• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’autre infini

L’autre infini

à propos de "Psychologie de la connerie" ouvrage collectif sous la direction de Jean-François Marmion, aux éditions Sciences Humaines paru en janvier 2019 (trouver le livre à ce lien)

(Jean-Claude Carrière déjà auteur d'un "dictionnaire de la bêtise" avec Guy Bechtel, Boris Cyrulnik, Howard Gardner, Tobie Nathan, Alison Gopnik et d'autres...)

Albert Einstein disait :

"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue". Le génie découvreur de la théorie de la relativité eut lui-même ses instants de grande connerie humaine, ainsi que le rappelle un des chapitres du recueil, en particulier quant à ses considérations sur le physique des femmes...

La connerie n'a pas de limites, certains esprits taquins le disaient également : "Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait".

Cet ouvrage conséquent propose de la définir pour tenter de la combattre, ce qui est un combat perdu d'avance il est vrai. Le con dans nos esprits, c'est toujours l'autre, nous avons beaucoup de mal à reconnaître notre propre sottise, alors qu'à un moment ou un autre malheureusement nous l'avons été un peu ou beaucoup, le tout étant d'en avoir conscience, ce qui nous rend moins cons. D'autres comme Brassens nous rappellent que "le temps ne fait rien à l'affaire".

La connerie est affaire de préjugés. On considère (j'emploie le "on" à dessein car "on" est con n'est-ce pas ?) par exemple qu'une belle femme, une jolie fille est forcément conne, car la nature équilibrerait ainsi les choses alors qu'une laide peut très bien aussi être complètement stupide. Il faudrait se questionner également sur notre définition de la beauté sur laquelle là aussi il a été dit beaucoup de conneries.

C'est un sujet très délicat que la connerie. Il concerne aussi l'intelligence et comment nous la définissons. Beaucoup confondent encore trop souvent intelligence et culture, même si pour se cultiver il en faut un minimum. De même culture et érudition, culture et instruction sont mélangées alors que ce n'est pas du tout pareil. La personne cultivée sait quoi faire de ses connaissances, s'en enrichir, l'érudit les empile, c'est tout. Je ne parlerai même pas ici des excuses que les ignares se donnent pour s'auto-excuser de leur manque d'appétence pour le savoir (différentes formules comme "la culture c'est comme la confiture moins on en a plus on l'étale" etc). Et s'il y a différentes formes d'intelligence, le psychologue Howard Gardner en définissant sept...

... Il y a aussi une connerie objective.

(les sept intelligences, voir à ce lien : Intelligence linguistique, Intelligence logico-mathématique, Intelligence spatiale, Intelligence intra-personnelle, l'intelligence interpersonnelle, Intelligence corporelle-kinesthésique, Intelligence musicale, Intelligence naturaliste, Intelligence existentielle (ou spirituelle) )

Auparavant, les auteurs, qu'ils soient spécialistes ou pas, avaient moins peur d'être politiquement incorrects et on évoquait aussi bien la débilité que l'arriération mentale, que les individus retardés voire imbéciles. Depuis, on préfère parler de troubles en "dys" plus satisfaisants, plus rassurants pour les parents et les éducateurs en général et aussi plus hypocrites. La connerie se définit aussi et surtout par l'absence d'empathie, d'altérité et de bienveillance envers l'autre. La connerie ce que confirme de nombreux auteurs de ce livre mène le plus souvent directement à la haine, la violence, le discours binaire, simpliste, sans aucunes nuances.

Bref, les empilages de slogans que d'aucuns sur le net en particulier confondent avec des convictions construites et raisonnées.

Ils commencent d'abord à définir le mot. Qu'est-ce qu'un con ? Selon Jacques Prévert et Edgar Morin, on ne devrait pas parler de "con" pour parler d'un idiot, le vocable désignant en argot le sexe féminin et donc une des plus belles choses de cet univers. Ce en quoi ils se trompent, car "con" vient de "coïon" l'appellation du petit sac que les légionnaires romains portaient à la ceinture, qui signifiait "petite chose", ce qui donna aussi "couillon" ou "couille". On en déduit donc qu'un con est aussi et bel et bien un couillon. Il n'y a pas de privilège à l'un ou l'autre sexe, pas d'exclusive mais une totale égalité en la matière. Il n'y a pas de jaloux.

Sont définies dans une tentative de réflexion les conneries individuelles, les conneries selon le milieu social, car elle a évolué depuis l'avènement de la bourgeoisie triomphante au XIXème siècle. La connerie bourgeoise a fait le bonheur de nombreux écrivains classiques et modernes, de Flaubert et son "dictionnaire des idées reçues" dans "Bouvard et Pécuchet" à Jarry et "Ubu" ou Ionesco et son théâtre de l'absurde. L'ouvrage n'oublie pas les conneries des "très intelligents", comme ces diplômés qui regardent leur horoscope chaque jour, ces polytechniciens qui rejoignent certaines sectes, sans parler bien sûr de ces énarques normaliens qui deviennent présidents de la République et ne réfléchissent pas plus pour autant etc....

Contre la connerie, contre notre propre connerie, les auteurs proposent de toujours garder de la distance sur un sujet, un esprit critique, l'acceptation inconditionnelle de soi et donc de l'autre. La culture préserve aussi de la connerie en montrant la complexité du monde. Et bien entendu l'indépendance d'esprit contre la connerie collective (NB : Je tiens farouchement à la mienne et ne suis pas le seul), la connerie grégaire qui voudrait que l'on hurle avec les loups pour se protéger. Une foule n'a pas raison contre la minorité, l'unanimité tellement à la mode de nos jours ne fait pas la raison et l'équilibre, et l'intelligence. Les nouveaux moyens techniques dont nous disposons donnent hélas à la connerie une ampleur inédite jusque là dans nos sociétés.

Image trouvée ici

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

Merci infiniment à toi qui m'a fait lire ce livre sur lequel je reviendrai car il y a encore beaucoup à dire...


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Reiki 11 mars 16:23

     Salut Amaury,

    Ça fais plaisir de te lire .


    • Le421 Le421 12 mars 20:51

      @Reiki
      Et c’est amusant de sentir combien se sentent visés...
      Perso, je m’en fous complètement.
      La différence avec beaucoup, c’est que je connais ma connerie.
      J’essaie juste de la maîtriser là où beaucoup lui laissent bride sur le cou... smiley


    • tashrin 11 mars 16:50

      Auparavant, les auteurs, qu’ils soient spécialistes ou pas, avaient moins peur d’être politiquement incorrects et on évoquait aussi bien la débilité que l’arriération mentale, que les individus retardés voire imbéciles. Depuis, on préfère parler de troubles en « dys » plus satisfaisants, plus rassurants pour les parents et les éducateurs en général et aussi plus hypocrites

      Euh... Parallèle assez osé, je trouve... Je connais des personnes dys très intelligentes, et a contrario des non-dys qui en tiennent une sacrée couche... Je ne vois pas bien le lien supposé entre les deux, et les amalgamer de cette façon me parait être, pardonnez moi, une belle connerie doublée d’une démonstration d’ignorance sur le sujet

      Les nouveaux moyens techniques dont nous disposons donnent hélas à la connerie une ampleur inédite jusque là dans nos sociétés.


      Ah ca en revanche, je ne peux qu’être d’accord.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 11 mars 17:07

        @tashrin
        Je le vois le lien, beaucoup de dys auraient été auparavant considérés comme retardés ou autres, ce que certains sont. Dans les faits.
        Et oui de facto parler de dys c’est rassurant...


      • tashrin 11 mars 17:16

        @Amaury Grandgil
        Justement
        Avant, faute de comprehension et d’informations suffisantes, on les assimilait aux « benets ». Aujourd’hui on sait parfaitement que ce sont des choses différentes
        Ecrire comme vous le faites que c’est rassurant pour les parents, ca sous entend que leurs enfants diagnostiqués dys sont en réalité des débiles, ce qui est inexact


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 11 mars 18:50

        @tashrin

        Oui c’est rassurant de penser qu’ils sont différents mais c’est un mensonge


      • tashrin 11 mars 19:19

        @Amaury Grandgil

        ... Vous confondez la bêtise avec un trouble neurologique ? Sur quoi vous fondez cette affirmation tant péremptoire qu inexacte au vu des connaissances actuelles ? Je vous souhaite de n être jamais en situation de handicap... En tous cas c est dommage, ça vient juste decredibiliser l intégralité de votre discours... C est con...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 11 mars 19:47

        @tashrin
        oui, la sensiblerie sur le handicap, je connais, je suis moi-même en situation de handicap, et je préfère un discours lucide, carré, franc et non de la pleurniche


      • tashrin 12 mars 09:36

        @Amaury Grandgil
        Mais ca n’a rien à voir avec de la pleurniche, vous melangez le fait d’être con avec le fait d’être atteint d’un trouble neurologique. Ca doit être pour illustrer l’article, certainement...


      • foufouille foufouille 12 mars 10:23

        @Amaury Grandgil
        comme ce handicap est neurologique, il est évident que cette personne va avoir plus de difficulté à apprendre par exemple mais en moyenne il n’y auras pas plus de débile. surtout avec une aide.
        les autistes ont aussi été considéré comme débile durant longtemps.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 12 mars 11:23

        @foufouille
        L’aide est un leurre, certains élèves ne vont pas de A à Z ils s’arrêtent à B ou C c’est comme ça. C’est une réalité de fait.


      • foufouille foufouille 12 mars 11:31

        @Amaury Grandgil
        pas d’accord, sauf dans le cas d’attardé mental très important ou de déficience grave. mais c’est certain que tout le monde ne peut pas avoir un bac +5 ou un doctorat. ni être bon dans certains domaines.
        on a un tas de cas sur agoravox de science infuse mais ils sont adulte.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 12 mars 12:22

        @foufouille
        En tant que prof, je l’ai constaté, tu auras beau aider des gosses des années, ça ne change pas grand chose


      • foufouille foufouille 12 mars 13:24

        @Amaury Grandgil
        tu es juste prof et pas spécialisé. et aide dans le sens à comprendre le pourquoi et de le soigner comme la dyslexie qui se soigne.
        ensuite, il faut un but et une motivation, pas juste le chomedu comme avenir.
        quand j’étais jeune, il existait encore du travail manuel pour ceux qui ne voulaient pas ou ne pouvaient faire d’études.



      • tashrin 13 mars 11:59

        @Amaury Grandgil
        Et prof en plus ? wahou
        Je compatis à la situation et au désarroi des pauvres gamins passés ente vos mains


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 mars 08:22

        @tashrin
        Et j’ai eu des classes ULYS en plus !
        Toujours une excellente ambiance et du travail.
        Les personnes handicapées aiment que l’on soit clair et non que l’on pleurniche.


      • Arthur S Arthur S 11 mars 17:19

        L’éducation combat l’illettrisme et l’ignorance.

        Elle est sans effet sur la connerie.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 11 mars 18:51

          @Arthur S

          Oui d’ailleurs je le dis dans mon texte


        • JL JL 12 mars 09:59
          « S’adressant à l’électeur d’Emmanuel Macron, François Bégaudeau fait la somme des aveuglements qui le font se prendre pour un progressiste de pointe là où il n’est qu’un conservateur de base.
          Tu es un bourgeois.
          Mais le propre du bourgeois, c’est de ne jamais se reconnaître comme tel.
          Petit test  :
           
          Tu votes toujours au second tour des élections quand l’extrême droite y est qualifiée, pour lui faire barrage.
          Par conséquent, l’abstention te paraît à la fois indigne et incompréhensible.
          Tu redoutes les populismes, dont tu parles le plus souvent au pluriel.
          Tu es bien convaincu qu’au fond les extrêmes se touchent.
          L’élection de Donald Trump et le Brexit t’ont inspiré une sainte horreur, mais depuis lors tu ne suis que d’assez loin ce qui se passe aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
          Naturellement tu dénonces les conflits d’intérêts, mais tu penses qu’en voir partout relève du complotisme.
          Tu utilises parfois (souvent  ?) dans une même phrase les mots racisme, nationalisme, xénophobie et repli sur soi.
          Tu leur préfères définitivement le mot ouverture.
           
          Si tu as répondu oui au moins une fois, ce livre parle de toi.
          Prends le risque de l’ouvrir.
           » (Histoire de ta bêtise, François Bégaudeau)

           

          Depuis 2017, année où pour la première fois, je me suis abstenu au second tour, je peux répondre non à toutes les questions. Peut-être que ce livre ne me concerne pas au fond ! Et je dois dire que ce matin, Hervé Juvin invité des Matins de FC m’a impressionné.


          • Le421 Le421 12 mars 20:53

            @JL
            Amusant ce test.
            J’ai « non » à tous les paragraphes.
            Mais, effectivement, je suis très con.
            En même temps...  smiley


          • JL JL 12 mars 11:08

            Intelligence Émotionnelle  : La conscience de soi, La maîtrise de soi, La motivation, L’empathie, La maîtrise des relations humaines

            « Popularisée par le journaliste américain Daniel Goleman, la notion d’intelligence émotionnelle est aujourd’hui très opérante. Elle permet de comprendre pourquoi, à QI égal, certains s’épanouissent et réussissent mieux que d’autres.. »

             

            Quotient Émotionnel : faire le test


            • Loatse Loatse 12 mars 13:32

              super, votre article amaury... :)

              Le propre du con, c’est que in fine il tend à vous le faire devenir à votre tour... (c’est contagieux) mais in fine on peut le remercier...

              anecdote :

              Dimanche je me rend à une expo avec mes enfants et ma petite fille à Toulon voir l’oeuvre d’un artiste contemporain qui joue avec la mise en abîme, bref très talentueux, ludique...

              Nous nous trouvons dans une salle, moi émerveillée et l’exprimant dans une atmosphère plutôt guindée.. vous me suivez là ? ;)

              et paf, ca ne loupe pas : Alors que je suis quasi dans un état extatique devant une toile, rentre un type dont le manteau doit valoir une blinde (j’aime cette expression eh eh).. et sa bourgeoise du même acabit...

              et là le CON lance, nous désignant comme si nous étions des singes dans un zoo lâche à sa compagne d’un ton condescendant et de manière audible : As tu vu cela ma chère ? c’est bien ! ils sont venus avec leurs mômes !

              Ca n’a pas loupé, je me tourne vers mon fils et d’une même intonation : je me la joue mimétisme et lance à mon grand garçon  : « C’est biennnn, mon fils : tu es venu avec ta môme !!!! »

              Là dessus, nous quittons la salle...et je rumine... envie de dire à cette andouille, que je suis moi même peintre, que j’ai exposé moi aussi... bref que je suis « quelqu’un »...

              Ce faisant, je m’aperçois que ce con n’est qu’un miroir de moi même, et pétard, ca fait mal... smiley

              Y’a encore du boulot............


              • Le421 Le421 12 mars 20:56

                @Loatse
                Je pense que je n’aurais rien dit. Par contre, question sourire... Je ne me serais pas privé.
                Un petit croche-pattes ???  smiley


              • Loatse Loatse 13 mars 12:18

                @Le421

                Un petit croche-pattes ??? 


                rhôoooooooo tout de même !.................. quoique... smiley


              • zrivo 12 mars 14:02

                les élèves dit « dys » ne sont pas reconnus handicapés en France d’une part, ils se trouvent dans des dispositifs prévus à cet effet par l’inclusion scolaire, tous ensemble réunis (dyspraxie, dyslexie, dysorthographie ...) au milieu d’autres élèves sans problème particulier, auquel parfois s’ajoute des autistes aperger par exemple (qui eux sont reconnus handicapés)....Dans cette sauce, il est impossbile d’obtenir de bons résultats.

                D’autre part comme évoqué plus haut les capacités intellectuelles chez nombre de ces enfants sont excellentes et je ne parle pas des « aspi » qui peuvent littéralement s’ennuyer dans ces classes car ils ont des capacités étonnantes dans bien des domaines.

                Bref, l’intelligence dépend énormément de l’environnement dans lequel on évolue (familiale et scolaire à la base ) et je me garderai bien de tomber dans la généralité restrictive.


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 mars 08:26

                  @zrivo
                  Non, l’intelligence n’a rien à voir avec l’environnement. Elle peut ètre cependant freinée par celui-ci mais si elle n’existe pas au départ, l’environnement ne la créera pas. Je sais c’est plus dérangeant de croire que tout le monde l’est avec le bon environnement.
                  Quant aux « Asperger », il y a une mode actuelle qui affirme que tout gamin qui ne fout rien à l’école est peut-être un surdoué. Là non seulement c’est rassurant pour les parents mais ça leur permet de rêver et de se consoler encore plus. Il y a ces livres comme « trop intelligent pour être heureux » qui laissent entendre que l’inadaptation viendrait forcément d’une douance mal captée au départ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès