• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La cybermigration maritale

La cybermigration maritale

Culture ou société ?

La cybermigration se développe avec l'arrivée en Europe de jeunes femmes africaines accompagnées de leurs maris européens venus les chercher.

Faut-il adopter une position moraliste ?

Certainement pas. C'est un moyen commeun autre de faire connaissance et de construire des couples.

Les cyberrelations se développent avec au bout des conclusions ; alors pourquoi pas une cybermigration ?

Le livre de Brice Arsène Mankou apporte des éléments sérieux à notre réflexion.

La « cybermigration maritale »

Des femmes camerounaises

La quête de conjoints blancs

De Brice Arsèse Mancou

Editions L’Harmattan Cameroum

Avril 2014

152 pages et références bibliographiques en sus

 

 Un espace virtuel et réel mondialisé

Ce livre d’essai se lit facilement, ce qui constitue un atout.

Le lecteur rentre tout de suite dans la problématique. C’est un sujet original et d’actualité.

Les Technologies de l’Information et de la Communication ( les TIC) se développent et aujourd’hui ce « phénomène » est mondialisé.

Brice Arsène Mankou nous entraîne dans les nombreux cybercafés qui existent à Yaoundé. Nous allons en fréquenter quelques- uns, pas tous, il y en a plus de 400 dans cette capitale politique du Cameroun.

Des femmes de tous les âges, mais surtout des jeunes, trentenaires pour la plupart passent des heures et des heures à pianoter.

Elles recherchent un mari, un blanc si possible riche ou du moins installé…. L’âge importe peu.

Cette quête est souvent collective, les familles africaines s’impliquant d’une façon ou de l’autre.

L’enjeu est personnel, familial, social et financier.

Il ne s’agit dans ce livre ni de masquer la réalité, ni d’idéaliser, ni de condamner une pratique « de masse », mais de l’étudier et d’en montrer toutes les faces.

Certains couples constitués tiendront, d’autres non :

Des européens vont se retrouver dépossédés d’une partie de leur argent renvoyé au pays pour aider la famille restée là-bas, des camerounaises vont se faire berner, l’époux n’étant ni propriétaire, ni aisé….Des mariages heureux seront contractés… rien n’est simple.

« Ces mobilités démontrent qu’aucun peuple ne peut se réclamer de tel ou tel espace sans avoir recours au brassage avec les autres peuples ».

Des brassages sont réussis, d’autres sont plus difficiles, notamment quand les couples formés doivent affronter les réactions négatives des familles et des proches.

Derrière les écrans d’ordinateur, il y a l’imaginaire qui joue et le jeu de la dissimulation de part et d’autre, tout mariage TGV a une part de risque en plus.

« Lorsque le réel rencontre le virtuel, des déceptions éclatent » certes mais parfois ces migrations féminines aboutissent à un projet de vie réalisé.

C’est une étude rigoureuse, étayée, passionnante et accessible à tout public.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Garance 5 mai 2014 11:17

    Bien : je note que Chalot encourage ce qui est ni plus ni moins que de la cyberprostitution

    On avait déjà la cybercriminalité sous toutes ses formes venant des pays d’Afrique

    http://www.ambafrance-ci.org/Cybercriminalite-Alerte-aux

    http://www.laborpresse.net/cybercriminalite-le-phenomene-des-arnaqueurs-brouteurs-en-expansion/

    Nouveau combat de Chalot : « Vive la Ciberprostitution  »


    • Txotxock Txotxock 5 mai 2014 11:41

      « Derrière les écrans d’ordinateur, il y a l’imaginaire qui joue et le jeu de la dissimulation de part et d’autre, tout mariage TGV a une part de risque en plus. »

      Et dans la vrai vie, non ?


      • Féraud 5 mai 2014 11:47

        Madame Garance, je ne connais ni l’auteur, ni le livre mais c’est quoi la prostitution ;

        Quand un couple veut que sa fille se marie et qu’elle choisit le futur : cela se fait dans nos campagnes .

        • Garance 5 mai 2014 12:30

          Féraud

          Ah oui ? elles se trouvent ou vos campagnes ?

          Celles que je connais sont sorties depuis belle lurette des années 30 du siècle dernier

          La prostitution ? : comment le dire pour cela vous soit compréhensible ?

          Essayons :

          La prostitution c’est quand des gens envoient , via Internet , leur fille se « marier » dans des pays soit-disant riches en éspérant en retirer des bénéfices tout en se foutant bien du sort de leur fille dont ils se débarrasse par la même occasion.

          Ce qui fait de ces « Parents » des proxénètes , ni plus ni moins

          Ai-je été assez explicite ?

          Sinon : prenez un dictionnaire ou mieux : Google : tapez : prostitution


        • Garance 5 mai 2014 12:40

          Féraud

          Il y a aussi dans les « espoirs » de ces proxénètes celui du rapprochement familiale cher à Chalot

          Les frères....les cousins....des tribus entières pour repeupler vos campagnes

          Le Larzac , le soir au son des djembés : j’ai hâte d’y être  smiley


        • jako jako 5 mai 2014 11:51

          Bonjour Chalot, vous me surprenez un peu là, je ne vois pas trop ou est le problème ?


          • non667 5 mai 2014 13:39

            à chalot
            L’âge importe peu.

            tout est dit
            ou comment promouvoir la traite des négresses ?
            il suffit de l’habiller d’humanitaire et les « chalots » (parlé auvergnat ! smiley smiley smiley arrivent  !


            • non667 7 mai 2014 12:02

              l’actualité me donne raison !
              en afrique des djihadistes enlèvent plus de 200 lycéennes pour les vendre comme esclaves (domestique et + même sans affinité ! )
              les braves gens qui luttent contre le chaumage ! smiley smiley smiley smiley


            • Montdragon Montdragon 5 mai 2014 14:36

              Ahhhh la gauche catho !
              Après avoir adopté partout, sauf en France, au nom du mondialisme, les voilà maintenant à jouer au sugarwhitedaddy.
              A Mada, ça monte à 10 000 € le mariage, en guise de dot.
              Attention, effet pervers parfois : la famille débarque et tu voit plus tes gosses...pleure maintenant.


              • Rincevent Rincevent 5 mai 2014 19:39

                On parle beaucoup de la partie africaine mais qu’en est-il de la partie européenne ? Outre les amateurs (âgés) de chair fraiche, j’ai pu constater autour de moi une constante : ces messieurs cherchent des épouses « traditionnelles » c.a.d. bien à leur main y compris financièrement, pas comme ces « locales » avec lesquelles ils sont incapables d’avoir des relations équilibrées. J’en connais même d’assez racistes mais pour baiser et dominer ça ne leur pose pas de problèmes…


                • titi 5 mai 2014 20:12

                  @Chalot

                  Vous êtes touchant de naïveté...

                  Ces filles (et ces garçons car ca existe aussi) , si elles font un mariage d’amour c’est l’amour de la carte d’identité siglée République Française.

                  Rien de plus.


                • CHALOT CHALOT 7 mai 2014 10:36

                  titi !

                  Ce n’est pas de la naïvité mais la recension d’un livre qui donne des informations sur un fait de société.
                  La motivation de ses filles est double :
                  - aider leur famille
                  - changer de condition en rejoignant l’éldorado

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires