• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’épopée du Normandie-Niemen

L’épopée du Normandie-Niemen

 

En ces jours dédiés à la mémoire des combattants et victimes de la seconde guerre mondiale, nous allons revenir sur un épisode assez méconnu de l'histoire militaire française : le régiment Normandie-Niemen. Si l'on évoque souvent dans les grands médias la participation des Forces Françaises Libres au débarquement en Normandie, le rôle des aviateurs français sur le front de l'Est est étrangement négligé.

 

La genèse de l'escadron

Lorsque l'Allemagne attaque l'Union Soviétique le 22 juin 1941, le régime de Vichy rappelle le personnel de l'ambassade de France à Moscou. Parmi la délégation se trouve le lieutenant-colonel Luguet, attaché militaire de l'air, qui décide de gagner Londres. Il y rencontre le général De Gaulle à qui il expose sa vision du conflit : l'Allemagne ne parviendra probablement pas à vaincre la Russie. Luguet propose à De Gaulle d'envoyer un effectif symbolique de Français combattre aux côtés des troupes russes. Le Général est immédiatement séduit par l'idée. Il est alors en froid avec les Anglais et les Américains, un rapprochement avec les Soviétiques pourrait faire contrepoids à la domination anglo-saxonne. En outre, De Gaulle prépare aussi l'après-guerre où il aura besoin de l'appui du Parti communiste français, rentré en résistance en juin 1941.

Quel appui accorder aux Russes ? Les effectifs modestes des FFL (moins de 50000 hommes) empêchent d'envoyer une unité terrestre et les Anglais y sont opposés. Luguet insiste pour la constitution d'une unité aérienne composée de pilotes et de leurs mécaniciens. Les pilotes français seraient équipés et assistés par les Russes. En février 1942, De Gaulle donne son aval à Luguet pour parler à la mission soviétique à Londres. En mars, Staline approuve le projet ; il espère ainsi que De Gaulle plaidera pour l'ouverture d'un second front en Europe de l'Ouest.

Après quelques semaines de paperasserie soviétique, De Gaulle obtient la création d'un groupe de chasse autonome au sein de l'armée Rouge. Le dénommé " groupe de chasse n°3 " sera composé de 14 pilotes et d'une cinquantaine de mécaniciens tous volontaires. A noter que seuls 7 pilotes totalisent les 150 heures de vol requises ; les autres ont menti afin de pouvoir être acceptés. Par ailleurs, tous les sous-officiers sont nommés officiers, chose indispensable pour piloter en URSS.

Reste à trouver un nom plus clinquant à cette unité... Au sein des Forces Françaises Libres, les groupes aériens portent le nom d'une province française. Le commandant Pouliquen nommé à la tête de l'unité voudrait la baptiser du nom de sa région natale, la Bretagne, mais celui-ci est déjà pris ; on choisira la Normandie.

    

 

L'arrivée en Russie

Fin 1942, les membres du nouvel escadron voyagent vers la Russie en passant par les pays du Levant. A leur arrivée sur la base d'Ivanovo, les Soviétiques surprennent les Français en leur laissant le choix entre des chasseurs Yak soviétiques et des Airacobra américains. Les Français optent pour les Yak, ce qui ravit leurs hôtes. Les pilotes seront formés pendant trois mois et demi sur Yak-7 et Yak-1. Après inspection en mars 1943, l'unité est déclarée apte à rejoindre le front et part pour la base de Polotniany Zavod où elle est intégrée à la 303ème division de l'Air soviétique. Dés lors, l'escadron ne cessera de se déplacer, stationnant sur pas moins de 25 bases différentes.

Les Français supportent mal le froid (-30°C) et pestent contre la nourriture et les conditions spartiates d'hébergement. Plus grave, ils rechignent à combattre systématiquement en groupe à la manière soviétique et peinent à se repérer dans l'immensité de la steppe russe ; le pilote Jean Rey est ainsi abattu en août 1943 après s'être égaré en zone occupée par les Allemands.

 

            

Les faits d'armes du Normandie-Niémen

Dans un premier temps, l'escadron a pour mission d'escorter des bombardiers soviétiques. Le baptême du feu a lieu le 5 avril 1943 quand une première rencontre avec la Luftwaffe se solde par deux appareils allemands abattus et le retour de tous les chasseurs et bombardiers à la base. Désormais, les combats et les pertes vont se succéder à un rythme soutenu et Londres devra envoyer des renforts dès le mois de mai. En juin, la Pravda évoque dans ses colonnes la bravoure des pilotes français décorés de " L'ordre de la guerre pour la patrie ".

Lors de la bataille d'Orel, du 12 au 19 juillet 1943, les Français aux commandes des nouveaux Yak-9 font 112 sorties, descendent 17 avions ennemis mais en perdent 6. Le commandant Tulasne, tué au combat, est remplacé par le commandant Pouyade.

  Afficher l'image d'origine 

Le commandant Tulasne
 

En signe de reconnaissance de la présence française, le 14 juillet 1943 les Soviétiques acceptent que notre drapeau soit hissé durant quelques minutes au mât des couleurs. Le Groupe de Combat se voit dôté des nouveaux Yak-3 très performants. Les mécanos français, épuisés car trop peu nombreux, partent pour le Moyen-Orient en août. Ils sont remplacés par des mécanos russes, ce qui ne va pas sans poser des problèmes de communication mais permet aussi de tisser des liens forts entre Français et Soviétiques.

 

 Afficher l'image d'origine

Le commandant Pouyade avec ses mécanos russes

 

Les résultats sont là mais les pertes également : en six mois, 21 pilotes ont été tués, faits prisonniers ou ont disparu, 4 ont été blessés. Le Normandie est donc mis au repos pour quelques temps à Toula, au sud de Moscou. 33 pilotes arrivent d'Afrique du Nord entre décembre 1943 et février 1944, ce qui porte l'effectif total à 61 pilotes qui seront répartis dans 4 escadrilles.

En mars 1944, le Normandie repart au combat. Les pilotes français appuient l'offensive soviétique en Biélorussie et en Lituanie, qui enfonce les lignes allemandes de 400 kilomètres. Le 15 juin, alors qu'il effectue un vol de liaison, l'avion du lieutenant De Seynes s'enflamme. Il a alors ordre de s'éjecter en parachute mais De Seynes, accompagné d'un mécanicien russe qui en est dépourvu, refuse l'ordre et tente un atterrissage. Il s'écrase et les deux hommes meurent. Ils seront enterrés côte à côte. L'évènement fait le tour des journaux qui célèbrent l'amitié franco-soviétique. Le 21 juillet 1944, Staline en personne couronne le régiment du nom d'un fleuve lituanien qui a pu être franchi grâce à son rôle décisif : le Normandie devient alors le " Normandie-Niémen ".

Les pilotes français enchainent les victoires : le 16 juillet, ils abattent 29 avions allemands au cours d'une centaine de sorties, sans déplorer aucune perte. Le 22, 14 avions ennemis sont abattus en 56 sorties, encore une fois sans pertes... Fin novembre, le Normandie-Niémen est la première unité française à pénétrer sur le sol allemand en ancienne Prusse orientale. Le 28, les lieutenants De la Poype et Albert sont faits " Héros de l'Union soviétique ". Le 30 décembre 1944, la 200ème victoire du Normandie-Niémen est homologuée.

 

   

  Le lieutenant Roland de La Poype (1920-2012) a remporté 16 victoires homologuées

 

Un bilan glorieux

Début 1945, l'issue de la guerre ne fait plus de doute : l'Armée rouge se bat désormais à 18 contre 1 dans les airs ! Faute d'adversaires, le projet de transformation du régiment en division aérienne, incluant un second groupe de chasse et un groupe de bombardement, est avorté. De plus, tous les pilotes n'ont pas été remplacés et le commandant Delfino dissout 2 escadrilles pour pouvoir en conserver 2 à effectifs complets. Le lieutenant Georges Henry remporte la dernière victoire du régiment le 12 avril 1945.

A l'issue de 5240 missions et 869 combats, le régiment Normandie-Niémen a abattu 273 avions confirmés, 37 probables et endommagé 47 autres. Sur les 96 pilotes engagés, 45 sont morts au combat ou ont disparu. 4 pilotes seront faits " héros de l'Union soviétique " et vingt-et-un Compagnons de la Libération. Le régiment est décoré entre autres de la Légion d'honneur, de la croix de la Libération, de la médaille militaire avec 6 palmes et des ordres soviétiques du Drapeau rouge et d'Alexandre Nevski.

 

Après la capitulation allemande, Staline décide d'offrir à chaque officier français l'avion Yak-3 qu'il pilote. Les 40 aviateurs décollent le 15 juin et se posent au Bourget le 20 devant une foule immense. Les Yak sont réquisitionnés par l'Armée de l'Air. Le musée de l'Air et de l'Espace du Bourget en conserve le dernier exemplaire. La combativité du Normandie-Niémen n'a jamais été oubliée par les Russes, qui viennent régulièrement fleurir les tombes des pilotes tombés sur leur sol. Comme l'a écrit Max Schiavon, ces pilotes français n'ont certes pas changé le cours de la guerre mais ils ont offert une chose précieuse que la France libre avait alors à donner : des hommes et du courage.

 

Afficher l'image d'origine

 

Sources :

 

http://www.geopolitique-geostrategie.fr/normandie-niemen-un-passe-oublie-78832

 

http://normandieniemen.free.fr/

 

http://www.ordredelaliberation.fr/fr/compagnons/les-unites-militaires/le-regiment-de-chasse-_normandie-niemen_

 

https://www.herodote.net/12_novembre_1942-evenement-19421112.php

 

La Nouvelle Revue d'Histoire, n°84 mai-juin 2016. " Les Français libres sur le front de l'Est. ", Max Shiavon


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 10 juin 09:28

    En parcourant en Lithuanie la région du Niémen j’ai constaté l’omniprésence dans les prés des vaches Holstein, qui ressemblent à s’y méprendre aux vaches normandes. Ce n’est sûrement pas par hasard. 


    • Alren Alren 10 juin 18:03

      @sarcastelle

      Hum ! La vache Holstein (hollandaise comme l’indique son nom) est noire et blanche.

      La vache normande est roux foncé et blanche.

      La Holstein est une « pisseuse de lait » à la carcasse médiocre.

      La normande donne moins de lait mais sa carcasse après sept ans de vêlages, donne encore chez le boucher de beaux morceaux de « bœuf ».


    • mmbbb 11 juin 13:06

      @Alren un camembert AOC ne peut être fait avec du lait de vache Normande . La vache Hosltein est une pisseuse de lait et comme les viticulteurs du languedoc qui faisait pisser leur vignes, une surproduction cassa le marche c’est tres con Il n y a que le genial Spart pour boire cette pisse


    • Jeekes Jeekes 10 juin 09:59

      J’ai lu quelque part qu’une plaque commémorative venait d’être posée (Au Bourget je crois).
       

      AUCUN officiel français n’aurait daigné être présent à la cérémonie...
       


      • bluerider bluerider 11 juin 12:27

        @Jeekes lorsque la France a décidé de rejoindre l’OTAN en Pologne, en 2014 je crois, elle y a envoyé 2 Rafales... du Normandie Niemen, pour se livrer à des exercices militaires conjoints CONTRE la Russie. Apparemment l’Etat major de l’Armée de l’Air a eu un peu honte car avant de partir ; les mécaniciens ont effacé le blason du Normandie Niemen sur les 2 appareils. La politique étrangère française a totalement perdu la raison depuis Sarkozy et notre rattachement à l’OTAN qui joue contre nos intérêts.


      • Hairon Hairon 11 juin 16:10

        Bonjour Jeekes.

        Peut-être avez-vous lu mon article sur un autre site ?

        Bonne fin de journée.
        Sébastien Hairon.

      • oncle archibald 10 juin 11:11

        Comme tous les gamins de mon époque j’adorais « collectionner ». Sans aucun moyen financier nous nous jetions sur toutes les revues qui trainaient de ci de la pour y découper des photos suivant ses goûts et les coller dans un cahier d’écolier avec de jolis titres, bien calligraphiés puisqu’on nous avait appris à faire « des pleins et des déliés » à la plume sergent major !

        Moi c’était des avions et bien sûr comme la guerre n’était finie que depuis quelques années on relatait beaucoup les prouesses des uns et des autres. J’adorai comparer les performances des avions que je découpais aussi et que je collais à coté de la photo.

        Les Yak 3 de l’escadrille Normandie Niemen étaient en bonne place dans mon « cahier » évidemment, avec les P 51 Mustang américains et les Spitfire anglais. Outre leurs performances et les exploits des pilotes j’étais, et je reste, fasciné par la beauté des chasseurs d’hier comme ceux d’aujourd’hui. Comment des engins aussi meurtriers peuvent-ils être aussi beaux ? Mystère !


        • sarcastelle sarcastelle 10 juin 13:09

          @oncle archibald

          .
          Heureusement tout le monde n’a pas découpé les revues d’aviation, en sorte qu’au fil des ans j’ai pu reconstituer les collections que je n’aurais pas eu besoin de reconstituer si enfant je ne les avais découpées ! 

        • mmbbb 11 juin 13:01

          @oncle archibald le Dewoitine 520 fut un avion avec des performances honorables . L aviation francaise bien que peu organisée a abattu en air air 355 avions allemands L honneur etait sauf et ces avions detruits firent défaut aux allemands durant la campagne d Angeleterre. Il etait de bon ton lors de mes cours d’histoire, de nous apprendre que les francais s’"étaient avachis . Non ces aviateurs comme l epopée du Normandie Niemen furent des heros . En revanche la plupart de l élite s’etaient avachis la les historiens soulignaient tres pey ce trait de caractère Quoi qu il en soit, les soviétiques s ’en souviennent et l armee de francaise a fait un show avec les Rafales en Russie. Non les liens sont fort avec le peuple Russe que les medias arretent de nous emmerder avec la menace russe


        • flourens flourens 12 juin 11:17

          @mmbbb
          les aviateurs Français avaient vu les panzers traverser le massif des Ardennes, mais les généraux dans leur incompétence grasse et leur mépris de caste les ont envoyés se faire voir, pareil en 14, le combattant Français n’a pas démérité surtout avec des généraux aussi nuls, et dire que eux, on ne les a pas fusillés


        • mmbbb 12 juin 20:19

          @flourens et oui le General Gamelin aurait dû etre pendu haut et court tant il fut un incompétant. Ce qui est vraiment etonnant est la querelle anti Blum apres la guerre. L effort de guerre n’a vait pas ete assez soutenu selon cette these et le vieux antisémite ressortait mais le probleme etait surtout l inefficacité de l organisation de l armeée francaise . C est désormais un grand classique « comment perdre une guerre » enseigné dans les ecoles militaires . Quant a nos ingenieurs ils furent bon et le sont toujours J ’ai feuilleté le dernier Science et Avenir Hors Série sur l aviation,. Les ingénieurs du sud passionne d aéronautique sont en train de reconstruire d’après plan à l appui d’une modélisation inforamtique justement un Dewoitine (je me souviens plus du modele .( Avion performant et bourré d’astuces et dont la production fut arrêté en 1940 . les usines furent torpilles et en dommage de guerre, les ingénieurs allemands d’ Audi vinrent donner leur expertise puisque l Allemagne avait une avance certaine dans les turbo propulseurs La societé SNECMA fut ainsi cree Salutations


        • juluch juluch 10 juin 11:54

          Une histoire connue de la WWII mais oubliés par certains !!


          Honneurs aux Anciens !

          Merci pour ce rappel.

          • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 10 juin 12:25

            Bonjour à tous,


            Oui, merci à l’auteur pour ce rappel historique.
            Oui également à Juluch qui écrit : « Honneurs aux Anciens ». Il a raison. Ces gens-là ont porté haut les ailes françaises.

            Mais attention aussi aux mots que nous employons : je veux dire que nos anciens n’auraient jamais dit ou écrit « WWWII », mais « Seconde Guerre mondiale », il ne disaient pas non plus « D Day » comme on le voit de plus en plus, mais « jour J ».
            Et je pourrais continuer comme ça, tant la liste de mots américains grossit chaque jour un peu plus.
            Et ce n’est pas un hasard.

            Je dis tout cela avec les précautions nécessaires pour n’offenser personne. Simplement pour rappeler qu’un des vainqueurs tire les ficelles, et que nous devons rester vigilants, et d’abord rester nous-mêmes, et ce en nous exprimant en français, notre langue.

            Cordialement à tous.

            Thierry Saladin

            • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 10 juin 12:30

              à moi-même,

              WWII, évidemment. Si en plus je rajoute un W ...
              Thierry Saladin

              • eric 10 juin 12:46

                Il y a un lieu à Moscou que l’on nomme le cimetière Allemand mais qui en réalité, était dès avant la révolution un cimetière avec beaucoup d’étrangers en général. On y trouve un carré soldats de la grande Armée, me semble-t-il des morts de Crimée, mais je suis moins sur, et, le Carré Normandie Niemen.

                Le cimetière est émouvant à tous égard. On trouve des tombeau familiaux datant du début mi 19 ème, avec des croix latines, des premières inscriptions en allemand en gothique, les dernières avec le même nom de famille, mais des prénoms russes et des croix orthodoxes. Quelque part dans Moscou, depuis, bientôt 2 siècles des familles ont donc traversé toutes les vicissitudes qu’ a connu la Russie.

                Pour autant que j’ai compris, toutes les tombes Normandie Niemen sont vides sauf une. En tout cas c’est ce que l’on m’ a dit lors de la dernière cérémonie à laquelle j’ai assisté. SI j’ai bien compris, c’est justement la Sœur de Mr de Seynes qui a dit, « il est mort avec son mécanicien, qu’il repose avec lui en Russie ». Les autres familles ont rapatrié leurs proches.

                Quant j’étais petit, j’ai participé, notamment avec l’école, à des cérémonies au monument au mort.

                j’ai voulu en faire autant à Moscou avec les gosses à l’époque.

                Première surprise, rien d’organisé par l’école.
                Seconde surprise, les expats, d’une façon générale non prévenus ( c’est un pote militaire qui m’a avertit), troisième surprise, chaque année, il fait un froid de gueux, quatrième surprise, il n’y avait que les officiels de l’Ambassade. Le « peuple », c’était moi et les enfants....
                L’impression que les fficiels viennent pour faire pliasir aux ruses.
                Du coup, nous avons quand même été invité au cocktail, à la maison...Normandie Niemen, la résidence du militaire français en poste à l’ambassade.
                Les soviets ont la reconnaissance du ventre et ne se sont pas foutu de nous...

                Par la suite, j’ai lu le bouquin de Le goff, la fin du village, et compris que collectivement la bureaucratie français veut bien honorer formellement des cérémonies du « roman national », mais ne semble pas trop tenir à y associer les masses.

                J’ai encore vu les derniers mécaniciens participants fidèlement, là et ailleurs, les derniers pilotes fr&français.

                Je confirme que ce la est plus présent en Russie que chez nous. IL y a de nombreuses écoles spécialisées en français qui ont un mus« e Normandie Niemen,. Par exemple la 1216, prêt de chez moi à l’époque. Cela compte.

                Le film, coproduction franco soviétique t que l’on trouve sur You tube est génial. Très émouvant, aussi, et, je dirai, sans savoir, très fidèle. Non pas tellement à l’histoire. Je ne connais pas assez les détail pour savoir sur quoi ils ont plus ou moins brodé. Mais à l’esprit de l’époque. Mais on sent dans le récit, les deux pattes : russo soviet, et française. Le film est très bon exemple de collaboration ou chacun a mis en exergue ce qui lui importait, a donné son style, etc...pour un résultat excellent.

                A ma connaissance, et sous l’impulsion d’un prof d’histoire, l’école essaye désormais de s’associer à ces souvenirs et des classes vont aux cérémonies.

                Bon, tous cela, ce sont des symboles. En avons nous besoin ou pas ? A chacun de juger. La mode, serait plutôt de laisser tomber ces machins »machos teinté de nationalisme, violent stigmatisant et vraisemblablement homo et islamophobe". etc....Mais symbole cela veut dire ce qui unit. Le contraire c’est ce qui sépare : diavol...

                Perso, j’aime assez les symboles d’amitié franco russe.


                • berry 10 juin 13:08

                  C’est important d’être du côté des résistants pour gagner les élections, même 75 ans après.
                  Macron l’a bien compris, il fait encore de la récup à Oradour-sur-Glane aujourd’hui, pour la deuxième fois en quelques semaines.
                  Toute la gloire de la résistance va rejaillir sur lui, à 39 ans.
                  Ca a bien marché auprès des gogos avant la présidentielle, parions qu’il en sera de même pour les législatives.
                  On pourrait presque dire « si la résistance n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer ».
                   
                  Chirac l’avait bien compris lui aussi, il fallait voir comment il résistait devant la bête immonde Le Pen lors de la Présidentielle 2002 !
                  D’autant plus que la famille Chirac avait eu un comportement irréprochable durant la guerre.
                  Le Père Chirac avait emmené toute sa petite famille au Rayol-Canadel pendant la guerre, pour se planquer.
                  Oh, excusez-moi je suis en train de déraper, je voulais dire « pour fuir la présence insupportable de l’occupant ».
                  Si vous ne connaissez pas le Rayol-Canadel, c’est à côté de St-Tropez, mais en mieux.
                  La vue plongeante sur la côte et les iles d’Hyères est de toute beauté. 
                  https://www.google.fr/search?q=le+rayol+canadel&client=firefox-b&source=lnms&tbm=isch&sa=X&sqi=2&ved=0ahUKEwiM2aPpj7PUAhWOL1AKHTb7DssQ_AUIBygC&biw=1280&bih=613
                   
                  Ayons tous une pensée pour les résistants du Rayol-Canadel.
                   


                  • Jeekes Jeekes 10 juin 15:13

                    @berry
                    « Macron l’a bien compris, il fait encore de la récup à Oradour-sur-Glane aujourd’hui »
                     
                    Oui, peut-être, sans doutes.

                    Mais cette pute de micron ne s’est pas déplacée pour inaugurer la plaque commémorative honorant les morts du « Normandie-Niemen » au Bourget.

                    S’en fout micron, c’est une petite merde à la mémoire sélective.
                    Et dire qu’il y a quelques millions de cons pour aller veauter pour une ordure pareille.

                    Putain, qu’est-ce que je vais rigoler quand ils vont venir chialer, quand la marionnette rothschildienne les aura tous enculés à sec.

                    Hein, z’en pensent quoi les gruni, les fergousse, les syndicalistes, etc... Bref tous les cons qu’ont appelé à « faire barrage » au nom de l’alliance ripoublicaine ?
                     
                    Rhâââ, le pied !
                     


                  • Hallali Hallali 10 juin 13:21

                    Vous qui passez à Moscou, Allez vous assoir à l’excellente table du Restaurant-Bistro Normandie-Niemen. Fabrice, le chef vous régalera de sa cuisine française, dans une ambiance conviviale très sympathique. Les murs et étagères tout ornés de photos et souvenirs de l’escadrille Franco-Russe, qui retracent l’épopée de cette belle alliance d’aviateurs des deux pays, célébrée récemment à l’aéroport du Bourget.
                    WWW.n-nbistro.su
                    bistro.n.n@gmail.com
                    Moscou, Blagoveschensky pereulok 5.


                    • eric 11 juin 09:41

                      @Hallali

                      Je confirme !


                    • Rincevent Rincevent 10 juin 13:56

                      Près de chez moi, au terrain de vol à voile d’Itxassou (Pays Basque), il y a une stèle à la mémoire du sous-lieutenant Iribarne, disparu le 11 février 1945 en Prusse Orientale. Du temps de l’URSS, une délégation du consulat de Bordeaux venait la fleurir tous les ans. Depuis, je ne sais pas si ça a continué : http://www.aerosteles.net/stelefr-itxassou-iribarne

                      Parmi ces pilotes, il y avait quelques « De » que les soviétiques ont dû voir arriver avec étonnement. Exemple : Roland de La Poype, fils du comte Xavier Paulze d’Ivoy de La Poype (le dernier rentré ferme la porte…) mort au front en 1940. Il terminera la guerre à 25 ans comme capitaine avec 16 victoires.

                      Plus tard, il sera l’inventeur du fameux berlingot Dop, de la carrosserie en plastique de la Méhari et du Marineland d’Antibes. Une vie bien remplie.


                      • Orageux / Maxim Orageux 10 juin 15:43

                        Si vous voulez en voir restaurés et voler, venez à l’Aérodrome Musée Jean Salis à Cerny dans le 91.....

                        Sinon aux meetings aériens de la Pentecôte tous les ans, vous en voyez en démonstration avec le thème Normandie-Niémen.....

                        Superbes avions rapides aux couleurs d’époque ....


                        • damocles damocles 10 juin 18:28

                          La base aerienne 126 à Solenzara (Corse) porte le nom de « BASE CAPITAINE PREZIOSI » 


                          Ce pilote né à Vezzani ( à 50 km de la base), a partipé à la guerre en aerienne dès 1940 dans les Forces Françaises Aeriennes Libres basées en Libye et Egypte puis en 1942 il rejoint l’escadrille Normandie-Niemen 

                           Il meurt en combat aerien en juillet 1943 dans la region d’Orel en Russie ,il avait 28 ans

                          Pour l’ anecdote ,selon certains historiens (?) ,il serait le vrai père du colonnel Khadafi


                          • Pseudo 10 juin 20:39

                            Il n’y a qu’un gros problème c’est que « niémeyne » est le nom d’une rivière des pays Baltes sous le joug de l’URSS et qui en est maintenant libre, jusqu’à nouvel ordre, et qui fait partie de l’OTAN !


                            • roman_garev 10 juin 21:19

                              @Pseudo
                              Vous vous ingéniez, comme d’hab, à trouver et exposer des problèmes là où il n’y en a pas.


                              Niémen, ce n’est guère « une rivière des pays Baltes », mais un important fleuve d’Europe de l’Est, qui arrose les territoires de la Biélorussie, de la Lituanie et de la Russie.
                              Si on regarde la carte, on voit bien que pour la moitié de sa longueur il coule en pleine Biélorussie, un tiers en pleine Lithuanie et le reste forme justement la frontière entre la Lithuanie et la Russie (l’oblast de Kaliningrad).

                            • eric 11 juin 09:46

                              @roman_garev
                              Exactement. A Sovetsk, sur le pont sur le Niemen, on a attendu des heurs alors qu’il y avait 4 voitures, mon copain, le prof qui conduit les élèves sur les tombes de Normandie Niemen a voulu pisser du pont au dessus du lieu historique ou Napoléon négocia la paix à Tilsit. Un douanier à exigé un pot de vin en euros ( signe qu’on est proche de l’Europe, à Moscou à l’époque, il aurait tenté les dollars). Mais j’ai pu négocier...


                            • pipiou 11 juin 04:56

                              Article très sympa, merci.


                              • CN46400 CN46400 11 juin 08:50

                                Parmi les participants, Constantin Fedzer, Compagnon de la Libération, père du journaliste TV spécialisé dans l’aéronautique, fondateur du Musée de l’Air à Meudon (avant transfert au Bourget)


                                • Croa Croa 11 juin 09:35

                                  « sur un épisode assez méconnu »
                                  Faut pas exagérer là, cet épisode emblématique de l’amitié Franco-soviétique est connu comme le loup blanc !
                                  Merci à l’auteur.


                                  • La centrale à idées La centrale à idées 11 juin 12:14

                                    @Croa
                                    J’entendais par là « assez méconnu » parle le grand public et par le gogo journaliste censé « l’informer »


                                  • bluerider bluerider 11 juin 12:38

                                    Je le redis dans le fil : lorsque la France a décidé de rejoindre l’OTAN en Pologne, en 2014 je crois, elle y a envoyé 2 Rafales... de l’escadron Normandie Niemen, pour se livrer à des exercices militaires conjoints CONTRE la Russie. Apparemment l’Etat major de l’Armée de l’Air a eu un peu honte car avant de partir ; les mécaniciens ont effacé le blason du Normandie Niemen sur les 2 appareils. La politique étrangère française a totalement perdu la raison depuis Sarkozy et notre rattachement à l’OTAN qui joue contre nos intérêts.


                                    • sarcastelle sarcastelle 11 juin 15:10

                                      @bluerider
                                      .

                                      C’était pour ne pas se lancer dans de longues explications avec les Polonais qui n’ayant pas eu d’escadron Pomorskie-Niémen, par exemple, n’auraient pas compris pourquoi cet insigne. Ils nous eussent rappelé que le capitaine de Gaulle ne s’était pas battu dans l’armée rouge.
                                      .
                                      Si le Pacte de Varsovie avait attaqué l’OTAN, je ne pense pas que le Normandie-Niémen aurait été dispensé de participer au conflit. 

                                    • Jean 11 juin 18:29

                                      Un grand merci à votre article, n’hésitez pas à faire le même sur « ceux de la 2ème DB », peu de survivants , hélas, mais immense épopée.


                                      • flourens flourens 12 juin 11:24

                                        @Jean
                                        surtout un de la 2e DB, le second maitre Jean Motcorgé commandant du TD M10 le Souffleur qui aurait pu comme tant d’autre, sinon collaborer, du moins attendre, jean Moncorgé est plus connu sous le nom de Jean Gabin


                                      • eric 12 juin 12:39

                                        @flourens

                                        Qui cela intéresses-t-il encore à l’heure de macron.... La semaine dernière, on a envoyé une dizaine de Saint Cyriens et une dizaine de légionnaire à Narvik. Célébrations des exploits de la 13 eme DBLE, avec participation à l’époque, de Saint Hillier, général parrain de la promotion en cours de Saint Cyr.

                                        Les échos que j’en ai eu par des canaux personnels, c’est que la bière coûte 9,50 à Narvik et que le climat est pourri...


                                      • Fanny 14 juin 03:11

                                        @eric
                                        Ce général Saint Hillier (dont j’ignorais le parcours militaire) me rappelle un souvenir. Il venait parfois chercher sa fille qui était élève en spé A’2 au Lycée Saint Louis (dans la classe du « gros »). Son fiancé était dans la classe d’à côté (celle du « singe »). Lorsque ce fiancé a passé l’oral de l’X, le général assistait à l’épreuve (comme autorisé à l’époque). Le fiancé a été brillamment reçu ... 


                                      • Zevengeur Zevengeur 5 juillet 17:03

                                        Merci pour cet excellent article,
                                        je suis en train de finir les Mémoires de guerre de Charles De Gaulle et j’étais en plein dedans !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès