de Crazy Horse (Dans ce PDF des photos rares, des plans des batailles de la mère de toutes les batailles = Little Big Horn, et sur les Traités de Fort Laramie 1851, 1868 qui ne furent pas respectés, comme les 400 autres... Mais prouvent surtout que les Amérindiens n’ont cédés AUCUNES de leurs Terres, jamais et donc que Wayne, comme les autres n’était qu’un occupant illégal)

            Tenez, Kahentinetha Horn, Fondatrice de Mohawk Nation News, a publié une nouvelle adresse à notre attention, que vous pourrez lire en français, ici c’est R71 qui traduit, et je complète et enrichie, étant donné que je traduis moi-même parfois, mais surtout relaye les Natifs de tous les continents, justement pour nous permettre de comprendre les mystères de l’Ouest et de prendre la direction opposée à celle des cow-boy qu’incarnait John Wayne si l’on veut vivre en paix et non en guerre perpétuelle, pour les siècles et les siècles...

            Île de la Grande Tortue : Intérêt Indien contre l’assertion de la Couronne...


            En toute fin, les principaux PDFs en français, que j’ai tous réalisés et qui permettent, à mon sens, de comprendre pourquoi ces héros de notre enfance ne peuvent plus l’être...

            JBL

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès