• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La savetière prodigieuse

La savetière prodigieuse

Intégrant judicieusement un spectacle de rue conçu initialement pour les tréteaux, sur une scène en interne à l’invite du théâtre Artistic Athévains, Stéphanie Tesson introduit sa « Savetière prodigieuse » de Federico Garcia Lorca sinon dans le cadre d’une re-création tout au moins dans celui d’un cycle de reconnaissance s’établissant implicitement du Off au In !...

Fêtant presque 10 années d’une « Phénomène et compagnie » qu’elle créa en 1996 à la sortie de la rue Blanche, la metteuse en scène retrouve le premier auteur qu’elle y découvrit alors dans une « évidence fraternelle de perception du monde » !

Née de « parents intrépides et juvéniles », selon la critique Armelle Héliot du Figaro définissant ainsi de fait le charisme du couple formé par l’illustre patron de presse et son épouse, leur fille aînée Stéphanie semble effectivement avoir trouvé un registre dynamique à mi-chemin de l’observation critique et d’une transposition dans l’imaginaire auquel l’art du théâtre est intuitivement redevable !...

Dénicheuse de talents éclectiques, sa direction d’acteurs a permis en outre à Julie Delarme, pour sa composition de la savetière, d’obtenir récemment le 17ème prix Jean-Jacques Gautier destiné à une jeune révélation de la scène !..

Bref, cette réalisation pleine de fraîcheur, de gaieté dans la résistance poétique aux non-dits consensuels, devrait assurément divertir un public dépourvu d’élitisme mais exigeant quant à la qualité du rire et du sourire intérieur !...

En effet, refusant la passion molle d’un mari (Bernard Douby) imposé par des pressions familiales, la savetière telle une Carmen déchaînée à vouloir s’affranchir des liens coercitifs n’a en fait comme objectif ultime que le désir forcené de susciter l’ardeur amoureuse de son époux introverti au point de fuir traumatisé le foyer conjugal !...

Loin d’être une séductrice cherchant à subjuguer son entourage, la savetière va alors pouvoir mesurer la frustration monacale exercée par le trop-plein des sollicitations opportunistes et autres calomnies jusqu’à enfin trouver réconfort et compréhension affective auprès d’un marionnettiste de passage !.. Mais qui se cacherait donc derrière l’apparente bonhomie de ce personnage autonome et néanmoins révélateur des conflits internes ?

Neuf partenaires dont deux instrumentistes (Pablo Penamaria & Xinarca) contribuent à dépeindre ce rapport de forces oniriques où aucune coulisse ne peut servir de refuge aux sentiments bafoués par l’incapacité de lâcher prise à celui de l’amour-propre !... Ce sont les arts de la musique et du spectacle vivant qui, en déplaçant les modalités du nœud gordien, viendront à bout des maléfices du quant-à-soi !...

A la tête d’un travail d’équipe assumé, Stéphanie Tesson donne à voir une comédie musicale sous les ombres inspirées d’un Flamenco percutant jusqu’à l’envoûtement des cœurs !

LA SAVETIERE PRODIGIEUSE de Federico Garcia Lorca - Mise en scène : Stéphanie Tesson - Théâtre Artistic Athévains - Theothea.com


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Hervé S. (---.---.4.250) 19 juin 2005 10:52

    C’est formidable !

    Maintenant... !

    il ne vous reste plus qu’à découvrir les autres signes de ponctuation, car en-dehors des points d’exclamation il y a plein d’autres nuances !

    Sérieusement, étant à la recherche de tuyaux pour le festival d’Avignon, je me suis presque automatiquement jeté sur votre article, mais j’avoue que sa tonalité emphatique me laisse mi-figue mi-raisin...

    Dire que s’il y avait eu *un* paragraphe sans point d’exclamation je n’aurais pas écrit ce commentaire...


    • Theothea.com Theothea.com 20 juin 2005 10:50

      A l’intention du message d’Hervé S. ci-dessus.

      Pour les points d’exclamation dont l’exclusivité vous semble manquer de nuances !... Votre point de vue est évidement pertinent, mais à notre 853ème chronique publiée sur EN COULISSE Theothea.com, nous devons convenir que ces points d’exclamation obéissent à un style délibéré caractérisant à tort ou à raison l’ensemble de nos chroniques !.... Quant à l’éventuel ton emphatique de nos critiques, il n’en permet pas moins entre les lignes d’effectuer des distinguos que notre classement de une à quatre étoiles peut ensuite concrétiser !.... Enfin, nous vous informons que cet été 2005, Theothea.com ne couvrira pas le Festival d’Avignon mais y renverra par plusieurs liens dédiés !...

      bien à vous Theothea.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires