• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La paix en Méditerranée, Sapho et l’art fédérateur

La paix en Méditerranée, Sapho et l’art fédérateur

La première de ce nom, présidait dans son règne, aux valeurs esthétiques, à la poésie sensuelle et vivante. Notre Sapho contemporaine, partage sans doute les fantasmes, la théâtralité provocante, la marginale noblesse de coeur et d’esprit de l’antique homonymie. Cependant, elle construit artistiquement la paix avec beaucoup de courage, de créativité, d’intelligence et de sensibilité, en méditerranée, mais aussi dans le monde entier.

Diva orientale pour les uns, rockeuse provocante pour les autres, c’est une rebelle à la voix sensuelle et généreuse, à plus long terme, c’est une conquérante pacifique pour des lendemains aux contours ouverts et fleuris

Née à Marrakech, issue d’une famille juive, elle vivra jusqu’à 16 ans, les charmes de l’orient, au porte de l’Europe...du Sud... prémonitoire ?

Paris, Saint-Germain-des-prés, 18 ans, faculté de lettres...mai 68, révolutionnaire naturelle, au bon endroit, au bon moment.

Dans l’éclatement culturel prolifique de l’époque, elle touchera au théâtre, grattera la guitare, rencontrera Mireille au petit conservatoire et enregistrera chez Polydor. Sa personnalité forte et originale émergera.

Après quelques essais scéniques, elle part aux états unis, New York, elle prend la mesure des orientations musicales futures. Plus tard, à Londres elle enregistre un nouvel album "Janis". De nature séditieuse, Sapho propose un rock agressif dont les influences viennent évidemment de la musique américaine de la fin des années 60. Son apparence est à l’image de ses interprétations. Contraste d’ivoire pour sa chair et d’ébène pour ses lèvres peintes et sa chevelure éclatée. Elle investit l’espace sous les traits d’une royale dragonne vibrante.

Elle démonte le racisme et s’en prend au machisme. Elle engage ses opinions. Elle choisit aussi la littérature et donc la fiction pour parler de ce qui lui tient à coeur. Son intériorité est bien d’essence humaine éminemment respectable.

Elle enregistre un album "Passions, passons".c’est une réussite. La chanteuse étiquetée rock jusqu’ici, retrouve ses sources judéo-arabe. Elle rend hommage à la musique égyptienne avec des airs de la diva Oum Kalthoum.

Au Mexique, la chanteuse sort un album "El sol y la luna". Les thèmes évoqués soulignent son engagement personnel , sa sensibilité à l’égard des problèmes de pauvreté, des droits de l’ Homme et des droits des femmes.

Elle se produit à Paris, avec une confrérie mystique, descendante des esclaves noirs. Conquérante infatigable elle entreprend un périple international qui la conduira à l’objectif majeur, le coeur de la tourmente de tous les temps. « La terre promise » et combien convoitée. L’engagement de l’artiste pour la cause palestinienne devient de plus en plus important. Elle rencontre même le dirigeant palestinien Yasser Arafat en visite à Paris et lui dédie un poème.

Jerusalem, elle participe au Festival culturel annuel de la Ville Sainte. L’organisation du concert présente quelques risques et difficultés...elle en fait sa raison d’être. « Chanter El Atlal à Jerusalem est un acte politique qui me permet de crier mon désir de paix ». Elle remporte son pari, Palestiniens et Israéliens viennent danser ensemble sur la scène sur laquelle elle chante.

Sapho conçoit un nouvel album "Jardin andalou". Cette oeuvre renferme des sonorités différentes, d’influence arabe, andalouse avec quelques accents rock.

Militante pour cette fraternité arabo-juive explosive, qu’elle véhicule au fond de son être depuis sa plus tendre enfance, Sapho se produit en territoire palestinien occupé par Israël. La situation est tendue et les conditions dans lesquelles se déroulent le spectacle sont « délicates ». Le succès rencontré renforce ses convictions et sa détermination.

Véritable artiste polyvalente, de la chanson à la littérature, Sapho associe depuis toujours, carrière artistique et combat pour les causes humaines justes.

Elle est partout où son coeur la conduit. En Andalousie, au Maroc, en Palestine, à New York, à Paris. Sapho chante, joue, lit, écrit, dessine. On a rarement vu plus belle incarnation de la complétude. De la musique à l’écriture en passant par le théâtre, dans un ordre changeant et toujours renouvelé, elle évolue en explosions rythmées et incessantes comme un volcan méditerranéen pour que vive et survive la terre et qu’enfin l’amour jaillissent librement.

Maintenant elle harmonise la volute et l’arabesque orientale à la vérité pure, dure et tranchante du vieux lion anarchiste Léo ferré.

« Pour tisser de youyous au grand air de Léo le lion, c’est « Avec le temps » que Sapho se paie le luxe, l’euphorie et le talent de chanter… en arabe ! Comme si Oum Kalsoum s’était soudain pâmée dans les bras de ferré, là-haut, dans les nuages sang et or de la poésie insurgée (Marianne)

Elle tente de symboliser en elle l’union entre Juifs et Arabes, entre Israéliens et Palestiniens. Chanteuse rock au départ, elle est devenue une diva orientale, et chante de sa voix puissante et sensuelle sur les scènes du monde, dont de nombreux pays arabes.

« L’idée de tribu m’était contraire, je me voulais citoyenne du monde. Toutefois j’ai toujours apprécié les valeurs du judaïsme ; mon humanisme et ma tolérance me viennent de ses racines. »

« Mon spectacle à Tel-Aviv sera centré sur les plus belles chansons de Léo Ferré. Au moins une de ses chansons “Avec le temps” a été traduite en hébreu et a connu un grand succès. Je vais essayer d’ici mon arrivée d’en obtenir le texte, et je la chanterai très volontiers à mon tour en hébreu pour le public israélien. »

L’engagement de Sapho ne peut souffrir le discours idéologique, dogmatique, de propagande. La poésie n’est pas la langue de bois. C’est l’expression du feu intérieur, nourrie des évènements du monde. Il s’agit donc moins de rôle social au sens premier du terme que d’être du côté de tout ce qui émancipe les êtres, défend leurs valeurs fondamentales dans un monde plus beau, plus juste et plus fraternel...Une guerrière de plus dans l’espace de paix !

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 17 juillet 2008 16:39

    Ni saphisme ni sophisme chez Jack.

    Chez Sapho, j’aimais bien un vieux truc qui s’apellait "Maman, j’aime les voyous"....


    • jack mandon jack mandon 18 juillet 2008 07:02

      @Sandro
      Le saphisme m’intéresse et stimule ma sensuelle curiosité, le sophisme...moi non plus !


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 juillet 2008 16:43

      Fallait le faire s’ appeler Sapho à l’ époque où elle a commencé , être à contre-courant voilà qu’ est beau...


      • jack mandon jack mandon 18 juillet 2008 07:08

        @ rocla
        Chez elle la provocation s’inscrit dans ses gènes et ses origines culturelles,
        c’est un métissage explosif qui appelle un engagement de même nature.
        Cela se nomme la vocation.


      • morice morice 17 juillet 2008 17:27

         il n’y a pas un seul album de Sapho d’audible, désolé. 


        • jack mandon jack mandon 18 juillet 2008 07:11

          @ morice
          Ce n’est pas audible, car les hommes sont souvent sourds
          aux élans naturels du coeur et de l’esprit.


        • zarathoustra zarathoustra 17 juillet 2008 19:58

          merci de rendre hommage a une femme qui va au bout d’elle meme alors que tant d’homme ne releve meme plus la tete !


          • jack mandon jack mandon 18 juillet 2008 07:13

            @ Zarathoustra
            La manière relève du courage féminin, c’est le contrepoids à la raison politique
            du masculin.


          • HELIOS HELIOS 18 juillet 2008 00:19

            mais a par ça, a Gaza, le quotidien ce n’est ni de la musique, ni de la litterature !


            • jack mandon jack mandon 18 juillet 2008 07:16

              @ Helios
              La culture ne concerne pas uniquement la fleur et le fruit.
              Pour accompagner la maturation et le développement de la vie,
              il ne faut rien négliger.


            • 1984 18 juillet 2008 10:27

              Je ne suis pas un grand fan de Sapho musicalement, mais j’apprécis son indépendance et son originalité !

              C’est assez rare pour être relevé à défaut d’être révélé !

              Voici le site d’une autre artiste totalement hors normes. J’adore les clips (qu’elle réalise elle même !) et ses concerts sont une sacrée claque dans la gueule et la bienséance ! :)

              http://www.marijane-miracle.com/


              • USA 613 18 juillet 2008 13:10

                UPM ? A joke, une farce après tout ce qui vient de se passer

                 

                Déshonneur et honte sur le Liban, les Palestiniens, les Irakiens

                 

                Quel constat faire d’un pays dont le Président et son gouvernement rendent les honneurs à un assassin monstrueux ?
                Qui est Samir Kansar ?
                Un homme qui avec la crosse de son arme tue une enfant de quatre ans en lui défonçant la boîte crânienne.
                Qui, avant lui usait de méthodes similaires ? Les SS et les nazis.
                Quel est le salut du Hezbollah ? La main tendue vers le haut. "Ave Cesar" et "Heil Hitler" et " ? Mussolini" Le même salut pourrait s’appliquer à différents dirigeants de droite et de gauche. Quel qualificatif donne-t-on à ceux à qui on fait un tel salut ? Le salut fasciste rendu à des tyrans. Donc le Hezbollah et les Islamistes de se réclamer du salut fasciste. Une façon comme une autre d’afficher son ouverture et sa considération pour les libertés. Etait-il besoin de ce salut que l’on voit dans lors des défilés dans les territoires palestiniens ou dans certains pays musulmans pour savoir que la milice armée appelée le Hezbollah était en fait une milice à la solde de l’Iran qui était en train de changer les cartes au Liban et de détruire ce qu’était le Liban.

                A quoi a servi l’UPM à Paris le week-end dernier ? Quel désaveu après de tels honneurs rendus à un tel meurtrier ? Quelle crédibilité avoir en Suleiman le Président du Liban et son gouvernement quand officiellement dans son sein se trouvent des Syriens et des Iraniens par l’intermédiaire de leurs hommes ? Quel crédit accorder au Liban quand celui ci renonce à gouverner et mettre le Hezbollah hors de lui nuire ? Le Liban a renoncé à sa souveraineté à Doha puis par la suite aux différents incidents où le Hezbollah a imposé SA loi.

                L’insulte faite à l’UPM fut ces honneurs rendus à un monstre sur les ordres du Hezbollah.

                Fichu ce pauvre Liban. Des jours sombres s’annoncent

                Quant aux différences de traitement des captifs aux mains de mouvements dits de résistance pour les uns de terroristes islamistes pour les autres
                COTE ISLAMISTES QUEL QUE SOIT LE CONTINENT

                - NE laissent PAS le CICR ( la Croix Rouge) approcher les prisonniers qu’ils détiennent entre leurs mains

                -  rendent systématiquement des cadavres aux Occidentaux, aux Américains, aux Israéliens

                - N’autorisent PAS les ONG à s’exprimer autrement que d’être à charge contre les Occidentaux, les US ou les Israéliens

                - manipulent les opinions mondiales et les témoins pour monter des cabbales et des procès internationaux invoquant des crimes de guerre associant à leurs combats certaines ONG qui le font sans même être sollicitées dans ce sens
                COTE OCCIDENTAUX, US ET ISRAELIEN

                - Le CICR visite et rend compte de la santé des prisonniers

                - Les ONG manifestent, s’expriment sur le sort réservé aux prisonniers, mais les mêmes se taisent et ne réclament aucun tribunal pour les crimes perpétrés par les membres des mouvements islamistes fascistes qualifiés par eux de révolutionnaires

                - Les familles des Islamistes sont informées de l’état de santé des leurs

                - Les prisonniers sont rendus vivants et en bonne chair on l’a vu avec Samir Kansar bien gras après toutes ces années de prison. Sur le meurtre de cette enfant de quatre ans mise à mort par lui avec la crosse de son arme. Lui de s’exprimer et de dire à la tribune officielle qu’il en tire fierté. D’ailleurs chez les Musulmans de part le monde on se distribue des douceurs quant Israël rend des prisonniers bien traités et ne montrant aucun remord... Pourquoi le draient-ils on leurs rend les honneurs pour leurs "hauts faits d’armes".


                Dans de telles conditions pourquoi les Occidentaux, les US, mais aussi les Israéliens doivent-ils rendre des prisonniers vivants ? Qu’ils rendent eux aussi des cercueils. En Irak les 3 soldats US faits prisonniers il y a un an ont été retrouvé l’un mort au bord de l’Euphrate et la semaine passée les deux autres eux aussi mis à mort. Dans de telles conditions pourquoi ne pas jouer de la réciprocité le Liban vient d’en faire l’éclatante démonstration avec ces honneurs rendus à un monstre. Ils ne parlent pas le même langage que les Occidentaux. Il faut leurs répondre de la même manière, ils agissent comme des monstres, des sauvages et des barbares, aux Occidentaux, aux US et aux Israéliens d’en faire de même :

                - NE plus laisser le CICR approcher les prisonniers

                - NE plus donner d’informations sur l’état de santé des prisonniers

                - Rendre des cercueils

                On verra alors si le monde des mouvements de résistance comprendra mieux ce langage.

                Quant au Liban Adieu beau et charmant Liban.
                 Du Liban de rêve on en est au Liban du cauchemar
                Honte à Toi le Liban tu viens d’endosser l’ignominie et l’infamie.
                Tu t’es déshonnoré par le biais de ton Président et de son gouvernement

                Qu’en est-il d’Abu Mazen ? Lui d’emboiter le pas au Hezbollah et de lui adresser ses meilleurs voeux et ses félicitations pour ce qui vient de se passer, des cercueils contre des vivants, alors que la France lui a rendu tous les hommages lors de la réunion de l’UPM à Paris. Tout ceci a-t-il encore un sens quand on voit ce qu’est le Hezbollah ou le Hamas qui lui à présent tient le même langage que le Hezbollah.

                Quand et où cela va-t-il s’arrêter ?

                Il est emps d’y mettre un terme et ce n’est pas des réunions de l’ordre l’UPM qui vont changer quelque chose.

                Moins d’une semaine après l’UPM le monde musulman vient de faire l’aveu de sa façon de comprendre l’Occident chrétien, juif, musulman ou laïc. Le Liabn, l’Autorité Palestinienne mais les mouvements dits de résistance ont montré qu’avec eux il faut parler le langage de la réciprocité.

                Où sont l’ONU, les ONG pour manifester après ce qui vient de se passer en Irak, au Liban ?
                Silence des médias, des instances internationales et des ONG.
                Grave erreur.
                Ceux qui viennent de se distribuer des douceurs dans les territoires palestiniens, au Liban et ailleurs dans le monde musulman ne comprennent que la force brutale.

                Pourquoi NE PAS jouer de la réciprocité ?
                Quand ENFIN leurs tiendra-t-on leur langage ?

                -  NE PAS interdire au CICR l’accès aux prisonniers ?

                - NE PLUS donner d’informations sur l’état de santé des prisonniers ?

                - NE PAS rendre des cercueils quand des cercueils sont rendus ? 

                - Réclamer que leurs dirigeants soient eux aussi traînés devant des tribunaux internationaux à commencer par Nasrallah et El Sadr. JAMAIS ceci N’a été réclamé par AUCUNE ONG ni l’ONU, ni aucun état occidental. Pourquoi ?

                Tel est le langage tenu à l’Occident, aux US et aux Israéliens, tel devrait être le langage qui devrait être tenu au Hezbollah, au Hamas, à tous ces mouvements islamistes quel qu’en soit le continent. Il en va aussi ainsi en Irak, au Pakistan, en Afghanistan en fait partout dans le monde musulman et ce quel que soit le continent.

                 

                A l’attention des grands moralistes qui crieront à l’intervention islamophobe. Aucune islamophobie ici un sinistre et lamentable constat. En Dar El Islam, n’en déplaise aux anti Huttington, on ne partage pas les mêmes valeurs les gestes, les mots ont un sens ils n’ont pas le même contenu que pour d’autres.

                 

                Qui d’avoir raison ?

                 

                Pour le moment les Irakiens, le Liban, Le Hezbollah, les Palestiniens, le Hamas viennent de montrer le langage qui doit leurs être tenu. L’éducation passe aussi par comprendre et parler le langage de l’Autre. Il faut leur tenir le même langage.

                 

                Tous de s’être rendus les complices en fêtant l’infamie et l’ignominie.

                Tout ceci n’inspire que dégoût

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires