• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’avocat à abattre » de Me Karim Achoui bientôt au cinéma

« L’avocat à abattre » de Me Karim Achoui bientôt au cinéma

Cet homme est un miraculé. Après les barreaux, puisqu’il ne peut pas, actuellement, exercer son métier, il se mit à la littérature, avec le succès qu’on sait. Son best-seller, « L’avocat à abattre », l’opuscule qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive l’année dernière est publié aux éditions Le Cherche-Midi. Il ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin. Voici venu maintenant, le temps du cinéma pour le pénaliste flamboyant, digne héritier d’un maître Vergès, Me Karim Achoui.

Condamné à 7 ans de prison sans preuves tangibles, ce fan de jazz, tout particulièrement du chanteur et danseur africain-américain, Cab Calloway, victime de certains chroniqueurs jaloux voire véreux dont je tais les noms, l’avocat fut incarcéré 50 jours durant, à la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine (9-2) à Nanterre. Entre grève de la faim et bataille juridique, soutien appuyé de 400 personnes, des libres-penseurs, des écrivains, des citoyens et des juristes confondus, ses avocats avaient obtenu qu’il attende comme tout justiciable lambda, son procès en appel, en étant un homme libre, "imazighen" comme on dit en Kabylie. Cette liberté-là, l’avocat, la met en mouvement perpétuel.

Loin des fla-flas et du vent, une fois sorti, il n’a pas chômé. Pas de vasouille donc. Plein de projets dans la tête, il veut rattraper le temps perdu et a pris conscience des souffrances que vivent les prisonniers, pire, ceux qui ont injustement incarcérés. Ainsi, une fois qu’il retrouva le vent de la liberté, avec la hargne qu’on lui connaît, il a décidé de lancer une fondation contre les injustices. Vaste programme s’il en est, lorsqu’on sait très bien le rôle obscur des associations subventionnées par l’Etat et qui voient habituellement leurs responsables, postuler pour des strapontins politiques, ou se faire de somptueux revenus.

Sans tambour ni clochettes, l’homme s’est donc mis au travail. La Fondation contre les injustices est née et, la machine est déjà en branle. Dans son appel solennel, il s’est exprimé en ces termes : « Cette fondation aura pour objet d’apporter une aide juridique, financière et une écoute attentive aux femmes et aux hommes condamnés sans preuves matérielles dans nos prisons françaises. » Ajoutant : « Je lance un appel aux avocats, aux étudiants en droit et à celles et ceux qui veulent contribuer au succès de cette fondation. » La fondation a déjà un dossier épineux qu’elle gère, un dossier ubuesque, celui du jeune français, Khalid Naji, emprisonné depuis le 9 décembre 2008, pour 8 ans ferme, à la maison d’arrêt de Dijon, pour un… « viol présumé entre époux ». « Viol présumé. », vous avez bien lu, et n’avez pas la berlue. En revanche, je n’ai pas le résultat de sa grève de la fin et le résultat de sa demande remise en liberté lorsque je boucle ce petit billet.

Le cinéma fait donc les yeux doux à ce brillant avocat d’origine kabyle qui a marqué
les esprits de la France entière. Les droits du livre, « L’avocat à abattre », ont été rachetés par le producteur à succès, Patrick Godeau. Il est connu entre autres pour ses flamboyants, « L’ivresse du pouvoir » comédie dramatique sortie en 2006 qu’avait réalisé Claude Chabrol avec une distribution prestigieuse, Isabelle Huppert, François Berléand et autre Patrick Bruel, ou encore la comédie « Camping », la même année toujours, comédie goupillée de main de maître par Fabien Onteniente, avec Franck Dubosc, Gerard Lanvin et Mathilde Seigner.

La distribution risque d’être difficile, après que le sulfureux Samy Naceri qui pouvait tenir le rôle phare de Maître Achoui, se soit à nouveau perdu. A moins que l’avocat ne joue son propre rôle. Là, je ne crois pas, il a mieux à faire. Sans doute, ce film, ne sortira pas des fonts baptismaux de la platitude ambiante et restera fidèle au livre que j’avais lu avec délectation, d’une traite, partagé entre les oripeaux de certains personnages, hors du livre s’entend, qui trouvaient indécents que l’avocat soit toujours bien mis, et ce livre vivant. Un bon film d’action en perspective.

>>>Allain Jules


 

Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 24 mars 2009 12:35

    M° Achoui, c’est le Mr qui a remporté la robe d’avocat de François Mitterrand, lors de la dernière vente aux enchères d’objets ayant appartenu à l’ex-président.

    Sinon..

    Il m’a toujours fait penser à l’avocat Lambert qu’interprête Richard Anconina dans "Police" de Maurice Pialat.

    Excellent film au demeurant..

    gAZi bORAt


    • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:03

      @Gazi Borat,

      Exactement. c’est bien lui.

      Et voici ce que disait MetroFrance : "  avocat du milieu parisien, Karim Achoui s’est offert la robe d’avocat de Me Mitterrand, bordée d’hermine et signée Cerruti, pour 8000 euros. « Je n’avais pas de limite pour l’enchère. Pas question que cette robe finisse dans les bras d’un collectionneur russe ou japonais. Ca aurait pu monter, voire doubler, je l’aurais acheté.... Et puis c’est les soldes, plutôt que de les faire dans les boutiques, je les faits chez Tajan » a-t-il commenté. 

      Tiens une vidéo de l’automobiliste n°1 au monde CRENEAU  


    • abdelkader17 24 mars 2009 13:47

      Preuve que quand on est entre les mains de la justice mieux vaut donc être riche et célèbre pour assurer sa défense


      • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:05

        @Abdelkader,

        Ce n’est pas une surprise. le monde est ainsi fait.

        Bien à vous !


      • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:08

        @Dalamix,

        Petit voyou sans intérêt ? Vous allez vite en besogne. Soit, vous croyez en tout ce que les médias racontent, soit vous faites semblant. Enfin, nul ne peut faire l’unanimité.

        Moi qui ai lu ce bouquin, je crois que le film sera magique. J’ai adoré le livre.


      • morice morice 24 mars 2009 14:53

         "Cet homme est un miraculé" : non, c’est un faiseur et on n’a pas à en faire la pub.


        • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:11

          @Morice,

          Une personne sur qui on tire à bout portant n’est qu’une miraculée, ici un miraculé. On peut la détester ou l’aimer, elle l’est. Ceci n’a rien à voir avec le reste bien sûr.


        • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:15

          @Turlututtu,

          Un livre, un film, une histoire mise à l’écran seraient pour vous quoi d’autre ??????


          - la politique sans doute.

          - l’économie.

          - une tribune libre.....et quoi encore ????




        • ASINUS 24 mars 2009 15:59

          yep
           
          tant de robes caches tant d échines courbées



          un bon film d action du niveau de la serie taxis ?
          ben l affliction depassera la realité


          • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:17

            @Asinus,

            Belle tournure, jonglage efficace des mots mais, trop de maux.


          • Muadib 24 mars 2009 16:02

            "Condamné à 7 ans de prison sans preuves tangibles,"

            Il me semble que l’affaire est toujours en appel.

            Au passage, s’il est condamné en appel, il va se prendre un an en plus vu sa condamnation a 1 an de sursis pour faux. ( Definitive celle là)

            Donc, il vaudrait mieux attendre le jugement en appel avant de reprendre ce type de phrases.



            • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:19

              @Muadib,

              Bien sûr. J’affirme, sans preuve.

              "Intime conviction" des jurés......une escroquerie.





            • Warhouha Warhouha 24 mars 2009 16:23

              "imazighen" est un pluriel, dont le singulier est "amazigh".
              Il vient des Touareg, chez qui il désigne effectivement l’homme libre. Pas dans le sens où vous l’entendez, cela dit, mais bel et bien en opposition à l’esclave.
              Pour les Kabyles, imazighen veut dire berbères, plutôt qu’hommes libres. Les mots ne se limitent pas à leur sens étymologique.



              • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:23

                @Warhourha,

                Aïe !

                Alors là, je vais taper mon pote Kabyle sur les doigts s’il s’avère que c’est une tromperie.


              • Castor 24 mars 2009 17:36

                Lorsque l’on marche sans arrêt sur un fil, il ne faut pas s’étonner, un jour, de faire la culbute.

                Me Achoui fait partie de ceux qui, pour des raisons qui lui appartiennent et dont je tairai ce qu’elles m’évoquent, jouent sur la ligne jaune en permanence et crient ensuite à l’injustice quand ils se trouvent rattrapés par la justice.

                Je n’ai aucune sympathie particulière pour ce personnage hautain, mondain et joueur et s’il doit bénéficier comme tout un chacun de la présomption d’innocence, je souhaite aussi qu’il LA FERME ET QU’IL CESSE DE JOUER LES PLEUREUSES !!!


                • dalat-1945 24 mars 2009 17:49

                  Bonjour Castor,

                  Bien d’accord !

                  Je trouve en plus une certaine ressemblance psychologique entre l’auteur et l’avocat en qyuestion. Non ?


                • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:25

                  @Castor,

                  Vous lisez trop les journaux !


                • ernst 24 mars 2009 19:56

                   Ah ! vous êtes tous une belle bande de voyous !...

                  Sous prétexte que le type est beau mec et surtout, qu’il a l’air friqué, on en oublie que c’est sur lui qu’on a tiré !...pour le flinguer, quand même !...

                  Il dit qui, quand, comment et tout ce que vous trouvez à dire c’est qu’il a l’air pourri, ce qu’il est peur-être mais je ne connais pas le dossier...et vous non plus. Avec vous, c’est Rome, les jeux du Cirque, le pouce en bas, rien que sur la gueule !...

                  Eh bien moi, ça m’intéresse de savoir de quelle faction issue des barbouzes gaulliennes est parti l’ordre de l’éliminer. Pourquoi, quand, comment.

                  Maître Achoui, continuez, faites parler de vous, expliquez nous tout et surtout de quoi les anciens services Pasqua sont capables, comment il se fait qu’ils sont encore en activité, pourquoi et sur l’ordre de qui ils sont dans l’impunité.

                  On a oublié de préciser que le Maître en question est d’une intelligence exceptionnelle et, ne serait-ce que cela, vaut qu’on préserve une particularité qui fait tant défaut à notre génération béhachélienne.


                  • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 22:27

                    @Ernst,

                    Vous avez raison ! Mille fois.


                  • laëtitia mélierres 10 avril 2009 20:57

                    Oui, continuez à exiger la vérité sur cette machination, ces méthodes hélas encore en cours sont scandaleuses, déshonorantes. Mais je ne sais si elles sont seulement le fait de persistances gaulliennes... 

                    je voudrais poster un extrait d’un livre, l’introduction, que j’ai trouvée aujourd’hui dans une broc, livre édifiant sur justement les manoeuvres dans les RG, paru en 1997 par un ancien commissaire, patrick rougelet. Les sociologues, psys, intellectuels formatés, alignés au pouvoir peuvent difficilement taxer de paranoia ce témoignage.
                    « Les RG sont allés trop loin avec moi. Menaces de mort. Campagne de presse diffamatoire.Violations de mes domiciles. Pressions sur mes amis. Mes voisins. Ma famille. Pendant treize ans, commissaire chez eux, j’ai cautionné des opérations similaires sur des dizaines d’inconnus. Pendant toutes ces années, j’ai cru qu’elles se justifiaient, dans l’intérêt de la République. Aujourd’hui, je sais au contraire qu’à chaque coup des RG, effectué sans aucun contrôle ni parlementaire ni judiciaire, la démocratie recule. » 
                    Je pense que c’est assez clair sur l’illusion démocratique qui nous domine. 


                  • ASINUS 24 mars 2009 20:16

                    Ah ! vous êtes tous une belle bande de voyous !...

                    z etes bien aimable a ce que je sache celui qui les fréquentait " professionnellement n est ce pas "
                    c est cet avocat non ? , parfois a vouloir diner avec le diable on oublie de se munir d une longue
                    tres longue cuillere


                    • ernst 24 mars 2009 20:55

                       Dans le chaudbise, Monsieur, on ne fréquente pas. On juxtapose.

                      Raison pour laquelle, quand on croise un destin qui a de l’intérêt, une présence qui sort de l’ordinaire, on est d’autant frappé.

                      J’ai mangé avec Maître Cohen-Saban. Professionnellement. Et je peux assurer ici que c’est un voyou. Qui a cependant très bonne réputation. Vous me permettrez donc de me méfier des bonnes ou mauvaises réputations et de n’en tenir aucun compte. A commencer par la mienne.

                      Alors, puisque j’ai sur vous l’avantage d’avoir croisé au moins l ’interpellé de cet article, ce qui n’est même pas votre cas qui en avez cependant une idée si précise, je réitère mes questions :

                      Comment se fait-il qu’une fraction de la Police d’Etat se permette des exactions de ce type, sur la permission ou l’ordre de qui ? Quel que soit le degré de turpitude supposé de la victime dont ma question ne tient aucun compte.

                      Et votre pseudo-chantage pertinent n’est pas de nature à m’impressionner.


                      • Yohan Yohan 24 mars 2009 22:27

                        Il doit pas très futé l’avocat, l’aurait du choisir la raie sur le côté. A mon avis il a fait l’avocat par défaut, car son rêve secret était de faire du cinéma. Apparemment, tout le ramène au dernier. Avec l’aide d’Allain Jules, il pourrait bien y arriver un jour


                        • Gazi BORAT 25 mars 2009 06:19

                          @ YOHAN

                          son rêve secret était de faire du cinéma

                          Effectivement, et j’en suis persuadé. Tel était le sens de mon post en tête de fil.

                          Je l’ai vu lors d’une émission animée par Karl Zéro. Le personnage se caractérise par ce narcissisme exacerbé qui fait les bons acteurs de série B. Parfaitement à l’aise devant les caméras, il a du avoir longuement l’occasion de parfaire son personnage durant les "one man show" qu’ont dû être ses plaidoiries.

                          Il partvient à s’autocaricaturer dans l’interprétation et surjoue le personnage du parfait avocat marron.

                          A part cela, je n’ai aucune sympathie pour l’individu, ni pour ce milieu parmi lequel il choisit ses clients. Le banditisme organisé m’ayant toujours fait l’effet de la plus partfaite incarnation de l’idéal capitaliste-libéral.

                          gAZi bORAt


                        • dalat-1945 25 mars 2009 07:46

                          @ Gazi Borat,

                          Bien d’accord avec vous.
                          On ne peut pas dire toutefois que le banditisme relève exclusivement du "capitalisme libéral", ou alors vous n’êtes pas honnête intellectuellement !

                          Le banditisme existe depuis l’apparition de l’homme sur terre. Il s’appuie bien sûr sur les systèmes politiques et éconiomiques en place, mais c’est un phénomène universel que l’on retrouve sous toutes les latitudes.


                        • Gazi BORAT 25 mars 2009 08:04

                          @ dalat 1945

                          Ma réflexion est la suivante :

                          Le mobile des "gangsters" est l’accumulation de capital et ce, au mépris de toute règlementation, à part une vague éthique (le fameux "sens de l’honneur") qui n’est, dans la réalité, que pure fiction (ils passent leur temps à se "balancer" les uns les autres).

                          Tout au plus des accords ponctuels, de gré à gré, entre tenants de monopoles, pour le partage de marchés, quand ils en ont marre de s’entretuer.

                          Marx l’avait dit en son temps : le "lumpen prolétariat" est par essence contre-révolutionnaire.

                          Pour les "maos spontanéistes" français des années 70 (courant dont fut issu le quotidien"Libération), c’était tout le contraire !

                          D’où l’engouement d’une certaine extrème gauche pour les exploits de Jacques Mesrine. Engouement dont "l’ennemi public n°1" a su bien exploiter.

                          gAZi bORAt


                        • maharadh maharadh 24 mars 2009 22:54

                          Effectivement quand on mélange les torchons et les serviettes faut pas s’attendre à du propre !

                          De toute façon quelle est la différence entre avocats et voyous, je ne vois pas ?


                          • Allain Jules Allain Jules 24 mars 2009 23:29

                            @Maharadh,

                            L’avocat porte une robe, le voyou, lui, porte un colt.



                          • Gazi BORAT 25 mars 2009 06:20

                            @ Maharadh

                            Hommes politiques sortis du Barreau :

                            • François Mitterrand
                            • Nicolas Sarkozy

                            Entre autres..

                            gAZi bORAt

                          • maharadh maharadh 25 mars 2009 12:56

                             Gazi,
                            Oui c’est bien ce que je dit, combien d’hommes politiques sont aussi avocats et certains d’entre-eux cumulent même les deux fonctions ........enfin surtout les revenus.

                            Ce que je veux dire concernant ce fil c’est que tout qu’en sachant que même les voyous, les violeurs, les assassins enfin la lie de la société , ont le droit d’êtres défendus et que ceux qui les défendent sont très souvent obligés dans ces cas là de franchir disons .... certaines conceptions du droit.

                            Quelque part n’y a t-il pas comme le proverbe "qui se ressemble s’assemble ?"





                          • dalat-1945 24 mars 2009 23:44

                            L’auteur et Karim Achoui, même combat !


                            • souklaye 25 mars 2009 08:48

                              Politique, pop star, pape, chef d’entreprise ou le dernier buzz internet, toute la réflexion de fond est minée par le culte de l’immédiateté et la déresponsabilisation du zapping permanent.
                              Quand les maux deviennent les faits, la sanction devient le mobile.

                               

                              Tirer sur une ambulance c’est une chose, s’acharner sur une ambulance qui ne sait pas où elle va, s’en est une autre.
                              La passion pour la spéculation des mouvements humains ne saurait se substituer au doute raisonnable de l’investigation pour les professionnels ou de l’apprentissage pour les amateurs.

                              La suite ici : http://souklaye.wordpress.com/2009/03/23/bloc-note-bouc-emissaire-et-alibi-plausible/


                              • laëtitia mélierres 25 mars 2009 16:22

                                bonjour,
                                pour celles et ceux qui entendent que la profession exercée par Karim Achoui est légitime au titre que tout le monde a le droit d’être défendu, pour celles/ceux qui comprennent que "l’attaque" dont il a été l’objet est pour le moins crapuleuse, voici le lien pour les facebookers sur sa Fondation
                                 http://www.facebook.com/group.php?gid=52083606869

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires