• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Maison du lac » avec Jean Piat et Maria Pacôme au théâtre de (...)

« La Maison du lac » avec Jean Piat et Maria Pacôme au théâtre de Paris


En bonne copine, Maria Pacôme a repris au pied levé le rôle d’Ethel Thayer que devait interpréter Danielle Darrieux qui s’était blessée à quelques jours des premières de La Maison du lac.

En effet, ayant déclaré ses adieux définitifs aux planches après son succès dans L’Eloge de la paresse, Maria ne souhaitait plus être en proie au stress du théâtre qui l’empêche de profiter de la vie.

Mais, devant ce cas de force majeure et succombant aux suppliques réunies de Danielle Darrieux, Jean Piat et Stéphane Hillel, directeur du théâtre de Paris, la voici qui vient à la rescousse d’une production en recherche de sa salvatrice.

En quinze jours, elle, 82 ans, apprend le texte et prend sa place auprès de Jean Piat, lui 83 ans, qui dans leur résidence d’été du bord de lac à Golden Pond, vont retrouver leurs émois affectifs en tentant de franchir les obstacles comportementaux que la vie s’est chargée de façonner à leurs dépens.

C’est le retour inopiné de Claudia (Béatrice Agenin), leur fille accompagnée d’un nouveau fiancé (Christian Pereira) amenant lui-même Billy (Damien Jouillerot), son fils d’une union précédente, qui va être le déclencheur d’approches malaisées de Tom, un tantinet méfiant et sarcastique, à l’égard de son entourage.

Cependant les étourdissements dus à l’âge et à une santé désormais fragile vont entraîner par étapes successives, le retour à plus de mansuétude à l’égard des proches qui s’efforcent de faire les premiers pas tout en souhaitant se faire respecter dans l’affection du vieil homme.

Il aurait été possible d’imaginer Jean Piat dans une interprétation délibérément positive de ce portrait, mais c’est avec des forces volontairement déclinantes qu’il compose son personnage dans la vulnérabilité presque exacerbée, osant gager son image d’acteur tonique, à l’instar d’Henry Fonda en compagnie de Katharine Hepburn, tous deux oscarisés dans le film culte originel de 1981.

Toutefois, Maria Pacôme est bien présente pour étourdir l’ex-sociétaire de la Comédie-Française avec sa vivacité légendaire en veillant à toutes sortes de grain sur le point d’enrayer le bel ordonnancement estival des retrouvailles.

C’est ainsi que dans le décor très convivial d’un chalet confortable du fond des bois, leurs partenaires jouent la danse du scalp inversée en tentant chacun à leur manière de ravir le doux privilège de l’attention de Tom.

Ainsi, à l’aube d’une famille recomposée, du père à la fille, du beau-père au gendre, du grand-père au petit-fils, du vieil amant à sa dulcinée de toujours, les blocages intempestifs de l’orgueil vont s’estomper au profit d’une légèreté de l’âme qui va découvrir, sur le tard, les ressources et vertus cachées du verbe "aimer".

Visuel affiche DR. presse

LA MAISON DU LAC - *** Theothea.com - de Ernest Thompson - mise en scène : Stéphane Hillel - avec Maria Pacôme, Jean Piat, Béatrice Agenin, Christian Pereira, Damien Jouillerot, Patrice Latronche - Théâtre de Paris -


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires