• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La « Grace » de Jeff Buckley bientôt au cinéma

La « Grace » de Jeff Buckley bientôt au cinéma

Après Ray Charles et Johnny Cash, c’est au tour de Jeff Buckley de voir sa vie transposée sur grand écran. Le film sera écrit et réalisé par Brian Jun, tandis que l’on ne connaît pas encore le nom du comédien principal. Le tournage devrait débuter dans les prochains mois.

Les succès des biopics (biographies cinématographiques) de Ray Charles (Ray) et Johnny Cash (Walk the Line) ne restent pas sans effet. Prochainement, c’est donc l’américain Jeff Buckley qui verra sa vie transposée sur grand écran. A l’instar de ses deux glorieux confrères, c’est à titre posthume que sera réalisé ce film, Buckley étant décédé le 29 mai 1997 après s’être noyé dans le Mississipi.

Fils du chanteur Tim Buckley, mort d’une overdose en 1975 à l’âge de 27 ans, Jeff Buckley était influencé par de nombreux courants musicaux, tels le rock, la folk ou encore le jazz, ainsi que par divers artistes, comme les Beatles, Simon et Garfunkel, Lou Reed, Led Zeppelin ou encore Édith Piaf, qu’il découvre à l’école. Bien qu’il ait été l’auteur d’un seul album en solo de son vivant, le superbe "Grace" (sorti en 1994), le jeune homme s’imposa rapidement comme une référence dans le monde musical.

Avec sa voix exceptionnelle et sa gueule d’ange, il se distingua en composant des chansons sublimes, comme Grace ou Last Goodbye, puissantes comme Eternel Life et en reprenant avec une intensité rarement atteinte des titres de Leonard Cohen (Hallelujah) et Benjamin Britten (Corpus Christi Carol). Il inspira de nombreux groupes actuels, comme Muse, Starsailor ou Coldplay.

Après plusieurs projets avortés, le film s’apprête enfin à voir le jour, sous l’œil attentif de la mère de l’artiste, la pianiste et chanteuse Mary Guibert, qui compte en assurer la production. Le biopic sera écrit et réalisé par Brian Jun dont le long-métrage "Steel City" fut nominé dans la catégorie du Grand Prix du jury au festival du film de Sundance, en janvier dernier. La production sera assurée par la mère de Buckley et par Michelle Sy (Neverland)

On ne connaît pas encore le nom du comédien qui aura le redoutable honneur d’interpréter le chanteur à l’écran.

Biographie de Jeff Buckley :

http://hern.over-blog.com/article-1013950.html

Arnaud Mouillard - http://hern.over-blog.com


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Thomas Roussot Thomas Roussot 10 avril 2007 11:19

    Fabuleux artiste mort trop tôt. Merci de l’évoquer. Je lui dédicace ce modeste poème

    Buckley Hors des charniers matinaux Délié des poids assourdissants Posé sur le sable de nos retraites éblouies Balançant tes gerbes d’étonnement Ange hors tout Tel un galet divin Tu ricoches contres aubes et soirs Inexorablement pur Haillons et terres putrides Loin sous toi Ame fouet lumineuse Criblant d’étoiles nos déveines déportées Soutenu par les seules ondées écumées Résonne ta sublime absence Emportée par la contrée natale D’une rivière noyée Qui scelle et réincarne mon espérance Ramenant tous les recommencements Au coin des temps déliés Fol esprit de l’ouvert Démasquant les fausses présences Pour laisser une incarnée ensoleillée Nommée liberté Soulever mon coeur vivifié Vers ton intemporalité éprise Ame feuille Buckley Note qui s’élève sans cesse un peu plus Et passe d’arcs-en-étoiles prédestinés Aux tendres neiges enfantées Parcourant le céleste de tous les carrefours oubliés Signe régénérateur qui ouvre et purifie Les éléments premiers Des disparitions échouées, Et des cieux écartés déchus Emportés par les rapides torrents De l’affolement premier Sous ta rumeur éthérée Tout se dégage et se dévêt Tu brises l’informel du rien Et la houle glacée de toutes les amnésies En toi le monde se réjouit Se gracie Douce lumière chantante Tu Enchantes toute dépouille révélée De l’après à l’avant Tu tiens les flancs de l’impossible Promulguant ton règne bienveillant Te souvenant des algues folles Et des portes entrebâillées Astre tatoué par le divin Buckley Toupie d’échos rougeoyants Cohorte mystérieuse A toi seul Je vois ton avènement A la bouche claire de l’inattendu Tourné vers l’orbite métamorphosée D’une fontaine sur éclairée Proche du seuil de l’in emprunté Tu donnes tes rendez vous Hors de l’hostilité tournoyante A tous les sans identité Bientôt enfin dépossédé Entrelacé Buckley Ce bas monde s’incline Vers les gouffres de l’absolu Pendant que tu brilles toujours un peu plus


    • Avatar (---.---.109.206) 10 avril 2007 11:36

      Hallelujah

      I heard there was a secret chord That david played and it pleased the lord But you don’t really care for music, do you Well it goes like this the fourth, the fifth The minor fall and the major lift The baffled king composing hallelujah

      Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah ....

      Well your faith was strong but you needed proof You saw her bathing on the roof Her beauty and the moonlight overthrew you She tied you to her kitchen chair She broke your throne and she cut your hair And from your lips she drew the hallelujah

      Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah .... .

      Baby i’ve been here before I’ve seen this room and i’ve walked this floor I used to live alone before i knew you I’ve seen your flag on the marble arch But love is not a victory march It’s a cold and it’s a broken hallelujah

      Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah ....

      Well there was a time when you let me know What’s really going on below But now you never show that to me do you But remember when i moved in you And the holy dove was moving too And every breath we drew was hallelujah

      Well, maybe there’s a god above But all i’ve ever learned from love Was how to shoot somebody who outdrew you It’s not a cry that you hear at night It’s not somebody who’s seen the light It’s a cold and it’s a broken hallelujah

      Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah ...

       smiley


    • Forest Ent Forest Ent 10 avril 2007 11:30

      Jeff Buckley était un très grand artiste. Sa reprise de « Hallelujah » est un modèle d’anthologie.

      Ca ne prouve pas non plus que ce sera un bon film.


      • Arnaud Mouillard Arnaud Mouillard 10 avril 2007 13:35

        Bientot 10 ans qu’il a disparu, je ferai un article a ce sujet bientôt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires