• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La foire aux livres

La foire aux livres

Ce samedi je me rends au Salon du livre, pour y rencontrer un écrivain. D’abord, j’essaie de trouver l’entrée. Les portes principales sont celles des sorties, et beaucoup de gens en sortent. Je me dis donc qu’à l’intérieur on doit pouvoir circuler. Quand j’ai enfin trouver l’entrée, à l’extrême droite, je me retrouve dans des halls gigantesques, sauf qu’on vend pas de la frisée et des patates mais des livres. Des millions de stands quadrillés au millimètre près, où se bousculent des milliers de curieux. Quelle foire, quel cirque ! Je m’attends à tout moment à voir débarquer la femme à barbe ! On circule très mal, quand on circule. Un attroupement monstre, ce doit être un écrivain illustre. Je m’approche difficilement... c’est le mec qui joue le roi Arthur dans la série télé Kaamelot  ! Je continue. Je passe devant un stand qui présente... Raymond Poulidor ! Je tourne à gauche, on fait la queue pour des dédicaces... je ne la reconnais pas... je lis le nom sur les livres : Daniela Lumbroso. Méconnaissable. Froide comme la mort et aussi charmante qu’une tong. L’écrivain que j’attendais arrive enfin, il blague avec son collègue à sa droite. Je le salue et lui dit ce qui m’amène ; il se rapproche de moi pour mieux entendre, me fait répéter dans le boucan, et finit par comprendre et me recommande gentiment à sa secrétaire. Il ne peut pas s’entretenir avec moi, il a besoin de se... concentrer. Je le remercie et je m’en vais, ça devient irrespirable. Je manque d’air, non, je manque de littérature. Artaud voulait faire sortir la vie des livres et la répandre dans la rue, parmi les gens... Cette foire du livre fait sortir les livres de la vie, et fait sortir la vie du monde. Et il reste le monde, beaucoup de monde, les mondains, les demi, les quart-mondains, les zéro mondains. J’ai envie de foutre le feu, pour me consoler. J’allume une allumette, une vache passe en trombe à côté, et l’allumette s’éteint. Je me retrouve au milieu d’un troupeau de porcs qui s’est perdu, je hurle pour ne pas périr étouffé. Ils ne m’entendent pas. Mais un miracle se produit... Jean Pierre Foucault passe non loin de là... c’est mon sauveur... Le troupeau se rue sur lui. Je respire. Je file illico vers la sortie. Dehors, il fait froid, il pleut. Le temps parle. Il pleut, il pleure de la littérature et j’en bois à pleine gorge. C’est l’averse, la tempête, et la Foire aux livres s’écroule merveilleusement. 10 000 morts, c’est merveilleux. La littérature n’est pas morte.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Briseur d’idoles (---.---.168.138) 27 mars 2007 12:24

    Que trouve-t’on dans les « foires aux livres » ? si ce n’est que « la voix de ses maîtres » !

    Je suis persuadé qu’on n’y trouve même pas un livre de Soral et de Marc-Edouard Nabe ?


    • La mouche du coche la Mouche du coche 27 mars 2007 13:39

      @ l’auteur,

      votre mépris pour la littérature pue la jalousie, l’aigreur et la haine. Comment pouvez-vous vous présenter comme vous lançant dans l’écriture ? Allez plutôt à DisneyLand. smiley


      • tovara (---.---.149.182) 27 mars 2007 15:47

        Bravo Alcibiade, bien croqué. Il y a longtemps que je ne me rends plus dans ce genre de grandmesse où la littérature est prétexte à ce cirque commercial : Jean Pierre Foucault à la place de Michel Foucault (ou le RP de Foucault) : circulez, « la messe est dite »...J’imagine qu’il n’y a même pas eu de conférences ou d’échanges de vue, juste une bousculade bovine, comme au Salon de lAgriculture (et encore là au moins il y a des « vrais » animaux...)


        • L'enfoiré L’enfoiré 27 mars 2007 16:12

          @L’auteur,

          Figure toi qu’il n’y a pas très longtemps, nous avons eu aussi notre Foire du Livre à Bruxelles. Cette fois, dans l’enceinte de Tour et Taxi. Immense, 5 hall de foire, immense, je répète. On se sent perdu. Alors, on ne sait par où commencer. On a bien un plan, mais pour trouver quoi en définitive ? Alors, l’abeille butine. On va de l’un à l’autre, on revient par sûr d’avoir vu l’essentiel. Des conférenciers, des têtes connues, politiques ou autres prennent la parole sous les micros de l’interview. 2 Premiers ministres qui écrivent aussi. Et on a la retraite assurée avec un nom. Pas de problème de diffusion on vient vous chercher. Un peu plus loin, 5 éditeurs sont interviewés. Ils dissertent sur la manière dont ils acceptent un manuscrit. Intéressé, je suis, prêt à poser une question. J’ai un projet en tête. L’un deux dit : « Nous recevons une moyenne de 3 manuscrites par jour ». Aille ! Ca refroidit les ambitions. On se pose la question « Stop ou encore ». Et puis, on verra bien. On continue. Il faudra du temps. Mais cela en principe, j’en ai. C’était une expérience perso. Mais elle n’engage que moi, bien entendu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires