• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La planète des sciences » connaissances et humour à la clé (...)

« La planète des sciences » connaissances et humour à la clé !

 

Cet ouvrage, textes savants et planches humoristiques, est sous-titré : « encyclopédie universelle des scientifiques » au nombre de 37. Fischetti met en scène des figures marquantes de l’antiquité grecque à nos jours avec brio et clarté. Ces savants furent des révolutionnaires, des découvreurs à l’esprit libre de leur époque. Ils ont bouleversé nos existences quitte à finir au bucher. Ouvrage à placer entre toutes les mains pour à la fois déguster le sérieux et la pertinence des propos et l’humour ravageur du père Bouzard qui sera présent aux prochaines Estivales de la BD de Monta 2019 pour dédicacer.

 

Ne lui en voulez pas, si Sosso la sorcière qui m’accompagne pour le visuel présent tire une tronche de cake rassis. Elle se rattrapera cet été lors des prochaines Estivales et nos scénettes concernant certaines BD d’auteur(e)s présent(e)s que nous animerons en présence du Bartos. Faut dire aussi que les sciences douées de Raison ombragent son plumage et ses tours de magie pendables. Je ne parle même pas de ses recettes culinaires à engendrer un estomac de requin habitué pourtant aux sacs plastiques de l’océan.

 

Venons-en à Guillaume Bouzard ex président des Estivales de la BD l’an passé. Cet homme que j’ai eu l’immense plaisir de côtoyer est abordable, simple et n’a pas la grosse tête, contrairement à d’autres artistes de sa trempe qui se sentent pousser des mollets de coureur de fond. Il a moult ressources à son art de l’humour toujours et la bonne humeur, que c’en est un régal. Il tire plus vite que son ombre l’épingle de son jeu et sait mettre en scène avec dérision Lucky Luke.

http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article9502

A présent, il s’attaque par ses planches de façon pacifique aux portraits de 37 scientifiques en illustrant les propos savants et à la portée de tous d’Antonio Fischetti. Le fameux Guillaume « a cherché à placer ces différents personnages dans des situations drôles afin d’apporter un contrepoint à la dimension scientifique des textes qui sont sérieux mais avec une pointe de dérision ». Il a réussi avec brio et son sens de l’humour habituel et décalé.

Quant à d’Antonio Fischetti, il sait de quoi il parle, puisque doctorant en physique et ex chercheur et enseignant, puis passé journaliste pour Charlie hebdo et documentariste. Il s’efforce de toujours rendre les sciences accessibles à la parfaite pékinoise née en Afrique que je suis. Il s’en explique de façon très claire : « Aujourd’hui, la culture scientifique doit faire partie de la culture tout court si nous voulons comprendre le monde qui nous entoure ». Il amplifie son propos : « j’ai tenu à incarner la science en mêlant le récit de ces découvertes scientifiques majeures à des anecdotes de vie afin de montrer qu’elles sont toujours le fruit d’une aventure humaine et qu’elles sont liées à la société de leur époque ».

Sept époques sont évoquées de l’antiquité grecque à nos jours dans tous les domaines des sciences. De Thalès considéré comme l’ancêtre de la géométrie et l’astronomie ; Archimède comme le plus grand mathématicien de l’antiquité et de tous les temps ; Léonard de Vinci tel un philosophe humaniste… ; Ambroise Paré ancêtre de la chirurgie moderne ; Galilée à la lunette astronomique ; Antonie van Leeuwenhoek considéré comme l’un des précurseurs de la biologie cellulaire ; Carl Von Linné père de la biodiversité ; Gregor Mendel père fondateur de la génétique et moine catho et botaniste et tant d’autres encore.

 

Vous devez vous doutez, à force de me lire, que j’ai tout de suite été accrochée par le titre de cet ouvrage : « La planète des sciences » en référence selon mon sens simiesque inné à une autre planète des singes celle-là de monsieur Pierre Boulle publiée en 1963 !

Sur cette planète des sciences gravitent 37 personnalités dont seulement 3 femmes. « Nous sommes les premiers à le déplorer. Mais étant donné nos critères de sélection (et le souci de parité n’en faisaient pas partie), cette représentation n’est que le reflet de la domination masculine dans les sciences  ».

 

Vous pensez bien que j’ai particulièrement apprécié l’évocation de Jane Goodall qui contrairement aux apparences trompeuses ne fut pas la première femme de Tarzan, même si son amour invétéré des chimpanzés pris le pas. Chitah particulièrement jalouse la prit immédiatement en grippe. C’est presque par un heureux hasard qu’elle devint la fameuse primatologue que l’on sait. A observer mes cons de disciples chimpanzés qui ne savent eux ni lire et écrire, les caves… Alors que moi…. Pour en arriver là, Jane « a su conjuguer trois axes : recherche scientifique, médiatisation et engagement politique. Il fallait bien ça pour montrer que la cause des singes rejoint celle des êtres humains, eux aussi des primates  » (page 74). Bien dit monsieur Fischetti !

J’adore la planche d’illustration de ce cher Bouzard, et la figure incarné du chimpanzé pauvre crétin.

Puisque encore une fois et prenez en de la graine tristes humanos. Antonio belle âme s’exclame : « Contrairement à ce qui est souvent dit, nous ne descendons pas des singes : nous sommes des singes. Et cela grâce aux travaux de Charles Darwin ». (page 34) Retour à la planète des singes et la boucle est bouclée ou presque ! Et comme ces théories ont révolutionné en son temps et encore maintenant concernant les créationnistes qui le bisquent, le grand Charles mouché par les tenants de la religion de son temps se serait écrié : « Je préfèrerai avoir pour ancêtre un singe plutôt qu’un évêque » (page 34). Qu’il en soit béni mon potos, amen et gare au gorille !

Je finirai par une anecdote découverte entre les pages de ce livre épatant, comme quoi Lucien ne change pas de main. Même si en son temps il s’appelait Antonie van Leeuwenhoek. Ce drapier néerlandais fut l’inventeur de la microbiologie au XVIIe siècle, qui a force de se palucher le manche s’intéressa à ce que contenait son foutre au microscope sans jamais tomber en syncope. Mon dieu on est dans de beaux draps !

Plus dramatique, la figure du libre penseur Giordano Bruno qui fut brûlé vif sur un bucher en 1600, la langue clouée au palais pour faire taire ses propos révolutionnaires à la foule.

Un livre forcément très instructif à placer entre toutes les mains et les esprits ouverts pétris d’humanisme. Il pourra aussi peut-être donner des idées aux chercheuses et chercheurs en herbe qui faute de se trouver, pourront en faire un bon usage et s’en inspirer.

 

Visuels copyright : éditions Dargaud – Fischetti et Bouzard

 

 

La planète des sciences, scénario : Fischetti, dessin : Guillaume Bouzard, 84 pages, éditons Dargaud, janvier 2019, 19,99 euros

 

Guillaume Bouzard sera présent pour dédicacer dans la bonne humeur qui lui est coutumière, lors des prochaines Estivales de la BD de Monta, les 20 et 21 juillet 2019.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès