• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Kiko and the Lavender Moon »

« Kiko and the Lavender Moon »

Avec ce titre, présent sur le superbe album « Kiko » de 1992, le groupe de musiciens latinos de Los Angeles Los Lobos a incontestablement signé l’une de ses plus belles réussites. « Kiko and the Lavender Moon » est une chanson atypique à bien des égards, tant par l’atmosphère étrange qu’induit son écriture que par le profil de son héros nocturne. Une œuvre étonnante qui, près de 30 ans plus tard, n’a rien perdu de son charme envoûtant…

Kiko dort jusqu’au moment où le Soleil se couche et laisse sa place à la Lune de lavande. Ce curieux personnage n’est inspiré que par l’atmosphère étrange qui naît de la lueur ténue mais troublante du satellite. Et ça le rend joyeux. Et ça le rend espiègle. Et ça le rend poète. Alors, Kiko fait des blagues, et même des grimaces au Diable déguisé en chat noir. C’est qu’il est joueur, Kiko. Alors, il joue et joue encore, jusqu’au moment où il sombre dans le sommeil. Kiko aime également voler et faire des acrobaties sans reprendre son souffle. Il se tient même en équilibre sur un seul pied au sommet d’un mur. L’équilibre du danseur. Alors, il danse et danse encore. Et quand il ne joue pas, et quand il ne danse pas, alors Kiko se met à genoux, comme s’il était en prière, et il rêve et rêve encore, jusqu’au moment où il sombre dans le sommeil. Puis la Lune disparaît tandis que Kiko s’est endormi. Demain sera une autre nuit, et Kiko réveillé jouera et jouera encore, et Kiko réveillé dansera et dansera encore, et Kiko réveillé rêvera et rêvera encore sous la lueur troublante de la Lune de lavande.

En un mot, il est « libre », Kiko. Plus libre qu’aucun de nous ne le sera jamais. Et totalement maître de son destin de personnage évanescent qui ne prend forme qu’après le crépuscule pour s’évanouir avant l’aurore. Est-ce ce message de « liberté » qu’ont voulu faire passer Los Lobos dans la ville oppressante qu’était la mégalopole métissée de Los Angeles en cette année 1992 alors que couvaient les émeutes ? Ou bien, de manière plus triviale, une échappatoire aux accidents de la vie, au poison du racisme, aux contraintes d’un quotidien terne, aux procès-verbaux routiers, aux engueulades d’un patron, ou bien encore aux déprimantes disputes domestiques ? Ni Louie Perez, ni David Hidalgo – les co-auteurs de la chanson – n’ont jamais donné les clés de lecture de cette œuvre singulière aux accents si mystérieux, encore que le premier ait mentionné des réminiscences de son enfance. Mais peu importe, chacun y entend ce qu’il a envie d’y entendre, et c’est très bien ainsi. N’est-ce pas d’ailleurs le propre de toute création artistique, dans quelque domaine que ce soit ? Amener le spectateur ou l’auditeur, non à s’identifier à l’univers du créateur, mais à s’évader lui-même dans une réalité virtuelle basée sur sa propre perception de l’œuvre. À chacun d’en juger…

Los Lobos est un groupe né en 1973 dans « East LA », les quartiers est de Los Angeles. Une formation difficilement classable bien qu’elle soit le plus souvent répertoriée dans les catalogues rock et pop sur des critères pas toujours pertinents. Car en réalité l’on retrouve dans la production du groupe des influences très variées allant du rock au R‘n’B en passant par le blues, la country, le folk, le jazz et la musique traditionnelle mexicaine, notamment mariachi. Incontestablement, l’album « Kiko » – sorti en mai 1992 – a été une grande réussite, saluée comme telle par les médias spécialisés, même s’il n’a pas atteint des sommets dans les « charts ». D’aucuns considèrent même cet album comme une étape importante dans l’évolution de la musique folk, et sans doute ont-ils raison, même s’il semble difficile d’évaluer de quelle manière il a pu influencer le monde musical des « nineties ». 5e titre de l’album, « Kiko and the Lavender Moon » occupe une place particulière avec sa construction atypique, support d’une œuvre surprenante où, métissées de « son jarocho », le traitement des percussions, les interventions syncopées de l’accordéon et les lamentos du saxophone donnent à la chanson une coloration résolument onirique.

« Kiko » a été l’album favori des musiciens du groupe Los Lobos. Et c’est de cet opus que le natif de Boyle Height – un quartier d’« East LA » – Louie Perez a le mieux parlé lorsque, les yeux brillants de plaisir, il a affirmé ceci  : « Il y a un moment où tous les auteurs de chansons tombent dans un vide où tout semble éthéré et presque surréaliste… Nous étions tous engagés dans un voyage fou. C’était comme une pirogue dans le brouillard : nous étions tous en train de pagayer, et la seule chose que nous savions était que nous devions pagayer. Nous ne savions pas où nous allions, mais nous faisions simplement confiance [au destin]. Et c’était merveilleux ! »

« Kiko and the Lavender Moon » est l’un des titres nés de cette atmosphère créative qui a débouché sur l’album « Kiko ». Le meilleur, peut-être. En tous les cas, l’un des plus chargés de mystère.

Lien musical : Kiko and the Lavender Moon

Autres articles sur la chanson :

Le jardin des Plantes aquatiques (novembre 2018)

Lady d’Arbanville, la belle endormie (juillet 2018)

Inoubliable et envoûtante Lili Marlène (décembre 2017)

1966 : un goût de sucettes (novembre 2016)

« Sixteen tons » : 70 ans déjà ! (août 2016)

Ils ont changé sa chanson (mai 2016)

Mary Bolduc, ou la vie quotidienne turlutée (février 2016)

Il y a 40 ans : « A vava inouva » (janvier 2016)

Loreena McKennitt la flamboyante (avril 2014)

Raoul de Godewarsvelde, canteux et capenoule (mars 2014)

Chanson française 1930-1939, ou l’insouciance aveugle (septembre 2013)

Chanson française : de la Grande guerre aux Années folles (novembre 2012)

La chanson française à la Belle Époque (juin 2012)

Musique : balade africaine (janvier 2012)

Véronique Autret vs Carla Bruni (décembre 2011)

Des roses blanches pour Berthe Sylva (mai 2011)

Splendeur et déchéance : Fréhel, 60 ans déjà ! (février 2011)

Amazing Grace : plus qu’un chant ou une mélodie, un hymne ! (septembre 2011)

« Waltzing Matilda » ou l’enfer des Dardanelles (novembre 2009)

Amalia Rodrigues : 10 ans déjà ! (Octobre 2009)


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • alexis42 alexis42 2 septembre 09:49

    « la ville oppressante qu’était la mégalopole métissée de Los Angeles »

    On sent le vécu...

    Mais vous auriez pu préciser quelles étaient les tensions raciales dans le Sud et l’Est de LA (tensions qui existent toujours).


    • Fergus Fergus 2 septembre 10:29

      Bonjour, alexis42

      « On sent le vécu.. »

      Eh non ! Je n’ai jamais mis les pieds aux Etats-Unis.

      « vous auriez pu préciser quelles étaient les tensions raciales dans le Sud et l’Est de LA
       »

      Ce n’est pas l’objet de l’article. Je profite toutefois de ce commentaire pour préciser que si l’album « Kiko » est sorti le 26 mai 1992 autrement dit un mois après le déclenchement des émeutes (29 avril) dont le déclencheur a été l’affaire Rodney King —, l’album était déjà très largement bouclé. 


    • tinga 2 septembre 12:38

      C’est une Cumbia sur un tempo ralenti avec un petit coté jazzy, style Lito Barrientos.


      • Fergus Fergus 2 septembre 17:48

        Bonjour, tinga

        En fait, la musique de Los Lobos est inspirée par de nombreuses sources latinos, mais principalement mexicaines. Merci pour le lien.


      • troletbuse troletbuse 2 septembre 14:59

        Je me demande si vous allez faire uin article sur la musique électro de la fête de la musique 2018 à l’elysée.  smiley


        • Fergus Fergus 2 septembre 17:50

          Bonjour, troletbuse

          Certainement pas.
          D’une part, je ne suis pas attiré du tout par la musique électro, et par conséquent je n’y connais rien.
          D’autre part, la Fête de la Musique à l’Elysée me laisse totalement indifférent.


        • marmor 2 septembre 16:16

          Voilà le maître qui fait du Rosemar, à qui il reproche de faire du Rosemar ! On dirait du Morice ! Il m’amuse beaucoup le dinandier (en cuivre) !


          • Fergus Fergus 2 septembre 17:52

            Bonjour, marmor

            Je ne vois de rapport ni avec les articles de Rosemar, ni avec ceux de Morice.

            « Dinandier » est  ou plutôt était  un joli métier. smiley


          • marmor 2 septembre 18:13

            @Fergus
            Je ne vois de rapport ni avec les articles de Rosemar, ni avec ceux de Morice.
            Ca ne m’étonne pas !
            D’autre part, les dinandiers existent toujours, repoussage, formage, martelage, et sont fort utiles pour les industries de pointe comme Airbus


          • Fergus Fergus 2 septembre 19:16


            @ marmor

            Je sais que l’appellation « dinandier » existe toujours, mais ceux qui travaillent aujourd’hui dans ce domaine pour l’industrie n’ont rien à voir avec les artisans de naguère. Lorsque j’habitais Rennes, j’en ai vu un qui travaillait à l’ancienne dans son atelier d’art de La Gacilly (à 60 km de chez moi), un jour que j’étais allé dans cette ville pour ses expositions extérieures de photographies.

            Pour ce qui est du rapport avec Rosemar ou Morice, pourquoi pas ? Mais dans ce cas, je ne serais pas étonné que vous confondiez un chien avec un chat ou un cheval avec un élan !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès