• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La révolte », de Villiers de l’isle-Adam, au Théâtre de (...)

« La révolte », de Villiers de l’isle-Adam, au Théâtre de l’Athénée

En écho à la "Danse de mort" d’August Strindberg, la "Révolte" d’Elisabeth à l’encontre de Félix son mari n’est pas sans rappeler celle d’Alice et Edgar plongeant en chœur dans le délire maniaco-dépressif sur cette même scène de l’Athénée précédemment en compagnie de Marianne Basler et Hugues Quester.

A l’affiche actuellement au Théâtre Montparnasse, Le Caïman met pareillement en prise les deux partenaires du couple Althusser dont l’un des deux (Claude Rich) fustige l’enfermement que lui fait subir sa conjointe (Christiane Cohendy). Cependant dans ces deux exemples psychotiques, si l’enfer s’avère effectivement être "l’autre", c’est le tiers qui en sera à la fois révélateur et confident du sentiment destructif.

A contrario chez Villiers de l’Isle-Adam, si une troisième instance devait s’interposer entre l’homme et la femme, ce serait la magnificence de l’écriture qui capte l’admiration du spectateur au point de la rendre prioritaire sur l’échelle des critères d’appréciation de la pièce.

L’atmosphère hitchcockienne qui se dégage de la mise en scène et de la direction d’acteurs par Jean-Marie Villégier et Jonathan Duverger ajoute à l’opposition dos-à-dos des deux bureaux se distanciant dans le confinement feutré de l’éclairage tamisé, cette intuition de rupture inscrite dans le destin des époux isolés au plus profond de leur identité respective.

Dans la lignée d’une Grâce Kelly, Sandrine Bonjean naviguant de concert avec Emmanuel Guillon sur des orbites tellement séparées apportent à leurs personnages cette crédibilité sourde que seule l’immobilité de l’instant est en mesure d’authentifier.

Il ne se passe rien d’autre que le cancer qui ronge de l’intérieur la vacuité existentielle, et forcément c’est énorme !

Pressentant l’imminence de l’extinction des pulsions de vie, Elisabeth veut partir dans l’urgence de la nuit en abandonnant derrière elle tout souci de quiétude.

Au petit matin, elle reviendra at home en ayant acquis la certitude d’avoir changé le rapport des forces malignes avec en secret le plus profond mépris envers toute suffisance : "Pauvre homme !..."

photo : Olivier Deroziere - MCB

LA REVOLTE- *** Theothea.com - de Villiers de l’Isle-Adam - mise en scène : Jean-Marie Villégier & Jonathan Duverger - avec Sandrine Bonjean & Emmanuel Guillon - Théâtre de l’Athénée -


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Sara 3 septembre 2016 14:01

    Merci pour votre article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires