• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La croisée des chemins

La croisée des chemins

Comment ne pas se retourner ?

Il est des moments que l’on redoute tout en sachant dès le départ qu’ils sont inéluctables. Vous avez beau vous dire qu’il ne sert à rien de s’en inquiéter, qu’il faut accepter l’inévitable, prendre ce tournant avec philosophie, quand le carrefour se présente à vous, le cœur bat la chamade et le temps des regrets s’impose à vous.

Vous ralentissez le pas, cherchant alors un moyen de contourner le problème, de rester en suspens afin que rien de définitif n’arrive. Vous faites une halte, une pause qui espère arrêter la fuite éternelle du temps. Vos songes vous poussent dans une autre époque, celle d’un chemin parsemé de roses. Celui qui se présente à vous est couvert d’épines, le paysage a été bouleversé.

Vous saviez que cette époque merveilleuse ne pouvait durer. Vous vous étiez convaincu pourtant que rien ne pouvait vous arriver, que vivre d’illusion et de fiction était possible à jamais. Vous alliez insouciant vers ce moment douloureux que vous vous refusiez de percevoir. Le marcheur a parfois la tête dans les étoiles et peut ne pas voir venir les gros nuages qui s'amoncellent sur sa route.

Quand le coup de tonnerre claque, quand le mot fin s’inscrit sur le rêve qui se dévidait sans que vous n'en ayez conscience, vous découvrez que vos pas vous ont éloigné de ce moment unique, que vous avez tourné le dos à ce passé merveilleux. Il conviendrait d’envisager une autre direction, d’anticiper ce qui ne pouvait se passer autrement mais vous étiez aveuglé par l’instant, vous vous laissiez porter par vos illusions.

La croisée des chemins, c’est une évidence, vous impose de choisir une nouvelle étoile, un repère dans le ciel ou bien à l’horizon pour partir d’un autre pied. Il convient pourtant de ne pas oublier ce qui était un doux rêve, il vous appartient de le ranger dans l’armoire des souvenirs, une armoire qui doit s’ouvrir avec parcimonie au risque de ne plus saisir le temps qui vient et les opportunités qu’offre toujours l’existence.

Le carrefour est dangereux, il est une sourde menace. Vous pouvez vous engager dans une impasse, choisir une route non carrossable, parsemée de nids de poule et de dos d’âne, emprunter une voie d’eau qui vous conduira au naufrage, prendre la poudre d’escampette en tombant dans tous les pièges, marcher les yeux fermés pour confier votre destin à l’aléatoire. Vous devez ouvrir les yeux, prendre garde de ne pas laisser filer le train, donner des priorités qui sont nouvelles et choisir enfin une bifurcation et s’y tenir.

Se retourner serait alors la pire erreur. En agissant ainsi, vous oublieriez de regarder où vous posez votre pas. Il y aura forcément des cailloux sur la route, des ornières et des fossés, des bons compagnons et de mauvaises rencontres, des sollicitations douteuses et de belles opportunités. C’est l’esprit dégagé, la tête haute, le pas assuré que vous suivrez votre voie. C’est ainsi qu’il convient d’avancer sans connaître le terme du voyage.

Ne cherchez pas à prendre un chemin de traverse, il ne retournera pas de là où vous venez. S’il est escarpé, si sa pente est rude, si son tracé est incertain, s’il semble conduire vers des territoires inquiétants, c’est peut-être celui qui mènera vers le nouveau bonheur, une aventure plus belle encore ou simplement différente. Rien n’est jamais aisé dans l’existence, les tapis rouges sont des fausses pistes aux promesses vaines. Plus c’est dur, plus la voie est prometteuse.

Alors, ayant fait le point, visionné une dernière fois ce qui fut une bel épisode, vous partez en sifflotant vers une nouvelle destination, le cœur certes lourd du passé qui s’étiole mais l’espoir chevillé au corps que de nouveaux lendemains vous enchanteront. Faites donc confiance au vent, il vous poussera délicatement, faisant de chaque enjambée, une promesse future. Bon voyage, la route n’est jamais certaine mais c’est en cela qu’elle est enchanteresse.

Marcheusement sien.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 4 octobre 12:20

    « Entre Saint-Michel (29 septembre) et Saint-François, prends ta vendange telle qu’elle est, à Saint-Denis, prends-la si elle y est encore. »


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 14:56

      @Mélusine7

      Donnez moi la main !



    • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 16:02

      @Mélusine7
       Seriez vous mon Ange ?


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 4 octobre 16:22

      @C’est Nabum


      Je sais Nabum, c’est TRES TRES indiscret, mais quelle est votre date de naissance ? 

    • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 16:27

      @Mélusine7

      Le jour de l’équinoxe d’automne quand naquit la cinquième


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 4 octobre 16:37

      @C’est Nabum


      Mathieu ou Maurice ?

    • juluch juluch 4 octobre 12:22

      Avez vous pris le bon chemin Nabum ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 14:56

        @juluch

        J’avance, qu’importe le chemin ! 


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 4 octobre 16:39

        On dirait du Stendhal passé à la moulinette du Readers Digest...
        Vous envisagez une reconversion dans les radios pour adolescentes prépubères ?


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 4 octobre 16:48

          LAVIGUE : Retournez à vos PIEDS BOTS DE POULES.


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 17:10

          @Robert Lavigue

          Vous n’aimez pas les navets ?


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 4 octobre 18:46

          @C’est Nabum

          Vous n’aimez pas les navets ?

          Tous les jours ? Non !
          Mais je comprends le désarroi du producteur de navets qui ne trouve pas de débouchés pour ses sous-produits frelatés.

          Vous avez essayé de vous exhiber dans les conserveries ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 06:06

          @Robert Lavigue

          Faites une soupe



        • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 10:41

          @Mélusine7

          Ignorez ce personnage
          Il a des vers sans doute


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 5 octobre 10:59

          @C’est Nabum


          Vous « navet » pas répondu. Vous êtes né le jour de la Saint Mathieu ou celui de Saint Maurice ?

        • marmor 4 octobre 18:02

          Vous nous quittez Orléans ? Au revoir ou adieu ? J’espère que les méchantises de Lavigue ne vous pousseront pas à commettre l’irréparable !


          • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 18:26

            @marmor

            Patience !


          • marmor 4 octobre 19:40
            @C’est Nabum
            Mais vous ne me gênez pas, au contraire ! On n’a pas l’occasion de rire beaucoup ces temps ci, alors vos salmigondis et les réactions qu’ils produisent me réjouissent, Merci d’Orléans !

          • marmor 4 octobre 19:43
            @C’est Nabum
            Mais vous ne me gênez pas, au contraire ! On n’a pas l’occasion de rire beaucoup ces temps si, alors vos salmigondis et les réactions qu’ils génèrent me réjouissent ! Merci d’Orléans !!

          • C'est Nabum C’est Nabum 4 octobre 20:26

            @marmor

            Vous aurez ma tête sur un plateau


          • Bernie 2 Bernie 2 4 octobre 22:37

            Adieu dubêret, franchement je verserai une larme. Si si.

            Si vous prenez Melusine de LSD en prod avec vous, je pleure des deux yeux, promis.

            Melonnez bien sur le Loire, je promais de toujours vous éviter. Mais comme un bonimenteur avec son casier à moules n’as pas besoin d’internet, je comprendrais votre silence. Voguez.
            Une victoire avant l’EHPAD

            Sans regrets.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires