• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’Homme de Schrödinger » Duplicata du chaton à l’Artistic (...)

« L’Homme de Schrödinger » Duplicata du chaton à l’Artistic Théâtre

« Le petit chat serait-il à la fois mort et en vie ? » Selon la fameuse démonstration de Physique Quantique, ces deux états subsisteraient concomitamment tant qu’un observateur n’aurait pas constaté l’objectivité du résultat de l’expérience imaginée par Erwin Schrödinger en 1935.

 

JPEG - 73.4 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Philippe Escalier

  

Celle-ci consistait à enfermer un chaton durant 1h & 23m dans une boîte en présence d’un dispositif atomique qui, à terme, aurait une chance aléatoire sur deux de se désintégrer en même temps que cela détruirait l’animal considéré à la fois « vivant » et « non vivant » jusqu’à l’ouverture.

Si pour un profane en Sciences Physiques une telle observation tient a priori davantage du surréalisme que de la compréhension rationnelle, de fait, ce processus de conceptualisation quantique poursuivait Samuel Sené depuis sa jeunesse d’étudiant nourrissant l’intention précisément d’en fonder un spectacle de music-hall où un ensemble de disciplines artistiques serait au service de cette fantasmagorie scientifique avec preuves à l’appui.

 

JPEG - 68.8 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Philippe Escalier

  

En s’entourant à nouveau de son équipe créative (Eric Chantelauze & Raphaël Bancou) ayant auparavant conçu si brillamment « Comédiens ! » selon un plébiscite unanime et en partant du postulat qu’en parallèle à la procédure effectuée avec le chat, se déroulerait un processus similaire et comparatif sur l’être humain, la problématique suscitée allait pouvoir conquérir allègrement le champ d’investigation imaginaire du spectateur.

A ceci près qu’en la circonstance, le cobaye serait dupliqué, présentant à la fois mais séparément ses versants masculin & féminin sous les noms de Sacha & Sacha de façon à former simultanément un couple et deux individualités autonomes.

 

JPEG - 83.7 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Philippe Escalier

  

Bref, « être et ne pas être simultanément », tel serait le mot d’ordre multifonctionnel à suivre dans ce happening où les protagonistes seraient interprétés par un duo de comédiens, danseurs, chanteurs & musiciens, sans oublier que l’animal domestique, lui, devrait être managé, sans aucun désagrément, par un tiers sous le nom de Lazare Lechat.

En l’occurrence, nous nous rappelons avoir pu apprécier précédemment Juliette Behar dans « Madiba le Musical » au Comedia et Julien Ratel dans « La Maîtresse en maillot de bain » au Café de la gare dans des rôles, ma foi, fort éloignés de leurs présentes compositions que nous pourrions qualifier, présentement, de grandement « fantaisistes » tant la forme et le fond de ce spectacle nous sont apparus hors normes… pour ne pas dire « quantiques ».

 

JPEG - 68.5 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Philippe Escalier

  

En mettant ainsi leurs talents au diapason d’un ovni Théâtral, ces artistes font preuve de disponibilité aventurière que chacun évaluera à l’aune de son propre désir à côtoyer la pensée magique.

En effet, si le doute est une constante au sein de la nature humaine, c’est précisément dans l’épreuve du choix et donc de l’exclusion afférente que se détermine la marge de manœuvre et de liberté plutôt que de laisser l’arbitraire décider du sort de l’alternative. 

   

JPEG - 87.6 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Theothea.com

  

Au demeurant, dans une complicité générale réjouissante, le petit chat réserve une sacrée surprise à tous ses admirateurs… déjà subjugués par son abnégation tacite.

   
photos 1 à 4 © Philippe Escalier
photos 5 & 6 © Theothea.com
  
L'HOMME DE SCHRÖDINGER - **.. Theothea.com - de Eric Chantelauze & Samuel Sené - mise en scène Samuel Sené & Inès Amoura - avec Juliette Behar, Julien Ratel & Lazare Lechat - Artistic Théâtre
  

  

JPEG - 97.3 ko
L’HOMME DE SCHRÖDINGER
© Theothea.com

  


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 18 décembre 2018 07:34

    Contresens intégral, avec l’excuse qu’il est triomphant et standardisé.

    Erwin Schrödinger se foutait respectueusement de l’auguste gueule des augustes vainqueurs du coup d’état de 1927 à Bruxelles. Cette secte triomphante  encore au pouvoir de nos jours  croyait au postulat animiste Wigner-Neumann : « Moi, Moi, et Moi, grosse bête macroscopique, qui me sacre du titre d’observateur, je suis tellement tout-puissant que je puis retarder indéfiniment l’absorption de telle onde individuelle par son absorbeur, et donc empêcher la décohérence qui en résulta, rien qu’en n’observant pas  ! Et puis j’ai drôlement raison de me mettre Moi, Moi et Moi, grosse bête macroscopique, au beau milieu de l’image microphysique ! ».

    Schrödinger a poussé le bouchon jusqu’à ce que l’absurdité initiale saute aux yeux : rien dans le dispositif compliqué ne saurait si le noyau radioactif s’est désintégré dans le temps imparti, tant que l’auguste physicien copenhaguiste n’aurait daigné y pencher son auguste attention.

    Bah non, la secte Göttingen-København était, est encore, tellement arrogante qu’elle n’a pas encore perçu le sarcasme de l’apologue narquois, octante-trois ans après.

    Ceci dit, l’actrice a une jolie jupe (ou robe ?).

    J’ai aussi plusieurs fois publié le calcul démontrant l’absurdité de la prétention d’attribuer une « fonction d’onde » à un chat de trois kilogrammes. Ni même à une balle de fusil de cinq grammes. Ils se disent physiciens théoriques, et n’ont même pas encore assimilé la constante d’Avogadro-Ampère, six cent deux mille milliards de milliards de molécules d’eau dans dix-huit grammes d’eau.


    • Jonas 18 décembre 2018 13:41

      @JC_Lavau « Cette secte triomphante — encore au pouvoir de nos jours — croyait au postulat animiste Wigner-Neumann : « Moi, Moi, et Moi, grosse bête macroscopique, qui me sacre du titre d’observateur »

      La mesure en physique quantique n’a rien à voir avec la présence d’un quelconque observateur humain, elle est uniquement liée à l’interaction entre un objet quantique et un objet classique, c’est-à-dire un appareil de mesure interagissant avec la fonction d’onde d’un objet quantique.
      Cette interaction peut rapidement mener à une décohérence, c’est-à-dire à la destruction de la superposition d’états propres de la fonction d’onde, superposition d’autant plus fragile que le nombre de particules composant l’objet quantique est grand (on parle ici de quelques particules, donc, autant dire qu’un chat n’a aucune chance de se définir comme objet quantique et de se retrouver dans des états superposés comme décrits dans l’expérience de pensée de Schrödinger !).

      La « décohérence » d’un objet quantique formé de quelques particules, c’est-à-dire son passage du monde quantique au classique par l’interaction avec un appareil de mesure ou par son environnement (interactions avec des photons, des molécules, environnement extérieur instable, etc...) se fait très rapidement, elle a été démontrée par plusieurs expérimentateurs, tels Serge Haroche et David Wineland, prix Nobel de Physique 2012.

      « Ceci étant, l »être classique« est ordinairement appelé »appareil« , et on parle de son processus d’interaction avec l’électron comme d’une »mesure« . Il convient toutefois de souligner qu’on n’a alors nullement en vue un processus de »mesure« où participe un physicien observateur.
      Par mesure on entend en mécanique quantique tout processus d’interaction d’un être classique et d’un être quantique, se déroulant, par ailleurs, indépendamment de tout observateur.
      On doit à Niels Bohr d’avoir élucidé le rôle profond de la notion de mesure en mécanique quantique. »
      Mécanique quantique - Landau-Lifchitz p11 - éditions mir


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 décembre 2018 11:20

      @Jonas. Qu’est-ce que tu crois ? Bien sûr que si, ils sont encore à débattre de quantic consciousness :
      https://www.researchgate.net/post/What_is_the_relation_between_Quantum_physi cs_and_consciousness
      Du moment que c’est idiot, ça marche toujours du tonnerre.
      Toutes les sectes recrutent du pré-chtarbé. Toutes.

      L’astuce rhétorique « classique/quantique/classique/quantique » a été composée pour un usage territorial : proclamer que c’est nous qu’on est les modernes pour l’éternité, et que les incroyants sont juste des colonels de cavalerie à la retraite, bornés et au cerveau endommagé.

      Tu proclames l’existence d’ « objets », et cette croyance est classique (elle s’enseigne en classe), mais tu n’as aucune évidence expérimentale la supportant.
      Nous, nous constatons l’existence des transactions, d’ondes individuelles et d’absorbeurs. Je me demande toujours pourquoi la secte Göttingen-København, après avoir dénié énergiquement les absorbeurs, n’a pas nié aussi les émetteurs dans la foulée. Tant qu’à faire ! Ouais bof, en 1868 Gustav Kirchhoff avait remarqué que la spectroscopie d’absorption donnait exactement les mêmes transitions atomiques que la spectroscopie d’émission, mais boaf ! C’était avant, juste de la physique « classique » donc négligeable...

      A sa frontière, aussi bien ma version primitive de la microphysique transactionnelle que la doctrine officielle de l’église dominante, rencontrons une difficulté : Pour accélérer un électron, en long (comme dans un microscope électronique ou un accélérateur linéaire) ou en travers comme à l’ESRF, on ne sait pas rendre individuel (ou « quantique » si tu préfères) ni le rayonnement absorbé, ni le rayonnement émis.
      J’y travaille, et c’est moi qui aboutirai le plus vite, si vieux sois-je.
      Celle-là, en revanche, n’a aucune chance, d’où sa fureur à mon encontre :
      https://www.researchgate.net/post/What_happens_in_a_macroscopic_measurement_ on_a_quantum_object_Does_it_obey_the_collapse_postulate_or_not


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 décembre 2018 16:31

      @Jonas. Le coup des « états superposés », on va le dire en dialecte Mathurin Popeye, c’est de l’imaginature.

      Cette secte confond depuis toujours les propriétés du bruit de fond de-Broglie-Dirac, les propriétés de la poignée de mains qui démarre une transaction réussie, avec les propriétés de l’onde individuelle de transfert jusqu’à l’absorbeur.

      OK, l’admittance entre tel émetteur, et telle paire d’absorbeurs peut être ambigüe. Et alors ? De toutes façons une seule transaction à la fois va réussir. Mais ni son établissement, ni le bruit de fond dont elle a surgi n’ont jamais habité dans le macro-temps newtonien qui est enseigné en amphi et dans le L&L. La secte exprime là son désarroi que jamais la nature microphysique ne se soucie du macro-temps newtonien enseigné partout dans les amphis de MQ.

      Plein de connaissances dans le campus ne franchissent jamais la distance entre deux amphis. L’orgueil démesuré fait ses ravages habituels.


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 18 décembre 2018 07:57

      Schrödinger

      avait un chat qu’il mettait dans une boîte (imaginaire, bien sûr)...

      Cette expérience de pensée illustre un fait très simple, un observateur ne peut tout connaître car il n’est pas entièrement isolé de l’univers qui l’entoure. En fait l’univers entier est enchevêtré (entangled) mais on ne le perçoit que lorsqu’on observe un système relativement isolé, ce qui ne dure jamais très longtemps.


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 décembre 2018 11:51

        @Gilles Mérivac. On a déjà fait plus clair et plus juste. On peut isoler un petit dispositif de la plupart des photons, sauf les thermiques bas et quelques gammas peu fréquents, mais on ne l’isolera jamais des neutrinos, ni des muons issus du rayonnement cosmique.
        Enfin le bruit de fond de-Broglie-DIrac est à jamais impossible à écranter. On reçoit bien des photons émis il y a plus de quatorze milliards d’années. Selon le conte de fées dominant, qui postule un temps newtonien au sens de celui du dieu d’Isaac Newton, chargé de tout voir simultanément, l’atome qui a émis un photon il y a quatorze milliards d’années doit attendre tout ce temps là pour savoir dans quelle direction est son recul. En vertu du postulat animiste Wigner-Neumann de toute-puissance de l’observateur....


      • Taverne Taverne 18 décembre 2018 16:23

        Moi, j’irai plutôt voir la troupe des Gilets jaunes. On dit qu’elle se produit en ce moment au théâtre du Rond-Point.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès