• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La francité culturelle, au prisme de la macronie covidée

La francité culturelle, au prisme de la macronie covidée

En tombant sur le blog nourri d'un concerned citizen (« citoyen [qui se sent] concerné » – et éventuellement un malheureux « con cerné » par le mondialisme … ) on peut lire ce post, titrant que « le confinement a été une opération psychologique d'humiliation des Français ».

Or, c'est une possibilité, au vu de la gestion de la crise, qui a permis de se payer « un printemps asocial » au nom d'une abstraction vertuiste, de solidarité sanitaire.

Néanmoins, dans l'impossibilité de statuer sur la question, cet article ne tranchera pas. Au contraire, ce qui nous intéresse ici, c'est ce qu'une telle supposition d'« opération psychologique d'humiliation des Français » nous apprend sur la francité.

C'est-à-dire, concrètement, que cela nous en apprend sur le bain culturel qui caractérise la France actuelle, conduisant à un sentiment « d'humiliation des Français ». Car pour en émettre la supposition, il faut d'abord en affecter le sentiment.

D'autant plus que bien des protagonistes de « l'événement-covid19 », souvent quand ils s'expriment sous AgoraVox et AgoraVoxTV – mais dans bien d'autres médias de simple diffusion (1) – partagent ce pressentiment. C'est dire, comme les concerned citizens sont nombreux ...

 

 

JPEG
Source de l'image

 

Dans un précédent article sous AgoraVoxTV, nous avons vu que la démarche de nos gouvernants actuels baignait dans l'ambiance Génération X.

Nous allons voir ici, que c'est toujours la Génération X aux prises avec la culture française en général. Cette culture est intellectualiste plutôt que libéraliste et, pour cette raison, elle valorise l'institutionnalisme dans la démarche. Selon la République française, c'est l'institution républicaine, qui doit avoir réponse à tout.

Cela, même quand elle se présente sous les auspices pragmatiques du libéralisme, comme c'est le cas de « l’État maastrichien » (2) depuis François Mitterrand jusqu'à Emmanuel Macron, en passant par Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, en compagnie de Valéry Giscard d'Estaing. Qu'on le veuille ou non, l'U.E. Et la France ne sont techniquement pas libéralistes, mais elles sont de façon affolante « institutionnalistes libertaires » (3). Voilà pourquoi les Anglais rechignent !

Mais restons en France. Cette logique dite de pragmatisme institutionnel, largement mise en œuvre par la macronie, est typique des Choristes. Nous n'avons pas évolué dans l'âme : « Action ! Réaction ! »

 

 

Le film est sorti en 2004, c'est donc que ce début de XXIème siècle français est toujours sujet à cet état d'âme. Quand un sous-fifre propose quelque chose de sain, et qu'il n'est pas institutionnellement gérable, l'institution ne supporte pas la maturité en face d'elle, car elle ne sait fonctionner qu'en infantilisant, ce qui est d'abrutis(sement), du haut en bas de la hiérarchie sociale.

Il y a une corrélation avec la dégradation de la santé mentale des jeunes Européens, actuellement (sans parler du taux de suicides) ; d'autant plus que le modèle étatique français (« l’État-nation ») … serait-il remis en question par la mondialisation après s'être mondialisé … est justement mondialisé, jusques et y compris dans les grandes Compagnies.

C'est dire que le macronisme oscille entre bureaucratie d’États et bureaucratie de Compagnies, sans possibilité de sortie : la véritable libéralisation sociale sera pour un autre jour, puisque nos prétendus libéralistes français emploient des méthodes qui contredisent foncièrement leurs objectifs affichés. D'où tous les sentiments de dictature, actuellement (4).

Reste que ça se fondait en académisme français depuis 1635 au moins, entre Académie française toujours courante, Normale Sup, Polytechnique, Saint-Cyr, Sorbonne et Collège de France, mais j'en oublie. Monsieur le président se présente régulièrement dans des salles de classe pour soumettre le territoire réel. C'est d'abrutis(sement) par déni de maturité, à commencer par la leur propre en vérité, qui cherchent à se rassurer avec des enfants : l’institution ne songe qu'à son confort « pragmatique » (5).

Tout se passe comme si l'institution française et plus largement la culture française, se sentait envers elle-même démiurgiquement poétique. Pour elle, il s'agit de se contraindre à des formes, pour produire un beau poème – exactement comme les sonnets. Et pourtant, la perte orthographique et grammaticale est infinie, sans parler de la crétinisation des mieux éduqués … les mœurs affligeantes demeurent dans l'encadrement, à commencer parce que cet encadrement se croit nécessaire.

Il y a du jacobinisme en tout cela, parce que la République s'exige une et indivisible, cela faisait encore-toujours récemment débat ! … or les débats, l'institutionnalisme adore cela. Il adore tout traiter sur le mode néo-scolastique de la dispute. À charge, le traitement des propositions de monsieur Didier Raoult, pourtant internationalement reconnu : il s'agissait d'en faire, pour ainsi dire, une querelle d'écoles françaises, entre son école phocéenne et l'école panamienne des macronistes, ce qui était parfaitement insensé. Qui est le gourou, de Raoult ou de Macron ? Les deux sont présentés comme des guides spirituels, sinon que seul Macron a jusqu'ici cherché à en être un réellement … Où comment ne pas voir, que les problématiques autour de la rentrée scolaire, sont symptomatiques de cette francité-là ?

Un point que nous avons en commun avec l'Espagne, d'ailleurs. La France, réputée « fille aînée de l’Église » – et Macron est issu des jésuites, comme le pape François (6) … la France met en œuvre des logiques inquisitoriales (l'Inquisition fut très présente en Espagne) de telle sorte que nos mondains adorent le néoprogressisme de Pedro Almodóvar comme en péché mignon, bien qu'il y ait là un autoritarisme moral, où tout le monde devrait suivre sinon censure institutionnelle :

 

 

Et c'est alors que nous devinons très bien, l'état d'âme véhiculé par la Cité des enfants perdus, de Jean-Pierre Jeunet :

 

 

En effet, le péché mignon des mondains, moralement autoritaires sous peine de censure institutionnelle d’État comme de Compagnies, surtout « d'aristocratie stato-financière » (5) … eh bien, ce péché mignon, dans sa démarche d'abrutis(sement), se prend pour un étudiant scientifique du peuple. Mais évidemment, il n'était qu'infantilisé par ses façons d'institutionnels immatures.

Or ces institutionnels, qu'ils le veuillent ou non, se réjouissent frénétiquement de la beauté de pareil sonnet, dans leurs morbidités sadomasochiques : toute une morale de mondanités françaises, qui jouit de ses propres démences, sans esprit de conséquence pour son impact populaire réel – un péché mignon de goût parfaitement décadentiste à travers les âges

 

 

Où soudain il n'est plus du tout insensé, qu'en France les révoltes de Mai 68 aient connu leur étincelle dans les dortoirs d'étudiants désireux de visiter leurs comparses enthousiasmées à cette idée. C'est qu'en France, ces frivolités et autres miscellanées font école, et prennent des dimensions nationales (7) … qui néanmoins luttaient contre cette francité mondaine-là ! car l'élan soixante-huitard, en dehors de ses dérives hédonistes, était foncièrement délibératif face à l'autoritarisme mondain ... et indépendamment de la partition politique, puisque les ouvriers « populistes » ont suivi.

Il y avait là une querelle des Anciens et des Modernes renouvelée, car l'esprit des Lumières, ne l'ignorons pas, est un esprit colonialiste terriblement corsaire : les États et les Compagnies exploitants, se comportent les uns envers les autres à la manière de pirates mercantilistes, dans des concurrences sadomasochiques dont il faut toujours nous départir moralement – jusques et y compris dans le libéral-capitalisme.

Donc en somme : les étudiants français voulaient (se ré)jouir de façon paillarde et néopaïenne, à la manière de satyres et de nymphes, et tout leur hédonisme contribua positivement à l'anti-autoritarisme mondain, tout en dérivant vers la morale paradoxalement porn-puritaine actuelle, de culture française néoprogressiste macronienne …

Elle est loin, la gauche de Guy Hocquenghem ! et celle qu'il conspuait a pris le pouvoir.

 

 

C'est ainsi que ce progressisme, au fond, est un néoconservatisme français, puisque « tout ce qui apparaît aux USA nous arrive fatalement », et nous nous retrouvions avec une série des années 90 telle qu'Hélène et les garçons ou encore les fans des premières saisons de Star Academy (8) vers l'an 2000, d'ailleurs regardées dans sa jeunesse par la Génération X dont ressort la macronie – mais ceci ressort de l'autre article évoqué pour commencer.

Enfin nous vivons certes, dans le monde internationalisé des agences de notation et leurs triples A obligatoires « minimum », où la France adore n'être pas si bonne élève, en péché mignon. Ce qui est intéressant de noter alors, c'est que « notre sonnet français » reste reconnu à l'international, à travers des Jacques Derrida ou des … Daft Punk ! Auquel propos musical d'ailleurs, toute une France méconnue d'elle-même, fait parler d'elle au plan électronique, après Cassius et évidemment David Ghetta … ce qui s'appelle internationalement la French touch

Mais remarquons alors, comme après Jacques Derrida cette French touch est complètement formatée et formatante : elle produit bien de la musique électronique, très appréciable quand on aime, mais entre la hype autour de la French touch – à elle seule un argument marketing … – et l'ensemble des productions, y compris les grosses productions, il faut bien comprendre que la France ne semble plus bien capable de produire que des formats. Comme autant d'institutions. Il y a de quoi alimenter le French bashing, même avec ceux qui devaient nous en tirer, Macron et consorts ! … Mais au fait, au fond, nos mondains ne l'adorent-ils pas sadomasochiquement, ce bashing  ? … à défaut d'Alain Bashung, passons.

C'est à ce point, que la population française est la plus sidérante, quand elle prétend pouvoir remédier à la question, à travers l'institution militaire. Que monsieur le président convoque positivement le maréchal Pétain (évoqué polémiquement par le chef de l'école phocéenne d'ailleurs … ) ou le général De Gaulle, une frange de la population derrière veut toujours chérir ce général, tout en convoquant l'ex-général Pierre de Villiers. C'est absurde, et vouloir tou(te)s se comporter en infant(e)s du roi !

Après avoir décapité Louis XVI, il fallait le vouloir (9) ! ... digne de « verges marioles ».

 

---

 

Annexe : réflexion sur les péchés « capiteux » de notre sadomasochisme institué

 

Notre monde post-monothéiste (encore que travaillé sadomasochiquement par l'islamisme accueillit par l'islamo-gauchisme, le néoprogressisme centriste ou le droitisme mondialisateur … ) … notre monde post-monothéiste, vit toujours, comme on dit, de « valeurs chrétiennes devenues folles ». Les Français détestent singulièrement les « sept péchés capitaux » qu'ils pratiquent désormais post-soixante-huitards et stato-capitalistes : orgueil et colère pour les pires ; suivis de l'envie, l'avarice, la paresse, la gourmandise et la luxure. Bien que rabelaisiens dans notre genre, nous sommes aussi décadentistes que le moraliste François de La Rochefoucauld, président compris : nous en voulons à l'amour-propre quoique nous en ayons beaucoup, nous dénions la possibilité de valeurs cornéliennes en nos jours.

Pour cela, il faudrait que nous sortions de notre sadomasochisme martyrologique (cf. éléments religieux) et qu'à tout prendre, nous ne parlions plus de « sept péchés capitaux » – car trop « capiteux » pour notre sadomasochisme – mais des « sept excès » si l'on veut, comme en sagesse antique renouvelée après le christianisme. Et nous condamnerions plutôt : l'arrogance et la rage ; l'avidité, la rapine, l'indolence, la goinfrerie et la salacité.

Autant de valeurs pour notre temps, libérant des énergies cornéliennes en termes de résolution. Car, jusqu'à preuve du contraire, ces « sept excès » dominent l'espace public, y compris de la part obséquieuse de monsieur le président.

 

 

_______________________________

(1) Médias de simple diffusion, une expression qui se veut à l'opposer des médias de diffusion massive.

(2) Selon l'expression du trublion Michel Onfray.

(3) Au fond, un paternalisme libertarien diagnostiqué par le gai-luron Raphaël Enthoven, à travers les nudges, mais qui est employé par toutes les compagnies à travers le monde, en plus des institutions, car les Compagnies sont de vastes bureaucraties, aussi ... diagnostic cette fois-ci établi par Alain Deneault sous les auspices du totalitarisme pervers.

(4) Qu'on ne s'y trompe pas : nos « réacs » contemporains, tels qu'Onfray ou Zemmour, sont civilement des libéralistes. Les Gilets jaunes sont des libéralistes de fond, « révolte de droite » contre « normes de gauche » (si la partition a encore un sens).

(5) Nous vivons comme sous l'Ancien Régime toujours, ce qui n'est pas un scoop. Le joyeux drille Emmanuel Todd parle très bien de « l'aristocratie stato-financière » française.

(6) Le roi français François Ier, au passage, fut un grand acteur de la centralisation institutionnelle.

(7) Ce disant, je songe régulièrement aux fameux « mariage & manif pour tous » : deux écoles s'affrontaient. Celle de l'emploi du mot « mariage » par la République pour tous les couples, et celle de l'emploi du mot « union civile » par la République pour tous les couples, réservant la notion de « mariage » aux religions. Vraiment, ce n'était que cela : une querelle de mots, sur laquelle tout le monde sembla jouir sadomasochiquement de trouver des homophobes dans le lot, à surtout vouloir et pouvoir censurer des homoneutres, aspirants au « mariage » pour les unions biologiquement fécondes. Les deux démarches, prétendue « progressiste » comme prétendue « réactionnaire », étaient affectives, à chouchouter des mots. Et pourquoi ne pas respecter les velléités tradis, sinon à sadomasochiser dramatiquement, puisqu'on aurait pu « s'unir civilement » comme la majorité hétéro ? ... C'est de néoconservatisme français.

(8) Le concept vient de la société néerlandaise Endemol, depuis l'Espagne, produit pour la première fois en France, exporté depuis le temps, avec différents avatars tels que The Voice plus tard.

(9) Tout se passe comme si cette population tenait à donner raison à Éric Zemmour, qui ne se rend lui-même pas compte qu'il conforte les mondains sadomasos en question – parce qu'il est lui-même amateur de péchés mignons. Lui, ou la striction intellectuelle des Raphaël Enthoven comme des Michel Onfray d'ailleurs – malgré son hédonisme philosophique, – sont essentiellement les miroirs de la macronie. Héritage culturel et air du temps, quand vous nous tenez … Seul Jean-Claude Michéa en réchappe.

 

 


Trump, au moins, veut qu'on condamne la censure.

 

________________________________________


Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue JL 23 mai 2020 11:34

    « Malheur à la ville dont le prince est un enfant et dont les princes ont mangé dès le matin

     » Montherlant


    • Francis, agnotologue JL 23 mai 2020 11:37

      « Malheur à la ville dont le prince est un enfant (Montherlant)

       

      « Malheur au pays dont le roi est un enfant et dont les princes ont mangé dès le matin » (l’ecclésiaste)


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 14:06

      Cela va au-delà, puisqu’il s’agit de tout l’institutionnalisme intellectuel de nos pseudo-libéralistes, et ce depuis des décennies.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 14:06

      Leur sadomasochisme règne.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 14:09

      On aurait pu citer, aussi, « le foucaldisme culturel », qu’exprime dans son genre François Bousquet dans cette vidéo au titre putaclic : « l’esbrouffe Foucault » (2015). Sauf mon respect pour l’œuvre philosophique de Foucault, d’ailleurs exprimé aussi avec probité par François Bousquet.



    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 14:12

      Il y a une imposture française « d’aristocratie stato-financière », comme dit l’article.


    • ETTORE ETTORE 23 mai 2020 17:55

      L’auteur@

      C’est d’abrutis(sement) par déni de maturité, à commencer par la leur propre en vérité, qui cherchent à se rassurer avec des enfants : l’institution ne songe qu’à son confort « pragmatique » (5).

      ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

      Quelle plus belle preuve de cette insanité morale, qu’un micron, se présentant masqué dans une école de tout petits et claironnant « Vous me reconnaissez ? »

      Monarc 1èr....Un Aldo Maccione revisité de bas étage, jouant le remake du film « La classe » !(celle qu’il n’as absolument pas).

      OUI, C’est l’abrutissement général par cette mafia.

      Je me demande si, prochainement, il ne vas pas visiter les gynécologues, afin d’imposer aux foetus, une bande sonore de sa voix.

      A ne pas douter, que les futurs bébés, feront d’excellent ornithologues !


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 19:01

        En dehors des élèves des deux ou trois classes concernées, je doute que tous les enfants de France ait subi ça. Par contre, ça a suffisamment impacté votre inconscient sans intelligence, pour que vous parliez ainsi tel un abruti. Ce qui révèle donc, avant tout, que ça vous a impacté, vous.


      • ETTORE ETTORE 23 mai 2020 19:09

        @Mervis Nocteau
        Monsieur....
        Votre texte révèle l’étendue morne votre intelligence sans conscience.
        Vous remarquerez que je me permet d’utiliser moins de mots que vous, et de surcroît, uniquement les vôtres.
        Histoire de ne pas trop impacter vos certitudes sur le fait d’être le nombril de votre propre monde.
        Bien à Vous !


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 19:30

        Vous avez oubliez la préposition « de », entre « morne » et « votre » ...


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 19:31

        * oublié ...


      • Abou Antoun Abou Antoun 23 mai 2020 21:55

        @ETTORE
        Salut,
        Pour moi aussi c’est trop fort. trop de mots, trop longs trop compliqués. Cela me renvoie à ma bêtise crasse à mon manque de culture et m’humilie.


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 00:53

        Respirez une bonne bouffée d’air, détendez-vous, prenez le temps qu’il vous faudra, quitte à y revenir peut-être, sinon lâchez prise, et passez à autre chose.


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 19:39

        ADDENDUM A LA NOTE (9)

        Le problème de Jean-Claude Michéa, c’est qu’il prend l’institutionnalisme libertaire pour le libéralisme.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 2020 19:49

          @Mervis Nocteau

          A pas compris...bac moins deux.


        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 20:53

          Je vous propose de lire Jean-Claude Michéa, alors, quel que soit votre niveau. C’était un prof de philosophie pour terminales.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 2020 21:03

          @Mervis Nocteau

          Michea ? Merde le gars qui me parle d’Orwell et de Camus .Non connais pas. Mimi Maty ça me parle.


        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 21:17

          La bonne nouvelle, c’est qu’Internet est une ressource a priori pour le connaître. Il y a un lien dans l’article, pour les neuneus comme vous semble-t-il.


        • Abou Antoun Abou Antoun 23 mai 2020 21:56

          @Aita Pea Pea
          M’en va te faire un glossaire des mots en ’isme’ faute de mieux tu pourras l’utiliser pour les mots croisés.


        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 00:54

          Le *isme indique tout simplement, une tendance à.


        • ETTORE ETTORE 23 mai 2020 19:41

          Vous avez le hoquet Monsieur Nocteau ? lol !

          Allez..j’arrête, sans rancune !


          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 23 mai 2020 20:54

            Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. De préférence, je désirerais discuter de l’article.


          • Abou Antoun Abou Antoun 23 mai 2020 21:59

            Les deux gothiques en haut elles sont bandantes, pardon attirantes.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 00:57

              Elles auraient préféré que tu ne voies que le « No permission », c’est pour cela qu’elle te les offre paradoxalement sur un plateau (?). Au final, elles se placent dans une posture sadique et veulent faire de toi un maso qui renonce à son désir, légitime évidemment tant qu’il n’outrage pas.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 01:01

              Très clairement, en fait, elles veulent institutionnaliser contre ton désir, au nom de leur intellectualité qui se mêle de ce qui ne les regarde pas. Elles n’ont aucune libéralité dans la démarche, ce sont des autoritaires, des affolantes « institutionnalistes libertaires ».


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 01:10

              Dans le style porn-puritain SM dont parlait l’article, donc.


            • zygzornifle zygzornifle 24 mai 2020 08:23

              la macronie co vidée de sa substance 


              • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 13:22

                Merci Zygzornifle.


              • dimitrius 24 mai 2020 09:37

                Article d’un pédant de Bobo pour ne pas dire autre chose et qui s’écoute écrire . Bref une merde de faux intellectuel , bien dans la norme des politicards véreux de ce pays qui ne savent que jacter. Les voyous appellent çà le bavard. Brassons de l’air et parlons pour ne rien dire.


                • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 13:23

                  Vous surinterprétez.


                • ETTORE ETTORE 24 mai 2020 13:33
                  Abou Antoun 23 mai 21:55

                  @ETTORE
                  Salut,
                  Pour moi aussi c’est trop fort. trop de mots, trop longs trop compliqués. Cela me renvoie à ma bêtise crasse à mon manque de culture et m’humilie.

                  Abou Antoun

                  ----------------------------------------------------------------------------------

                  Naaaan, Par pitié, faut pas LE voir comme ça.( je rigole)

                  Regardez bien :

                  Noté 2.5/5 sur 18 votes !

                  29 Post au total !

                  17 Post où il a répondu..... à lui même !

                  Cela s’appelle,« soliloquer »ou plus prosaïquement...s’astiquer le manche  !

                  Je n’ai rien contre les zozos accrocs à la gonflette du melon, pour preuve, je lis même Rakoto, dans le texte, et même avec le doigt mouillé, ....pour vous dire. lol !

                  Mais des psychopathes de la pensée unique, qui ne sont pas capables d’ouvrir leur seul neurone activé, à l’avis des autres.....Je peux leur mettre toutes les étoiles pour faire briller cet abrutissement congénital, trop lourd pour eux, et dont ils veulent en charger les autres.

                  Non, on ne peut être humilié, Abou Antoun, !

                  Car nous sommes, bien malgré nous,( et heureusement à distance) son seul traitement, pour le soigner de sa« diarrhée d’exégèse obscur » ( et je reste poli )


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 13:53

                    Je défends mon steak. Tu défends le tien. Je ne vois pas de différence instinctuelle entre nous. Quant à la masturbation, il n’y a que les pudibonds, pour la condamner. C’est bien en se masturbant symboliquement qu’on se cultive, et pas seulement se cultiver : il est évident que tu cultives ton style en revenant lourdement à la charge. On image ton pénis petit, pour avoir besoin de t’étaler autant. Écris plutôt des articles AgoraVox défendant tes propres idées, plutôt que de venir déféquer sur les contributeurs, surtout quand ils ont l’amabilité de t’accorder une réponse à vouloir débattre, à la base. Tu es du genre à faire regretter qu’il n’y ait pas de modération de commentaires. Parce que les articles, eux, passent par une validation collégiale, et tu vois bien que la moitié des votants apprécie l’article, mais tu ne peux pas t’empêcher de dénier, dans ta démence.


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 13:55

                    Tu vois bien : j’aurais pu me contenter de te répondre « ta gueule » comme aime faire Cohn-Bendit, au lieu de quoi je te considère autant qu’il est permis.


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 13:57

                    Tu es mon dé-biteur (de bullshit) ! smiley


                  • ETTORE ETTORE 24 mai 2020 14:20

                    TU devrais changer ta photo.

                    Un lynx est bien plus noble que ta bassesse de style.

                    Surtout si on fait référence à l’acuité du regard de ce félin, qui est de loin supérieur à celle de tes articles.

                    Moi, Môôôôôôsieur, je reste poli et ne traite pas les contradicteurs d’abruti  !

                    Et sachez, cher monsieur, qu’en aucune condition je ne voudrais être le reflet de toute la misère intellectuelle que vous trainez comme une queue nauséabonde.

                    Mon steak, je ne l’avais pas envoyé à VOTRE figure !

                    C’était mon steak, et vous n’aviez nul besoin de le resservir agrémenté de toute votre logorrhée verbale méprisante.

                    Si il y a une personne qu’il faudrait « modérer » c’est bien vous  !

                    Mais comme vous avez du mal à vous relire, je vous propose de faire de votre article, tel votre beau mot savant de frankaoui attardé, un « bull shit » de papier, que votre copain CON bendit, s’aura vous placer à l’endroit le plus indiqué pour votre jouissance personnelle.

                    « surtout quand ils ont l’amabilité de t’accorder une réponse à vouloir débattre, à la base  »

                    ". Par contre, ça a suffisamment impacté votre inconscient sans intelligence, pour que vous parliez ainsi tel un abruti.

                    "

                    Trop tard, vous êtes parti par la chasse d’eau !



                    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 24 mai 2020 14:32

                      Voilà bien une logorrhée abrutie ... Mais j’arrête là. Je vous ai vexé d’emblée, il est vrai, et j’en suis désolé. Après cela, avec des commentateurs comme vous, on ne parvient plus à rien, surtout si on en rajoute derrière.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité