• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La Compagnie Emilie Valantin s’attaque au mythe de Faust

La Compagnie Emilie Valantin s’attaque au mythe de Faust

Devant un groupe de fidèles, dans sa petite salle de spectacles de l’Espace Aden, au Teil (Ardèche), la Compagnie Emilie Valantin a testé son nouveau spectacle en cours de création : « Faust et Usages de Faust ». A ce stade, le décor n’existe pas, les marionnettes non plus, mais l’essentiel du texte est là, habile synthèse entre le Faust original de Philippe Marlowe et celui de l’opéra de Gounod, lui-même très inspiré de Goethe. Il ne manque que la fin, pour laquelle, confiait Emilie Valantin, quelques hésitations demeurent. C’est que la double inspiration de ce « Faust et Usages de Faust » laisse une question en suspend : quel Faust retenir ?

Né en pleine Renaissance sous la plume d’un auteur anonyme, le mythe de Faust est le type même du récit populaire dont la forme et les détails évoluent sans cesse mais dont la signification reste toujours la même. Faust exprime le tiraillement entre deux mondes, celui du Moyen-âge, dans lequel l’homme est sous la tutelle de Dieu, et celui de la Renaissance, qui commence à affirmer la primauté de l’individu. Or, le défi lancé à Dieu se termine toujours par la chute et la punition du héros. En ce sens, le mythe est passéiste et même réactionnaire. Le dramaturge anglais Philippe Marlowe donnera à cette conception sa forme la plus achevée.

Avec Goethe, figure de prou du romantisme allemand, le mythe change radicalement de nature. Le rationalisme des Lumières a triomphé et il n’est plus question de remettre en cause la volonté de l’homme de maîtriser la nature. Mais à la fin du XVIII ème siècle, l’enthousiasme n’est plus de mise. La révolution française s’est abîmée dans la terreur puis dans les guerres napoléoniennes ; les religions sont de retour et le développement de l’industrie coïncide avec la naissance d’une classe ouvrière très miséreuse. Le monde nouveau est moins beau qu’espéré, d’où l’attitude anxieuse des romantiques qui constatent à la fois l’irrépressible besoin d’un idéal et l’impossibilité pratique de l’atteindre. L’interprétation de Goethe est au coeur même de cette contradiction. Ainsi, la volonté de connaissance dont Faust fait preuve dégénère en volonté de puissance, de même qu’il confond souvent le plaisir avec l’amour. Selon les termes du pacte passé avec le diable, il devrait finalement être damné. Mais son désir d’un amour authentique, sa volonté de s’élever lui permettent de se racheter aux yeux de Dieu, qui choisit de le sauver.

Créateur et acteur de ce nouveau spectacle, le comédien Jean Sclavis semble avoir pris parti pour le non-choix, afin de ne retenir finalement de toutes les versions de Faust que « le plus petit dénominateur commun » ; à savoir « une mise en garde contre l’obtention d’un « bonheur » trop facile ». L’ambition semble modeste et bien loin, en tout cas, des interrogations métaphysiques des grands textes d’origine. Mais dans un monde occidental en perte de vitesse et de valeurs, cette réduction de Faust est sans doute davantage en phase avec notre époque. Le personnage joué par Jean Sclavis ressemble ainsi beaucoup à l’homme occidental moderne, muré dans son individualité, « anti-héros insatisfait, comique et tragique, nihiliste et jouisseur… »

Après un « Cid » de glace qui a propulsé la compagnie au plus haut il y une quinzaine d’années, après un « Scapin » qui a été joué dans le monde entier et une « Courtisane Amoureuse », tirée des ?uvres grivoises de La Fontaine, dont la belle carrière s’achève, la Compagnie Emilie Valantin a besoin d’un nouveau spectacle pour maintenir son rang : l’une des 4 ou 5 grandes compagnies de théâtre de marionnettes de France et l’une des rares à bénéficier d’une véritable notoriété internationale. Il est difficile de prévoir à l’avance quel sera le destin d’un nouveau spectacle. Mais de ce que nous avons pu voir de ce « Faust et Usages de Faust », nous pouvons déjà tirer une conclusion : 35 ans après sa création, la Compagnie Emilie Valantin n’a pas encore épuisé ce qu’elle avait à nous dire…

 

Liens :

Librescape, interview d’Emilie Valantin :

http://www.librespace.com/Faust-et-usages-de-Faust-le

Site de la Compagnie :

http://www.cie-emilievalantin.fr/


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • OrrinQuest 26 janvier 2012 09:18

    Vous voulez bien entendu parler de Christopher Marlowe (dramaturge) et non de Philippe Marlowe (détective créé par Raymond Chandler).


    • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 26 janvier 2012 09:39

      Evidemment, il s’agit bien de Christopher Marlowe. Je suis confus de ce lapsus. Mon inconscient m’a trahi...


    • Sylvie Martel 2 février 2012 16:33

      Je connais cette compagnie : j’ai pu voir la « Courtisane Amoureuse », spectacle un peu cérébral mais étonnant, pour de la marionnettes ! C’est incontestablement du haut niveau artistique. Si l’occasion se présente, j’irai sûrement voir ce Faust...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires