• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’Indifférent

L’Indifférent

JPEG - 3.2 ko

« L’Indifférent »

Livre écrit par Laure Protat

Editions Arléa

Août 2014

278 pages

 

 Le sens de la vie

Ce livre n’est ni un roman, ni un récit mais un texte philosophique qui se lit aussi facilement qu’un roman.

Qu’il s’agisse du fond, du rythme et de la forme, le texte fluide nous intéresse et nous passionne de la première page à la dernière.

L’auteure qui écrit là son premier « livre » interroge et interpelle notre sensibilité.

Tout commence un sinistre 20 juillet 1999 avec le suicide par arme à feu d’Hugues Protat…

Que s’est –il passé ? Pourquoi ce geste fatal ? Ce choix de laisser là son épouse et ses deux enfants dont une fille Laure, à l’aube de ses 14 ans.

Comme indiqué sur le bandeau bleu qui entoure le livre : « Nous étions sans histoire »….

Devenue adulte, Laure continue à chercher les raisons qui ont poussé son père à vouloir tout quitter.

Elle s’adresse dans son livre à son père et finit en relisant ses carnets, à trouver des réponses mais pas toutes les réponses, il reste l’intime, les questionnements et l’incompréhension de l’adolescente devenue grande :

« Avec toi, on n’avait jamais peur, jamais peur de mal faire, jamais peur des reproches, des railleries, des rancoeurs, jamais peur de ton jugement, on ne doutait jamais de toi, et l’on croyait jamais douter de soi-même. »

Qui était donc cet homme ?

La fille et son père avaient beaucoup en commun et notamment l’amour et la soif de l’écriture, voire le tourment pour le père qui est devenu petit patron dans l’immobilier alors qu’il aurait voulu être écrivain.

Oh il en a noirci des pages, il en a adressé des manuscrits à des éditeurs qui n’ont jamais répondu ou qui ont renvoyé une lettre de refus poli !

Comment se construire quand disparaît son repère principal ?

Comment accepter qu’un père puisse ainsi nous abandonner ?

C’est une question qui taraude beaucoup de proches de personnes ayant choisi de se donner la mort, sans raison apparente.

On entre ici dans l’intime de la personne, qu’elle ait volontairement disparu ou qu’elle pleure un être aimé.

Qui ne s’est pas posé les questions du sens de sa vie ?

De la difficulté de rompre, parfois à ses rêves d’enfant pour commencer une carrière qu’on n’a pas choisie …..

Ce livre ne vous laissera ni indifférent, ni consommateur.

Il vous captivera et vous plongera peut être dans la recherche de votre identité….

Il ne m’a pas laissé indemne….

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 14 novembre 2014 23:06

    Pourquoi, ici culture rime avec « chiant » !

    Y’en a pas un qui nous ponderait un article sur un événement culturel pas emmerdant, genre la sortie du dernière album de Lucky Luke ou les dernières conneries de Mélechon sur la Révolution ?

     smiley


    • bonnot 15 novembre 2014 00:02

      Corbeau inculte , certains brûlaient des livres en Allemagne.


      • Pierre Alain Reynaud Pierre Alain Reynaud 15 novembre 2014 13:48

        Bonjour,

        Je n’ai guère l’habitude de réagir sur des articles, ne disposant que de peu de temps libre à cause de mes nombreuses occupations. Mais je dois dire que votre article a retenu toute mon attention, car je le partage en profondeur. Le hasard a fait que j’ai pu lire aussi de mon côté, le livre de Laure Protat, et comme vous, j’apprécie beaucoup cet ouvrage qui ne peut pas laisser le lecteur insensible. En ce qui me concerne, « L’indifférent » m’a ému certes, mais m’a aussi bouleversé lors de certains passages, et il est dommage que la presse n’en parle peu.
        De votre côté, je ne peux que vous féliciter d’avoir voulu mettre en exergue ce livre en publiant un article sur Agoravox. C’est une manière citoyenne de faire découvrir aux autres la valeur de certains ouvrages, souvent ignorés des médias qui préfèrent promouvoir hélas, « Merci pour ce moment » ou « Le suicide français ».
        Cordialement
        Pierre Reynaud


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires