• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La Décapole alsacienne au coeur de la féodalité chrétienne, perpétuation (...)

La Décapole alsacienne au coeur de la féodalité chrétienne, perpétuation des coutumes danes, à travers les hanses/ligues hanséatiques ?

Pendant plus de 300 ans, en plein cœur de la féodalité chrétienne triomphale (de 1354 à 1679) va s'épanouir, en Alsace, ce qu'on a nommé la Décapole.
 
Qu'est-ce que la Décapole ?
 
La Décapole est l'union de dix-douze villes franches, libres dans leur organisation et dans leur défense, affranchies d'un seigneur. C'est donc que ces villes étaient suffisamment fortes pour négocier leur indépendance. Mais en outre, elles formèrent une association d'intérêts.
 
Pendant trois siècles, les clercs et les corporations de métier vont échanger des apprentis, des savoirs et compétences, en plus des alliances diplomatiques et des soutiens militaires.
 
Haguenau, Colmar, Wissembourg, Turckheim, Obernai, Kaysersberg, Rosheim, Munster, Sélestat, Mulhouse (de facto jusqu'en 1466, officiellement jusqu'en 1515 et son alliance à perpétuité avec la Confédération suisse) ... ainsi que Seltz (entre 1358 et 1418 environ) et Landau (à partir de 1521) ... deux villes supplémentaires trahissant, comme cela arrive souvent dans les cas de succès, le nom initial de Décapole, du fait de sa croissance.

 

 

JPEG - 142.9 ko

Source de l'image - ville de Kaysersberg
étymologiquement "Montagne de l'Empereur" (Kaiser, en allemand)
aujourd'hui abrégé en KB, pour les intimes.

 

 

Recontextualisé dans l'époque, la Décapole est une énième Hanse ou Ligue Hanséatique. Les Hanses réunissaient précisément plusieurs villes, dans le monde Dane. Rien d'étonnant à ce que la bourgeoisie alsacienne (les habitants des bourgs en Alsace ...) ait récupéré cette coutume nordique-orientale.
Le tout, à la frontière franque du Saint-Empire Romain Germanique, empire constitué d'associations de principautés, ayant traversé toute la féodalité jusqu'à l'ère moderne (c'est Napoléon qui y met fin), depuis Charlemagne et la division de son empire par ses petits-fils (en l'occurrence Lothaire Ier).
 
Cet empire, dans la démarche, est le pur produit de la Danisation de l'empire romain quelques siècles plus tôt, doublé de son évangélisation. Le prestige associé à Rome et au Christ alors, est allé jusque dans les sombres forêts d'Hercynia (la terrible forêt centre-européenne selon les Romains qui, au sommet de leur gloire païenne, se heurtèrent au Chérusque Irmin, Arminius de son nom de formation latine - plus ou moins bien mis en scène dans la série Barbares ... et Hercynia, à ne pas confondre avec la fictive daedra Hircine tirée du jeu vidéo Skyrim qui s'inspire de l'antique nom ...).



Pour en revenir aux hanses, l'étymon du terme hanse lui-même, proviendrait d'un vieux terme anglo-saxon (entre les antiques Danemark, Pays-Bas et l'Angleterre - donc). Les hanses désignaient des troupes de soldats alors. Ceci étant, comme toutes les racines nordiques nord-orientales, les premières attestations du mot hanse datent de l'ère viking (à partir de Charlemagne, grosso modo).
 
Autant vous dire que, des troupes de soldats capables de se battre pour leur défense, dans une époque encore étrangement païenne malgré l'évangélisation, jusqu'aux ligues hanséatiques capables d'assurer leurs défenses, en plein cœur de la féodalité chrétienne triomphale, contemporaine des débuts de l'époque moderne ... il y a comme un lien.

 
Pas étonnant peut-être, que les capitalismes danois, suédois, allemand et suisse, soient des "capitalismes sociaux" où l'on se met plus facilement "autour de la table" pour discuter avec les différents partenaires, syndicats compris, en évitant de tout de suite diriger autoritairement et militer contre rebellement ...
 
Vieille réminiscence du Þing ?

Mais ceci est une question sociétale échappant à ce point historique. (Et que l'on soit rassuré : des qualités et des défauts, selon notre caractère et notre culture, on en trouve à tout.)
 
Bref.

 

 

 

 

___________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 août 2021 10:22

    Engels a développé ces questions dans « L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat », chapitre 7 :

    Mais ce ne sont pas leurs [les Germains] qualités nationales spécifiques qui ont rajeuni l’Europe, mais simplement ... leur barbarie, leur organisation gentilice. [...]

    Leur valeur et leur bravoure personnelles, leur esprit de liberté et leur instinct démocratique qui voyait dans toutes les affaires publiques une affaire personnelle, bref, toutes les qualités qu’avaient perdues les Romains et qui seules étaient capables de modeler, avec le limon du monde romain, des États nouveaux et de faire grandir des nationalités nouvelles - qu’était-ce donc, sinon les traits caractéristiques du Barbare du stade supérieur fruits de l’organisation gentilice ? [...]

    Si, au moins dans trois des pays principaux - l’Allemagne, la France du Nord et l’Angleterre -, ils sauvèrent et transportèrent dans l’état féodal un lambeau de véritable organisation gentilice sous la forme des communautés de marche, et s’ils donnèrent ainsi à la classe opprimée, aux paysans, même sous le plus dur servage médiéval, une cohésion locale et un moyen de résistance tels que ni les esclaves antiques, ni les prolétaires modernes n’en trouvèrent à leur disposition, à quoi cela est-il dû, sinon à leur barbarie, à leur système exclusivement barbare de colonisation par lignages ?

    Concernant la continuité du tempérament particulier de ces peuples, il a aussi rédigé « La guerre des paysans en Allemagne », dont le théâtre est la hanse.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 8 août 2021 21:04

      Barbare est un terme gréco-romain. Il désigne ceux qui ne parlent ni grec ni latin. Il n’y a rien de rageux dans ce terme.


    • Fergus Fergus 7 août 2021 14:49

      Bonjour, l’auteur

      Un texte très intéressant, terminé par une conclusion très pertinente sur l’héritage socio-politique des pays cités.


      • Jérémy Cigognier Ariovis 8 août 2021 21:04

        En vous remerciant.


      • Fergus Fergus 7 août 2021 14:55

        Un mot sur le diminutif « KB » : pour la plupart des gens il s’applique au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), une commune nettement moins séduisante que Kaysersberg*.

        * une petite pensée pour l’une des figures du village, Roger Hassenforder, décédé il y a quelques mois.



        • Jérémy Cigognier Ariovis 8 août 2021 21:05

          Si vous voulez tous.


        • titi titi 8 août 2021 23:10

          @L’auteur

          La Hanse a été capable de faire la guerre au roi du Danemark, de percer des canaux, de détourner des rivières.

          Ces marchands n’étaient certainement pas des bisounours.

          Les marchands s’organisaient en famille : tel tenait une société à Lubeck, le frère tenait la filiale de Hambourg, le gendre la filiale de Riga.

          « à la table » ce n’était que des frères, des soeurs, des cousins, des gendres, tous associés.

          Niveau « dialogue social », j’ai un vrai doute.

          La Hanse, était finalement assez peu diversifiée : sa puissance économique s’appuyait sur l’économie du hareng : le hareng en lui même, le sel pour le conserver, le bois pour le fumer.

          Et avec l’assurance de le vendre, puisque les interdits religieux proscrivaient la viande une bonne moitié de l’année.

          Comme l’OPEP de nos jours : ils étaient assis sur une rente, ils n’ont pas chercher à se diversifier. La Hanse était condamnée.

          Par contre ce qui est sûr c’est vu les échecs qu’à connu l’Allemagne pour se constituer en état impérialiste, le souvenir de la Hanse, comme outil de domination économique sur toute l’Europe du Nord, c’est le modèle dont les Allemands rêvent.

          D’ailleurs lorsqu’ils ont créé leur compagnie aérienne nationale, ils l’ont appelé Lufthansa : la Hanse de l’air....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité