• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La démocratie totalitaire, penser la modernité post-démocratique (...)

« La démocratie totalitaire, penser la modernité post-démocratique »

Matthieu Baumier, auteur de L’Antitraité d’athéologie : le système Onfray mis à nu, vient d’écrire un nouveau livre sur la post-démocratie, ce monde dans lequel nous vivons qui se confond de plus en plus avec une démocratie virtuelle aidée par une propagande politique et médiatique toute puissante. Ce sont souvent des thèmes que j’ai abordés dans mon blog. Je ne peux qu’être d’accord avec Mathieu Baumier, même si j’aurais aimé un approfondissement de ces sujets. Toutefois il met bien en évidence la primauté du bien particulier, une des principales caractéristiques de la post-démocratie, alors que l’idée républicaine implique que le bien commun prime sur le bien individuel. Je crois aussi que cela ne peut que s’aggraver. Chaque communauté demande de plus en plus de droits.

Cet auteur constate que deux écrivains français ont perçu cette post-démocratie : Houellebecq avec son acceptation de ce monde terriblement nihiliste, et Maurice G. Dantec qui, lui, combat le nihilisme sous ses différents aspects. Mathieu Baumier nous met en garde contre la montée totalitaire de l’islamisme radical. On a peur de désigner ce mouvement par les mots fascisme vert, pourtant l’auteur nous précise que le terme fasciste provient du monde arabe, qui est confronté à ce problème, mais nous ne voulons pas le voir, comme au temps de la dictature communiste en URSS où les régimes totalitaires étaient soutenus par les intellectuels français. Dans ce livre, un chapitre est consacré à François Bayrou, qui dit tout « haut ce que chacun sait tout bas : la post-démocratie est un haut lieu des collusions d’intérêts entre politiques, industriels et journalistes ».

Il se forme ainsi une fracture entre ce que les médias disent et ce que les gens vivent. « En post-démocratie, la seule information est celle de la propagande. Il n’est plus d’information, il n’est que des propagandes (...) L’ère de l’émotion a remplacé celle de l’analyse des faits. »

Par contre sa critique de Nietzsche ne me paraît pas opportune. Même si ce philosophe était profondément antichrétien, il a apporté beaucoup de réflexions intéressantes pour nous aider à combattre les dérives de l‘humanisme issu, il est vrai, du christianisme : égalitarisme, compassion, moralisme... D’ailleurs Maurice G. Dantec lui aussi utilise beaucoup de ces concepts pour combattre le nihilisme. La pensée de Nietzsche est l’une des plus vivifiantes de ces derniers siècles. Matthieu Baumier préfère appeler à la rescousse des auteurs tels que Bernanos et Zinoviev, avec de nombreuses citations à l’appui. Il aborde aussi le thème de la personne humaine à travers le personnalisme, concept développé par Emmanuel Mounier.

Cet ouvrage, en dénonçant cette démocratie formelle et ce nihilisme qui s’installe sous nos yeux, apporte quelques réponses pour défendre une démocratie qui passe, selon l’auteur, par une redécouverte du christianisme, certes, mais je pense qu’une redécouverte de la pensée de Nietzsche est aussi nécessaire pour dépasser le nihilisme vers lequel nous nous acheminons.

La démocratie totalitaire : penser la modernité post-démocratique, Matthieu Baumier.


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 2007 10:31

    Bonjour,

    autant dire que je suis d’accord avec votre mot de conclusion

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=19275

    Et si in lit Ecce homo, on comprend que Nietzsche a vécu une expérience évangélique, se considérant comme né une deuxième fois, de l’Esprit !

    Comme quoi, un Nietzsche peut en cacher un autre. Il n’est pas contre le christianisme en tant que vie spirituelle mais en tant que système figé


    • Céline Ertalif (---.---.9.238) 22 février 2007 12:30

      En post-démocratie, la seule information est celle de la propagande. Vrai sujet, me semble-t-il. Mais en a-t-il jamais été autrement ? Et, surtout, comment faire pour qu’il en soit autrement ?


      • Fabrice Trochet Fabrice Trochet 22 février 2007 13:02

        Je pense qu’au début du 20°siècle il y avait une plus grande diversité de la presse. J’ai eu l’occasion de lire cette presse. Elle était très riche. Il y avait plein de petits journaux. Il y avait plusieurs « proagandes ». L’aide aux journaux n’est sans doute pas un bien. En même temps les gens sont assez critiques envers les médias. On pourait dire aussi que les français n’ont pas suivi les conseils de vote des médias lors des 2 dernières élections.


      • Cosmic Dancer (---.---.31.236) 22 février 2007 15:24

        @ Fabrice :

        Bonjour et bravo pour ton article. Et à propos de petits journaux, quelques aires de résistance existent localement, comme la Lettre à Lulu (http://www.lalettrealulu.com) dans ta région smiley


      • Fabrice Trochet Fabrice Trochet 22 février 2007 20:06

        @ Cosmic,

        Merci pour ton messsage. Concernant « la lettre à Lulu » je les avais contacté pour l’affaire du pseudo attentat du prefet Dermouche à Nantes. Ils n’avaient pas voulu enqueter sur cette affaire. Mais c’est vrai que c’est toujours positif d’avoir une pluralité de journaux. A Angers il y a une fausse pluralité puisque les 2 journaux Le courier et l’Ouest-France appartiennent au même groupe.


      • (---.---.37.71) 22 février 2007 13:49

        "« haut ce que chacun sait tout bas : la post-démocratie est un haut lieu des collusions d’intérêts entre politiques, industriels et journalistes ».

        Et ? Rien de bien nouveau sous le soleil, et je ne vois pas où est le probléme. Vous vous imaginez peut être que les fonctionnaires, les syndicats, les média publics, les hommes politiques de gauche, les mutuels étudiante, les « artistes » subventionnés, le monde associatif subventionné, les dirigeants d’entreprise nationalisé, aussi, ne font pas tous ensemble « collusion » pour défendre leur interets propres et pécuniers sous des prétextes divers et variés ? Arretez donc d’être naif !

        Tiens, des énarques à la tête de entreprises nationalisés ! Comme c’est étrange ! c’est pas pour le bien du peuple que l’Etat a emprunté pour acheter ces entreprises ? AH AH AH AH AH !!

        Il se forme ainsi une fracture entre ce que les médias disent et ce que les gens vivent.

        Enfin Sarkozy vint ! Vive Sarko !

        (Le pen aussi, d’ailleur, dit des choses interdites par le politiquement correct et la non pensée unique.)

        « « En post-démocratie, la seule information est celle de la propagande. Il n’est plus d’information, il n’est que des propagandes (...) L’ère de l’émotion a remplacé celle de l’analyse des faits. » »

        Désolé, mais la Démocratie C’EST CA, justement.

        Il n’y a pas grand monde en France qui s’y connait en gestion, en économie et en géopolitique (pour prendre les matiéres de bases). Les hommes sont inégaux, et on n’y peut rien. Même avec des connaissances semblables, si c’était possible, il resterait qu’il y a et aura toujours des crétin, des génies, des médiocres, c’est la vie, et pourtant tous ont le même poids politique.. Un fils de prolo diplomé reste un prolo, avec un esprit de prolo, un façon basse de penser, quelque soit son revenu (Pan dans Marx !). Un prolo pas plus qu’un immigrés ne peuvent devenir Bourgeois ou Français avant plusieurs génération, plusieurs siécles, sauf exception d’autant plus remarquable qu’elles sont rares. Bon Sang ne saurait mentir, mais mauvais sang non plus !

        Donc les gens votes selon l’image, et leur mythologie personnel, ce qui est totalement irrationel, comme la Démocratie. Pire, il semblerait qu’à gauche on vote surtout « pour se battre contre » et pour défendre ses interets particuliers ! (Au passage, la démocratie est la forme corrompu de la République -de la Polis, comme dit l’autre. Le fait de parler tout le temps de « démocratie » comme d’une chose positive prouve bien la décadence et la corruption des esprits..)

        Vous pensez bien que seule une élite comprend réellement l’enjeu et les tenants et aboutissants de la politique. Par exemple la dette les gaspillage et le surnombre de fonctionnaire était déja au coeur de la campagne de 2002 -Pas de la campagne public cependant. Ces histoires d’argent passe largement au dessus de la tête de l’electeur de base et des gens simples qui peuple nos média. Ils s’imaginent peut être lutter contre le libéralisme ? Sauver les Services pulbics ? Ils ne font qu’accumuler des dettes sur leur têtes, celle de leur enfants, et petits enfants (oui, ca va jusque là !).

        Bref, le moins irrationel, c’est de voter sarko, car c’est encore lui qui fait le moins de démagogie, et qu’au moins il va chercher à résoudre les vrai problémes du pays, sans s’occuper de symbole à la con qui n’ont aucune importance réelle.


        • (---.---.53.203) 22 février 2007 14:29

          Nous sommes l’élite qui comprenons les vrais enjeux de la politique. Vous êtes des cons abrutis et ignorants. Donc, votez Sarkozy... J’ai bien résumé, j’espère. smiley


          • (---.---.53.203) 22 février 2007 14:31

            Je répondais à (IP:xxx.x75.37.71)


          • (---.---.37.71) 22 février 2007 14:33

            Bein, si tu vas par là, le message c’est : Vous allez vous faire sodomiser profond, sauf par Sarko, qui lui au moins veut vraiment que les choses change dans ce pays.


          • Marsupilami Marsupilami 22 février 2007 14:35

            @ IP 71 Adolfosse-à-pus-rien

            A la niche !

            @ Tous

            Ne lui répondez pas, c’est le troll ultralibéral le plus con d’Agorvox. Il ne faut pas nourrir les trolls.


          • (---.---.37.71) 22 février 2007 14:38

            Hum.. toi aussi tu as lu des livres.. Des BD sans doute.. Avec de grosses images dedans, et pas trop de texte.. Pas vrai ? Et maintenant, pour cette aprés midi, il va falloir les colorier avec tes crayons de couleurs, sans dépasser.. C’est du travail ! Mais tu peux le faire ! Tu vas bien t’amuser ! Bonne journée !


          • Marsupilami Marsupilami 22 février 2007 14:47

            @ L’auteur

            Merci pour la présentation de cet intéressant et très lucide bouquin et pour la critique constructive que tu en fais, surtout à propos de Nietzsche.

            Et puis quelqu’un qui a écrit L’antitraité d’athéologie ne saurait être mauvais... même pour un agnostique comme moi. Onfray est vraiment un ayatollah athéiste. Houellebecq (dont j’aime bien les premiers romans) fatiguant avec son nihilisme et Dantec a pété un câble et est parti en vrille.

            « Qu’il vienne, qu’il vienne, le temps dont on s’éprenne »...


          • Gai nihiliste (---.---.220.222) 23 février 2007 13:42

            Nietzsche a recyclé Darwin et Dantec a recyclé Nietzsche en y incluant un élément nouveau ; ce n’est pas l’homme qui va se surpasser lui même mais la science qui va dépasser l’homme : biotechnologie, nanotechnologie, cybertechnologie, génie-génétique, etc, etc ... voilà le surhomme de demain tel que Nietzsche englué dans son époque n’aurait pas pu le voir. Houellebecq dans la possibilité d’un île fait un peu le même constat sauf que lui ne se réjouit pas de cette probable destruction hédoniste, puisque tel est le bonheur finalement, c’est d’être imparfait.


          • (---.---.198.231) 22 février 2007 20:17

            Cet index peut servir d’introduction à l’oeuvre de Nietzsche :

            http://perso.orange.fr/Connaissance.ouverte/IN.doc


            • Gai nihiliste (---.---.220.222) 22 février 2007 23:29

              Personellement, le surhomme je le préfère quand il ressemble à l’homme éveillé, au Bouddha si vous n’y voyez pas d’inconvéniants. Je trouve la volonté d’Eveil qui fait le Bodhisattva plus attirante parce que plus altruiste, d’avantage tournée vers l’autre. Tandis que la réalisation du surhomme de Nietzsche en se surmontant soi-même, en surpassant ses insatisfactions relève d’une démarche beaucoup trop individualiste.

              D’autant que Nietzsche ne nous donne pas le mode d’emploi. Il dit : surmontez-vous ! Mais nous abandonnant à une exhortation vide, il ne nous dit pas comment faire. L’immense avantage d’une tradition spirituelle telle que le Bouddhisme, c’est d’être livrée clé en main avec ses méthodes, ses exercices et ses pratiques clairement axées sur le dépassement de soi.


              • Islamo Confucianiste 15 juillet 2009 02:25

                Le traité d’ athéologie de Michel Onfray, un grand livre ! L’ Islam et le Christianisme, c’ est bonnet blanc et blanc bonnet. Le Bouddhisme , pas évident à pratiquer. Les maitre ne sont pas faciles à trouver. J’ ai lu et pratiquer le livre d’ Hénépola, Méditer au quotidien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires