• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol »

« La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol »

Youssef Chahine s’en est allé et la censure continue à bien régner en Egypte.
Le cinéaste marocain Nabil Ayouch en a fait les frais.
Si on devait me demander de citer un point commun entre Youssef Chahine et le cinéaste marocain Nabil Ayouch, je répondrais : tous les deux ont été victimes de la censure en Egypte.
Youssef Chahine, c’était pour L’Emigré (1994) et Nabil Ayouch, c’est pour Whatever Lola Wants (2008).
Dans la ville natale du grand cinéaste défenseur des libertés, Youssef Chahine, le Festival du film d’Alexandrie vient de rayer Whatever Lola Wants.
Motif ? Ce film dénigrerait l’image de l’homme égyptien.

Censurer un film pour son ton libre pour un festival qui était dédié à Youssef Chahine, c’est une absurdité pharaonique

Le Festival du film d’Alexandrie avait programmé pour l’ouverture Whataver Lola Wants pour la célébration du cinquantenaire du cinéma marocain. A la dernière minute, il a été remplacé par Baisers volés.
Mahmoud Yacine, un comédien égyptien a vu le film à Dubaï lors de son avant-première mondiale en décembre 2007. Il ne l’a pas apprécié. L’acteur a contacté le président de l’association des écrivains et critiques de cinéma égyptiens, qui organise le festival d’Alexandrie, pour lui expliquer que ce film ne devait être diffusé dans aucun festival égyptien. Par ailleurs, Mahmoud Yacine n’est autre que le producteur de Baisers volés

Le film : une réflexion dans un ton divertissant des rencontres entre les cultures

Certes, on peut attribuer au film de Nabil Ayouch un caractère léger. N’est-il pas de son droit ?
Le film raconte l’histoire de Lola, une jeune Américaine tombant sous le charme d’un Egyptien. Lola le suivra dans son pays.
Là-bas, elle découvre que le jeune homme moderne qu’elle a connu aux Etats-Unis s’est transformé en esprit rétrograde. Lola se met en tête de retrouver la fascinante danseuse Ismahan.

La troisième figure égyptienne importante du film n’est autre qu’un homosexuel, le meilleur ami de Lola à qui elle doit d’avoir découvert la danse orientale et sa star égyptienne.
L’homosexualité, un tabou en Egypte, avait déjà été évoquée dans L’Immeuble Yacoubian par le célèbre écrivain égyptien Alaa El Aswany.
La censure semble être une mode qui se confirme en Egypte actuellement.

Nawal El Saadawi, une autre victime de la censure égyptienne

Récemment, une autre figure du féminisme égyptien, Nawal El Saadawi, a vu sa dernière pièce de théâtre intitulée Dieu démissionne au sommet subir les foudres d’Anastasie et de ses ciseaux.
En quoi la circulation des idées serait néfaste ?
Avec hier, Youssef Chahine et aujourd’hui Nawal El Saadawi et Nabil Ayouch, le monde arabe ne peut que se glorifier d’avoir des voix et esprits libres.
Et comme le disait si bien Youssef Chahine :

« La pensée a des ailes, nul ne peut arrêter son envol ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires