• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’édition en Algérie et dans le monde

L’édition en Algérie et dans le monde

Cet article fait suite au premier dont le titre est « Autoédition par le biais d’internet ». Je pense, pour ma part, que le sujet ne peut être clôturé et ficelé avec quelques commentaires des internautes. Cet article interpellent les gens de bonne volonté pour l’acceptation du changement qui se fait avec nous ou sans nous dans les années à venir. Il faut se mettre au diapason et regarder les choses en face. L’édition classique présente beaucoup trop d’embûches pour les nouveaux auteurs, quant aux nouvelles méthodes, l’autoédition et l’édition à compte d’auteur sont là pour suppléer à l’ancienne, mais ne résolvent point le problème qui est cuisant d’actualité. Et le nouvel auteur, bien qu’ayant du talent à en revendre parfois, se voit refuser l’accès au monde de l’édition.

Tout nouvel auteur est confronté à ce qu’on appelle un « mur » lorsqu’il veut faire éditer ses romans. Il se heurte à la culture de la négation par les maisons d’édition dites traditionnelles (grosses cylindrées).

 
Pour confiner l’arnaque, certains éditeurs proposent aux auteurs l’autoédition ou l’édition à compte d’auteur, ce qui est purement et simplement l’arnaque du siècle. Si vous n’êtes pas introduit, vous ne pourrez jamais être édité par ces maisons d’édition traditionnelles.

 
Tous les prétextes sont bons pour vous éloigner de votre hobby, de votre muse, de votre raison de vivre parfois. Leurs comités de lecture ne se donnent même pas la peine de vous lire et vous renvoient (et encore ! ce n’est pas sûr) votre manuscrit avec une lettre circulaire portant la mention « ne correspond pas à la ligne éditoriale de notre maison ».

 
Est-ce qu’ils en ont une au moins ? Je ne le pense pas ! Nous avons un exemple parmi tant d’autres qui a été refusé par les éditions Gallimard. Par la suite, il a été édité par un éditeur dit de seconde zone et il obtint « le Prix Nobel de littérature ».

 
Je voudrais laisser un message à ces maisons d’éditions dites traditionnelles : Si vous ne voulez pas participer à l’enrichissement de la culture universelle, elle se fera avec vous ou sans vous, c’est à vous de choisir ! Le monde est en perpétuelle transformation. Alors ! Aidez les nouveaux auteurs et participez à l’enrichissement de la culture universelle et ainsi contribuez un tant soit peu à cette culture nécessaire et indispensable pour les générations futures. Vous aurez le sentiment et la satisfaction du devoir accompli en tant que gens de lettres et de sciences. Vous faites perdre à l’humanité tant de talents par vos méthodes de passe-droit et vos préférences pour les anciens auteurs. Ne soyez pas rigides ! Marchez avec le temps !

 
Editez les nouveaux auteurs et jetez-les en pâture aux lecteurs qui auront leur (vrai) mot à dire, ce n’est point votre comité de lecture qui peut représenter un lectorat de plusieurs millions dans le monde. Il peut y avoir une certaine jalousie au sein de la composante du comité de lecture, c’est leur chasse gardée, ils ne veulent point être supplantés dans leur domaine propre, leur décision de refus découle généralement de cette idée préconçue. Sinon ! Comment concevons-nous le refus des éditions Gallimard d’éditer Claude Simon qui fut repris par un autre éditeur et devint « Prix Nobel de littérature ».

Par Mohamed Boudia


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires