• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La réputation de politesse et de diplomatie françaises : « Fais ce que (...)

La réputation de politesse et de diplomatie françaises : « Fais ce que voudras » (François Rabelais)

La France, et de proche en proche la Francophonie, sont réputées pour leur sens voire leur instinct, de la politesse et de la diplomatie. Ceci, même si la langue diplomatique n'est plus le français : l'idée demeure.


Extrait du film Ridicule, de Patrice Leconte

 

C'est au point où l'étranger peut railler les Français pour leur supposée vanité, leur éventuelle arrogance (le parisianisme y est certes pour quelque chose, mais ... ) ainsi que leur superfétation : les Français seraient tout entiers dans leurs manières, à jouir improductifs de la vie. Alors, dans ce cadre, je me demandais si c'était à cause de cela, que même entre Français voire Francophones, nous répugnions autant à affirmer quoi que ce soit, et pour tout dire à faire preuve d'assertivité, d'assurance.

En effet, même si l'humiliation et la soumission ecclésiale catholique y sont pour quelque chose dans nos habitudes aussi, tout se passe comme s'il fallait toujours que nous laissions à autrui la possibilité de croire que nous n'assurons pas ce que nous énonçons, ou bien si nous le faisons - si nous assurons ce que nous énonçons - nous passons aussitôt entre Français voire entre Francophones, à un mode confrontationnel ... chacun défendant ses quatre vérités ou tançant et faisant la morale, comme quoi chacun doit pouvoir vivre comme il l'entend, comme si nous appliquions abusivement cette maxime rabelaisienne de l'abbaye de Thélème : Fais ce que voudras.

Vous savez tous comme moi, que le champ politique et idéologique français y est particulièrement sujet au point que les gens ne se parlent parfois plus pour cela ; les Français voire les Francophones sont d'ailleurs réputés, pour leurs passions politiques. Mais, à la fin, c'est comme si formuler que 2+2=4 heurtait le bon goût, à moins qu'autrui nous dédaigne aussitôt d'avoir énoncé une vérité en nous refoulant, comme si la vérité était impolie, justement d'avoir heurté le bon goût en vérité ... car il est encore préférable que chacun puisse croire la maxime Fais ce que voudras. La frivolité est là une affaire extrêmement sérieuse en France voire en Francophonie, qui effectivement peut passer pour vaine, arrogante et maniérée à l'étranger.

A la fin, concrètement, rien ne peut jamais vraiment se passer, tout est toujours ralenti voire tout simplement interdit, par une résistance instinctive au nom du bon goût rabelaisien. La maxime Fais ce que voudras.

 

 

______________________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 22 octobre 13:21

    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

    D’un auteur qui s’exprime avec une grâce innée,

    Un auteur sans pareil pour manier les idées,

    Un auteur que j’estime, que j’aime et je comprends.


    Mais ce n’est pas vous, hélas !


    • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 23 octobre 10:56

      Ce faisant, un tel commentaire illustre à merveille mon article.


    • Drougeok Drougeok 24 octobre 15:33

      @Laconique
      Au laconique pénétré de brèves intrusions. Soyez un peu moins voyant dans vos rêves homo. Rendez-vous plutôt à la fistinière vous faire pénétrer de concrètes concrétions plus en accord à vos durs maniements. À chacun ses plaisirs, ne les prêtez pas au premier venu. Soyez laconique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès