• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Nuit du chasseur » : le Mal à la poursuite de l’Innocence

« La Nuit du chasseur » : le Mal à la poursuite de l’Innocence

Fable dichotomique vénéneuse et parfaitement outillée, remarquablement échafaudée par le comédien Charles Laughton, dont ce sera l’unique réalisation, La Nuit du chasseur s’érige en satire de l’hypocrisie sociale, en peinture vitriolée de la société provinciale américaine. Conte cauchemardesque et désillusionné, adapté d’un roman de Davis Grubb, ce drame élisabéthain actualisé sonde avec minutie l’ambivalence humaine, maniant la parabole, l’allégorie et l’oxymore à la manière du hochet. Avec fougue et sans mesure.

Prenant pour cadre l’Amérique rurale de la Grande Dépression, l’œuvre de Charles Laughton pose un regard onirique et glaçant sur une figure luciférienne, un criminel récidiviste se glissant allégrement dans les habits du saint. Car Le Chasseur n’est autre qu’un prêcheur malveillant, ne s’embarrassant d’aucun scrupule, un pasteur névropathe et mystificateur, plongé dans l’abîme, prêt à succomber à n’importe quel vice pour une poignée de billets. Porté par la composition archétypale d’un Robert Mitchum plus investi que jamais, ambigu, massif, solitaire et inquiétant, le révérend Harry Powell délaisse volontiers les références bibliques pour le couteau à cran d'arrêt, les valeurs religieuses pour le nihilisme le plus absolu.

Rongé par le vice

La Nuit du chasseur, c’est en quelque sorte l’histoire du ver qui s’introduit insidieusement dans le fruit. Un mal impossible à prévenir et potentiellement ravageur. Grisante et désabusée, l’Amérique rurale telle que portraiturée par Charles Laughton n’est pas seulement influencée par David Wark Griffith, dont Lillian Gish est l’ambassadrice ; elle doit également beaucoup au travail d’orfèvre effectué par le chef opérateur Stanley Cortez, puisant conjointement dans l’hyperréalisme (la campagne conçue par Edward Hopper), le surréalisme (les inépuisables symboles visuels), l’expressionnisme et le caligarisme allemand (l’ombre de Robert Mitchum projeté dans la chambre des enfants). Un apparat formel complété par des visions aériennes, des prises de vues émérites, une caméra mobile, des montages alternés et même des plans immergés conditionnés par la nature.

S’inscrivant à la croisée des genres, La Nuit du chasseur fourmille de trouvailles ébouriffantes et s’appréhende avant tout comme une succession de tableaux en mouvement, plus somptueux les uns que les autres, trouvant un point d’orgue à la faveur d’une fugue nocturne au fil de la rivière, émaillée d’instantanés de la faune et de la flore. Un cinéma fiévreux, esthétisant et envoûtant, qui préfigure certainement des pans entiers de la filmographie d’un David Lynch ou d’un David Gordon Green.

Scénarisé par James Agee, chevillé à l’ambivalence imprimée à jamais sur les mains du révérend Powell, La Nuit du chasseur se prend à convier névroses, cupidité, mégalomanie et frustration, juxtaposant à sa figuration de la perdition une innocence juvénile désavouée, en état de décrépitude avancée. Une représentation des rapports toxiques et des personnalités troubles qui n’est pas sans rappeler Shining, le chef-d’œuvre d’épouvante que Stanley Kubrick échafaudera des années plus tard.

 

Lire aussi :

« Douze hommes en colère » : le procès dont vous êtes le juré

"Inside Llewyn Davis" : la sacralisation du perdant

Les fantômes du chaos


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • rakosky rakosky 4 août 2014 12:51

    Un film culte qui a marqué plusieurs générations de cinéphiles,les convictions religieuses de Laughton et ses doutes sont magnifiées par la mise en scène et la performance de Robert Mitchum 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 4 août 2014 18:22

      Je crois que ce film a fait un bide lors de sa sortie. Il n’a été considéré à sa juste valeur que bien plus tard. 


      • Xenozoid Xenozoid 4 août 2014 18:42

        tres belle mise en scêne de la folie de l’homme,par l’homme’pour l’homme contre l’homme,la folie d’un homme en guerre


        • laertes laertes 4 août 2014 19:19

          Superbe analyse ! C’est un film EX TRA OR DI NAIRE ! c’est LE rôle de Mitchum ! Chaque grand acteur est destiné à tourner LE film qui le porte au delà du temps. Quelquefois cela arrive, souvent cela n’arrive pas !
          Pour Mitchum c’est arrivé ! Harry Powell EST Robert Mitchum ! Quand le cinéma a une telle puissance de conviction émotionnelle, il nous transporte dans un univers inconnu délicieux et terriblement inquiétant en résonance avec notre moi intime (rêves, cauchemars) !
          On peut dire la même chose d’O Toole ds Lawrence d’Arabie !
          Mais pourquoi, pourquoi Laughton , cet extraordinaire acteur (les rôles de méchant) n’a-t-il pas fait plus de films !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires